Partagez | 
 

 Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hikaru DEUL
Blu - Rang 1
Blu - Rang 1
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 14/08/2016
Localisation : -EMPLACEMENT INCONNU-

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]   Lun 12 Sep - 21:50

Interruption d'orgie.
Je quittais donc Giallo après avoir fait la rencontre de Hope et Ahriana, nous étions à la Mer Sucrée, un endroit magnifiquement délicieux, ou le sable était sucre en poudre, l'eau n'était point salée mais sucrée, et ou les poissons étaient tout simplement... Des gaufres. J'ai couru d'ici jusqu'à Arancioni, plus de 450km de course, je me suis reposée un soir à Verde contre un arbre, mon système avait besoin de se recharger une fois tout les deux jours je vous le rappel.

Ca a été long, parfois je courrais pour gagner un peu de temps et parfois je marchais pour admirer le plus de choses possible et de les enregistrer dans mon système, le tout avait commencé par le désert de Giallo, suivit de la forêt de Verde, sans doutes d'après la carte numérique que j'ai en ma possession le royaume le plus grand de tout Yume no Sekai, puis s'en finira avec les plaines d'Arancioni, tout ce que j'ai pu voir durant ce long voyage était incroyable, animaux, verdures, ou même êtres doués d'intelligence, je devais garder tout ça dans mon système, hors de question de subir un bug qui me ferait tout effacer !

Voyageurs, aventuriers, marchands itinérants, ou personne normale en vacance, rien n'était comme dans mon ancien monde ou tout le monde était scotché à son bureau en train de travailler sans cesse, la différence entre eux et moi, c'est que moi, je ne m'épuisais pas mentalement, eux rentraient exténués de leur journée, moi je pouvais rester éveillée toute la nuit pour jouer aux jeux vidéo, hm... Je me demande comment j'ai pu faire pour ne pas avoir remarqué plus tôt que j'étais différente, pas humaine, aller jusqu'à s'ouvrir ce que je pensais être une artère pour la voir se refermer en peu de temps sans séquelles....

Pendant tout le voyage je repensais à ça, pas moyen de me retirer ces images de ma mémoire, je pouvais les effacer si je le souhaitais, mais non, ce serait oublier ce qui m'empêche de devenir "mauvaise", il faut avoir une expérience de la vie pour savoir juger ce qui est bon ou mauvais et si mon système oublie cette expérience de la vie, mon système n'aura pas besoin de bugs pour tirer sur des innocents.

J'arrivais enfin dans les plaines d'Arancioni, d'après la carte elle sont nommées "Valée des animaux", c'est bien mais... Où se trouvait la ville ? La carte me disait qu'elle était encore assez loin mais pas encore dans mon champ de vision, peut-être à cause des multiples montagnes ? Je devais grimper sur l'une d'elle pour savoir exactement où aller, peut-être y a-t-il un chemin que je n'ai pas vu et qui n'est pas indiqué sur cette carte ? Elle est presque fiable à 100%, mais certains détails manquent ou alors sont placés au mauvais endroit.

Pour ceux qui ne savent pas d'où je sors cette carte numérique, je l'ai reçue à Blu après avoir été réparée par deux ingénieurs, j'ai voulu en savoir plus sur Blu, et après avoir reçu de multiples explications, j'ai reçu cette carte montrant tout le monde de YUme no Sekai, c'est comme un petit téléphone qui projetais une image virtuelle dans les airs de la taille d'une fenêtre de voiture, voiture... Je n'en ai vu aucunes ici, peut-être que ce monde n'était pas encore technologiquement assez avancé ? Car ça m'aurais été très pratique.

Alors je croisais deux personnes, qui comme Akashi et Ahriana, étaient des hybrides, l'un était un hybride de léopard et d'humain, l'autre était complètement un taureau humanoïde, je voulais leur demander mon chemin pour aller assez haut sur cette montagne précise, qui d'après la carte, est nommée le Pic de l'Aigle.

Hikaru : Excusez moi messieurs !

Les deux hommes étaient en route vers un autre endroit à l'extérieur d'Arancioni, il interrompirent leur conversation en se tournant vers moi, puis ils se rapprochaient de moi tendis que je me rapprochais d'eux, ils me répondirent ensuite en haussant les sourcils, ils ne semblaient pas s'attendre à croiser une personne comme moi ici, oui, il faudrait que je prenne une tenue plus décontractée pour un monde comme celui-ci, je me ferais sans doutes moins remarquer de cette manière.


"Hein ? Mais qu'Est-ce qu'une jeune femme comme vous fait ici ?"

"C'est dangereux par ici vous savez !"


L'homme léopard avait un accent asiatique, probablement un ancien japonais ? Et l'autre avait un accent russe. Peut-être que les anciens monde des autres habitants de ce monde étaient à peu près comme le mien ? Je leur lançais un sourire tout en leur répondant.

Hikaru : Oh ? Nous vous inquiétez pas pour le danger, je commence à être habituée !


"Oh ! Aurions-nous à faire à une de ces aventurières à la recherche de sensations fortes en combattant des monstres et ce genre de choses ?"

"Ou alors à une nouvelle arrivante ?"


Une aventurière ? Et bien... Peut-être comment ? Comment pouvais-je vraiment me définir ? Je ne suis là que depuis quelques jours, effectivement je suis nouvelle sur Yume no Sekai, mais je ne pense pas vraiment être une aventurière, je suis juste une fille qui cherche un homme qu'elle à blessé, contexte digne d'une tragédie, pas vrai ?

Hikaru : Je suis bel et bien nouvelle en ce monde, mais je ne crois pas être une aventurière, je suis de Blu depuis quelque jours et il c'est passé... Une sorte "d'accident" là bas, et il y avait un Arancionien avec moi pendant cet "accident", je suis à sa recherche, mais pour pouvoir espérer le trouver, je dois trouver comment aller en ville, pour ça j'aimerais savoir si vous connaîtriez par hasard le chemin ?

Les deux hommes-bêtes se regardèrent en faisant de grands "Euuuuuuuuh" et des "Et ben...", ils ne savent pas comment aller à la ville la plus proche ? Pourtant il sont bien Arancionien non ? Peut-être que les hommes-bêtes ne vivent pas tous dans ce royaume et que ces deux hommes sont perdus tout comme moi ? Il redirigèrent leur regard vers moi puis l'homme-léopard me répondit.


"... Et bien en fait... Nous ne sommes pas d'ici, moi je suis de Rosa."

"Et moi je suis de Rosso !"


Donc ils n'étaient vraiment pas d'ici, Rosa et Rosso, c'est loin d'ici ! Je me demande combien de temps ils ont mit pour arriver jusque là, peut-être que eu avaient un véhicule ? Ca aurait été drôle, moi qui court à travers les plaines d'Arancioni et ces deux hommes-bête qui passent en klaxonnant pour se moquer de moi ! Je croisais donc les bras, puis je leur redemandais si il connaissaient tout de même la chemin pour aller vers Utopia ou Nadiria.

Hikaru : Oh je vois, et donc vous ne savez pas si il existe un chemin précis pour aller vers la ville la plus proche ?


"*tousse* Comment vous expliquer que nous la cherchons depuis un moment déjà cette ville ?"

"*tousse* Et que nous sommes trop lourd pour grimper ce maudit Pic de l'Aigle pour espérer voir un chemin quelconque ! Depuis hier nous essayons, mais vu que nous n'avons fait aucunes progressions, nous avons campé un peu plus loin, nous partions remballer notre matériel ! Mais bon, vous pouvez toujours tenter votre chance, une jeune fille comme vous ne peut pas être aussi lourde que mon ami et moi !"


Depuis hier ? Grimper cette montagne ? Donc il n'y a pas de route d'après eux ? Mince... Vu que je suis légère, pourrais essayer ? Une fois assez haut j'aurais une belle vu sur ce royaume je pense. Oui c'est ce que je vais faire, en commençant à avancer, je fis au revoir au deux hommes-bêtes, ils partirent à leur tour en me répondant de la même manière, d'un signe de la main, et... Mon détecteur de mouvement m'indiquait qu'ils... Qu'ils rigolaient en partant ? Quoi ? Qu'y avait-il de si drôle ? Ils ne viennent tout de même pas de me couilloner ?! Nooon... Ça devait peut-être être ma combinaison ? Il faudrait que je trouve des vêtements plus décontractés alors...... Mais elle est belle ma combinaison !

Alors j'avançais, je faisais de la grimpette, je voulais aller assez haut pour pouvoir voir au dessus des montagnes proches, des fois le sol était à peu près plat, d'autres en pente, et des fois il me fallait faire de l'escalade que je qualifierais de dangereuse, m'accrocher au mauvais endroit avec mes mains pourrait signifier une chute très probable, mortelle pour quiconque pourrait mourir à cause d'une nuque brisée, moi il me suffirait de remettre ma tête en place !

Je finissais par réussir à grimper sur un sol presque plat, avec une toute petite grotte à peine profonde, je ne savais même pas depuis combien de temps je grimpais, visiblement pas assez longtemps, je regardais derrière moi et je voyais que je n'arrivais toujours pas à distinguer une seule ville... Le sol sur lequel je me trouvait continuait à gauche et à droite, en fait, c'était comme un grand plateau de pierre sauf que à gauche il y avait comme un petit chemin, chemin que je décidais de suivre pour voir où il menait.

C'était vraiment un petit chemin, je devais rester collée à la paroie en roche pour ne pas tomber, ce chemin descendait... Ne me dites pas que...! Si ! C'est presque une sorte de chemin menant tout en bas, au début de la montagne ! Certes il fallait parfois faire de l'escalade et ce genre de choses, mais c'est presque un véritable chemin ! Pourquoi alors les deux hommes ne m'en ont-il pas parlé ? Peut-être qu'ils pensaient que je n'arriverais pas jusque là à cause de la pression atmosphérique... Et ben regardez moi de là où je suis ! Je me penchais un peu, mettant mes mains en forme d'entonnoir autour de ma bouche, et j'hurlais histoire de m'amuser un peu.

Hikaru : FLIBIDIIIIIII !!!

L'écho de ma voix me faisait exploser de rire, je retournais ensuite en arrière, tout en rigolant toujours, oui j'étais partie dans mon fou rire ! Je me retrouvais à nouveau sur l'espèce de gros plateau avec sa toute petite grotte, j'essayais de me calmer au mieux, mais mon rire faisait aussi écho ! J'en riais toujours plus ! Je m'asseyais donc dans la grotte en attendant de retrouver mon calme, et... Et... Plus de batteries ? Mon système s'éteignait, c'était leur du repos forcé automatique.
. . .
. . .
. . .
Réactivation du système ! Mes yeux se rouvraient, je regardais autour de moi et... Rien n'a changé à ce que je pouvais observer, j'étais toujours assise, dans cette presque grotte, il pleuvait des cordes, bizarrement moi qui préférais les temps calmes, je trouve cette pluie magnifique ! Oh, ça doit sans doutes venir de la sensation que j'ai eu après avoir lu un certain livre, un explorateur se réfugiant dans une grotte afin d'esquiver une tempête en pleine montagne ! Dommage, moi je ne peux pas faire de feu, ça aurait été encore plus beau !

Je restais assise, jusqu'au moment où j'entendis des bruits... Des bruits de pas ? Des bruits de grognements ? Oui, quelqu'un ou quelque chose marchais dehors, et... Je crois que d'une autre position, une chose grognait, quelque chose d'encore trop éloigné de mon détecteur, je ne pouvais savoir ce que c'était, je dois avouer que... Ça me faisait peur ! Je voulais sortir de ma petite grotte mais... La peur m'en empêchait, je restais complètement immobile, à l'affût de toutes choses suspectes, qui venait ? Qui grognait ? Bon sang, les deux voyageurs ne m'avaient pas dit qu'il y aurait des monstres ici ! Si je les retrouves...! Mais si je les retrouves...! Je les enfermerais dans un sac conçu avec la peau d'un probable monstre qui rôde dans le coin ! Et je les frapperais contre un arbre avec ! Et puis je finirais par les jeter dans un ravin ! Et si j'étais une jeune fille ordinaire, il se serait passer quoi hein ?!

[HRP/Hikaru a donc un peu gravit le Pic de l'Aigle et se retrouve dans une minuscule grotte avec en face un sol en forme de plateau, les monstres commencent à rôder, et il pleut ! Marx et Genesis peuvent venir soit en escaladant un peu, soit en passant par le presque chemin que j'ai décri, soit celui où l'on pourrait presque marcher mais tout de même escalader un peu. Si il y a un problème avec ma réponse comme la description du lieu ou un truc du genre, qu'on vienne VITE me le dire !\PRH]
Hikaru DEUL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marx et Genesis
Rosa - Rang 2
Rosa - Rang 2
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 26/07/2016
Localisation : En Pleine Ruée vers les Golds !

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]   Jeu 15 Sep - 0:48



Interruption
D’orgie...

“Haha, c’est gênant ça~”

Ce qu’on pouvait dire, c’était que notre duo de Rosiens avait un don pour se foutre dans des situations pas possible. Après avoir fait des rencontres plus extraordinaires les unes que les autres et decidé de partir à la conquête découverte de ce fameux nouveau monde de Yume no Sekai, ils avaient fini par reprendre leur route mouvementée. Marx, toujours seul instigateur de leur périple, porté par une sorte d’adrénaline de la découverte et de l’aventure, ou du moins quelque chose y ressemblant, avait décidé que leur prochaine destination serait… Arancioni ! Parce que voilà, les hommes-bêtes, la culture simili-asiatique, tout ça… Enfin, surtout les femmes-bêtes et le goût prononcé des japonais pour ce qu’ils appellent le Hentai Fantasy…Rien que ça. Et oui, Marx était un homme curieux et friand de choses nouvelles. Mais il reste un gentleman, hein ! Ne vous imaginez pas des bêtises !

La traversée en partant du Mur du Son à Giallo se fit…Lente, calme, ils n’étaient pas pressés après tout, s’amuser et profiter du voyage était le but principal. Ils quittèrent le Pays de l’Art après avoir admiré encore quelques magnifiques œuvres, passant de la sculpture à la peinture, ou même la verrerie et la poterie, sans oublier la musique, évidemment. Demandant leur route, on leur indiqua que la frontière de Malva n’était pas très loin, ils y firent donc une petite escale, rapidement marqués par l’ambiance bien spéciale et particulièrement lourde du Royaume des morts. L’odeur particulière et l’aura lugubre des lieux fut tristement familière aux deux compères, qui firent une bonne partie du chemin du pays mauve en silence, avant que le blanc ne se décide à alléger l’atmosphère avec ses blagues et sa bonne humeur caractéristique, même si le robot ne se faisait pas d’illusions…

Ils arrivèrent alors à Verde, le plus grand Royaume de Yume, d’après les habitants. Il était nécessaire de le traverser pour arriver au pays des animaux, si on ne souhaitait pas faire le tour de la moitié du continent pour y entrer par voie maritime. Ils passèrent deux ou trois nuits, récupérant de leur périple qui se faisait long, agréable, mais tout de même fatiguant, surtout pour l’humain qui avait assez de cloques aux pieds pour éclairer Gold Road. Les gens étaient fort gentils là-bas, l’air y était frais et l’ambiance apaisante. Ce devait être grâce à l’Yggdrasil, cet énoooorme arbre se dressant au centre de la capitale, maintenant l’équilibre du Monde entier…L’ex-criminel avait été quelque peu perplexe au début, mais il dut avouer que passer à côté l’avait fait se sentir un peu mieux…

Ils marchèrent encore plusieurs jours avant d’enfin parvenir à leur destination : Arancioni. A la Vallée des animaux, s’ils se fiaient aux quelques voyageurs rencontrés sur leur route. Un peu plus loin se dressait le Pic de l’Aigle, une montagne dite infranchissable dont le sommet était encore inexploré. Autant dire que cela emballa rapidement le blanc qui voulut s’y rendre, faisant royalement fi de la difficulté.

Si Genesis admirait le paysage, la verdure et les courbes des plaines magnifiques du pays Orange, époustouflant par sa diversité et l’animation étrange qui y régnait, là où Verde était plus apaisante, ces terres donnaient une envie irrémédiable de bouger, et le blanc n’y fut pas insensible.

Jamais il n’avait fait de rodéo, ni de cheval de sa vie, mais monter sur les épaules du robot pour le sommer de foncer comme un taré dans la plaine n’avait absolument rien de décevant, ni de franchement difficile ! Ils faisaient des huit, des cercles ou des figures totalement aléatoires, partant littéralement dans tous les sens, au plus grand plaisir de l’humain qui ne se gênait pas pour traiter son ami comme un cheval -cela dit, était-ce réellement rabaissant ? Mmh, question philosophique, à méditer-. La machine préférait garder le silence, peut-être car la honte de lui permettait pas d’en placer une ou qu’au contraire, il préférait ne pas en placer une pour préserver ce qui avait réchappé à cette honte monumentale, tandis que l’ex-criminel s’éclaircissait les cordes vocales à volonté.

« YOLLOOOOOOOOOOOOO !! »


Ils croisèrent d’ailleurs deux trucs, des hommes-bêtes s’ils avaient bien vu (si cela avait été des femmes, Marx aurait aussitôt tiré sur le harnais pour faire s’arrêter net sa monture, croyez-le), qui les virent passer comme un TGV ; ils devaient probablement se poser des questions sur ce qu’ils étaient -passés à cette vitesse ils devaient avoir l’air d’un truc marrant, tiens-. Un cri aussi résonna un peu plus loin, un peu plus tard ; un « FLIBIDIIIIIIIIII » intriguant, et étonamment aigu, aussi, provenant de la montagne vers laquelle ils se dirigeaient, mais ils n’y firent pas plus attention, l’un occupé à s’amuser et l’autre à les maintenir en vie en esquivant tout obstacle qui les réduirait en charpie à cette vitesse.

Attendez, la montagne vers laquelle ils se dirigeaient ?

Sans même qu’ils ne fassent gaffe, ils fonçaient vers les rochers marquant le pied du fameux Pic de l’Aigle ; tentant comme il pouvait de ne pas les faire s’écraser, Genesis les firent s’engager sur une pente longeant la montagne ; elle demandait un peu d’effort pour la monter mais Genesis n’y aurait trouvé aucune difficulté…S’il n’avait pas un poids difforme de plus de cinquante-cinq kilos sur ses épaules métalliques, il freina alors peut-être un peu trop brusquement, envoyant son compère quelques mètres devant lui rencontrer le sol, tête la première, mais au moins comme ça il n’avait pas à lui demander de descendre, et malgré les grognements du blanc, il en fut tout de même satisfait.

Dans leur hâte, ils n’avaient même pas remarqué qu’il pleuvait, d’ailleurs. Des cordes, une averse violente qu’ils n’avaient même pas présagée, le temps semblait tourner rapidement ici… Genesis, qui était évidemment conçu pour supporter une averse de ce genre n’y vit aucun problème, si ce n’était celui de la vue et de l’ouïe, à longue distance, tandis que Marx, les lunettes embuées qu’il retira d’ailleurs pour les mettre dans son sac confié au robot, se défaisait de sa veste noire commençant à devenir lourde d’eau, restant ainsi en simple chemise blanche, sans en être pour autant plus incommodé que ça.

Laissant le chemin les mener là où il le souhaitait, ils escaladaient la pente un peu abrupte, manquant parfois de glisser à cause des trombes d’eau s’échouant sur la roche, mais au-delà du bruit de l’averse, ils purent entendre un bruit ressemblant à des grognements, accompagné de pas relativement…Lourds ? Craignant le pire, Marx se retint de crier avant de murmurer, d’une voix exprimant un fort ressentiment.

« Geny…Me dit juste pas que c’est encore ce machin truc d’ogre de Rosso, j’ai pas envie de perdre mes tympans une deuxième fois ! » Mais le robot lui fit vite signe de se taire, tentant d’analyser le bruit.

Ils étaient dans une forêt cette fois, très probablement entourés de bêtes sauvages dont ils ignoraient la nature exacte, mais il pouvait avoir une vague idée (quoique, c’était Yume no Sekai, il ne fallait pas l’oublier), c’était bien différent d’un désert ou d’une plaine dégagée… Lentement, il continua d’avancer, l’humain sur ses talons. Mais alors qu’ils s’attendaient à croiser la bête à tout moment, ils tombèrent inopinément sur une toute petite grotte, creusée dans la montagne, et habitée par…Une fille.

Une fille était recroquevillée à l’intérieur, à l’abri de la pluie. Elle semblait terrorisée, incapable de bouger ; probablement à cause des grognements peu rassurants qui approchaient, rien d’étonnant en somme. Pas gougeât pour deux sous, Marx s’approcha rapidement mais pas précipitamment vers elle, pour ne pas l’effrayer, et posa délicatement une main sur son épaule.

« Ça va aller, Lady ? » Il avait usé de son ton le plus calme, ne souhaitant en rien empirer l’état de la demoiselle. Elle était brune, franchement jolie et…Moulée dans une combinaison des plus avenantes, un détail qui n’échappa pas à l’œil gris avisé du Rosien, mais elle n’était pas une femme hybride, à sa plus grande déception. Mais une Lady restait une Lady, il resta donc à ses côtés tandis que Genesis tentait toujours de déterminer la nature des grognements, se rapprochant toujours de plus en plus près. Leur emplacement et l’averse violente n’aidaient pas à déterminer la provenance exacte de la menace, ce qui était regrettable. Ils devraient bouger de là rapidement, mais comment ? Le blanc se retourna vers son ami.

« Genesis, t’arrives pas à le repérer ? »

« Non, je n’ai aucune donnée du terrain et la pluie brouille mes capteurs auditifs. »

« Merde. »


Ils pouvaient toujours espérer que le détenteur des grognements ne se rende pas compte de leur présence et se contente de passer à côté, mais c’était bien risqué de compter sur cette chance…Même si c’était bien du genre de Marx, il savait tout de même être sensé par moments, Dieu merci.

« Lady, » Fit-il, ramenant son attention sur la jeune femme, « Vous êtes capable de vous lever ? Je pense qu’on ferait mieux de partir d’ici, pour trouver un endroit plus sûr. » Nouveau grognement, bien plus puissant et bien plus près, le blanc sursauta.

« Genesis ? »

« Ça se rapproche indéniablement… ça viens d’en face ! »




…D’en face ?

WHAAAAT ??

Les pas étaient à présent assez puissants pour faire trembler les cailloux sur le sol rocheux de la plateforme sur laquelle ils se tenaient. Sortant la tête pour voir de quoi il s’agissait, Marx resta figé quelques secondes.

Bon. C’était Yume no Sekai, hein. Il y avait des hybrides et des gens qui vivaient sous l’eau, et tout plein de bestioles bizarres. Alors un dinosaure, c’était rien, hein ?

Hein ?

Marx l’espérait de tout cœur. Parce que oui, il avait déjà ouvert un livre d’histoire (un magazine douteux en vrai), et il reconnaissait la tête d’un dinosaure, et il pouvait affirmer que la créature de cinq mètres au moins se dirigeant droit vers eux en était bien un…

« Petite question, Geny. »

« Quoi ? »

« A ton avis, quel serait le premier réflexe humain dans une situation comme la nôtre ? »

« Crier ? »

« Exact. Et le second ? »

« Fuir ? »

« Ouep. Et si on passait direct au deuxième réflexe ? »

« Je ne vois pas d’autre solution dans l’immédiat, en effet. »
Mieux vaut ne pas savoir pourquoi ces deux-là gardaient un certain sang-froid dans un moment pareil. Sans perdre plus de temps, le blanc revint vers la brunette pour la saisir façon princesse et faire signe à Genesis.

« On fout l’caaaamp ! »

Aussi rapidement qu’ils le pouvaient, ils dévalèrent à nouveau la pente, cette fois en sens inverse pour se retrouver sur le sol terreux du pied de la montagne, mais ils ne prévirent pas que la route leur serait coupée…Par un nouveau dinosaure ? C’était quoi ça, une meute ?! Un grognement surpuissant manqua de les faire voler dans les airs, décoiffant le blanc au passage, avant que ce dernier ne fasse une grimace.

« Putain, l’haleine… »

Ils étaient bloqués, deux bêtes féroces se rapprochant d’eux des deux côtés du seul chemin qu’ils pouvaient emprunter. Ils étaient bloqués, leur seule issue était de sauter à plusieurs mètres du sol en espérant ne pas se casser trop de trucs et surtout ne pas se faire empaler par une branche d’arbre. Si Marx n’avait pas envie d’une façon de mourir, ça serait empalé sur une branche d’arbre. Ils ne leur restait plus qu’une solution…

« ATTA ! On va affronter ces Tiranosaures ? »

« Ce n sont pas des dinosaures…Huh, whatever. »

« Hey, that’s my line ! »

« Tu déteins sur moi. »


Espérant ne pas trop faire peur à la demoiselle dans ses bras avec leurs réactions atypiques, le blanc baissa la tête vers elle, la tenant toujours en mode princess style, et lui fit alors son plus beau sourire.

« Ne vous inquiétez pas lady, on s’en sortira ! » Il leva la tête vers les deux énaurmes bestioles qui claquaient des mâchoires pour bien leur signifier ce qui les attendait. « Enfin, on fera tout pour, hein ! »

Ouep, ça s’annonçait à la hauteur sur l’échelle de la dinguerie à ce qu’ils avaient déjà vécu. Même que ça s’apprêtait à exploser un record, là…





_________________
Les "sautes d'humeur" de Genesis :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikaru DEUL
Blu - Rang 1
Blu - Rang 1
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 14/08/2016
Localisation : -EMPLACEMENT INCONNU-

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]   Sam 17 Sep - 10:24

Interruption d'orgie.
Un homme entrait dans la mini grotte, il était accompagné d'un robot au model m'étant totalement inconnu, il était peut-être même technologiquement supérieur à moi, ou peut-être pas, je ne suis pas vraiment des plus vieilles générations, j'ai été faite à partir d'un model basique mais j'ai subis de nombreuses améliorations, d'où mon comportement humain ! Le garçon venait rapidement vers moi afin de poser sa main sur mon épaule.

Marx : Ça va aller, Lady ?

C'était donc eux la provenance des bruits de pas, mais les grognements ? Le robot restait un peu plus loin, il devait essayer d'analyser les lieux. Je n'avais pas "vraiment" peur, mais peur quand même, en tout cas si un problème survenait, je saurais agir en conséquences, soit neutraliser la possible menace, ou fuir. L'homme se retournait vers son robot afin de commencer un dialogue avec lui, moi, je ne disais rien, je ne bougeais pas, je tentais d'utiliser mes capteurs pour tenter aussi de détecter la menace rôdant autour de nous et c'était assez compliqué avec toute cette pluie...

Marx : Genesis, t’arrives pas à le repérer ?

J'avais raison, il essayait bel et bien de repérer la menace environnante, était-ce humain ou non ? Animal normal ? Monstre ? ÉNORME monstre ? Je n'arrivais à rien, je ne percevais que moi, le robot, l'homme, et la pluie, rien d'autre, c'est frustrant ! Je devrais aller faire un tour à Blu après avoir retrouvé Akashi, il faut que j'améliore ce maudit module de détection, et il faut aussi que j'améliore le module de régénération... Ah ! Il faut que j'améliore plein de choses !

Genesis : Non, je n’ai aucune donnée du terrain et la pluie brouille mes capteurs auditifs.

Marx : Merde.


Là, ça craignait ! Des monstres sont sans doutes en train de se lécher les babines en pensant bientôt pouvoir commencer à savourer un nouveau repas : nous. Bon, je ne pense pas que les monstres mangent les robots et la chair artificielle, mais bon... Il faut toujours se méfier ! L'humain fait de véritable chaire serait sans doutes le premier à être dévoré tout cru si de gros animaux carnivores étaient dans le coin !

Marx :  Lady ? Vous êtes capable de vous lever ? Je pense qu’on ferait mieux de partir d’ici, pour trouver un endroit plus sûr.

Trouver un endroit plus sûr ? Et bien... Moi je peux m'échapper rapidement d'ici, je peux sauter de cette maudite montagne, me laisser dévaler la pente, et me retrouver en bas, certes très amochée et sans doutes empalée par un arbre, mais vivante ! Je n'aurais qu'à laisser mes modules de soin me réparer après m'être retirée de l'arbre, ça prendra un peu de temps, mais au moins je n'aurais pas de monstres au train, et je pourrais aller en ville ! Bon je ne connaissais pas encore le chemin, mais je me laisserais guider par mon instinct !

Alors que j'allais me lever... Un énorme hurlement venant de dehors, ça y était, ils approchaient ! Un dernière pensée pour mon lapin imaginaire, Lovy, le petit lapin rose tout câlin ! Quoi que... Non ! Pour Lovy je ne mourrais pas ! Plus sérieusement, quoi que ce soit, je pense que je vais juste prendre mes jambes à mon cou avant qu'il n'arrive quoi que ce soit, et puis... Merde, les deux gens, l'homme et le robot, ils me coincent ici ! Car si je les laisse, ils risquent de mourir ! A mois que ce ne soit qu'un petit monstre qui a fait un cri comme précédemment, ça se trouve, ce n'est rien de dangereux !


Marx : Genesis ?

Genesis : Ça se rapproche indéniablement… ça viens d’en face !


Le sol tremblait à chaque pas de la bête qui, malheureusement pour nous tous, était énorme, mais au moins elle semblait seule. L'homme sortit la tête de la grotte pour voir qu'Est-ce qui était en train de faire trembler le sol, et... Je détectais ce qu'était la cause du tremblement... C'était un....... Un.... Dinosaure ? 5 mètres de haut, cornes sur le tête, super poids lourd, il avait tout ce qu'il fallait pour nous arracher la tête en un rien de temps.

Marx : Petite question, Geny.

Genesis : Quoi ?

Marx : A ton avis, quel serait le premier réflexe humain dans une situation comme la nôtre ?

Genesis : Crier ?

Marx : Exact. Et le second ?

Genesis : Fuir ?

Marx ! Ouep. Et si on passait direct au deuxième réflexe ?

Genesis : Je ne vois pas d’autre solution dans l’immédiat, en effet.


Oui, fuir est une excellente solution ! Mais... Comment allaient-t-ils faire ? Moi comme je l'ai dis, je peux dévaler la montagne, mais eux ? Ils ont dû emprunté le chemin assez... Dangereux, surtout avec la pluie... La fuite n'est probablement pas possible pour eux, à moins que le robot, Genesis, ai une sorte de cage internet où l'homme, Marx, pourrait se cacher et s'y protéger !

Le robot arrivait vers moi afin de me prendre tel une princesse, hein ? Mais... Je pouvais marcher seule ! Je n'ai pas besoin d'aide pour ça ! C'est plutôt eux qui ont besoin d'aide ! Ils fonçait dehors en esquivant le tyrannosaure, puis il sauta pour pouvoir par la suite dévaler la pente, glissade plus rapide par la pluie, bande de fous ! Ils ont réussit à rester calme en voyant le tyrannosaure, et maintenant ils dévalent avec moi de manière suicidaire cette montagne ! Au moins... J'étais juste trempée, et pas salie, c'était effectivement un point positif.

On finissait pas se retrouver presque aux pieds de la montagne, oh, parfais ! Je pensais pas qu'ils auraient été capable de faire ça pour fuir, ils ne doivent pas être bien de leur tête, c'est des malades ! Mais... Il faut croire que c'était mieux ainsi, une personne normale se serait fait dessus et serait probablement restée là haut... Et j'aurais attrapé cette personne normale pour fuir en dévalant la montagne, et... Ok, je suis aussi une tarée moi aussi, mais pour le bien des gens !

Maintenant nous faisons face à un autre problème, presque similaire à celui d'en haut, non, vraiment la différence était minime, ce n'était vraiment rien, juste... Beaucoup d'autres tyrannosaures nous attendaient en bas...! Finalement c'était mieux en haut ! ... Non ? Un puissant cri nous avait stoppés, Marx était complètement décoiffé (petite précision utile), il fit une grimace dénoncent le fait que l'haleine de ce monstre était.... Puante en vomir, je venais de couper mon module d'odorat, très franchement je n'avais jamais rien sentis de tel...!

Ils étaient deux, un devant, un derrière... On allait être prit en sandwich ! (pas d’allusions perverses s'il vous plait.) J'étais toujours dans les bras du type, comme une petite princesse, qu'est-ce qu'ils comptent faire lui et son ami ? Ils ne seront jamais assez fort pour vaincre de tels titans ! Les affronter serait suicidaire ! Et pourtant... Le blanc parla.


Marx : ATTA ! On va affronter ces Tiranosaures ?

Genesis : Ce n sont pas des dinosaures…Huh, whatever.

Marx : Hey, that’s my line !

Genesis : Tu déteins sur moi.


Mais mais mais... Arrêtez de rester calme enfin ! Il y a deux monstres qui sont prêts à vous dévorer tout cru ! Je n'ai pas envie d'y passer moi ! Enfin... Il n'y a aucunes chances que j'y passe, juste que je finisse en miettes, mais c'est presque pareil...! Marx baissait la tête vers moi, puis avec un grand sourire il me parla.

Marx : Ne vous inquiétez pas lady, on s’en sortira !

Euh... Oui ? C'est quand même deux gros tyrannosaurus rexus flibidus ayayus ! On ne peut pas les affronter ! Oui, "on", je peux aussi me battre mais je ne veux pas, je veux partir ! Le problème c'est que sauter d'ici c'est risque de finir empalé sur une branche d'arbre, ce serait problématique, mais moi j'aurais des chances d'y survivre !

Enfin bon... Quand on a pas le choix... J'allais attaquer... Celui là ! Avant toute choses, je devais l'analyser plus en détails, je savais déjà que ce genre de Tyrannosaure faisait au moins 5 mètres grâce à l'analyse de tout à l'heure, mais il me fallait plus de détails si je voulais avoir une chance de vaincre ces géants, je voulais voir leur points faibles !

Mes détecteurs m'indiquaient que leur peau écailleuse semblait trop solide pour que mes balles puissent leur faire mal, mais ils n'étaient pas protégés partout, dans leur gueule ou dans leurs yeux, voilà ou il fallait taper, j'avais de quoi les rendre aveugle avec mon pistolet, et que puis-je faire en leur tirant dans la gueule ? ... Sans doutes juste leur faire mal. Je communiquais mes informations à Marx et a Genesis en les regardant d'un regard sérieux tout en me restant en mode princesse, parce que voila, ça me faisait marrer !

Hikaru : Ecoutez ! Si vous voulez tenter d'affronter ces titans et de les tuer, attaquez les aux yeux et dans la gueule ! Ils n'ont pas d'écailles à ces endroits, ils y sont vulnérables.

Je faisais sortir mon pistolet de mon poignet droit, et je visais ensuite l'un des deux tyrannosaures, tirer dans les yeux demander une précision de haut niveau, et si je suis en mouvement, l'action sera d'autant plus difficile, je crois que je n'ai que 20-25% de chances de réussir un tir, sachant que je vais spammer la gâchette, je devrais toucher au moins une fois tout les dix tirs, sachant que les choses ne se passent pas toujours comme ont le souhaite et que je n'aurais pas tout le temps la possibilité de tirer pour causes d'esquives ou d'autres actions, on va mettre du temps pour un seul de ces monstres, à moins que ces deux personnes ne soient plus fortes que je ne l'imaginais.

J'entendais leur grognements, mais le problème c'est que... Quand ils avaient la gueule fermée, il y avait d'autres grognements, et ça ne venait pas de nos deux adversaires ! Il y en avait d'autres ? Où ? Devant ? Derrière ? A droite ? A gauche ? Au dessus ? En dessous ? Je ne les voyais pas à cause de la pluie et de la nuit, et je ne les détectais pas non plus.

Ca y est ! Les deux tyrannosaures fonçaient vers nous ! Plus ils étaient proches, plus j'avais de chances de toucher mes cibles, soit l'intérieur de leur gueule et leurs yeux, à chaque seconde, je devenais plus concentrée, et plus déterminée à ne pas finir en pièces détachées, je dois retrouver un certain Akashi après ça ! Ah ! Si seulement je n'avais pas eu un manque de batterie dans cette mini grotte plus haut... Je n'en serait pas là ! D'ailleurs jusqu'à présent, rien ne c'est passé comme je le voulais, le bug à Blu, et maintenant ça, oui je ne parle pas de ma petite visite à Giallo, ça n'avait été que bref.

Hikaru : Prête ! C'est quand vous voulez !

Et je commençais à tirer non-stop en visant l'un des deux tyrannosaures, j'étais tellement concentrée sur ça que je ne savais même pas si le type qui me tenait était en déplacements ou non, c'est comme dans les jeux vidéos ! La caméra bouge toute seule et on a juste à tirer sur les zombis ou sur les méchants Russes ou les très méchants asiatiques ! Bon dieu de jeux... Il faudrait que je me trouve une console après ça !

Je pense aussi qu'après tout ça, après avoir retrouvé Akashi, je devrais me trouver un vrai chez moi, et faire une pause, une très longue pause, ça me manque de rester assise sur un coussin avec une manette en mains avec le paquet de chips et la canette de cola sur la table basse devant mon écran plat... Elle me manque la chambre... Je ferais la même dans ma future maison !

[HRP/ Hikaru est toujours dans les bras de Marx alors que les deux Minautausorus Rex leur foncent dessus, elle mitraille de balles l'un d'entre eux tandis que d'autres grognements se font entendre non loin\PRH]
Hikaru DEUL

_________________

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marx et Genesis
Rosa - Rang 2
Rosa - Rang 2
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 26/07/2016
Localisation : En Pleine Ruée vers les Golds !

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]   Sam 17 Sep - 18:52



Interruption
D’orgie...

“Haha, c’est gênant ça~”

Ils étaient piégés des deux côtés, et d’autres grognements encore leur parvenait d’un peu plus loin; toute la cavalerie allait débarquer ou quoi ? En plus, c’était clair qu’à eux trois ils ne suffiraient même pas à rassasier ces deux grands gaillards qui semblaient mourir de faim (et Marx imaginait aisément l’indigestion qu’aurait celui qui avalerait Genesis).

Ce dernier tentait de faire fonctionner son unité mère au maximum pour trouver une solution. Au vu du bruit qu’ils percevaient à quelques centaines de mètres, d’autres dinosaures probablement semblables allaient bientôt arriver, fuir ne les mènerait que plus vite à eux, et dans le feu de l’action ils pourraient se retrouver sans issue possible et une gueule aux dents acérée viendra les faucher avant qu’ils ne s’en rendent compte, option écartée pour le moment, il réenvisagerait cette possibilité lorsque tous leurs prédateurs se seront montrés, s’ils survivent jusque là. Ce qui leur restait comme choix était donc "combattre" et "faire les morts", il n’eut pas besoin d’analyser l’option pour comprendre que la seconde avait très peu de chance de les sauver, il se mit donc immédiatement à penser à un moyen de combattre, efficace et rapide, ils devaient porter des coups critiques pour ne pas s’épuiser et prendre l’avantage.

« Ecoutez ! Si vous voulez tenter d'affronter ces titans et de les tuer, attaquez-les aux yeux et dans la gueule ! Ils n'ont pas d'écailles à ces endroits, ils y sont vulnérables. »

Oh, très bonne idée, agréèrent les deux hommes. En effet, les écailles qui recouvraient le reste de leur corps semblaient bien solides, et leurs attaques ne fonctionneraient probablement pas contre un tel bouclier, ils devaient donc viser les endroits qui n’en avaient pas… Un regard entendu vers le robot, Marx sourit.

Si Genesis connaissait déjà ses capacités au combat dans sa vie "antérieure" (ils s’amusaient à appeler ainsi leur vie avant leur arrivée à Yume no Sekai), lui qui avait été créé dans le but de servir la police et donc demandait évidemment un réglage et des notions de lutte adaptés ; le blanc avait découvert son propre pouvoir, au-delà de son expérience au corps-à-corps, dans cette nouvelle vie trépidente. C’était un pouvoir aussi intriguant que classe pour l’ex-criminel ; il n’avait malheureusement pas eu beaucoup de temps pour s’entrainer à l’utiliser, mais il ferait avec. Il se souvenait de cette soirée, alors qu’il s’amusait simplement à prédire leur avenir au tarot. Il n’avait d’ailleurs pas pu finir sa prédiction.

A croire que leur vie ici ne pouvait qu’être imprévisible.

Il jeta à nouveau un regard à la jeune brune, souriant, alors qu’il la regardait tirer non-stop sur le dino qui leur faisait face. Il tenta de son mieux de la soutenir sans glisser sur la roche trempée, tandis que Genesis se concentrait pour pouvoir frapper au moment stratégique, et dit finalement, ne sachant s’il serait entendu ; cette jeune femme était quand même canon, concentrée comme ça. En plus il ne s’était pas imaginé qu’elle avait un jouet aussi dangereux qu’un pistolet sur elle (ou en elle ?), mais il n’allait certainement pas se plaindre, il aimait les filles fortes, ils les trouvait bien plus intéressantes.

« Pardon, Lady, mais le devoir m’appelle…Faites attention ça glisse ! »


La reposant au sol, il s’élança vers la créature qui arrivait derrière eux, celle qu’ils avaient fuis en premier. Il ouvrit son énorme gueule pour tenter de le mordre (et le gratifier de son haleine tout aussi…fraîche) mais il parvint à esquiver en partant sur le côté, manquant de peu de glisser et de se casser la gueule, mais il esquiva tout de même. Il enfourna alors une main dans sa poche, prêt à passer aux choses sérieuses.

De son côté, Genesis observait à la fois le dinosaure et la jeune femme qui lui tirait dessus sans discontinuer. Ses tirs étaient d’ailleurs précis, preuve de la concentration maximale de la brune, mais pas que. D’ailleurs, il pouvait remarquer qu’elle ne faisait que peu de faux mouvements, ou même de simples mouvements superflus, serait-il possible que… ?

Il n’eut pas le temps d’en penser plus que la patte de la créature s’échoua à quelques centimètres à sa droite, le faisant s’écarter brusquement. Levant la tête il se retrouva nez à nez avec la dentition peu entretenue mais tout de même dangereuse, c’était ce qu’on pouvait appeler une occasion en or ça, non ?

De l’or, Marx détalerait s’il entendait ça.

Continuant sur sa lancée, il s’écarta pour faire coïncider son épaule droite avec la gueule ouverte, prête à le croquer comme une barre chocolatée, et actionnant son bras allongeable, il la propulsa pour accrocher la langue avec ses doigts-lames et d’arracher cette dernière, mais il se rendit compte rapidement qu’il était un peu trop léger pour parvenir à ses fins, le crâne de la créature risquait fortement de l’entrainer dans le mouvement logique de défense qu’il aurait dans moins d’une seconde, l’envoyant à plusieurs mètres voir kilomètres s’il ne s’accrochait pas correctement, sans oublier le risque que le dinosaure ne referme sa gueule sur son bras…

Heureusement qu’il ne sentait pas la bave dégouliner le long de son bras, sinon c’aurait été le summum.

Il jeta un regard vers la brune, lui faisant signe de venir l’aider ; une de ses balles avait-elle atteint son objectif ? Il n’en savait rien, mais il l’espérait. Si elle n’était parvenue à rien, pas qu’il lui en veuille, mais ils seraient définitivement dans de beaux draps. Les autres grognements approchaient clairement, ils devaient au moins en finir avec celui-là !

***

Main dans la poche, Marx allait sortir son atout pour passer aux choses sérieuses, et alors qu’il souriait, il sortit un sucette à la fraise, se mettant à crier dès qu’il s’en rendit compte.

« Merde, pas ça ! C’est pas le moment ! »

Se dépêchant de la remettre à sa place, il parvint finalement à sortir ce qu’il avait réellement l’intention de sortir (…NON pas de pensées perverses !!!). S’accrochant à un rocher pour ne pas dévaler la pente sur le dos après avoir esquivé une patte un peu trop lourde pour que ses os le supportent, il jeta un coup d’œil à l’objet, avant de se concentrer.

« Ce n’est pas l’idéal dans cette situation, mais on va faire avec… »
Bientôt, une lueur bleutée prit place dans sa paume, là où un objet fin se mit à tournoyer. « Number 0, the Fool ! »


L’objet, qui se trouvait être une carte de tarot, portant le dessin du Fou, sembla s’embraser d’un feu azur avant que le blanc ne la brise en fermant son point, laissant alors apparaitre, encore faussement consumé par quelques résidus de flammes, un couteau d’une lame d’environs dix centimètres. C’était maigre et il le savait, mais c’était ce dont il avait la possession en cet instant, il devait trouver un moyen de le combiner à ses autres atouts pour tenter d’avoir l’avantage !

D’un bond agile, il tenta d’atteindre la tête de la bête qu l’avait baissée pour venir le happer, prenant à la place le rocher auquel il s’était retenu, le détruisant entre ses dents comme s’il ne s’agissait que d’un marshmallow.

‘Oh non, pas les marshmallow à la fraise, Marx, c’est vraiment pas le moment de penser à ça…’ Se convainquait-il comme il le pouvait, mais il n’y pouvait rien, il avait déjà l’eau à la bouche. Bon, dès cette affaire terminée, ils feraient le tour de Yume no Sekai pour trouver ces friandises du paradis, et ILS LES TROUVERONT, FOI D’EBOTT MARX !

Motivé de cette résolution, il s’accrocha mieux sur la tête du dinosaure, qui n’hésita pas à secouer dans tous les sens pour se débarrasser de cette gêne un peu lourde, retournant l’estomac du pauvre ex-criminel qui, heureusement, n’avait pas déjeuné, et n’avait donc rien à rendre sur le coup (c’aurait été un tel gâchis, il se rappellera de ne jamais manger avant de passer par ce coin-là). Il empoigna fermement son arme et tenta de viser un œil qu’il atteint au prix d’une blessure au bras dû aux écailles dures comme de la pierre, et il ne parlait même pas de l’état de sa main gauche.

Le sang gicla violemment, tachant le haut de son corps, sa chemise et ses cheveux blancs, ainsi que l’un de ses yeux, l’aveuglant quelques secondes.

Quelques secondes dont le dinosaure profita pour le faire tomber et le gober au vol…

***

Genesis sentait les secondes passer comme s’il s’agissait d’heures entières, il voyait tout au ralenti, peut-être réfléchissait-il trop vite ? Qu’importe, avec les tonnes de pluie qui s’échouait sur eux, son système ne risquait pas de faire une surchauffe. Enfin, il supposait…

La bête à laquelle il était accroché ne voulait pas rester tranquille, le balançant dans tous les sens, tandis que ses puissants grognements de douleur faisaient vibrer sa carcasse de métal léger ainsi que tous ses sens. Le dinosaure derrière eux grognait fort aussi, Marx était-il en difficulté ? Le robot était incapable de le savoir, il ne pouvait vérifier au vu de sa position, et il avait peur que sa main ne tienne plus bien longtemps, accrochée à la chaire tendre de la langue du dinosaure, il pourrait lâcher prise et se réceptionner tant bien que mal au sol, mais il perdrait une occasion d’agir et cela serait grandement préjudiciable, il n’aurait peut-être pas le temps d’agir une nouvelle fois qu’ils se seraient déjà fait mordre, lui ou la jeune femme. Mais très vite, quelque chose d’inattendu se produisit.

Dans un boucan assez difficilement descriptible, il vit…Le corps de leur prédateur initial dévaler la pente en, littéralement, se cassant la gueule. Il n’était pas mort, mais il semblait amoché, Marx avait réussi ! Mais, où était-il ?

Aucune trace du blanc plus haut, il ne descendait pas, était-il trop blessé pour bouger ? Genesis se mit à sérieusement s’inquiéter, avant qu’un râle ne lui parvienne venant de la gueule de l’animal à terre, mais il ne semblait pas lui appartenir… Lentement, difficilement, sa mâchoire s’ouvrit, comme forcée de l’intérieur, et une silhouette en sortit, couverte de bave et de sang.

« Marx !? »

« Yoo, Geny… »
Même s’il souriait, le blanc n’était pas au meilleur de sa forme. Dans ses mains brillait le métal de son couteau et de sa dague, qu’il avait tout juste eu le temps d’invoquer. Avant d’être avalé tout cru, il s’était accroché de toute sa force à un croc et avait planté ses deux lames au fond du palais, près de la luette ; leurs longueurs pourtant modestes étaient suffisantes pour faire d’assez gros dégâts dans un tel endroit.

Durant les quelques secondes qu’il avait passé dans cette gueule, Marx avait, on peut le dire, vu sa vie défiler devant ses yeux à la façon d’un vieux film muet. Il avait agi presque par instinct, faisant ce que sa tête pensait pouvoir marcher, mais il n’avait eu aucune garantie. Et s’il n’avait pas pu s’accrocher à ce croc ? Il serait au fond de son estomac en train d’être lentement digéré…Aaah, c’était dans ces moments-là que Marx se rendait compte de la chance d’être encore en vie.

Après tout, quel bonheur pourrait égaler celui de sortir vivant de la gueule d’un dinosaure, les fringues dégueulasses et collantes de sang et de bave, complètement épuisé et une blessure au bras qui, infectée comme elle pourrait l’être avec ce qui le recouvrait, pourrait le mener à une amputation ? Probablement rien.

Ah si, celui de manger des marshmallow à la fraise… !

Tentant comme il le pouvait de tenir debout (le choc de la chute ne l’avait pas épargné sous prétexte qu’il était enfermé dans une cage d’os et de dents particulièrement durs), il leva un regard vers son compagnon et la jeune femme.

« Un petit coup de main ? »

Bon, il était un peu amoché, quelques côtes et autres trucs cassés, mais l’adrénaline le ferait un peu oublier la douleur en attendant que la bataille soit finie, hein ? Il verrait le reste après. L’essentiel était pour le moment de survivre, et les dinos qui approchaient dangereusement dans leur direction, au moins une dizaine, lui fit clairement sentir que le chemin de la survie n’allait pas être bref…






_________________
Les "sautes d'humeur" de Genesis :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 742
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]   Dim 18 Sep - 22:32

Bonjour à vous jeunes aventuriers, je viens vous faire part des résultats. L'horloge sonne, les aiguilles des montres indiquent votre défaite. Le sablier est vide, il faut le retourner, mais vous n'en avez pas le droit malheureusement. Les Minotosaurus Rex étaient peut être trop gros pour vous, leur nombre, ou leur puissance était bien trop différents de ce que vous pouviez endurer. Vos corps sont en charpie, mais vous avez réussit à fuir loin d'ici.

Marx, tu as subis de lourdes blessures, ton bras droit s'est fait arraché et dévoré par l'un des Minotosaurus et tes jambes seront en mauvais état pour de futurs aventures. Ton compagnon Genesis a subit de graves dégâts, son corps s'est fait compresser, le bas de son torse malmené, ses bras déchiqueté, ils tiennent à peine avec quelques fils électriques. La lame à l'intérieur de son corps s'en retrouve d'ailleurs endommagée elle aussi. Et toi Hikaru DEUL, ton système d'alerte t'informe que les dégâts que tu as subis sont bien trop gros pour que tu puisses te réparer par toi même. Tu as perdu une partie de ton crâne et ta mémoire s'est effacé suite à cela. Ton corps en charpie, un de tes membres (tu choisiras celui que tu préfères) est manquant.

Je suis particulièrement désolé pour vous jeunes aventuriers, mais vous avez peut être visé un peu trop haut pour votre niveau. Le monde de Yume no Sekai est dangereux, ne pas y être préparé peut vous amener à ce genre de catastrophe. Mais ne vous découragez pas, viendra le temps où vous serez capable de faire des miracles.

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interruption d'orgie [Quête IMPOSSIBLE ft.Marx & genesis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» Débat: Et si Marx avait raison?
» Orgie et intrigue
» impossible d' actualiser l' assedic par la toile
» Le rêve est impalpable, impossible, comme la lumière. le 26 janvier, à trois heures.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Le monde des rêvesTitre :: ArancioniTitre :: Le pic de l'aigle-
Sauter vers: