Partagez | 
 

 A la vie, à la mort. [Quête Impossible]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Jeu 6 Avr - 2:48

"Encore des blessés ? Ils n'arrêtent plus d'affluer...!" Soupira l'un des médecins qui venait de recevoir une nouvelle civière.
"C'est madame Ahriana, la femme de la reine Aéris !" S'exprima le secouriste. "Elle perd beaucoup trop de sang, nous avo-"
"Où est-elle blessée ? Quel est son état exact ? Son poux ? Faites moi un rapport bon sang !"
S'écria le médecin.
"O-oui ! Elle a été touchée au ventre, transpercée d'après ce que d'autres blessés nous ont racontés par un rayon lumineux, celui du défunt Monokuma, chef ! Mademoiselle s'est servie du reste de son énergie pour se propulser jusqu'à la salle de réunion, son état est pire que critique..."
"Bordel...! Libérez moi une place ! Apportez moi nos meilleurs chirurgiens, nous n'avons pas de temps à perdre !"
Hurla-t-il.

C'était la panique partout dans l'établissement et dans les camps de soins, les blessés affluaient par de véritables vagues, des gens mourraient de leur blessures sans même qu'un soigneur n'ait eu le temps de venir s'occuper de leur donner les premiers soins, l'armée de la vie était complètement surchargée. Les plus grands blessés étaient emmenés en intérieur pour être opérés d'urgence, c'est là que la renarde dont la lumière est en train de s'éteindre à été emmenée pour désespérément tenter de la sauver des griffes de la mort. Ce n'était pas la première fois qu'Ahriana souffrait d'une telle blessure, donc pas la première fois qu'elle avait été opérée d'urgence ainsi, mais jamais dans de telles conditions, il y avait tant d'agitation partout dans Gaëa que la table d'opération sur laquelle se trouvait maintenant la femme-renarde pouvait presque trembler.

Ventre dégagé, branches retirées du corps, bouts de verres extirpés de la peau, les chirurgiens commençaient à jouer du scalpel dans le corps de l'hybride, faire taire l’hémorragie, raccommoder veines, artères, et quelques organes internes, jamais une tâche n'avait été aussi dure pour les soigneurs, une grande pression pesait sur leurs épaules, ils devaient faire preuve d'une grande force mentale pour ne pas céder à la peur, la panique, ou la colère, c'est pour ça qu'ils étaient régulièrement remplacés par leur semblables disponibles. Ahriana était plongée dans ce qui pourrait être le plus grand des comas jamais connu sur Yume no Sekai, déjà blessée à l'estomac par le grand démon Noisemaster, ayant déjà vécu un coma pour une blessure similaire au même endroit par une même attaque, elle était déjà fragilisée, ses chances de se réveiller de ceci étaient des plus faibles, les chances que la femme à neuf queues se réveille sont si moindres qu'on pourrait les croire inexistantes.

Pendant son premier coma, Ahriana avait comme vécu l'imaginaire, elle se serait retrouvée d'après ses dires dans une sorte de monde créé par son âme et son esprit, et qu'elle y avait vécu le temps de son coma jusqu'à ce qu'elle réussisse à trouver une sortie. Dans ce monde purement mental et irréellement inexistant, Ahriana avait rencontré des gens, avait découvert des choses, comme si elle avait une nouvelle fois changé d'univers, sauf que cette fois-ci, elle était comme dans un état de rêve éveillé où elle aurait été atteint une super lucidité telle qu'elle pouvait raconter chacun des détails qu'elle avait pu voir dans ce monde de l'imaginaire. Aujourd'hui, étant une nouvelle fois plongée dans un coma, elle n'aura point la chance de se retrouver dans le monde qu'elle avait connu pendant son long, très long sommeil, elle allait découvrir autre chose, non pas un monde, mais un certain lieu, lieu qu'elle a toujours connu mais jamais visité.


Je me sentais flotter dans le vide, j'avais les yeux fermé, le corps habillé et non affecté par une quelconque gravité, un peu comme si j'avais atteins le cosmos d'un simple saut et que j'avais trouvé le moyen de m'endormir dedans, sauf que dans le lieu dans lequel je me trouvais, il n'y avait ni étoiles qui pourraient illuminer le vide intersidérale, ni vide intersidéral, rien n'existait, rien était vrai. Ici, il ne faisait ni nuit, ni jour, il n'y avait ni soleil, ni nuages, ni pluie, pour ce que je pouvais imaginer, tout était noir, comme si je me trouvais dans la réalité, et je ne parle pas de celle que l'on peut trouver sur Yume no Sekai ou dans n'importe quel autre univers, je vous parle bien de la réalité, celle qui permet à toute chose d'exister. Était-ce simplement un monde non achevé ou même non commencé ? Non, c'était un monde qui avait toujours existé, il est là depuis la nuit de mon existence, je me trouvais tout simplement...

Dans mon Âme.

Je sentais enfin le sol se poser à mon dos, et non pas mon dos se poser au sol, je sentais que je pouvais enfin ouvrir les yeux comme si j'avais attendu le chargement de quelque chose, je pouvais enfin commencer à découvrir le lieu dans lequel je me trouvais. Tout n'était pas aussi noir que le vide, mais complètement blanc, ça ne m'éblouissait pas, comme si ce n'était que de la peinture alors que c'était une tout autre chose, quelque chose que je ne saurais décrire. L'endroit était une sorte de pièce de taille moyenne qui ne contenait ni meubles, ni rien, seulement ce que la réalité avait décidé de me donner : Quatre murs et deux portes sur deux des murs opposés. La première porte sur laquelle je posais mes yeux était aussi blanche que tout le reste des lieux, au dessus se trouvait un petit panneau avec écrit dessus "vie". Incompréhensive face à ce mot et à sa signification dans le contexte actuel, je me retournais pour observer la seconde porte, celle-ci n'était pas aussi blanche que la première, bien au contraire, elle était d'un noir absolu effrayant, un panneau se tenait au dessus d'elle avec inscrit dessus "mort".

Vie et mort, Blanc et noir, lumière et ténèbres, était-ce des portes qui reflétaient des facettes de ma personne en deux catégorie ? Non, ce ne pouvait être ça, ces portes avaient une autre signification, ma présence même ici avait une signification, et il ne m'aura pas fallu chercher bien loin pour la trouver et la comprendre, cette signification. J'étais purement, et tout simplement, entre la vie et la mort. Ah oui, c'est vrai, j'avais été terrassée par le souvenir de mon ancien roi sur le champ de bataille... J'avais été idiote. Je voulais tant aider le peuple Arancionien, je voulais tant sauver des vies et défendre Yume no Sekai à l'aide de mes frères et sœurs qu'au final je me suis tout simplement et stupidement jetée à corps perdu dans la bataille, la simple vision de mon ex-roi me fit frissonner tout les poils de la fourrure qui parcourrait tout le long de mes queues et de mes oreilles. J'avais tant ressentit le besoin d'aller l'affronter pour le libérer de l'emprise de l'Empereur que j'ai réfléchi avec une mentalité complètement hors d'état de bonne raison, affronter un tel homme, ce n'était pas dans mes cordes, je n'étais une personne forte, je n'étais pas une héroïne, et je l'ai appris et compris à mes dépends.

J'aurais dû passer plus de temps à Arancioni à suivre les enseignements de Monokuma, certes, j'avais en horreur sa manière de régner sur Arancioni malgré l'aisance du peuple hybride à se nourrir et à boire, mais Monokuma était une puissante personne dans le caractère comme dans les capacités, si j'avais suivis son entrainement sachant que j'ai des pouvoirs similaires aux siens, rien ne se serait passé comme ça c'est passé sur le champ de bataille, j'aurais vaincu, et j'aurais continué le combat jusqu'à mon dernier souffle, je n'aurais pas fui comme je l'ai fait en me propulsant jusqu'à Gaëa, je ne savais d'ailleurs même pas si j'étais arrivée en un seul morceau, je m'étais évanouie avant atterrissage. J'imagine que ma présence ici, et celle de ces deux portes, signifie que je suis bien arrivée à destination, et que de l'autre côté, des gens se battent pour garder mon corps en vie, alors je devais me débrouiller pour m'en sortir ici, la tâche ne devait pas être si compliquée, il devait me suffire de passer cette porte à la couleur pure qui me ramènerait à la réalité de Yume no Sekai.

Toute les pensées d'Ahriana avaient heureusement et malheureusement un impact sur ce qui allait se dérouler ici, il n'allait pas simplement suffire de passer la porte blanche de la vie, non, ça allait être bien plus compliqué que ce que vous pouvez actuellement penser. Elle allait devoir mener le plus grand combat de toute sa vie pour garder celle-ci, non pas un combat aux poings levés ou aux lames brandies, mais un combat aux paroles échangées, aux prises de conscience, et aux retours à la véritable réalité. Il se trouvait que derrière Ahriana, une sorte de trou noir s'était créé au sol n'aspirant rien d'existant. Comme s'il ne s'agissait que d'un gros sac incrusté dans le sol, un être monochrome sortit de la tâche, il était petit et de forme assez rondouillarde, chacun de ses pas produisaient un certain son qui pourrait être des plus amusants aux oreilles des enfants, un peu comme pour son apparence d'ourson en peluche, vous l'aurez bien reconnu, il s'agissait du souvenir de Monokuma par Ahriana. Il était normalement composé d'une couleur blanche d'un côté et noire de l'autre, et pourtant, il semblait... Plus sombre, comme si quelque chose corrompait ce souvenir, comme si ce réel ne l'était pas.

J'entendais comme un sombre bruit de fondu obscure dans mon dos, je me retournais alors vivement et je pouvais observer... Mon ancien roi, et ami de ma femme, Monokuma, le dictateur monochrome. Il n'était pas sous sa forme humaine, forme que je n'appréciais par pour la raison qu'il me paraissait bien trop sévère. Sa présence ici m'étonnait tout comme elle ne m'étonnait pas, dans un endroit aussi peu commun tel que celui-ci, il faut savoir s'attendre à tout, que ce soit un scorpion géant, ou à je ne sais quoi encore. La tâche noir au sol disparut, ne laissant que Monokuma et moi ici, je le regardais à mi-retournée, il faisait de même de sa petite taille, puis... Il se mit à marcher, dessinant un cercle autour de moi de par son chemin.


Monokuma : Ahriana, Ahriana, Ahriana... Dis moi : Est-ce que tout ceci en vaut et en valait vraiment la peine ? Me demanda-t-il en regardant le bout de ses pattes en tissu comme si c'étaient des ongles.

Est-ce que tout ceci en vaut et en valait vraiment la peine ? ... Comment ça "tout ceci" ? Parle-t-il bien de la guerre dans laquelle je me suis aveuglément jetée ? Ou parle-t-il d'autre chose encore, comme la guerre que j'aurais tant aimé fuir ?


Ahriana : Si vous parlez de notre combat aussi court fut-il, alors... Je pense que non, le jeu n'en valait pas vraiment la chandelle.

Quelques secondes après sa réponse, une longue chaîne aussi noire que le néant fut projetée de dans la porte de la mort et alla s'entourer à la cheville gauche d'Ahriana, qui peut importe ce qu'elle aurait tenté, n'aurait jamais pu esquiver cette entrave, elle n'esquivera pas les suivantes non plus, c'est tout bonnement impossible, les chaînes la suivrons où qu'elle aille, même si elle était à des milliards d'années lumière ces chaînes la suivraient. Ce chaînes sont celles de la mort, elles sont ce qui entraînera Ahriana dans les abysses de la mort. La chaîne tira d'un coup sec Ahriana vers la sombre porte d'un demi mètre.

Monokuma : Est-ce que rejoindre le combat était vraiment nécessaire ? Tu aurais très bien pu rester aux côtés d'Aéris pour défendre Gaëa à l'assaut final.

Ahriana : N-non ! Je devais combattre aux côtés de mes semblables, c'était mon devoir !

Monokuma : Mais tu as aussi le devoir de fonder une famille avec ta femme, d'assurer un futur convenable à ta descendance.

Une seconde chaîne noire fut projetée cette fois-ci au poignet droit de la femme-renarde qui une nouvelle fois fut tirée de la même manière vers la porte de la mort. La panique commençait à s'installer dans son coeur, elle savait que passer cette porte revenait à disparaître à tout jamais de la réalité même. Ahriana ne voulait pas disparaître, elle avait bien l'intention de se démener pour s'en sortir, rien était encore joué, ce n'est que le début de son dur combat contre la mort. La course à la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Sam 8 Avr - 16:09

Ahriana commençait à tirer sur ses chaînes la peur au ventre, peur d'être entraînée de ce trou noir qu'est la mort, elle avait beau faire tout les efforts physiques qu'elle voulait, elle ne pouvait briser ses chaînes, elle était coincée. Elle n'arrivait point à utiliser ses pouvoirs ici pour une raison qui lui était obscure, comme si lumière et ténèbres n'existaient pas, leur notion existe dans cet endroit, mais pas leur présence, ils ne font pas partit de cette réalités, et quand bien même ils en feraient partit, ils ne serviraient à rien contre ces chaînes, elle ne sont pas cassables. Se rendant compte de ce fait et au passage du fait qu'elle n'est tirée que lorsqu'une nouvelle chaîne vient l'entraver, Ahriana se redressait devant son ancien roi, elle comprenait qu'elle était testée, qu'il y avait des bonnes et des mauvaises répondes à donner, un interrogatoire aux enjeux mortels.

Bon sang, déjà deux chaînes étaient attachées à mon corps, une à ma cheville, l'autre à mon poignet, elles ne me tiraient plus en arrière vers la représentation de la mort, si je comprenais bien, je n'étais tirée que lorsqu'une nouvelle chaîne venait s'attacher à mon être, alors... A combien de mauvaises réponses ai-je le droit ? Je pouvais observer Monokuma soupirer, comme si il attendait quelque chose de moi, ou comme si il tentait de me faire comprendre quelque chose, mais je ne vois pas quoi, comment pouvais-je le deviner ? En étais-je seulement capable ? Je ne sais pas. Monokuma fit deux pas dans ma direction, j'avais l'impression qu'il regardait au plus profond de mon âme depuis sa petite taille. Il fit se rejoindre ses pattes dans son dos et se tenait plus droit que jamais.


Monokuma : Connais-tu la raison de ta présence ici ?

Ahriana : Oui. Je suis entre la vie et la mort, je ne sais pas exactement dans quel état je suis de l'autre côté, mais je sais que des gens se battent pour ma survie, autrement j'aurais déjà passé la porte derrière moi.

Monokuma : C'est exact. Mais dis moi, quand cesseras-tu de te faire percer le ventre ?
Dit-il en pointant le ventre de la renarde de la patte.

Ahriana pouvait commencer à observer un trou béant se former dans le bas de son ventre, une blessure à laquelle très peu de gens peuvent survivre, surtout dans une situation de guerre où tout est agité et bousculé. Le sang ne coulait pas, il y avait juste se trou dévoilant les entrailles déchirées d'Ahriana qui se remit à légèrement paniquer, la non présence de sang la calma tout de même, et la non présence de douleur la rassura. Elle savait qu'elle était dans de beaux draps, elle en prenait simplement conscience.


Monokuma : Tu as perdu beaucoup de sang là bas, ceux qui tentent de te garder en vie n'ont que très peu de chances de succès, si tu venais à céder de l'autre côté, alors la mort s'étendra dans toute cette salle, et ce sera finit pour toi, définitivement, Ahriana aura disparut à tout jamais, et Kotei se servira de ton corps pour massacrer ceux que tu aimes tout comme il s'est servit de mon corps.

Ahriana apprenait alors que son temps était compté, qu'elle ne pourra pas résister indéfiniment à la mort, si son corps lâche, alors la porte de la mort disparaîtra pour en devenir la salle et ainsi consumer entièrement la porte de la vie, la faire disparaître à tout jamais, et alors, tout sera perdu pour la renarde à neuf queues. Ahriana se questionnait, comment se débarrasser de ses chaînes ? Elle devait à tout prix passer la porte de la vie, c'était littéralement une question de vie ou de mort. Ce "Que faire ? Comment ?" résonnait dans sa tête, elle avait si peur de mourir et elle ne s'en était même pas rendu compte sur le champ de bataille, et encore, elle pensait ne pas avoir peur de la mort, elle disait être prête à perdre la vie pour les autres, et là, la voila enchaînée, coincée avec la peur de la mort tandis que la porte de la vie semblait si proche, et pourtant si éloignée. Ahriana voulait vivre, c'était l'une de ses plus grandes volontés.

Ahriana : Mon corps n'a que très peu de chances de s'en sortir, certes, mais si je suis encore là, c'est que ce n'est pas finit, j'ai encore une chance de revenir et-

Monokuma : Pourquoi faire ?

Ahriana : Pour aider tout le monde contre l'armée de l'Empereur et l'Empereur lui même !

Cette fois-ci, ce n'était non pas une, mais deux chaînes qui venaient s'attacher à Ahriana à son épaule droite et au trou dans son ventre, elle était une nouvelle fois tirée vers la porte de la mort, cette fois-ci avec assez de puissance pour la faire tomber en arrière. Elle se retrouvais alors assise par terre, presque à la hauteur de la peluche monochrome qui vint se rapprocher encore jusqu'au visage d'Ahriana.

Monokuma : Tu ne réponds pas aux bonnes questions.

La pauvre renarde se mettait à trembler, elle ne comprenait pas, quelles étaient ces vrais questions ? Comment pouvait-elle y répondre si elle ne les avais pas en connaissance ?

Ahriana : Mais quelles sont les bonnes question alors, bon sang ?!

Monokuma : Elles sont, enfin non, elle est simple. Si simple qu'elle t'est invisible, tu te la caches toi même inconsciemment, et si tu ne creuse pas à l'intérieur de ton subconscient mieux que ça, goodbye my very dear friend.

Monokuma n'allait pas prononcer cette question, il voulait qu'Ahriana puisse se la poser elle même. Quelle épreuve difficile, et dire que ce n'était que le début et que la renarde ne s'en rendait même pas compte. La dame se mit à réfléchir à la question, ce n'était pas "Pourquoi revenir", ce n'était pas "Pour qui revenir", alors que pouvait-elle bien être à la fin ? Il manquait quelque chose à la question, il y avait bien un pourquoi, Ahriana le sentait, mais il manquait quelque chose... Non, il y avait justement quelque chose en trop ! Ahriana se rendait compte qu'elle cherchait juste trop loin, elle a apprit au long de sa vie que pour répondre aux plus difficiles des questions, il ne fallait pas chercher plus loin que le bout de son nez, pour trouver la question, il suffisait juste de demander "Pourquoi" ! Et pour y répondre, il suffisait juste de rapidement se poser la question et d'y répondre ce que l'on veut le plus, cela pouvait paraître très simpliste et stupide, et pourtant, il n'en était rien. La renarde qui avait le regard tourné vers le sol le releva vers son ancien roi, elle se mit correctement à genoux comme un sujet devant son roi, et, elle répondit tout simplement à la véritable question.



Ahriana : Je veux revenir...

Monokuma : Pourquoi donc ? Répliqua-t-il en haussant les sourcils.

Ahriana : Parce que, c'est aussi simple que ça. Je veux vivre sur la terre de Verde, sur l'herbe d'Arancioni, je veux pouvoir continuer de sentir battre mon cœur dans ce monde-ci, pour le reste, j'aviserais après bien que j'ai déjà une idée de ce que je veux faire en tête.

Les chaînes de la mort autour de la renarde commençaient à briller de la même manière que Monokuma, oui, une sorte de lueur blanche s'échappait de leur existence.

Monokuma : Et pourquoi donc ? Se répéta l'ours monochrome en commençant à esquisser un léger sourire à ses lèvres.

Ahriana : Parce que, c'est mon vœu le plus cher !

La peluche expira longuement, commençant à devenir bien moins sombre que tout à l'heure reprenant ses véritables couleurs de personnage vivant, ses couleurs de roi. Il était satisfait de ce qu'il avait entendu. Les chaînes autour d'Ahriana venaient d'éclater en morceaux de lumière, et juste après leur disparition, Monokuma pencha la tête en montrant derrière de ce qui était sensé être son pouce sur sa patte la porte de la vie.

Monokuma : Et bien alors ? Qu'attends-tu pour y aller ? Aller on se dépêche ! J'ai pas que ça à faire moi et toi non plus ! Tu as un monde à sauver, Ahriana, et passes le bonjour à Aéris de ma part !

Ahriana se releva alors en souriant, qui avait-elle en face d'elle ? Le vrai Monokuma ou juste l'incarnation de son souvenir ? La renarde continuait de penser que ce n'était simplement l'incarnation de son souvenir, mais elle préférait se dire que c'était le vrai, c'était plus agréable ainsi. Hochant de la tête à son Roi pour lui annoncer le plan et ses intentions, elle se mit à courir dans la direction de la porte de la vie et la traversa sans se retourner, déterminée, rien ne l'empêchera de revenir à la vie, la résurrection n'est qu'une question de temps. Si elle a quitté le champ de bataille, c'est pour y revenir encore plus forte et plus sûre d'elle même ! Passé cette épreuve, Ahriana en saura plus sur elle même et sera plus déterminée que jamais à gagner, elle s'est toujours dit qu'elle n'était pas quelqu'un de spécial, elle n'a jamais visé trop haut dans ses objectifs, mais il est temps d'arrêter de réfléchir ainsi, Ahriana veut être une véritable héroïne, elle veut en faire plus qu'elle en faisait déjà, elle veut sauver le monde !

Une fois la porte passée, tout s'illumina encore plus autour d'Ahriana, l'éblouissant cette fois-ci, toute cette lumière l'empêchant de voir l'obligea à s'arrêter de courir. Lorsqu'elle sentit qu'il faisait déjà un peu plus sombre, elle se mit à rouvrir les yeux,
elle pouvait observer une assez grande pièce toute blanche, sans meubles, avec seulement deux portes de couleurs différentes, l'une blanche, l'autre noire, les deux se faisaient face tel la vie et la mort... Ahriana était retournée au point de départ. Elle ne comprit pas directement ce qu'il lui arrivait, elle avait pourtant passé la porte de la vie, non ? Alors pourquoi la renarde se retrouvait une nouvelle fois au centre de cet endroit ? N'était-elle pas retourner à son corps dans la réalité de Yume no Sekai ? Non, car son examen n'est pas terminé ici, Monokuma n'avait donné que la première copie qu'Ahriana a remplit avec brio, il en reste encore quelques unes.

Une nouvelle tâche noire se créa au sol derrière Ahriana qui se retourna directement, sachant à quoi s'entendre tout en ne sachant pas ce qui allait sortir de la tâche noire cette fois-ci, ça n'allait pas être Monokuma, la renarde pouvait déjà commencer à apercevoir le haut de ce qui allait sortir, et... Ca n'avait pas formes. C'était un être complètement noir sans véritable forme, on pouvait sans doutes distinguer deux bras et deux jambes, mais celles-ci étaient trop informes pour être considérés comme tel, on dirait que cette chose n'avait pas vraiment de squelette non plus. Qu'est-ce que cela pouvait bien être ? Qu'est-ce que cela pouvait bien représenter Ahriana ne pouvait le savoir directement, mais nous.... Ce monstre se nomme "Peur", comme son nom l'indique, il représente la peur d'Ahriana. La renarde pense qu'une fois sur le champ de bataille, elle n'aura pas peur, elle sera sans doutes trop confiante et fera nombre d'erreurs, ce monstre, Peur, est là pour l'en empêcher, mais Ahriana ne le sait pas encore, elle ne pouvait le comprendre maintenant...

Le monstre finissait d'entièrement sortir de la tâche noire au sol qui disparut par la suite, le monstre était grand, il faisait la hauteur de la salle mais la largeur d'un homme, il semblait si informe qu'on pouvait difficilement observer la constitution de son corps, il était fait en tentacules, et au bout de chaque tentacule se trouvait une longue pointe qui transpercerait bien des choses non transplantables comme des tanks. Ahriana ne savait ni que dire, ni que faire, elle ne pouvait qu'observer la chose en attendant une quelconque action. Peur se pencha un instant au dessus d'elle pour l'observer, la regarder, puis, se redressant de sa toute taille, il envoya un de ses tentacules en direction du coeur de la renarde en poussant un effrayant râlement grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Dim 9 Avr - 13:31

Non pas une, non pas deux, pas trois, quatre, mais cinq chaînes de la morts furent projetées depuis la sombre porte derrière Ahriana pour l'enchaîner, l'empêcher d'avancer vers la porte de la vie, et pour restreindre ses mouvements alors qu'une pique de tentacule fonçait droit vers son coeur, bien heureusement, elle avait encore assez de marge pour esquiver l'attaque, par contre, elle se trouvait plus proche de la porte de la mort, si elle se faisait frapper d'un grand coup en balayette de tentacule, c'était finit. La renarde esquivait donc le premier coup en se décalant sur le côté comme par réflexe, ce qu'elle considérait comme un monstre n'attaquait pas directement à nouveau, non, il se contenta de regarder Ahriana et de bouger sur place comme si il était déçu, mais déçu de quoi ? De ne pas avoir réussit à transpercer la renarde de sa tentacule pointue ? Oui et non, c'était plus compliqué que ça, cet être ne se nommait pas Peur pour rien, et il ne fallait pas prendre son nom aux premiers degrés.

Ahriana commençait par contre malheureusement à en être submergée, la peur venait d'envahir tout son corps, un seul échec, et elle s'emmêlait dans ses chaînes, et elle pouvait être poussée dans les bras de la mort par ce qu'elle pensait être son envoyé. Les coups commençaient à arriver, un par un, deux par deux, puis trois par trois, plus le temps passait, plus Ahriana esquivait, plus les coups pleuvaient. Bizarrement, Ahriana ne se sentait pas épuisée, comme si la notion d'épuisement n'existait pas ici, mais si c'est ça pour Ahriana, c'était aussi ça pour ce qui se tenait en face d'elle, elle savait qu'elle devait trouver ce qu'elle devait faire au plus vite, car elle n'arrivera jamais à tenir le coup comme ça sans sa vitesse lumineuse. Elle se mit alors pendant ses esquive à regarder Peur pour l'observer, l'étudier, que voulait-il ? Quel était l'objectif de cette épreuve ? Cela ne pouvait pas être une épreuve de vitesse, ça devait être autre chose, mais quoi ? Est-ce qu'Ahriana allait encore devoir se débrouiller sans indices en cherchant au fond d'elle même comme avec Monokuma lorsqu'elle ne faisait que répondre aux mauvaises questions ?


Je n'arrêtais plus d'esquiver, pas le moyen de m'arrêter une seule seconde sans avoir l'impression de sentir que la fin approchait, j'avais peur, peur de me faire transpercer par l'une de ces tentacules, peur de m'emmêler dans ces maudites chaînes, peur de ne jamais pouvoir revenir dans les bras de ma femme, peur de mourir. Je pensais qu'une fois l'épreuve de Monokuma passée, je ne ressentirais que la détermination, que ce qui me donnerait la force de combattre pour moi, ma famille, mes amis, et mes camarades, et pourtant... J'ai l'impression d'être prisonnière de ce sentiment de peur intense, comme si je n'avais pas le droit à l'erreur. Que devais-je faire ? Ce monstre veut ma mort, la porte derrière moi pouvait me donner de même, et la porte de la vie semble comme tout à l'heure à la fois très proche de moi, et pourtant si loin... Vouloir vivre n'était pas suffisant maintenant, il me fallait autre chose, je devais continuer de chercher au fond de moi, je devais donner une réponse, ma réponse, la réponse qui me permettra de revenir à la vie.

Devais arrêter ce monstre ? Je me devais d'essayer, ses mouvements sont lents, mais les coups sont nombreux, et vu sa position tentaculaire, je pouvais douter du fait qu'il se trouvait en équilibre, il me suffisait d'attraper un ou plusieurs tentacules pour le tirer et le faire tomber en avant, j'aviserais après. Je continuais donc d'esquiver jusqu'à trouver un moment de faille, là, j'arrêtais de me mouvoir, et comme pendant mes entraînements avec Aéris, j'attrapais l'arme ennemie. Maintenant que je tenais l'un des tentacules de ce monstre, je l'enroulais autour de me bras, et je tirais d'un coup sec dessus, d'ailleurs, la tentacule était toute molle, comme si j'allais l'arracher avec ce coup sec. Bien heureusement, elle ne s'arracha pas, j'avais peur de ce qui pouvait en sortir. Le monstre tomba en avant en face de moi comme prévu, il se trouvait maintenant assez proche, juste à mes pieds, il n'attaquait plus, il se contentait de lentement relever la tête vers moi et de me regarder. Avais-je... Réussi ?

Je pouvais distinguer difficilement à travers le couleur sombre des tentacules deux étranges petites lueurs, étaient-ce les yeux de la chose ? Il brillaient d'une couleur bleue, il avait l'air de regarder au plus profond de moi, il m'inspirait maintenant comme une sensation de tristesse, comme si... Je venais de blesser un ami qui ne faisait qu'essayer de m'aider. J'avais mal agit, je ne devais pas faire ça, j'avais trouvé la mauvaise solution. Le monstre se contenta par la suite de baisser la tête,
et d'avec de très lents mouvements se relever pour reprendre sa place à quelques mètres de moi, et une fois ceci fait, il se remit à m'attaquer avec la cadence avec laquelle il s'était arrêté. Les coups commençaient à aller trop vite pour moi, je n'arrivais plus à me concentrer dessus en même temps que je me concentrais sur les chaînes enroulées autour de mes poignets et de mes chevilles sans oublier ma taille, je commençais au final à m'emmêler dedans, je n'arrivais plus à me mouvoir, je tombais par terre sur le côté.

Je restais au sol à regarder le monstre avec les yeux emplis de peur, je ne voulais pas mourir, on m'a laissé l'occasion de revenir, alors ça ne peut pas se terminer maintenant ! Je veux vivre, je veux revenir à Yume no Sekai, c'est là bas qu'est ma place, pas chez les morts ! Je devais aider à empêcher l'enfer de consumer le monde, là où l'enfant que j'aurais avec Aéris grandira, là où je viellerais et je mourrais heureuse de tout ce chemin que j'aurais parcouru, heureuse de toute les épreuves que j'aurais passé, et fière de tout ceux qui m'auront entouré pendant tout ce temps, je veux pouvoir voir le monde évoluer, je veux pouvoir partir une nouvelle fois à l'aventure après la guerre, même si je ne pense pas continuer à assurer le rôle de combattante au corps à corps, il y a tant de choses à faire... Je ne veux pas manquer tout cela, je ne peux pas, je n'ai pas le droit !



Alors que la renarde apitoyais pathétiquement sur son sort, il ne se passait pas ce qu'elle pensait qui allait arriver. Peur ne l'attrapa pas avec ses tentacules pour la faire passer dans la porte de la mort, non, il se contenta de se jeter au sol au près d'Ahriana sur ce qui semblait être ses mains et ses genoux, puis... Il hurla. Ce hurlement était effrayant, Ahriana eut tout d'abord peur au point de se rouler à moité en boule, puis... Elle se sentie comme rassurée. Ce qu'elle voyait comme un monstre finissait pas cesser d'hurler pour commencer à émettre de petits sons, comme si il pleurait. Ahriana se replaçait très lentement sur ses genoux, elle observait une nouvelle fois le regard du monstre, luisant toujours de sa lumière bleuâtre symbolisant la tristesse, la renarde commençait un peu à se reconnaître à force de l'observer ainsi, elle avait aussi l'impression que quelque part au fond de cet être, la peur était si grande qu'il ne pouvait plus la tenir, Peur avait peur de la mort aussi, il avait peur de mourir, et pour mourir, il fallait qu'Ahriana meurt, car quelque part, il faisait partit de la renarde.

Ahriana commença alors à se poser des questions en voyant tout ceci, est-ce que... Peur essayait vraiment de lui faire du mal ? Non, cela ne pouvait être ça, il essayait de lui montrer quelque chose qu'elle ne voyait pas, comme tout à l'heure avec Monokuma, il essayait de lui montrer... La confiance, cette confiance qui empêche la peur de venir vous paralyse, cette confiance qui permettrait à Ahriana de tenir le coup sur le champ de bataille. La renarde aux neufs queues attrapa alors soigneusement l'une des tentacules de peur et l'approcha elle même de son coeur, elle pensait savoir ce qu'elle devait faire. Une fois la pointe de la tentacule placée sur la poitrine de la renarde, Peur finissait le travail, l'enfonçant au plus profond de sa poitrine, perçant son cœur, et traversant son dos. La renarde avait fermé les yeux et serré les dents, pensant qu'elle allait souffrir plus que jamais, mais... Elle n'avait rien, ni mal, ni peur, le sang ne coulait pas, comme tout à l'heure quand Monokuma avait recréé le trou dans le ventre d'Ahriana, elle allait tout simplement et tout bonnement bien.

Elle pouvait observer les yeux de Peur qui n'avaient plus cette couleur bleue, ils étaient maintenant... Jaunes. Leur couleur étaient d'une grande pureté, ils avaient la couleur de Giallo, la joie et le bonheur, comme si Peur avait été apaisé pour de bon. Il n'y avait pas que ses yeux qui changeaient de couleur, mais aussi ses tentacules qui changeaient au passage de consistance, ce n'étaient plus de sombres tentacules, c'étaient désormais de légers nuages blancs mous dans lesquels l'on apprécierait faire la meilleur des siestes. Peur n'était plus l'incarnation de la peur, mais du bonheur, Ahriana pouvait même observer une léger sourire sur sa tête qui dessinait à peu près un visage, yeux, bouche, pommettes, de quoi vous faire signe de sa joie avec ses nouveaux sourires et rires. Le tentacule qui transperçait Ahriana n'était plus qu'un nuage retournant à l'être était anciennement était Peur, mais qui maintenant, est Bonheur.


Bonheur : Tu n'as jamais eu à avoir peur de moi Ahriana, tu vois ? Je suis toi, tu es moi, nous ne pouvons nous blesser mutuellement, surtout ici. Maintenant, tu n'auras plus peur, maintenant que je suis là, guérit de cette infâme maladie qu'est la peur, tu vas pouvoir passer la porte de la vie en quête de résurrection. Aller, maintenant va, et ramène la joie sur Yume no Sekai et à Arancioni ! Tu ne me verras pas, mais je t'accompagnerais comme je l'ai toujours fais depuis ta tendre enfance de renarde~.

Ahriana ne put alors se retenir de se jeter dans les nuages de Bonheur pour le faire le probable seul câlin qu'elle pourra lui faire de toute sa vie, et dire qu'elle n'a jamais connu cet être bienveillant qui l'a accompagné et qui l'accompagnera du début à la fin de sa vie, et dire qu'elle avait eu peur de lui alors que lui même était contaminé par la peur, elle était si heureuse de l'avoir guérit, si heureuse d'avoir fait sa rencontre, si seulement il pouvait s'incarner sur Yume no Sekai, il aurait eu une superbe place à Giallo, l'incarnation du Bonheur dans le royaume des arts où la fête règne tel un véritable bouclier contre la peur et la tristesse. Ahriana finissait par se relever, ses chaînes de la mort brillaient comme tout à l'heure et explosaient encore en morceaux de lumière, la renarde avançant jusqu'à la porte de la vie, et elle se retourna une dernière fois vers Bonheur pour lui dire...

Ahriana : Merci pour tout.

Elle reculait en même temps dans la porte de la vie, elle regardait continuellement le sourire de Bonheur en souriant tout autant, elle ne s'était pas sentie comme ça depuis si longtemps, elle était... Légère. La peur était un énorme poids à porté, sans lui, elle pour voler tel un oiseau dansant dans les airs avec grâce et prestance, elle pourra se rapprocher un peu plus de sa résurrection, une fois revenue sur Yume no Sekai, elle ne fera pas d'erreurs à cause de la peur ou de l'assurance maintenant qu'elle était en paix avec elle même. Elle rassurera tout d'abord sa femme d'un câlin et d'un sourire, puis ses amis et camarades au combat en faisant de son mieux à leur côtés. Empereur, voici-là une de tes plus grandes ennemies, pourquoi donc ? Parce qu'elle est en paix avec elle même et avec le monde, son calme t'empêchera de la faire flancher. Tu ne l'as jamais rencontré, elle ne t'as jamais rencontré, mais cette rencontre est inévitable. Ahriana reviendra, c'est une promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Mar 11 Avr - 17:02

L'assurance, ce n'est que quelque chose qui vous pousse à commettre des erreurs parce que vous vous pensez trop fort ou intouchable, ou que vous pensez avoir toute vos chance de réussir ce que vous entreprenez. La peur, ce n'est que quelque chose qui vous arrête dans ce que vous alliez réussir, ce qui vous fait penser que vous allez échoué dans vos actions pour au final faire pire encore qu'échouer. Ahriana n'a plus ni cette assurance, ni cette peur, ses erreurs qui ont déjà été commises sur le champ de bataille en pensant pouvoir aider les Arancioniens à la guerres ne seront plus faites, grâce à Monokuma, et grâce à Bonheur. Tel un phénix, la renarde resurgira des griffes de la mort pour briller de mille feux, pour aveugler l'adversité afin de les faire tomber dans les douves de la mort et pour faire briller le courage de ses alliés et amis qui au final vaincront, et feront revenir sur Yume no Sekai la paix qui avait du prendre la fuite dû à l'arrivée de l'Empereur. La renarde aux neufs queues maintenant sans peurs ni reproches avaient toute les armes pour combattre la mort que ce soit ici ou sur Verde, mais... Allait-elle utiliser ces armes correctement ?

Est-ce que la renarde avait déjà manié le courage et le calme avec tant d'adresse et d'agilité ? Jamais, ça allait être une première pour elle, mais vous savez ce qu'on dit, il existe des cas d’exceptions, le jeune homme maniant l'épée comme un dieu dès ses huit ans alors qu'il ne s'était jamais entraîné, ce tireur de génie tirant au fusil de sniper sans visé comme si il avait déjà calculé tout ses tirs, ou bien même pour prendre un exemple plus concret, cette femme ailée à la tête de Giallo jouant d'un instrument comme milles telle la plus grande des virtuoses. Ahriana aussi se voyait être douée à quelque chose sans entraînements, douée dans le maniement de cette arme qu'est l'esprit, elle avait réussi à le manipuler de telle sorte à ce que peur et assurance disparaissent pour ne laisser place qu'au courage et au calme, et tout ceci, en plein coma. Maintenant... C'est bien beau de savoir se donner des armes, mais il fallait maintenant savoir les utiliser à la perfection. Ce calme ne devait pas rendre la renarde impassible à vie, ce courage ne devait pas atteindre l'excès, elle ne revenait pas juste à la vie pour le combat, il y avait une vie à mener après tout ces événements.

Comme tout à l'heure, tout s'illuminait encore plus autour d'Ahriana, l'empêchant une nouvelle fois de garder les yeux ouverts, et une fois toute cette lumière partie, elle pouvait ouvrir les yeux et observer que pour la troisième fois, elle se trouvait au cœur de la frontière entre la vie et la mort. Combien d'épreuves fallait-il encore passer ? Peu importe, Ahriana les passera toute, toute autant qu'elles sont, elle est déterminée à revenir à la vie, je pense l'avoir assez dit, non ? Je ne devrais plus avoir besoin de répéter ce fait là. Encore une fois, un trou noir se créa au sol, et cette fois-ci, ce n'était ni Monokuma qui en sortait, ni Bonheur, mais quelque chose d'autre ou quelqu'un d'autre. Si Ahriana était préparée au combat, était-elle préparée à la vie elle même ? Certes, d'un certain point de vue, la vie est un combat, mais pas ici, la vie est la vie, le combat est le combat, et à présent, Ahriana allait devoir se montrer prête à vivre la vie. Mais qu'est-ce que la vie ? La renarde n'allait quand même pas apprendre à respirer, manger, et boire ? Non, elle allait devoir apprendre à résister à ce qu'on appelle de l'autre côté "Les Sept Péchés Capitaux". Colère, Luxure, Gourmandise, Envie, Paresse, Orgueil, et l'Avarice. Une nouvelle fois, un trou noir apparut au sol, et cette fois-ci, la renarde s'était retournée avant son apparition même. De ce trou noir sortit sept êtres, sept couleurs, sept sphères, sept épreuves.

Colère était la sphère de couleur noire, Luxure était celle de couleur violette, Gourmandise était celle de couleur marron, Envie était celle de couleur verte, Paresse était celle de couleur bleue, Orgueil était celle de couleur blanche, et Avarice était celle de couleur jaune. Une fois les sept orbes sorties de leur trou, la tâche noir disparut une nouvelle fois du sol le laissant redevenir blanc, et elles se mirent par la suite à tournoyer autour d'Ahriana en flottant dans les airs de haut en bas, comme si ils étaient de reproduire une sorte de danse ou de chorégraphie qu'ils auraient préparé avant de rejoindre la frontière entre la vie et la mort pour tester la renarde aux neufs queues. Elles s'arrêtèrent toutes au final devant Ahriana, et elles se présentèrent ensembles.


Colère : Hmph ! Je suis l'incarnation de la Colère !

Luxure : Et moi, je suis ce qu'on appelle la Luxure, huhu~.

Gourmandise : Et moi j'ai carrément dévoré mon nom ! Ça te laisse un bon indice sur qui je suis, heiiiin ?

Envie : Je suis celle qui représente l'Envie.

Paresse : *Baille* Moi, chui la Paresse...

Orgueil : Moi, la plus grande d'entre toutes, je suis l'Orgueil !

Avarice : Et enfin moi, je suis en or ! Enfin non, c'est pas mon nom, je suis l'Avarice !


Ahriana n'aurait jamais pensé voir les incarnations des péchés capitaux sous cette forme là, elle pensait plutôt voir des choses correspondantes aux péchés plutôt que de simples sphères flottantes, par exemple une femme séduisante pour Luxure, un démon musculeux pour Colère, ou pour un simple gros tas pour Gourmandise, mais leur forme de sphère est peut-être mieux choisie, car leur voix semblaient très familières à la renarde, car c'était sept fois sa propre voix. Ces incarnation n'étaient pas celle de LA colère, de LA paresse, ou de LA luxure, mais de celles d'Ahriana. Les sept sphères tournoyaient maintenant tout autour d'Ahriana à grande vitesse puis s'éjectèrent au niveau des coins de la porte de la mort, et sept chaînes venaient s'attacher à Ahriana à ses chevilles, ses poignets, et  à sa taille. L'épreuve allait bientôt commencer.

Colère : Tu vas devoir passer cette épreuve ici, l'une après l'autre, sans pauses ni rien, c'est pas comme si t'avais tu temps à perdre ! Nous allons te tester pour voir si tu es digne de retourner à ton corps. On va commencer avec MON épreuve, et tu vas en baver.

Deux coussins venaient d'apparaître au sol, avec en face d'eux un téléviseur, une console, et deux manettes. Colère alla se poser sur l'un des deux coussins et se fit sortir de la boule deux bras qui attrapaient puissamment la manette, ces bras étaient les mêmes que ceux d'Ahriana.

Colère : TOI T'ASSEOIR SUR COUSSIN. MANETTE, JEUX, JOUER, RAGER.

Ahriana alla donc s'asseoir en se pressant un peu, bon dieu, qu'est-ce qu'elle était sévère Colère ! C'est bien son genre après tout. Une batte de Baseball venait d'apparaître entre Colère et Ahriana, une batte très importante pour l'épreuve. Alors qu'Ahriana prenait pour la première fois une manette entre des mains, Colère lui expliquait les règles du jeu, enfin, de l'épreuve.

Colère : Voici un jeu de combat classique. On choisit son personnage, puis on en combat un autre, une partie se fait en deux round, celle qui arrive à en gagner deux remporte la victoire, celui ou celle qui remporte dix victoires remporte LA victoire. Quant à celle qui rage la première, elle gagne le droit de prendre la batte et de défoncer le téléviseur.

C'était des règles qu'Ahriana avait déjà entendu des milliers de fois, mais comment allait-elle gagner ? Jamais elle n'avait touché à un seul jeu vidéal (rires dans la salle !), elle ne pouvait gagner contre Colère qui semblait bizarrement avant même d'avoir commencé à jouer être d'un très au niveau à ce jeu. Colère appuya donc sur "start" sur l'écran titre, puis le mode "Multijoueur", puis arriva l'écran de sélection des personnages. Chaque personnage avait ses propres attaques et statistiques, comme quoi ce n'était pas simplement un jeu de bourrins,
mais aussi un jeu de stratégie, surtout qu'un détail fit doucement sourire Ahriana... Les personnages... Étaient des habitants de Yume no Sekai ! Il y avait Ahriana, Aéris, Wukuri, Monokuma, Anumeh, Juliette, et on en passe ! Mince, qui pouvait bien prendre Ahriana avec tout ce choix ? Elle aurait bien prit Aéris, mais ses statistiques n'étaient pas superbes niveau défense, et Ahriana aimerait éviter de mourir trop vite. Elle décida donc de prendre Wukuri, il avait des statistiques assez complètes, bon en attaque comme en défense avec une belle jauge de points de vie, sans oublier les capacités abusives en dégâts ou qu'il possédait.


Colère : Le personnage le plus pété du jeu, et ben, noob ou pas noob, t'as le don de bien choisir tes perso. Mais... Wukuri entre les mains d'une débutante ne peut être que mauvais, il est bien trop technique à jouer !

Ahriana : J'aurais peut-être une chance de débutante alors.

Colère : Pas ici, seul le talent et la force mentale compte ! Je vais prendre... Pas celui là, pas celui là, ho, et encore moins Kotei ! Mh... Aller, je vais prendre l'Invocateur, il est assez drôle à jouer.

L'Invocateur, dernier adversaire d'Ahriana avant la guerre, le jour où ils se sont rencontrés lui et Ahriana c'était lors d'une tentative d'arrestation, l'Invocateur et la renarde poursuivaient tout les deux un même criminel, et en désaccord sur qui devait prendre en charge la personne, ils se mirent à se battre, et l'Invocateur avait en quelques sortes vaincu, il avait décidé de mettre un terme au combat voyant que tout partait trop loin pour rien, depuis, lui et la femme de la reine sont de bons amis, et cela faisait déjà un bon moment qu'ils ne s'étaient pas vu. Le premier round du premier combat commençait, et tout se déroula avant même qu'Ahriana ne tente d'appuyer au hasard sur une seule de ses touches, elle venait de perdre le match en deux temps trois mouvements, Wukuri venait de finir désintégré dans une marre d'acide, l'Invocateur avait invoqué une sorte de gigantesque monstre de bois qui crachait de l'acide... Il était capable de faire ça ?!

Colère : Tu sais que si tu perds, tu meurs.

Ahriana : Oui, oui je m'en doute...! Mais comment est-ce que tu veux que je gagne ça ?! Je connais même pas les touches !

Colère : Ok, je vais m'abaisser à ton niveau si t'es pas capable d'apprendre à jouer, noob.

Ahriana : Ne m'appelle pas comme ça...!

Ce premier round venait de frustrer la renarde, comment pouvait-elle gagner comme ça ? Elle n'avait pas le niveau, c'était injuste ! On ne pouvait pas la priver de la vie sur une simple partie sur un jeu de combat tel que celui-ci ! Le second round commençait, cette fois-ci, l'Invocateur s'amusait à se baisser puis à se relever, et ainsi de suite, Colère se moquait littéralement d'Ahriana.

Colère : Tea-bag tea-bag tea-bag tea-bag tea-bag ! Aller frappes moi pour voir !

L'idée de frapper la sphère rouge passa alors à travers l'esprit de la renarde, mais elle n'en fit rien, elle se contenta d'envoyer Wukuri frapper l'Invocateur d'un puissant coup de poing qu'il esquiva d'un simple bond en arrière. Ahriana s'arrêta un instant voyant son échec, elle n'avait pas le réflexe de directement continuer à attaquer. Colère en profita alors pour envoyer l'Invocateur frapper Wukuri à plusieurs reprises, il avait des techniques impressionnantes...! A croire que Wukuri était lui même moins fort que le chasseur de primes, alors que c'est tout le contraire ! C'était tout simplement de la faute à la joueuse qui ne savait pas jouer. Wukuri avait sa barre de points de vie à 0%, le match était perdu pour la renarde.

Colère : Yeah, trop facile !

Ahriana : Grr... Pas étonnant !

Second match, Ahriana n'avait pas l'intention de le gagner, elle observait plutôt la manette de Colère pour voir si aucunes triches n'étaient faites, et pour en apprendre plus sur les contrôles du jeu. Deux rounds perdus, deuxième défaite pour la renarde aux neufs queues, et cela continuera pendant encore longtemps, de longues minutes pendant lesquelles la jauge de rage d'Ahriana montait aussi vite que que le cou d'une girafe se prenant une aiguille dans le derrière, elle en avait si envie, d'exploser l'écran avec la fameuse batte de Baseball, les moqueries de Colère fusaient, les nerfs d'Ahriana étaient sur le point de lâcher,
elle disait même que Kotei était moins énervant que ce jeu, si elle pouvait exploser elle le ferait immédiatement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Mar 11 Avr - 20:59

Huitième match, second round, Colère menait 8 à 0. Ahriana n'en pouvait plus, elle était à bouts de nerds, elle était à deux doigts de se lever, de prendre la batte,
et d'exploser l'écran, c'est sur sa vie que ça jouait, elle ne pouvait pas rire avec ça, maudit jeu, comment peut-elle gagner ?! Ahriana perdait ce round, 9 à 0, et pendant le temps de chargement pour le probable dernier match, elle eut un moment de lucidité, elle pensa, elle réfléchissait...


Et si... Je faisais tout simplement tout de travers, je ne parle pas de gagner, je me fais massacrer,
mais est-ce que le but de cette épreuve était vraiment de gagner ? J'ai tellement envie de massacrer ce maudit écran et de massacrer ensuite Colère à grands coups de batte, mais ce n'est pas justement ce qui causerait ma défaite ? Si, car cela voudrait alors dire que j'ai avoué ma défaite avant même d'avoir perdu, il n'y a pas besoin de voir "défaite" sur l'écran pour le comprendre, l'abandon peut me faire perdre, et la colère essaie de m'y conduire ! Je dois me calmer, réfléchir, il doit y avoir un moyen de gagner... Comme par exemple... Arrêter donner cette colère à son incarnation... Oui, c'est ça, plus je suis en colère, plus Colère est forte, le calme est mon arme, Bonheur m'avait aidé à le comprendre ! Mais il n'y avait pas que la colère qui faisait gagner Colère, mais autre chose aussi... Pourquoi quand Wukuri tente de mettre un coup de pied à l'Invocateur, celui-ci esquive directement le coup presque avant qu'il ne soit lancé ? Est-ce qu'il y aurait de la triche ? Non, c'est bien Colère qui joue, et la console n'a rien de particulier, c'est une console comme une autre, alors la cartouche de jeu alors ? Non plus, ça m'étonnerait... Colère doit alors posséder une capacité pour gagner, pour prédire mes mouvements, elle... Elle lirait dans mes pensées ? Oui, ça doit être ça ! Et sachant que je suis à l'état d'âme, mes pensées ne peuvent mentir, Colère connait chacune de mes tentatives grâce à ça ! Alors... Il me faut vouloir faire quelque chose que je ne ferais pas. Je sais enfin comment faire. J'ai la clé de LA victoire.




Ahriana : Je crois que je commence à comprendre les commandes du jeu.

Colère : Hein...? Dit-elle avec peu d'assurance.

Colère ne savait que penser des dires d'Ahriana, comment ça elle venait de comprendre les commandes ? Est-ce que ça allait changer quelque chose au cour du match ? Et c'est quoi ce soudain calme ? Elle n'était pas en train d'exploser de rage il y a quelque secondes ? Ahriana venait de trouver quelque chose, mais Colère ne pouvait le savoir, car oui, la renarde avait vu juste, l'incarnation de sa colère lisait dans ses pensées depuis le début pour prédire chacun de ses mouvements, elle n'était pas capable de savoir ce qu'Ahriana venait de trouver sans en avoir une quelconque idée. Le neuvième match commençait à son premier round, cette fois-ci, l'Invocateur n'attaquait pas en premier, Colère avait l'intention d'attendre pour voir ce que la renarde allait faire comme attaque. Ahriana fit foncer Wukuri vers l'Invocateur, et celui-ci prépara son attaque une fois à bonne distance.


Colère : *Tu prépares un uppercut !*

Ahriana : *YES YES YES YES, YES.*

Sûre à 100% des actions d'Ahriana et donc de Wukuri, Colère fit prendre à l'Invocateur une posture défensive parfaite pour cette situation, l'Invocateur était hors danger ! Mais...
Il ne se passait absolument pas ce qu'avait prédit Colère. Wukuri fit un court bond dans les airs sous le panthéon du requin, ses points de vies descendaient au fil du temps, et son coup n'était pas l'uppercut tant attendu, mais un uppercut inversé aérien ! Non préparé à ceci, l'Invocateur se prit le coup de plein fouet, il s'enfonça dans le sol.


Colère : Q-QUOI ?!

Ahriana : Qu'y a-t-il Colère ? Il semblerait que tu sois surprise, tu t'attendais à un autre coup ? Ne serais-tu pas en train de tricher par hasard ?

Colère : Kuh ! Moi tricher ? Dans tes rêves, je suis bien trop forte pour avoir besoin de ça ! *Tu t'apprête à me massacrer au sol avec le panthéon du tigre !*

Ahriana : *YES YES YES YES, YES.*

Une nouvelle fois, Colère était sûre à 100% des actions d'Ahriana et faisait se préparer l'Invocateur à attraper le premier coup de Wukuri pour contre attaquer, comme prévu, un premier coup alla dans sa direction, mais... Ce n'était pas le coup attendu, Colère s'attendait à un coup de poing ou un coup de pied normal que les débutants feraient sous le panthéon du tigre, mais Wukuri, restant sous le panthéon du requin, frappa dans l'Invocateur comme dans un ballon de foot !
Le chasseur de primes fut projeté à l'horizon à une grande vitesse, Wukuri partit donc le rattraper et une fois à son niveau, il sauta au dessus de lui et frappa dedans sans s'arrêter, à chaque coups donné,
l'Invocateur heurtait le sol, tel une balle de ping-pong projetée par une raquette au sol à multiples contre le mur ! Après ce puissant enchaînement, Wukuri attrapa l'Invocateur, l'envoya dans les airs, puis il le rattrapa et le frappa en tournoyant tout autour du rouge, massacrant sa barre de vie, et il termina cet énorme combo en faisant se rejoindre ses deux mains, puis il frappa vers le bas sur le crâne de l'Invocateur qui revint non pas sur le sol, mais DANS le sol.


Colère : C'EST PAS VRAI, C'EST PAS POSSIBLE !! TU TRICHES ?!

Ahriana : La triche n'est pas une triche tant qu'elle n'est pas révélée, n'est-ce pas ?

Ahriana explosait comme ça Colère pendant tout le reste de l'épreuve, maintenant,
c'est 9.5 à 9. Colère n'y croyait pas, elle était à bout, en train de perdre, comme si les rôles s'étaient échangés ! Elle avait envie de prendre sa manette et de la faire manger à la télé, puis faire manger à la console la télé, puis de faire manger à télé la batte, puis de faire manger la batte à la porte de la mort. Comment Ahriana avait-elle fait pour devenir aussi forte en si peu de temps ? C'était simple, elle s'était d'abord calmée, puis avec la connaissance des touches, elle se montrait maintenant capable de s'improviser de bons combos, de plus, Colère ne pouvait plus du tout prévoir les coups de la renarde, comme si son âme mentait alors que c'était impossible ! Ce qu'elle faisait était aussi simple, par exemple, elle veut plus que tout essayer de faire un uppercut, c'est donc ce que son âme dira, mais elle fera quelque chose de différant, elle a trouvé cette différence entre faire et vouloir, Colère était désormais piégée. Dix-huitième match, second round, premier gagné par Ahriana. Colère commençait directement en invoquant la Sylvore de l'Invocateur sur le terrain, Ahriana fit alors foncer Wukuri en direction de l'invocation, puis il fit un bond vers sa tête.


Colère : *Cette fois-ci je ne peux pas me tromper, c'est impossible, IMPOSSIBLE !!! Tu vas essayer d'aller sur sa tête pour l'écraser !!*

Ahriana : *YES YES YES YES, YES.*

L'Invocateur se préparait alors à faire disparaître la Sylvore pour faire tomber Wukuri en pensant qu'il allait effectivement aller sur la tête de l'invocation, mais il fit encore une fois autre chose. Un coup de pied en piqué depuis les airs, Wukuri fondait sur le torse de l'invocation lui infligeant un maximum de dégâts car la synchronisation entre la manette et le coup était parfaite, le moine traversa alors le corps disparaissant de la Sylvore pour atteindre le visage du chasseur de prime, l'éclatant ainsi et l'écrasant au sol. Puis il passa sous le panthéon du tigre et réduisit par la suite la jauge de vie de l'Invocateur à 0%. Ahriana venait de gagner.

Colère : QUOI ?! C'EST PAS POSSIBLE ! IMPOSSIBLE !! INFAISABLE !!! CONNERIES !!!! Dit-elle en lançant la manette dans l'écran, puis en prenant la batte et en frappant sur la console et le téléviseur avec. J'y crois pas... Comment t'as fais ?! Nan, ne réponds pas, je veux même pas savoir, tu m'as saoulé, connasse.

Colère libéra alors Ahriana de l'une de ses chaînes. Elle était à la fois en colère et à la fois heureuse, sans Ahriana, elle cessait avec tout les autre d'exister, Colère était vraiment contente que la renarde s'en soit bien sortie au final, mais elle reste très frustrée de sa défaite aussi soudaine soit-elle. Il était maintenant l'heure de l'épreuve suivante. La console, ses manettes, la télé,
et les coussins, tout disparaissait pour laisser place à un grand lit aux draps violets et blancs, Luxure fonçait se mettre sous la couette, et... La renarde pouvait y distinguer du mouvement, comme si il y avait une personne... Des mains sortaient de dessous les draps, puis... Ahriana découvrait une magnifique jeune femme complètement nue dans le lit, se cachant le haut de la poitrine avec la couverture. L'épreuve était celle de la luxure, Ahriana avait réussi à gérer sa colère, mais qu'en était-il de sa luxure ?


Luxure : Aller tout le monde, on sort de la pièce, on laisse les dames faire ce qu'elles ont à faire~!

Ahriana pouvait voir les 6 autres orbes partir, où ? On ne sait pas, elles sont juste partie pour le moment, laissant Ahriana avec sa Luxure qui était en train de l'inviter dans son lit.

[img][/img]

Luxure : Alors ? Tu ne viens pas, Ahriana ?

Ahriana : H-heu, ben, pourquoi faire ?

Luxure : Il se trouve que je suis une femme nue sous ses draps qui t'invite à la rejoindre là dessous, tu veux qu'on fasse quoi à ton avis ?

Ahriana : Oui, mais non, je peux pas, j'ai déjà Aéris, je peux pas coucher avec quelqu'un d'autre...!

Luxure : Allons allons ma renarde, elle n'en saura jamais rien, elle ne peut pas venir ici de toutes façons ! Et puis vu que je suis sensée faire partit de toi, c'est que de la masturbation, non ?

Ahriana : Je n'ai plus besoin de ce genre de choses, parce que justement, j'ai Aéris.

Luxure : Et si elle venait à disparaître ?

Ahriana : Elle ne disparaîtra pas !

Luxure : Bzzzzzt ! Mauvaise réponse. Tu as déjà oublié ce que Monokuma t'avais dit ? Tu ne viens pas juste pour le combat, tu viens aussi pour vivre, il en va de même pour Aéris, tu ne reviens pas juste pour elle non plus~.

Ahriana : Bon... Ok, si un jour elle venait à disparaître je ferais comme il me plaira, mais je serais contrainte de faire comme elle aurait préféré que je fasse. Mais le fait est que ma réponse ne change pas, je ne viendrais pas dans ce lit, je sais déjà que dans la vie il faut savoir se faire plaisir, mais il ne faut pas en abuser de ces plaisirs. Mon plaisir le plus grand est d'être avec Aéris, et je n'en abuserais pas en allant avec toi, ou... Moi même, enfin... Bref, tu m'aura comprit.

Luxure : Et ben... Je penserais pas que tu passerais aussi vite...! Je suis contente et déçue à la fois tiens...! Même si je prends cette position tu ne veux pas venir ? Et celle là ? Je peux accomplir tout un tas de fantasmes que tu ne peux accomplir avec Aéris, tu le sais ça ?

Ahriana : E-exactement, et non tu ne peux pas accomplir mon fantasme, il est trop bizarre pour toi, rabilles-toi maintenant s'il te plaît, ou redevient une orbe...!

Luxure : Je peux faire bien des trucs bizarres pour toi si tu veux, il ne te suffit que de demander~! M'enfin... D'accord... Mais saches que mes jambes te serons toujours ouvertes~!

Ahriana : Ugh... Normal, j'imagine... Suivant ?

L'épreuve de la Luxure venait d'être accomplie en un temps éclair avec brio, c'était quelque part normal, Ahriana était déjà calibrée la dessus, c'était une épreuve facile pour elle car elle l'avait déjà accomplie de l'autre côté. Ce ne sera pas la seule épreuve qui sera facile, il y en aura d'autre, Ahriana vivait sainement je vous signale. Luxure redevenait une orbe dans un nuage de fumée, le lit disparaissait, et les autres revenaient d'on ne sait où. Au courant de la réussite de la renarde, le prochain "examinateur" allait faire passer à Ahriana sa prochaine épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Mer 12 Avr - 14:11

Alors que Luxure retournait au près de ses semblables en faisant éclater la sixième chaîne de la renarde, Gourmandise approchait, il était temps de passer son épreuve, si Ahriana savait contrôler sa colère, si elle savait limiter sa luxure, savait-elle ce qui était bon pour elle et les autres ? Gourmandise n'était pas comme on pourrait le penser quelqu'un qui mange tout ce qu'elle trouve, elle ne pense pas qu'à ça, non, elle est d'un autre concept, le concept du "Encore". Si Ahriana se retrouve devant cent fois son plat préféré et qu'elle se voyait sans limites au niveau de sa faim, dévorerait-elle tout ces petits plats adorés ? Si elle se voyait pouvoir faire son activité préférée autant de fois qu'elle le voulait, le ferait-elle encore et toujours sans arrêts ? C'est ce qu'on allait découvrir, là, maintenant, tout de suite. L'orbe jaune quitta ses compagnons pour arriver au niveau de la renarde, puis faisant apparaître un bras à son être, Gourmandise le posa sur l'épaule d'Ahriana, puis faisant apparaître un second bras de l'autre côté de sa boule, il le fit pivoter de gauche à droite dans la direction dans laquelle regardait la renarde.

Gourmandise : Aller, c'est à mon tour, nous allons découvrir de merveilleuses choses ma chère ! Vous ne serez point déçue, je vous l'assure ! Dit-elle alors que de nouvelles choses étaient en train d'apparaître dans la pièce.

Tout d'abord, la première partie de l'épreuve, une à laquelle nous pouvions nous attendre, je l'ai même cité tout à l'heure. Une table sortait du sol dans un tonnerre de confettis et de ballons, dessus se trouvais tout un tas de plats, que les plats préférés de la renarde ! Riz avec escalopes de dinde à la crème, steak haché, frittes, gâteau... Le meilleur du meilleur pour le gras ! N'oublions bien sûr pas la sauce ketchup et mayonnaise, ce serait dommage de manger sans, non ?


Gourmandise : Oooooh, comme je vous envie ! Pouvoir manger tout cela sans même avoir faim, quelle chance ! Dommage, moi je ressens la faim, et j'ai pris un en-cas avant de venir ici... Voulez-vous m'aider à finir tout ces plats ?

Ahriana : Et bien... Je sais que cette épreuve est su ma gourmandise, du coup si je dis oui je va-

Gourmandise : Hep hep hep ! Chhhhh ! Il ne faut pas le dire ça, madame ! Ce n'est qu'un infime détail !

Et tout d'un coup... Ahriana oublia totalement le fait qu'elle soit en train de passer l'épreuve de sa vie, elle oublia tout, sauf le fait qu'elle devait aider à finir les plats de cette table sans que la faim ne la perturbe. Gourmandise avait besoin de lui retirer cette idée et souvenir pour pouvoir avoir une réponse sincère de l'être de la renarde, comment la faire passer la porte de la vie sinon ? Elle se mettrait à manger de tout et n'importe quoi, et elle aurait alors de gros problèmes de santé ! Cette épreuve était alors plus que nécessaire, il en valait de la vie d'Ahriana, et plutôt deux fois qu'une ! Ahriana, sans le souvenir de l'épreuve, regarda alors simplement la sphère marron, puis la table, puis elle se mit à réfléchir comme elle l'avait toujours fait quand elle faisait à manger de l'autre côté pour elle ou pour Aéris, puis, une fois la réponse en tête, elle l'offrit alors à Gourmandise.

Ahriana : Et bien... Je dois avouer que tout ceci est très tentant, mais je ne pourrais me limiter qu'à un plat, ou deux si tu as vraiment besoin de finir tout les plats de cette table, je ne tiens pas à avoir de problèmes de santé, le diabète peut s'attraper très rapidement avec tout ceci d'un coup si je ne fais pas de sport entre deux, et encore, quelqu'un d'autre vous répondra la même chose si tant est que cette personne pense à sa santé et à ce qui peut lui arriver.

Gourmandise : Haaaa, elle pense à sa santé ! C'est une grande dame que j'ai là ! Je suis heureuse de pouvoir constater ce fait, Ahriana. Maintenant, passons à la suite.

Alors qu'Ahriana retrouvait toute sa mémoire, la table et les plats se trouvant dessus disparaissaient dans un éclatement de "POUEEEET" en masse, laissant place à un nuage de fumée. Ahriana était maintenant fatiguée... Trèèèès fatiguée... Comme si elle venait de passer la meilleure nuit de toute sa vie, sauf que son corps en demandait encore... Elle était si bien sous ses draps, le matelas était si douillet, le lit si chaud... Mais il fallait que ce maudit réveil sonne comme à chaque matin. Ahriana se retrouvait dans l'épreuve du sommeil, son lit. Elle était bien entendu encore dans la salle de la frontière entre la vie et la mort, mais dans son lit, et elle venait de se réveiller du meilleur des sommeils, maintenant, elle devait se lever.

Gourmandise : Ahriana ? Votre réveil sonne, cela fait maintenant deux sonneries, c'est à dire cinq minutes que vous devriez être debout. Vous ne vous levez pas ?

Ahriana : Mhhh... Attends... Je suis trop bien là... Encore cinq autres minutes...

Pour parler poliment, comme à chaque réveil, Ahriana à la tête dans le derrière,
elle est encore dans les vapes, les doux nuages de cotons du sommeil l'appelaient encore et toujours, si Ahriana retournait dormir, elle allait faire comme elle faisait chaque matin, cinq minutes de plus est égal à une heure, n'est-ce pas abusif ? Si. Elle ne pouvait se souvenir d'elle même où elle était ni ce qu'elle faisait à l'instant puisqu'elle avait la sensation de se réveiller, à moins de faire un effort, rien qu'un effort, est-ce si dur que ça ? Pour Ahriana oui. Gourmandise ne disait rien, elle la laissait faire, au fond de l'orbe, elle était morte de peur, elle ne voulait surtout pas qu'Ahriana retourne s'endormir, autrement elle aurait perdu l'épreuve sans pouvoir dire quoi que ce soit, ce serait dommage, non ? Gourmandise n'avait pas le droit de tirer la renarde de son lit ou de lui dire quoi que ce soit pour se faire, c'était la règle, la règle qui décidait de la vie ou de la mort de la renarde.

Bien heureusement, la renarde était forte. Elle se battait contre le sommeil inconsciemment, elle observait le plafond blanc de la salle, ses murs, les orbes, et... Elle se réveillait un peu plus peu à peux, puis... Elle se rendormit. Mon dieu, allait-elle passer une heure à dormir ?! Non, elle venait d'être calibrée, comme elle avait calibré sa colère et son envie, elle ne dormit que cinq minutes de plus, comme convenu, puis elle se réveilla à nouveau, prête à se lever pour vivre de nouvelles aventures. Enfin "prête", pas tant que ça, elle restait tout de même dans le gaz, mais au moins elle était prête à se lever, c'était le minimum requis pour passer l'épreuve, on ne lui demande pas d'être immédiatement réveillée à 100% à fond, non, qu'elle prenne son temps, mais qu'elle n'en abuse pas, qu'elle ne fasse pas preuve de gourmandise pour son sommeil. Toute les sphères étaient intérieurement rassurées, elles ne pensaient pas qu'Ahriana s'en sortirait de si peu, elles étaient très inquiètes, mais maintenant, elle vont mieux.


Gourmandise : Bien, mademoiselle respecte ses engagements ! Cinq minutes de sommeil, pas plus, parfait ! Quelle grande dame j'ai là ! Bien, maintenant, cessez d'écouter l'appel de Morphée et sortez du brouillard de la fatigue.[/color]

La renarde ne ressentait plus la moindre envie de dormir, toute trace de fatigue avait disparut. Le lit disparaissait dans le même nuage dans lequel il est apparut, laissant maintenant Ahriana debout, éveillée, devant Gourmandise.

Gourmandise : Je vous aurais bien faite faire une dernière étape pour cette épreuve, mais vous avez trop bien réussit celle de Luxure, il n'y a donc aucune nécessité de passer une troisième étape. Vous avez réussit cette épreuve Ahriana, toute mes félicitations ! Vous pouvez être très fière de vous !

Gourmandise retournait alors à sa place au près de ses camarades en faisant éclater la cinquième chaîne d'Ahriana, en parlant d'être fière... C'était au tour d'Orgueil de faire passer son épreuve, mais elle ne sera pas seule, elle sera accompagnée d'Avarice, car l'orgueil ne va pas sans l'avarice. Tout un étalage était en train d'apparaître, fruits, légumes, viandes, poissons, gâteaux, toute la nourriture dont on à besoin au quotidien, ça y était. Pendentifs, colliers, anneaux, bagues, boucles d'oreilles, là se trouvait aussi tout les cadeaux que l'on pourrait faire à sa bien aimée. Épées, haches, massues, boucliers, armures, ce marchand d'équipement avait là du bon matériel à vendre, intéressant qui plus est. Bâton, livre, potions, enchantements, malédictions, ce sorcier avait bien des choses à vous faire lire et découvrir, tout les amateurs en magie adorent ces marchands, même Ahriana pourrait être intéressée. Orgueil se divisait en quatre personnes, quatre marchands, une personne pour la nourriture, une autre pour les bijoux, une autre pour les armes,
une autre pour les sorts. Quand à Avarice, elle prenait la forme d'un porte monnaie à la ceinture de la renarde, un porte monnaie dont la quantité d'argent ne diminuait jamais.


Avarice : Ahriana ! Ma chérie ! T'as besoin de faire des courses pour de la famille et des amis, et des gens qui t'ont demandé un peu d'aide, aussi gentille que tu es, tu as accepté d'y aller pour leur rapporter ce dont ils avaient besoin ! L'un à besoin d'équipement, l'autre simplement de manger, la suivante d'offrir un cadeau à un ou une proche, et la dernière d'un sort magique qui pourrait lui servir ! Vas y vas y, fait le tour, regarde ce qu'il y a, ces jolies marchandes sont prêtes à te vendre ce que tu veux tant que tu as l'argent nécessaire ! Heureusement que je suis là hein ? Ho et pour mieux se placer dans le thème... Voilà des vêtements adéquats à une personne dont la quantité d'argent ne descend jamais ! Et n'oubliez pas non plus que vous êtes issu d'une très grande famille de nobles aimée de tous et toutes, vous en êtes d'ailleurs à la tête ! Bonne chance, "Mademoiselle" !

Ahriana n'était plus dans sa tenue habituelle, mais dans d'autres vêtements, des vêtements de nobles aux broderies riches en couleurs et aux détails qui ont dû coûté très chère, une telle robe n'était pas à la porté de tous. Ahriana détestait d'avance cette robe, elle avait toujours détesté les nobles, elle en avait toujours une certaine vision, le riche qui se croit supérieur à tous et à toutes parce qu'il a simplement plus d'argent, ou alors un meilleur grade social... Elle aurait préféré offrir cette robe à Aéris, non pas qu'elle est horrible, mais qu'elle déteste porter de tels vêtements, généralement ces robes lui vont bien mieux qu'à la renarde. Cette dernière commençait alors à faire son tour dans les étalages, à commencer par celui où la marchande vendait de la nourriture.

Orgueil : Bien le bonjour mademoiselle ! Qu'est-ce qu'une dame telle que vous viens acheter dans mon humble étalage ?

Ahriana : Ugh... Ne parlez pas ainsi, je n'ai rien de noble.

Orgueil : Hein ? Oh excusez moi noble dame, j'ai des problèmes d'audition, hé hé ! Ria-t-elle nerveusement. Auriez vous l’amabilité de répéter s'il vous plaît ?

Ahriana : Je vous disais simplement de ne pas vous adresser à moi comme vous vous adressez aux noblards, je n'ai rien en commun avec eux, c'est tout.

Orgueil : M-mais madame ! Vous portez pourtant la plus belle des robes avec le porte monnaie le plus remplit du royaume ! Ne vous abaissez pas à vous considérer comme moins que ce que vous êtes, de plus, vous êtes issue d'une très grande famille dont vous êtes à la tête !

Ahriana : Peu importe, je n'ai pas plus de valeur que vous, alors traitez moi simplement comme votre égale~.

Orgueil : Et bien madame, vous manquez d'orgueil...

L'étalage disparut ensuite, d'un coup, sans prévenir, sans qu'Ahriana puisse voir quoi que ce soit. La renarde se rendait compte de son erreur, elle avait de la colère, mais savait la limiter, pareil pour la luxure ou la gourmandise, mais là, elle avait décidé de ne faire aucunement preuve d'orgueil, et c'était une erreur, il faut avoir de la considération pour ce que l'on est, si tant est que cette considération n'est pas abusive, voici là où Ahriana échoua, il lui reste trois chances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ahriana
Arancioni - Rang 3
Arancioni - Rang 3
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 11/01/2017

Inventaire
Objet:

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Mer 12 Avr - 17:56

Ahriana regardait les trois étalages restant avec les marchandes qui s'en occupait, faisait une sorte de pub pour chacun de leur marcher, "Ils sont beaux mes bijoux !", "Vous cherchez les armes pour partir à l'aventure ? Vous cherchez les armures qui vous sauvent la vie des attaques de dragons ? Vous êtes tombés au bon endroit !", "Soigner la fièvre, faire un feu de cheminé sans efforts, ou tout simplement créer une tempête de flammes pour écraser ses ennemis ? J'ai ce qu'il vous faut !", la renarde pouvait commencer à vraiment se croire dans un royaume un peu à la Bianchi, elle commençait à un peu mieux rentrer dans son personnage, mais comment allait-elle faire pour être orgueilleuse sans trop l'être ? Il ne fallait pas qu'elle en manque ou qu'elle en fasse excès, c'est une épreuve assez minutieuse, cela perturbait un peu Ahriana. Elle n'avait jamais pensé qu'elle se considérait avec trop ou pas assez d'estime, ce n'était pas quelque chose dont elle se préoccupait vraiment, elle était bonne avec ceux qui le méritaient et ceux qui en avaient besoin, c'était tout, mais maintenant, elle va devoir se jauger à ce niveau là aussi. La renarde avança en direction du second étalage, pensant avoir bien comprit comment faire.

Orgueil : Bienvenue mademoiselle Ahriana, vous cherchez... Un sort en particulier ? Quelqu'un pour faire le ménage à votre place ? Ou la cuisine ? Ou la vaisselle ?

Ahriana : H-heu, non, rien de tout cela madame, je préfère faire ce genre de chose moi même, vous savez ce qu'on dit : "Rien n'est mieux fait que par soi-même". Je cherche quelque chose pour pouvoir aider quelqu'un, vous devriez pouvoir m'aider.

Orgueil : Bien bien bien... De quel genre d'aide cette personne qui vous à demandé ce service a-t-elle besoin ? Cette personne cherche à partir à l'aventure, à faire ce qui lui est impossible ? Réaliser un fantasme secret ?

Avarice : *Cette personne est une vieille dame qui a juste besoin d'un potion pour son dos !*

Ahriana : Ah, heu, j'ai tout simplement besoin d'une potion pour guérir le dos d'une vieille dame dans le besoin, rien de plus.

Orgueil : Aaaaah, je vois. Bof, rien de bien difficile à faire, je vous apporte ça tout de suite. Et ça vous fera... 27 999 pièces d'or.

Ahriana : Q-quoi ?! 27 999 pièces d'or ?! C'est énorme pour une simple potion ?

Orgueil : Kuh, quelle jeune femme hautaine...

Une nouvelle fois, l'étalage venait de disparaître d'un coup, Ahriana ne comprenait pas, qu'avait-elle fait de mal ? Elle regarda Avarice à sa ceinture pour obtenir des réponses.

Avarice : Dans ce royaume, 27 999 pièces d'or ça ne vaut quasi rien ! Ta réaction à profondément outré la vendeuse, comment devait-elle faire pour gagner son pain avec un prix aussi bas ? Elle ne devait que très peu manger... Tu n'as pas été super sympa !

Ahriana se retrouvait coincée entre les "mais" et les "je", si seulement elle avait su, elle aurait fait un sans fautes ! Plus que deux chances, seulement deux chances. Ahriana se dirigea vers l'étalage d'armes et d'armures, elle aimerait ne pas échouer ici.

Orgueil : Bien le bonjour madame ! Vous allez bien ?

Ahriana : Très bien, et vous ?

Orgueil : Parfaitement maintenant que j'ai l'une des meilleurs clientes en face de moi ! Alors ? Que puis-je pour vous ?

Avarice : *Un aventurier a besoin d'équipements !*

Ahriana : Un ami aventurier aurait besoin d'équipements, mais il n'a pas de quoi se l'acheter, il a été détroussé il y a peu, du coup je lui rends service en échange d'un service qu'il me rendra en retour, échange de bons procédés, vous voyez.

Orgueil : Ah ! Pas de soucis alors, dites moi simplement ce qu'il vous faut, et si je peux vous conseiller, alors n'hésitez pas !

Ahriana : Il lui faudrait une armure d'acier légère complète avec renforcement arrière pour pouvoir transporter plus d'affaires ainsi qu'un bouclier de la même consistance et d'une épée de taille moyenne pointue et tranchante, il faudrait aussi des cordes, un sac, une cape, et... Je pense qu'il n'aura besoin de rien d'autre.

Orgueil : Ehm... J'ai... J'ai bien tout cela, oui, tout ce dont vous aurez besoin ! Cela vous coûtera un total de... 782 499 pièces d'or mademoiselle !

Ahriana se demandât alors "Comment vais-je faire pour sortir tout cet or ?" La réponse fut simple, elle ouvrit son petit porte monnaie qu'était Avarice, et elle y trouva à l'intérieur... Un gros lingot d'or avec marqué dessus "782 499". Confuse, elle donna le lingot à la marchande et elle récupéra l'équipement.

Orgueil : Merci madame ! Passez une bonne journée !

Tout les étalages restant disparaissaient, les marchandes redevenaient une seule personne, Orgueil sous forme de sphère, et Avarice redevint la sphère jaune qu'elle était, elles se mirent toute les deux côtes à côtes face à Ahriana, et donnèrent leur verdict.

Orgueil : Bien, tu vois ? Comme quoi les nobles peuvent être gentils, et pas forcément des salopards ou des trucs dans ce genre, toi même tu as réussi à être bonne tout en gardant de l'estime pour toi même et tout en en abusant pas.

Avarice : Et tu as aussi compris que crier pour un prix ne faisait pas avancer les choses, l'argent est une chose importante dans n'importe quel monde, incruster ce terme dans une discussion rend cette dernière sensible et minutieuse, tu en as fais l'expérience, et d'après ce que nous avons vu et observé dans ton comportement...

Orgueil & Avarice : Tu as réussi cette épreuve ! Bravo !

Ahriana voyait ses vêtements redevenir normaux, elle était bien plus à l'aise dans cette tenue. Elle venait de se rapprocher un peu plus une nouvelle fois de sa résurrection, encore un effort, elle y est presque ! Orgueil et Avarice retournaient à leur tour à leur places en faisant éclater la quatrième et troisième chaîne d'Ahriana, il ne restait plus que celles à ses chevilles, c'était au tour de Paresse de faire son épreuve.

Paresse : Hmmmmm... Tu as déjà résisté à la paresse dans l'épreuve de la gourmandise, et pis t'as pas la flemme de respirer pour vivre... Aller... T'as gagné mon épreuve. Dit-elle en faisant éclater la seconde chaîne de la mort.

Attendez... C'est une blague ? Paresse avait carrément la flemme de faire son épreuve parce qu'Ahriana l'aurait déjà en quelques sortes passé dans l'épreuve de Gourmandise ? Ahriana ne savait pas quoi dire ou comment réagir... C'était juste ça l'épreuve en fait, pas se réjouir de la situation pour réussir, ou quelque chose dans le genre ? Non ? Vraiment ? Très bien... Du coup, c'était au tour d'Envie, qui elle avait une véritable épreuve à faire passer.


Envie : Bien ! Voyons voir de quoi tu as envie...

A ce moment là, Ahriana commençait à rétrécir, la renarde était en train de redevenir une enfant, même corps, même mentalité. Un enfant veut beaucoup de choses, voyons ce qu'Ahriana allait vouloir en tant qu'enfant. Partout dans la pièce apparaissait des tas d'objets, jouets, outils, jeux, tout ce qu'un enfant aime, elle pouvait aussi voir un groupe de quatre enfants jouer ensemble. Ahriana était toujours consciente qu'elle était dans une épreuve où sa vie était en jeu, mais étant une enfant, elle n'en avait pas réellement conscience. Allait elle tout vouloir ou rien vouloir ? Tout allait dépendre d'elle à l'état pur de son être, c'était une épreuve courte à narrer, mais longue en observations pour Envie, mais dont l'issue était décidée d'avance.

Alors nous pouvions observer la petite renarde se déplacer dans la salle sur ses genoux, toute souriante, ramassant quelques jouets et jouant un moment avec, se créant ses histoires et en rigolant de ce qu'elle faisait avec ses figurines, peluches,
et autres jouets qu'elle utilisait. Nous pouvions l'observer utiliser les jouets dans la pièce les uns après les autres, mais... Jamais elle n'osait s'approcher des autres enfants qu'incarnait Envie, elle en avait peur. C'était bien, Ahriana n'avait pas peur d'avoir envie d'utiliser des jouets, mais elle avait peur d'avoir envie d'aller jouer avec les autres, elle se prive d'une petite envie, c'est mauvais, très mauvais. Mais ce n'était pas perdu, sachant qu'Envie incarnait des enfants, elle avait le droit d'agir pour aider la renarde ! L'une des quatre enfants alla alors voir Ahriana et en se penchant un peu, elle lui tendit la main.


Envie : Coucou toi ! Tu veux venir jouer avec nous ?

Ahriana : H-h-heu... J-je suis pas sûre que ce soit une b-bonne id-idée...

Envie : Roh, aller ! On est pas méchantes, je te jure que tu vas t'amuser avec nous toutes !

Ahriana : J-je...

Envie n'en pouvait mentalement plus, oui, il fallait qu'Ahriana dise oui ! L'envie est très stricte dans cette épreuve, c'était quelque part l'épreuve la plus difficile, car Ahriana ne pouvait rien y faire, tout était déjà écrit. Et bien heureusement pour l'existence même d'Ahriana, elle décida certes très timidement, mais finalement, de rejoindre les autres enfant pour jouer avec. Tout le monde avait eu des haut-le-cœur tellement le stress venait de devenir intense, les sept incarnations des péchés d'Ahriana comme les personnes non présentes dans la salle comme Bonheur autre part. Ahriana commençait lentement mais sûrement à redevenir une adulte tendis que tout disparaissait pour remettre la frontière entre la vie et la mort dans son état initial.

Maintenant à nouveau adulte, Ahriana se retourna vers Envie qui se redirigeait vers le siens en faisant éclater la première et dernière chaîne de la renarde. Les sept orbes vinrent se décoller de la porte de la mort, et se placèrent tout autour d'Ahriana.


Colère : Tu as su contrôler ta colère et tu m'as éclaté à mon jeu...

Luxure : Tu as su résister à toute mes avances...

Gourmandise : Tu as su te calibrer quantitativement...

Avarice : Tu ne tiens pas tant que ça à ton argent et tu n'as pas peur de le dépenser sans faire d'erreurs...

Orgueil : Tu sais désormais comment te considérer, ni trop importante, ni insignifiante...

Envie : Et même étant enfant, tu as su ne pas trop te priver des bonnes choses que les enfants aiment bien faire... Est-ce que tu es sûre de ce que tu veux faire ensuite ?

Ahriana : Je suis déterminée à ne pas mourir, autrement, j'aurais fait tout ceci pour rien, je ne veux pas abandonner les autres de l'autre côté. Je suis prête à revenir maintenant.

Luxure : Exactement, et tu VAS revenir ma grande. Et... Pas sans nous.

Colère : Car sans toi nous mourrons, et sans nous tu n'es qu'une coquille vivre. L'une ne va pas sans les autres.

Paresse : Ouais... Et à partir de maintenant... Nous allons enfin pouvoir faire plus qu'une avec toi à nouveau, enfin... J'en avais marre de faire des choses par moi même de toutes façons...

Gourmandise : Vous avez récupéré tout les morceaux de votre être Ahriana, vous pouvez maintenant vivre en paix. Tâchez d'éviter la mort à nouveau jusqu'à que votre vie arrive à son terme de par le temps, mh ?

Ahriana : Je ferais de mon mieux, je le promet !


Toute les sphères se mirent à tournoyer de plus en plus vite autour d'Ahriana tout en se rapprochant d'elle secondes par secondes, jusqu'à complètement fusionner par la renarde, enfin, elle redevenait complète, prête à revenir à la vie. Elle se dirigea alors vers la porte de la vie, se retournant une dernière fois vers la porte de la mort, puis... Elle traversa la lumière.

"Merde, chef ! Une nouvelle hémorragie !"
"...Sortez tout, éteignez les machines, et commencez à aller voir les autres blessés. C'est terminé."
"Q-quoi ?! Mais elle respire encore chef !!"
"Laissez tombez, quoi que l'on fasse, dans moins d'une minute, ce sera terminé pour elle. La blessure est bien trop grande, elle perd trop de sang, elle va y passer, c'est terminé."
"C'est ça ! Baissez les bras ! C'est pas avec des fanfreluches dans votre genre qu'elle s'en sortira de toutes façons !!"


Au même moment où le chirurgien dit ceci, une flamme bleue apparut sur la poitrine de la renarde dans le coma côté cœur, la flamme bleue devenait de plus en plus intense de secondes en secondes, jusqu'à entièrement envelopper son corps.

"Qu'est-ce que... Reculez ! Reculez tous !"

Alors que tout les chirurgiens reculaient, ils pouvaient tous regarder bouche bée les blessures d'Ahriana se refermer, sa plaie au ventre, ses phalanges brisées, toute ses autres coupures, le cœur de la renarde se remettait à battre au bon rythme et enfin, après tant d'efforts chirurgicaux des secouristes comme ceux mentaux d'Ahriana...

Elle était de retour et en un seul morceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   Lun 24 Avr - 14:13

A la vie, à la mort
Une quête Ultime pour les plus grands aventuriers.
      Accomplissement Ultime
Les flammes bleues qui entouraient Ahriana n'était produite nulle autre que par l'espoir de revenir à la vie, je n'y suis presque pour rien dans tout cela. Mon pouvoir est puissant, mais sans une source conséquente, il ne peut se dévoiler au grand jour. La personne ayant le plus espoir dans toute cette salle à l'instant même où j'ai activé mes capacités, c'était celle se trouvant dans un sommeil profond.

Grâce à l'espoir de revenir, de ressusciter si l'on peut dire ainsi, la flamme a put commencer à s'allumer au niveau de son cœur. Cette source d'espoir m'alimente, mon énergie s'abreuve de cette envie de vivre. Tout le désespoir de la guerre disparaît pendant un instant. Je me relève et tourne mon regard vers cette jeune femme au sol, un trou béant au niveau du torse. Ton aide ne sera pas vaine jeune aventurière. Mais si tu veux les aider, dépêche-toi, car l'empereur se trouve déjà au pied de l'arbre monde, il n'y a plus de temps à perdre. Grâce à cette nouvelle puissance, j'embrasai son corps tout entier de mon espoir revenue. Je réécris l'histoire, je le transforme, le présent n'est désormais plus que passé, tes blessures sont refermées. Une nouvelle force parcourt tes veines,
la ressens-tu ? Il s'agit de mon pouvoir, l'espoir, tu ne tomberas jamais au combat, tu pourras toujours et encore te battre. Malheureusement, je ne peux pas prédire que tes blessures ne réapparaîtront après la bataille. Maintenant, va, ils ont tous besoin de toi en bas.

   Fiche (c) Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la vie, à la mort. [Quête Impossible]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la vie, à la mort. [Quête Impossible]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Le monde des rêvesTitre :: VerdeTitre :: Gaea-
Sauter vers: