Partagez | 
 

 The Lost Batallion [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: The Lost Batallion [Terminé]   Sam 12 Aoû - 17:29



La température était si douce. Mour, dans son sommeil, n'avait ni trop chaud, ni trop froid, et ce grâce à une simple cheminée construite dans le fond de la pièce. Les fenêtres étaient fermées, ainsi que leur rideaux, les portes de la maison. Une seule pièce suffisait à réunir cuisine, salon, chambre. La salle de bain, elle, était dans une autre pièce assez grande située juste à côté du coin chambre, derrière une porte en bois. Le bois, c'était ce qui composait pratiquement toute cette maison, il y avait de la pierre aussi, sur le bas des murs extérieurs, ou encore dans la cheminée histoire d'éviter de faire brûler toute l'habitation.

La dame des flammes se blottissait un peu plus dans ses draps en baillant, elle était à moitié réveillée, encore la tête dans les nuages. Il trouva malgré tout la force de lever son bras gauche alors que son corps était tourné vers le mur, et ce afin d'entre-ouvrir le rideau qui cachait la lumière du jour. Elle ouvrit rapidement les yeux afin de regarder l'extérieur, et extraordinairement, aucun nuage ne couvrait les cieux, le soleil brillait fort, la neige ne tombait pas encore, et c'était la première fois que la mage voyait une telle chose dans ce royaume. Ça ne pouvait qu'être une bonne journée avec un temps pareil, se disait Mour. Encore fallait-il se lever pour passer cette journée.

Elle finissait finalement par s'asseoir dans son lit, retirant les draps du haut de son corps. Elle se frotta rapidement les yeux, elle s'étira ensuite, puis après avoir enlevé la totalité de la couverture de son corps, elle se tourna afin d'être assise dans le bon sens pour pouvoir se lever une fois qu'elle s'en sentira bien capable. Beaucoup de temps était passé depuis ce combat contre le chevalier de feu, dans les ruines. Ce combat... Elle ne l'oubliera jamais. Elle avait eut si peur qu'elle en avait fait des cauchemars pendant plusieurs jours, ce moment où elle devait rester cachée sous les pierres, alors que le guerrier faisait fondre la glace au dessus d'elle avec son épée de feu, cette eau bouillante qui brûlait tout le corps de la mage qui ne pouvait même plus respirer, qui manquait de se noyer. Elle s'en était sortie par chance, si le toit ne s'était pas effondré sur ce guerrier, elle serait morte.

Se remémorant ceci en regardant sa main droite, Mour tira quelques instants la tête en fronçant les sourcils, puis elle referma son poing, et décida enfin de se lever. Qu'est-ce qu'était que cette maison exactement ? Un cadeau. Voulant s'installer à Bianchi, mais ne voulant pas séjourner avec d'autres gens dans une même maison, Mour avait décidé qu'elle se construirait son propre chez-elle, et au vu de toutes les épreuves qu'elle avait déjà traversé, quelques bonnes âmes vivant dans le coin avaient accepté d'aider la mage à construire cette maison. Ça aura prit beaucoup de temps, mais elle avait été construite, et Mour y vivait désormais.

Il était encore très tôt, et la demoiselle des flammes avait une tâche à accomplir aujourd'hui, alors, elle devait déjà commencer à se préparer. Il y a peu, la dirigeante de ce royaume avait demandé à ce que l'on rapporte certains cristaux très importants à trois villages différents très loin de Blanche-Ville, proches de la frontière Arancionienne, proches des montagnes d'où venaient la mage. Cette dernière jura d'aider à l'accomplissement de cette mission, elle connaissait les dangers du froid de ce royaume, et ayant indirectement prit part à la guerre contre les morts, bien qu'elle soit terminée, elle se sentait obligée de venir prêter main forte à tout ceux qui allaient partir amener ces cristaux à destination.

Mour finissait rapidement de se nourrir, puis de se laver, pour finalement s'habiller d'une robe ressemblant beaucoup à celle qu'elle portait en arrivant à Bianchi, mais en beaucoup plus chaude. Ce n'est pas parce que le soleil brille ce matin qu'il fera chaud ici. La mage rangea ensuite tout ce qu'elle avait sortit, nettoya tout ce qu'elle avait sali, puis enfin, elle alla saisir son bâton, posé juste à côté de son lit. Elle n'y avait pas touché depuis des jours. Une fois entre ses mains, elle se dirigea vers la sortie, qu'elle déverrouilla avec un clé. Elle ouvrit ensuite la porte, et...

musique:
 

Bien qu'elle avait déjà vu quel temps il faisait en regardant par la fenêtre, Mour fut contrainte d'être éblouie par le soleil, et la beauté d'une ville normalement plongé sous des averses de neige, neige qui posée sur les sols et sur les toits brillait, et reflétait les rayons célestes. Se servant de sa main pour se cacher les yeux, Mour prit un peu de temps pour commencer à s'habituer à toute cette lumière, et une fois ses yeux prêts à encaisser une telle luminosité, elle se retourna, ferma sa porte, et la verrouilla, puis elle rangea la clé dans sa sacoche. Lorsqu'elle se retourna, elle vit des enfants passer en courant dans la rue sur le sol pavé, très probablement en train de jouer à un certain jeu. Les suivant du regard, les yeux de Mour furent comme automatiquement dirigés vers le lieu où elle devait se rendre pour commencer sa quête.

musique:
 

La demoiselle des flammes prit une grande inspiration, profitant de l'air frai et du soleil réchauffant un petit peu sa peau, puis elle rejoignit finalement le chemin pavé sur lequel couraient les enfants précédemment, puis, elle commença à avancer dans le quartier en marchant aussi sereine que jamais. Elle vit dans la rue de nombreuses personnes déjà levées, comme par exemple une file de gens, patientant tranquillement pour aller acheter du pain pour leur petit déjeuné, à eux, et à leur familles, ou encore ces artisans qui étaient déjà au travail, et ce avec le sourire aux lèvres, salués par tout les passants qui jetaient rapidement un coup d’œil à leur créations. Mour finissait par se demander si il existait dans le coin une bibliothèque où elle pourrait récupérer de quoi travailler sur la magie, elle ne connaissait encore que très peu la ville, elle n'était presque jamais sortie dehors après tout, depuis son arrivée.

Au bout de quelques minutes de marche, la demoiselle fut interrompue par l'appel de quelqu'un, c'était une voix assez féminine qui criait sans forcer son nom. Mour se retournait alors vers la provenance du son, et elle y reconnu une coéquipière, une aventurière qui elle aussi allait aider au transport des cristaux. Cette fille portait un nom, et heureusement la mage ne l'avait pas oublié, Angèle Wilhelm. Elle était vêtue elle aussi de vêtements chauds, et d'une armure par dessus le tout, et pourtant ses cuisses étaient à l'air, comme si ces endroits là n'allaient pas craindre le froid. A sa ceinture se trouvaient une épée pouvant être tenue à une main rangée dans son fourreau, plusieurs paires de couteaux de lancer, et quelques sacoches. Dans son dos se trouvaient rangés son bouclier, et une lance de taille moyenne. C'était une véritable aventurière, du moins, elle en avait plus l'air que Mour. Elle faisait signe à la mage avec ses deux mains dans les airs, les secouant de droite à gauche, et ce jusqu'à que Mour ne lui adresse un sourire et un haussement de sourcils. La mage commença alors à marcher dans la direction de la blonde.


Angèle:
 

Mour : Bien le bonjour. Tu m'as l'air très en forme !

Angèle : Oui ! Et parée à accomplir une nouvelle quête avec brio ! J'espère toujours qu'on aura une récompense à la fin~!

Mour : On dirait bien que je partage la même envie.

Les cloches d'une église assez proche commençaient à retentir, une heure était déjà passée depuis que Mour s'était levée. Elle et l'aventurière avaient tourné leur regards en direction de ces cloches, et quelques secondes après, elle finirent par se regarder, et Angèle reprit la parole.

Angèle : On ferait mieux de se rendre sur la place, on est pas encore en retard, mais ce serait bien d'éviter de l'être !

Mour : Dans ce cas, je te suis.

Les deux femmes commencèrent alors à marcher en semble, et ce,
jusqu'à atteindre la place sur laquelle étaient en train de se préparer toutes personnes participant au transport des cristaux magiques. D'après ce que la mage avait entendu dire, les cristaux étaient relativement grands, et très très lourds à porter, c'était pourquoi il avait fallu à plusieurs forgerons créer des chars en métal assez grands et résistants pour les transporter, avec un système de roues adéquat à la neige, afin de ne pas les laisser s'enfoncer trop rapidement dedans. La route allait être risquée après tout, il fallait éviter de perdre les cristaux. Mour aurait tout de même adoré les étudier, qui sait ? Peut-être aurait-elle pu en apprendre des sorts de protection, puisqu'ils servent à la création de puissantes barrières magiques. Peut-être qu'avec quelques enchantements et un peu d'alchimie, la demoiselle aurait pu en tirer quelques objets de protections, comme des boucliers anti-magie transportables, ça aurait prit beaucoup de temps, mais ç'aurait été génial.

Une fois sur la place, Mour et Angèle purent observer que tout le monde était déjà presque prêt. "Déjà ?" Se demanda les deux femmes. Oui, les chevaliers de Bianchi étaient très à cheval sur cette mission, ils voulaient la réussir coûte que coûte, et ce dans les plus brefs délais. Il y avait plusieurs troupes de guerriers entraînés déjà sur place, déjà tous en armure, bouclier au bras et lame au fourreau. Ils avaient bien entendu, comme Angèle, appliqué un certain produit sur leur équipement pour éviter de les voir geler, il serait fort dommage de ne pas pouvoir sortir son épée dans les cas urgents, comme les éventuelles attaques de monstres. Il n'y avait pas que des chevaliers sur place, mais aussi des Tracteurs. Non, n'imaginez pas des machines, mais des hommes. Les Tracteurs sont ceux qui vont faire avancer les chars, ils sont ceux avec le plus de force dans les bras, on peut même le voir rien qu'à leur musculature, et ce n'était pas de la gonflette, certains ressemblent même assez à des ours pour sortir dehors bien moins couverts que tout le monde.

Plus loin, Mour pouvait observer une dizaines de personnes en robe blanches, elle put rien qu'en regardant leur accoutrement deviner leur fonction dans cette quête : Ils étaient les soigneurs, présents au cas où il y aurait des blessés parmi les troupes. Il transportaient leur magie au sein de leur esprit, l'incantation de leur sorts dans leur livres, et dans leur sac un peu plus de matériel médical, car dans certains cas la magie à elle seule ne suffit parfois pas. Quant à Mour et Angèles, elles allaient servir dans les troupes des chevaliers, elles défendront le convoi. Tout les chevaliers ont beau être équipés d'armes et d'armures, certains se voient aussi capables de manier la magie, mais comme Mour a déjà pu le constater en regardant quelques démonstrations qui avaient dernièrement eut lieu dans la ville, elle restait meilleure que la plupart des hommes ici, son feu est plus efficace que le leur. En fait, peu nombreux étaient ceux qui ne maîtrisaient pas la magie dans la troupe, il y avait les Tracteurs, et Angèle, qui était une simple aventurière. Elle pourrait apprendre la magie, mais elle disait avoir déjà essayé et échoué, c'était trop difficile disait-elle en guise d'excuse.


Capitaine : Rassemblement ! Disait le capitaine en tapant de sa paume contre son bouclier afin d'alerter tout le monde. Que tout le monde se rassemble ! Nous allons bientôt quitter la capitale, que tout le monde se rassemble que l'on compte les hommes et femmes présents !

Entendant ceci, et remarquant que les groupes de Tracteurs commençaient à charger les chars avec les cristaux de taille assez impressionnante, Mour et Angèle commencèrent alors à se diriger vers la position du capitaine, en attendant qu'il fasse ce qui semblait être une sorte d'appel, d'après ce que la mage arrivait à apercevoir d'ici, il fallait juste aller signer de son nom des parchemins. Ça ne prendra que quelques minutes, le départ était maintenant imminent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Dim 13 Aoû - 18:53

Les files étaient un peu plus longue que prévues, assez longue pour faire patienter Mour et sa coéquipière de sorte à ce qu'elles se mettent à bailler un peu en même temps, mais, finalement, elles atteignirent le registre et purent y inscrire leur noms dedans. Angèle alors qu'elle finissait de signer d'une jolie courbe difforme répéta une nouvelle fois : "J'espère qu'on va l'avoir cette récompense...!"

Les deux femmes sortirent finalement de la file d'attente, et constatèrent que les chars étaient chargés des cristaux et de ressources vitales, et que de nombreux cordages venaient d'être installés. Oui, des cordages, car une fois dans la neige, le système de roue aura beau être performant, les Tracteurs utiliseront tout de même des cordes pour les traîner plus vite, et pour les traîner hors de mauvaises zones creuses dans lesquelles il serait possible de se coincer. Après avoir installé tout ceci, cette partie du groupe alla tout de même s'équiper de gros manteaux, de grosses bottes, de gros gants, et de gros chapeaux, ils étaient des colosses résistant au froid, certes, mais pas aussi résistant à la mort.

Les Protecteurs, une fois qu'ils aient tous signé, se mirent en position d'escorte, protégeant les chars, les Soigneurs, et les Tracteurs. Mour et Angèle étaient positionnées presque tout à l'arrière du convoi, devant quelques autres Protecteurs et derrière les soigneurs. Le capitaine, sans prendre d'élan, fit un puissant bond, se servant de sa main non armée, pour se hisser avec plus de facilité sur le tout premier char, se plaça droit et fier dessus, et sortant son épée et la brandissant des les airs en direction de nos objectifs, il s'écria : "
En avant !"



Après qu'il ait donné ce premier ordre, tout les Protecteurs, les Tracteurs, et les Soigneurs levèrent un poing dans les airs, criant d'une manière assez similaire, avec puissance, et ce en harmonie, c'était là un cri de ralliement que n'avaient su produire Mour et Angèle, étant encore étrangères à ces manières. Ce n'était pas la première fois qu'ils voyaient des guerriers crier, bien entendu, mais c'était la première fois qu'ils voyaient des
hommes de Bianchi crier. Les chars commençaient alors à avancer, poussés par les Tracteurs, et tirés par ces derniers, et ce d'une manière technique et efficace, tandis que tous avançaient à la même vitesse que ces constructions métalliques.

Le convoi avançait à travers un large quartier, de sorte à ce que ça ait l'air d'une parade. Au vu de la marche et de la prestance de tout le groupe, il y avait de quoi croire que c'était une véritable parade, en effet, sans oublier que l'effet était d'autant plus grand du au nombre de spectateurs de la marche. Mour, observant tout ceci, et écoutant toute les acclamations, commençait à véritablement penser que les habitants de Bianchi devaient se sentir dans la sécurité la plus absolue, et ce même malgré la précédente guerre. Réutilisant mentalement le terme de "guerre", la demoiselle des flammes se posa une nouvelle question : Est-ce que c'était véritablement terminé ?

Elle adorerait croire que c'était bel et bien finit, et qu'elle ne croiserait plus de groupes existant exclusivement pour semer la mort et la désolation, mais elle ne le pouvait tout simplement pas. Quelque part, au fond d'elle, elle savait qu'à un ou plusieurs endroits de ce monde se trouvaient toujours un ou des ennemis, prêts à continuer cette guerre, en commençant par un stade de guerre froide, puis une fois assez puissant, repartir à l'assaut. Mais est-ce que la magicienne devait s'inquiéter de ça ? N'en avait-elle pas déjà fait assez pour cette guerre ? Contre cet Arancionien déchu, et ce valeureux guerrier de feu qui a bien faillit avoir raison d'elle ? Qui serait le prochain ennemi exactement ? Un vestige du passé, ou quelque chose de nouveau ?

Pas une seule seconde elle ne se questionnait au sujet de la paix, elle savait déjà très bien comment ça fonctionnait, ce n'était que de courts passages de la vie ne durant point, puisque à chaque fois, et cela durera jusqu'à la fin des temps, il y aura toujours quelqu'un pour venir rompre la paix. Mour soupira, et souriait tout d'un coup en arquant un sourcil. Elle se disait que quelque soit la prochaine menace, elle y ferait face, et elle y survivrait ou non, c'était là la vie, rien de plus.

Après quelques nombreuses minutes, le convoi atteignait enfin les frontières de la ville, dans peu de temps, ils allaient sortir de la bulle de protection qui protégeait la capitale du véritable froid mordant. Le soleil continuait de briller, et toujours aucun nuages à l'horizon. Elle ne savait pas pourquoi, mais Mour avait l'impression que si des nuages commençaient à recouvrir le ciel, alors des problèmes allaient commencer à arriver. Cela ne devait être que des pressentiments, ça ne devait pas être si important que ça, ça l'est rarement. Angèle, remarquant l'expression faciale de Mour, commença à la questionner.


Angèle : Qu'est-ce qui te fait sourire comme ça ? T'as vu un joli garçon ? Où ?!

Mour : Comment veux-tu que je remarque une telle chose avec toute ces armures et toute ces robes ? Non, je repensais juste à l'avenir, je suis juste d'assez bonne humeur pour me dire que peu importe ce qui allait nous tomber sur le coin de la figure dans le futur, on y ferait face, et on foutrait d'assez gros et d'assez nombreux coups de pied dans le derrière pour vaincre.
Rigola-t-elle amicalement.

Angèle rigola de la même manière, puis elle lui répondit.


Angèle : C'est vrai qu'avec un temps comme ça, pas moyen de faire la tête ! Ça fait pas longtemps que je suis dans le coin et voila que le soleil se montre déjà ! A croire qu'il me suit partout où je vais ! S'exclama-t-elle de manière visiblement ironique.

Mour lui ria au nez, lui avouant qu'elle non plus n'avait pas vu le soleil depuis très longtemps. Entre le mauvais temps d'Arancioni et l'hybride qui créait du brouillard, et le ciel nuageux de Bianchi, quelques rayons solaires sur sa peau ne pouvaient lui faire que le plus grand bien. Mour continua.


Mour : Voilà le grand froid... Nous sommes sorties.

Angèle grelotta une petite seconde, remarquant elle aussi se fait, et regrettant de n'avoir rien trouvé d'adéquat pour cacher ses cuisses. La route allait être relativement longue pour atteindre ces trois villages, mais normalement rien ne devrait perturber la route du convoi, à moins qu'un dragon ne décide de quitter la citadelle de glace, ou qu'un groupe de bandit ayant pour l'intention de s'emparer des cristaux ne se montre.

La matinée passa très vite, personne ne se plaignait encore trop du froid, chacun était occuper à discuter, ou à rester plongé dans ses pensées, tout se passait pour le moment pour le mieux. A midi, une pause fut faite, il fallait bien laisser le convoi se reposer un peu, pour se requinquer et se réchauffer quelques minutes près des feux créés par les mages et quelques bûches en bois transportées dans les chars métalliques. Tout le groupe en profita pour déjeuner autour de ces feux, bien entendu, des protecteurs continuaient de monter la garde et de surveiller les alentours. La vision était très facile ici, les dunes de neiges n'étaient pas trop grandes, et les crevasses bloquant les chars se faisaient plus rares qu'on ne le pensait.

L'après midi passait, et ce dans un calme un peu plus grand que ce matin là, les hommes et femmes s'étaient déjà beaucoup parler entre eux et avaient à peu près tout dit sur leur personne ou sur leur vie, ou encore sur leur histoire. On ne pouvait pas directement le voir, mais dans le convoi l'on pouvait distinguer quelques petits groupes de personnes, des gens qui se sont mit ensembles pour la route, des gens qui s'appréciaient entre eux, causant un peu de mélange parmi les Protecteurs, les Soigneurs et les Tracteurs se reposant, mais le mélange ne semblait pas déranger le capitaine, lui même semblait assez serein par rapport à la réussite de la mission, comme si il savait à l'avance que tout allait bien se passer. Mour se permit tout de même de quitter quelques minutes l'arrière du convoi pour rejoindre le capitaine et lui poser une question avec Angèle à ses côtés.


Mour : Capitaine ? Puis-je vous demander combien de temps prendrons nous pour atteindre les villages ?

Capitaine : Au vu du temps et du fait que nous avançons très vite, je dirais que si nous continuons comme ça, dans un jour et demie nous serons à destination. Donc, demain soir nous aurons atteint les villages, sachant que ce soir nous allons dormir, certes peu, mais assez pour continuer d'avancer, rassurez vous.


Ayant reçu la réponse à sa question, la mage et sa coéquipière retournèrent à l'arrière du convoi. Un jour et demie ? C'était moins que ce qu'avait mit Mour pour rejoindre Blanche-Ville, c'était sans doutes du au fait que cette fois-ci elle et tout ceux composant ce convoi étaient en forme, que le temps ne perturbait personne, et qu'il n'y avait pour le moment aucun obstacles de taille à affronter. Certes, les chars ont bien été coincés deux ou trois fois par des petites crevasses, mais les Tracteurs les dégageait avec facilité, leur vitesse n'était pas amoindrie par ces petits problèmes là.

La nuit tomba, et encore une fois, aucun nuage à l'horizon, le ciel était couvert d'étoiles, et l'une des deux lunes illuminait la nuit, à peine si l'on avait besoin de la lumière du feu, vu toute la lumière qui était produite par les reflets dans la neige. Les tentes étaient installées avec au minimum deux personnes par tente, des tours de gardes avaient été organisés dans chacune d'entre elles, toute les heures, les rôles devaient être échangés entre celui, celle , ou ceux qui se reposaient, et celui, celle, ou ceux qui dormaient. Angèle qui était une aventurière avait sa propre tente à elle, qu'elle eut la gentillesse de partager avec Mour sans en parler à personne d'autre. Il y avait beaucoup de place dedans, assez pour s'y mettre à 5, mais elle souhaitait pouvoir dormir dans la position qu'elle voulait, alors seulement elle et Mour allaient y dormir, et puis, tout le monde avait déjà trouvé sa place.

Plusieurs feux avaient été mis en place dans la nuit afin d'éclairer tout le convoi, des Protecteurs-éclaireurs avaient été placés là où il y avait le moins de lumière pour surveiller les environs, tandis que les tours de gardes surveillaient l'intérieur du campement provisoire, tout ceci avait été mit en place vers 22h, et le convoi allait reprendre la route vers le levé du soleil. La magicienne et l'aventurière avaient tout de même décidé de tricher un peu en s'arrangeant avec les tentes alentours pour avoir plus de temps de sommeil pour un temps de tour de garde inchangé, il suffisait de surveiller deux ou trois zones supplémentaires, ce qui n'était vraiment pas un gros effort, et c'était beaucoup plus pratique. L'entraide, ça aide toujours.

Pendant son heure de tour de garde, c'est à dire vers deux heures du matin, Mour décida tout de même d'aller surveiller une zone supplémentaire, une zone déjà surveillée, une zone où elle aimerait éviter de se faire prendre. La zone où se trouvait la tente du capitaine. Elle n'avait aucune mauvaises intentions, vraiment, elle voulait juste être sûre qu'aucuns détails ne lui échappe, elle voulait être sûre que tout allait vraiment bien, et que rien n'était faux. Évitant la lumière des feux placés ici et là, la demoiselle des flammes réussit en environs 7 minutes à se glisser jusque derrière la tente du capitaine, et ce, sans laisser une seule trace de pas dans la neige, elle était un véritable fantôme dans la nuit. Elle se mit à tendre l'oreille, et à écouter ce qu'il se disait entre le capitaine et son second. Malheureusement, la conversation semblait bientôt se terminer.


Capitaine : Je vois, donc tout est bel et bien en ordre dans le convoi. Mais nos hommes sont ils en place ? Nous avons besoin d'eux prêts à agir quand le moment sera venu.

Second : Oui monsieur, ils sont tous en place, sans exception. Tout ce passe comme prévu.


"Nos hommes" ? Quels hommes ? Parlaient-ils des éclaireurs ? Et que voulait dire le capitaine par "quand le moment sera venu" ? Avait-il en fait déjà des hommes dans les villages prêts à les recevoir pour faciliter le transport des cristaux sur les piédestaux ? Peut-être, mais peut-être ne suffisait pas, selon Mour. La mage décida de quitter les lieux, puisque le second avait quitté la tente et que le capitaine était partit se coucher, elle allait rejoindre sa zone, finir son tour, et aller se coucher, avec une certaine peur en tête, peur que quelque chose de mauvais n'arrive...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Mar 15 Aoû - 15:21

Malgré son mauvais pressentiment, Mour réussit à trouver le sommeil à l'intérieur de la tente, allongée dans son sac de couchage prêté par son amie. Elle ne fit pas de rêve particulier, elle faisait ce genre de rêve qu'elle allait oublier une minute après son réveil. Le temps passa en accéléré pour la mage le temps qu'elle se reposait, et ce, jusqu'à qu'on ne vienne la lever. Une main venait secouer son épaule, une voix féminine l'appelait, elle faisait encore écho dans ses tympans, la magicienne avait du mal à rouvrir ses yeux.

Musique:
 

Angèle : Mour... Mour ! Aller, il faut que tu te lève, on doit tout ranger pour pouvoir reprendre la route ! Dit l'aventurière encore une fois toute enjouée.

La demoiselle des flammes trouva finalement la force d'ouvrir les yeux et de s'asseoir au plus vite, elle voulait se sortir des vapes au plus vite. Elle commença par se frotter les yeux tout en baillant, puis en refermant sa bouche elle commença à s'étirer. Alors que l'aventurière récupérait ses sacs de couchage, Mour décida de sortir de la tente. Elle se cacha premièrement les yeux afin d'éviter d'être directement aveuglée par les rayons du soleil, et c'est une fois ses yeux habitués à toute cette lumière qu'elle put commencer à voir, en plissant les yeux tout de même.

Il y avait beaucoup moins de tentes dehors, et les feux étaient éteints, tout le monde avait déjà bientôt finit de ranger leur affaires, et avaient sans doutes déjà mangé un bout avant de vraiment tout remballer. Le ciel, lui, était encore très dégagé, le soleil brillait toujours aussi fort, et les reflets de ses rayons étaient toujours plus lumineux dans la neige. L'aventurière sortit de la tente et la démonta en deux trois mouvements, et elle la rangea au dessus de son sac après avoir sortit de ce dernier un peu de nourriture pour en donner à Mour, puis elle rangea ses affaires dans le dernier char du convoi. Les trois chars étaient toujours là, les cristaux aussi, tout s'était bien passé cette nuit, Mour ne pensait plus vraiment à ce qu'elle avait entendu hier soir. A vrai dire, ça lui était même un peu passé à travers la tête.

Le capitaine cria tout de même au rassemblement, ils allaient refaire l'appel, pour être sûrs que personne n'avait disparu dans la nuit, ce qui serait bien étrange pour le coup. Ce ce fait comme la journée précédente en une dizaines de minutes, tout les Protecteurs, Soigneurs, et Tracteurs, avaient signé sur de nouveaux papiers. Maintenant que tout ceci était fait, tout le monde reprit sa position, et, une fois tout le monde prêt, le capitaine donna l'ordre d'avancer avec autant d'entrain qu'hier, et ce, en précisant bien à tout le monde que l'arrivée aux villages ce fera ce soir. Le convoi commença enfin à avancer, et à progresser dans le désert blanc.

Absolument rien ne ce passa ce matin, toujours aucuns dangers, sauf une nouvelle chose qui vint perturber Mour. Les nuages. Ils étaient encore très loin à l'horizon et ils n'étaient pas très nombreux, mais elle se l'était dit : Tant que le ciel était dégagé, tout se passerait bien. Ça n'avait beau qu'être un autre pressentiment, mais c'en était un quand même, et il fallait s'en méfier. Midi vint sans encombres, le convoi se stoppa et ne prit même pas le temps de faire des feux pour la nourriture, tout le monde mangea de simples sandwichs accompagnés de quelques boissons pour le déjeuné, puis, ils repartirent très rapidement après avoir jeté tout leur déchets dans les poubelles du convoi. Ils voulaient tous arriver aux village le plus vite possible après tout.

L'après-midi se déroulait assez lentement, et les nuages commençaient de plus en plus à couvrir le ciel, bien que le soleil soit encore relativement visible. Ce soir, ils ne seraient plus quelques uns, ce sera une mer de nuage qui cachera les étoiles, et pourquoi pas, une véritable averse de neige. La magicienne ne dit pas un seul mot durant tout le reste du voyage, son amie non plus, plus personne n'avait quoi que ce soit à dire, tout ce qu'ils avaient en tête, c'était atteindre les villages, et accomplir la mission pour rentrer ensuite à la maison. Une escorte de convoi ne pouvait pas mieux se passer, aucuns ennemis, aucuns problèmes avec le temps, ils allaient pouvoir placer les cristaux dans la plus grande des facilités. Rentrer à Blanche-Ville sera peut-être un peu plus difficile avec le temps qui se couvre, mais cela restera possible, normalement. Le soleil commençait à se coucher, et il aura mit le temps selon la magicienne. Comme l'avait prédit le capitaine, lorsque la nuit tombera, ils atteindraient les villages, et le premier était enfin en vue, et ce avec les montagnes plus loin dans l'horizon !

Musique:
 

Les bruits des bavardages reprit enfin dans tout le groupe, que c'était long de marcher dans le silence le plus total, atteindre ce village allait faire le plus grand des biens à tous et à toutes, et ce pour pour plusieurs raisons, mais voici la raison la plus donnée par les membres de l'escorte : La taverne ! Oui, d'après quelques hommes ayant déjà traversé ce village, et d'après Angèle elle même, il y aurait une grande taverne dans la ville qu'ils allaient tous atteindre, et Mour ne pouvait que deviner que tout le monde allait se jeter dessus afin d'avoir sa boisson préférée.

Cette nuit, ils n'allaient par contre pas pouvoir dormir, après avoir bu une unique boisson et pas plus, et après avoir placé les cristaux, ils allaient devoir directement repartir vers les deux autres villages assez proches, déjà visible rien que depuis ce village là, pour déposer au plus vite les cristaux. Le convoi continua alors d'avancer, et enfin, il traversait l'entrée du premier village, et ce sous les quelques regards curieux d'habitants regardant par la fenêtre ce qui causait tout ce boucan.

Le capitaine donna l'ordre de placer les chars au milieu du village, devant le premier autel, mais il ne demanda pas de placer tout de suite le cristal. Avant tout, il voulait que l'escorte se repose un peu, un petit tour à la taverne devrait satisfaire quelques hommes, une petite baignade aux bains réchauffés devraient reposer d'autres personnes, ou pourquoi pas aller faire un tour chez le forgeron, ou à l'intérieur d'autres magasins ? Tout le monde était levé ce soir dans le village maintenant, avec une telle arrivée, qui aurait pu dormir ? C'aurait presque pu être une soirée de fête, si ils avaient eut plus de temps.

Mour décida d'aller faire un tour aux magasins, histoire de voir si elle pourrait y trouver quelques livres sur la magie, ou encore de l'équipement qui lui serait utile à l'avenir. Elle y fut accompagnée par quelques Soigneurs qui recherchaient les mêmes chose qu'elle, tandis qu'une autre partie de l'escorte partait boire à la taverne, ou visiter la forge et voir travailler son forgeron de talent. Angèle décida d'aller voir le forgeron avec d'autres personnes afin de voir cet homme de talent forger de magnifiques armes et armures qui en feraient rêver plus d'un, le duo était donc séparé pour le moment. Et dehors se trouvaient le reste de l'escorte qui discutait simplement entre eux ou avec des villageois sortit pour aller les rencontrer.

Mour prenait vraiment son temps, elle aimait beaucoup faire le tour des magasins et découvrir des objets qui lui étaient encore inconnus auparavant, après tout, ces objets sont de diverses origines, tel objet venait d'un tel monde, et ainsi de suite, et ceci l'intéressait grandement. Malheureusement, ni elle, ni les Soigneurs n'avaient de quoi acheter quoi que ce soit, mais au moins elle était maintenant au courant qu'ici se trouvaient des objets forts intéressant qu'elle devrait venir acheter dès qu'elle le pourra. La magicienne continua de fouiller les rayons, et... Les bougies éclairant le magasin s'éteignirent tout d'un coup. Mour, sans pour autant être perturbée, commença a entendre une conversation entre deux Soigneurs. Ils se demandaient tout les deux si ils voyaient bien ce qu'ils voyaient. La demoiselle des flammes, curieuse, alla les rejoindre et leur demanda ce qu'il se passait. Les deux autres magiciens laissèrent alors sans dire un mot Mour approcher de la fenêtre et regarder à l'extérieur.

Le silence complet s'était fait. Plus un bruit, ni à l'intérieur, ni à l'extérieur. Il n'y avait plus personne dehors, les chars étaient encore là, mais plus un seul membre de l'escorte autour, plus un seul villageois. Mour fronça les sourcils se questionnant mentalement sur ce qu'il se passait. Elle ordonna ensuite à la personne qui tenait le magasin de ne surtout pas sortir dehors et de se cacher, puis elle quitta ensuite le bâtiment accompagnée de tout ceux qui se trouvaient à l'intérieur et qui étaient de l'escorte. Une fois dehors, Mour constata aussi qu'il n'y avait même plus de vent, et la luminosité était étrange... Il n'y avait plus aucune lumière dans le village, et pourtant, on y voyait assez bien, et ce jusqu'à loin à l'horizon, comme si les lunes brillaient pour éclairer le monde, mais que plus rien ne reflétait vraiment la lumière. La magicienne décida finalement de lever sa tête vers les cieux, et... C'est avec effroi qu'elle constata que quelqu'un avait volé le ciel.

Musique:
 



Il n'y avait aucun nuages, aucune étoile, aucune lune, il n'y avait rien excepté un vide absolu. La logique voudrait que plus personne ne soit capable de voir quoi que ce soit, et pourtant... C'était de la magie ? Une sorte d'illusion ? Les quelques soigneurs qui accompagnaient Mour, ils étaient 12, décidèrent d'utiliser un sort pour dissiper cette éventuelle illusion mais... Rien. Soit le sort était trop puissant pour que la dissipation fasse effet, soit, ce n'en était pas un, ce qui serait trop peu probable. Se sentant en danger, Mour décida de créer une flamme au bout de son bâton pour pouvoir se défendre contre une éventuelle attaque aussi rapidement que possible. La flamme se fit rapidement, sans aucune perturbations, mais, la magicienne constata une nouvelle chose : Même la flamme ne produisait plus de lumière, elle avait beau avoir ses couleurs normales, elle ne pouvait rien illuminer. C'était donc un sort qui faisait ça ? Elle se retourna finalement vers les soigneurs.


Mour : On va vers les chars, restez grouper, et restez sur vos gardes...!

Alors, lentement, Mour avec son groupe commença à progresser en direction des trois chars, encore au beau milieu de la ville, chaque pas fait produisait le son de la neige écrasée sans échos. La demoiselle des flammes regardait partout en progressant, chaque maison, chaque bâtiment, chaque endroit que ses yeux pouvaient atteindre, elle devait savoir ce qu'il se passait, qu'est-ce qu'une telle illusion signifiait, sans oublier disparation soudaine de l'escorte.Une fois les chars métalliques atteins, Mour décida d'y grimper. Elle mit entre les mains d'un soigneur son bâton toujours enflammé pour pouvoir grimper plus facilement, elle le récupérerait après. Elle se servit de ses bras et jambes, pour enfin atteindre les rebords du char, et s'y hisser. Elle regarda à l'intérieur : Il y avait encore toutes les affaires du convoi, et le cristal de la ville. Impossible de le placer sans les Tracteurs. Elle profita de sa hauteur pour bondir sur le second char un peu plus loin, et après vérification, il ne manquait rien non plus, et il en était de même pour le premier.

Mour ne comprenait rien, la situation lui échappait complètement. Elle redescendit des chars, et récupéra son bâton, puis dans un sursaut, elle se retourna en direction d'un bruit de porte qui s'ouvrait. C'était la porte de la taverne, et il en sortait un groupe d'une vingtaine de Protecteurs et d'un petit groupe de 6 Tracteurs. Leur armes étaient dégainées, et ils avançaient avec prudence, tout comme Mour tout à l'heure avec les Soigneurs. Ils finirent par remarquer les chariots, et le groupe de magiciens juste devant. Toujours cachés par leur bouclier et épées en mains, ils demandèrent, inquiets, à la demoiselle ce que signifiait tout ceci. Mour abaissa son bâton, et une seconde porte s'ouvrait, celle de la taverne, et en sortait un groupe de Protecteurs uniquement, une vingtaine aussi, et parmi eux l'aventurière. Eux aussi étaient armés et méfiants. La magicienne attendit que tous se rapprochent encore, leur demandant avec un signe de la main de garder leurs armes levées.


Mour : Tout ce que je peux vous dire, c'est que nous nous trouvons sous l'emprise d'une illusion. Le ciel a disparu, ainsi que le reste de l'escorte. Je ne sais pas si notre état est réel, si nous sommes réveillés ou endormis, mais nous allons travailler là dessus. Restez vigilants, fouillez toute les maisons, criez au moindre danger !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Mar 15 Aoû - 17:52

Comment travailler sur un tel mystère, se demandait la magicienne ? La méditation pourrait-elle l'aider ? Les sorts de dissipation de fonctionnent pas, alors comment faire ? Il devait y avoir quelque chose, mais quoi ? Les deux groupes qui étaient sortit de la taverne et de la maison du forgeront ne surent pas vraiment quoi faire dès le début, fallait-il croire Mour ? Elle était après tout une magicienne assez talentueuse d'après ce qu'ils avaient entendu dire, mais l'était-elle assez pour plonger le monde dans les ténèbres ? La vérité était que non. Angèle, faisant toutefois confiance à la demoiselle des flammes, dit à tout le monde de lui faire confiance et d'exécuter ses ordres pour le moment, puis, elle alla la voir.

Angèle : Une illusion ? Comme ça se fait qu'on ait rien vu venir ? Pour être atteins ainsi, il faudrait que l'on nous ait drogué, ou qu'on nous ait lancé un sort de zone, mais nous étions répartis dans le village, alors ce n'est pas possible. Je crois que nous sommes bien réveillés.

Mour : Mais si nous sommes bien réveillés, comment ce fait-il que nous n'ayons vu personne partir ?

Angèle : Bonne question, mais sommes-nous seulement sûres que le reste de l'escouade est vraiment partit ? Certes, ils sont bien hors de notre champ de vision... Mais si nous sommes bien dans une illusion, que nous soyons réveillées ou endormies, alors le ou les lanceurs doivent être dans le coin, ils ne peuvent pas maintenir le lien magique d'une trop grande distance, c'est ce qu'on disait dans mon monde.

Mour : On m'a enseigné ça dans mon monde aussi. Je crois... Que le capitaine y est pour quelque chose. Hier soir je l'ai entendu lors d'une fin de conversation parler avec son second "d'hommes déjà en place". Il faut vraiment qu'on fouille ce village.


Angèle hocha la tête, nerveuse. Les Soigneurs restaient près des chars afin de réfléchir à cette illusion, et afin d'y trouver un sort de dissipation. Les Tracteurs restant s'armaient avec ce qu'ils trouvaient dans les chars, épée longues ou grosses haches, et ils aidaient les Protecteurs à surveiller les alentours. La magicienne et l'aventurière se mirent ensemble pour aider à fouiller les maisons. Elles ouvraient la porte avec prudence, elles entraient, fouillaient, et y découvraient seulement les familles réfugiées dans leur chambres. Elles ne purent les rassurer, mais elle purent au moins leur conseiller très fortement de rester cacher jusqu'à que tout aille mieux.

Elles fouillèrent quatre maisons ainsi, sans rien trouver à part les familles, Mour finissait par se demander si le lanceur de l'illusion n'était pas l'un des habitants. Devrait-elle les faire examiner ? Non, l'extérieur n'est pas encore complètement sécurisé, elle ne tient pas à perdre des civils comme ça, elle va attendre que la situation soit un peu plus sous contrôle. Elle et Angèle quittèrent la maison dans laquelle elle se trouvaient, et décidèrent de retourner au centre du village avec les chars, voyant que les autres n'avaient eux non plus rien trouvé dans les maisons. La magicienne se frotta le crâne avec incompréhension, les Soigneurs n'arrivaient pas à déceler ce mystère, les Protecteurs et Tracteurs restant continuaient de faire le tour du village, et, malheureusement et heureusement, cela portera ses fruits.

Des bruits d'agitation se firent tout autour de l'endroit, de nombreux bruits de pas se firent ensuite entendre, les groupes qui se chargeaient de surveiller revenaient en courant dans la panique, le dernier malchanceux ne pu atteindre les chars, il se fit abattre d'une flèche en pleine tête qui arrivait depuis derrière lui. Son corps s'effondra lourdement dans la neige. Les Protecteurs revenants se mirent automatiquement en position défensive en rond, afin d'avoir une vue à 360° et une protection presque optimale. De tout les côtés du village, approchant entre les bâtiments et sur les routes, arrivaient des hommes en marchant, boucliers en avant, et épée prête à trancher. Leurs armures étaient les mêmes que celles que portaient les Protecteurs, eux aussi ils en étaient. Ils se réunirent tous autour de la position du groupe allié, et s'y arrêtèrent, ils étaient assez nombreux pour les avoir encerclés, eux, et les chars.



Mour décida de s'approcher un peu plus de l'extrémité du cercle défensif, remarquant que se trouvaient des archers sur les toits des maisons. Eux ne portaient pas d'armure, ils étaient déguisés en simples villageois. Ils devaient faire partit de ces "hommes déjà en place" dont parlaient le capitaine et son second la veille. En parlant du loup, le voici qui approchait. Il traversa ses rangs accompagné de son second, et se mit lui aussi vers l'extrémité de sa ligne de soldats, faisant face de loin à Mour qui l'observait avec doutes. Celle-ci, en haussant un peu la voix afin de se faire entendre, questionna le capitaine.


Mour : Est-ce que je peux savoir ce que tout ceci signifie, "capitaine" ?!

Capitaine : Nous nous emparons des cristaux, et nous les ramenons à Malva, évidemment.
Répondit-il avec un regard malsain.

Un grand frisson vint parcourir le dos de la magicienne, et celui de tout ses camarades. Le capitaine commença à lever son épée dans les airs, il... Il allait donner l'ordre d'attaquer, pensa Mour ! Bon sang, ils n'étaient pas des soldats de Bianchi, mais des hommes de la faction adverse ? La guerre n'était donc pas complètement terminée ? Ou alors... Ce ne sont pas exactement des ennemis...? Peut-être sont-ils juste des malviens réclamant de la protection, et s'emparant directement des cristaux magiques de la grande démone de Bianchi ? Les deux possibilités sont valables plus l'une que l'autre, que faire ? Se défendre ou trouver un arrangement ? Peut-être y a-t-il un moyen d'éviter de faire couler le sang ? Angèle se rapprocha en écartant les Protecteurs, et hurla aux adversaires.


Angèle : Vous êtes de l'ordre de l'hélice, c'est ça ?! Bande de salopards, on arrive à faire dégager les morts et voilà que des attardés finis pensent pouvoir continuer de se battre pour tout détruire ! Approchez un peu qu'on vous massacre !

L'ordre de l'hélice ? Mour fut confuse... C'était là le nom de la faction adverse ? Non, ils n'en avaient pas, c'était juste "l'armée des morts de l'Empereur", alors qu'est-ce que l'ordre de l'hélice ? Pas le temps de poser une telle question, au vu de l'action de l'aventurière, Mour devait se dire que finalement, c'étaient bien des ennemis, et que le sang allait inévitablement couler. Le capitaine parla tout de même un peu avant de faire baisser son arme, pour donner l'ordre d'attaquer.

Capitaine : Ces "attardés", comme vous les appelez mademoiselle, existent car des attardés comme vous existe. Les desseins de l'Empereur doivent être terminés, Yume no Sekai sera entièrement rasé ! A L'ASSAUT, CAMARADES !!! Dit-il en baissant avec puissance son épée, tandis qu'un nouveau sort fit envoyé par un sorcier ennemi.

Une brume vint recouvrir tout les guerriers de l'hélice, sans pour brouiller plus que ça la vision de l'escouade. Quelques secondes plus tard, des cris se firent entendre et la fumée se dissipait, les ennemis apparaissaient sous une nouvelle armure, l'armure de la faction adverse dirait-on. Ils commençaient à charger le cercle de Protecteur, bouclier en avant, afin d'infliger un premier coup puissant pour les faire reculer, avec le soutien d'une pluie de flèches. La charge des boucliers fit effectivement reculer d'un pas ou deux les Protecteurs, mais ils tenaient bon, malgré les coups d'épées qui suivaient. Plus vers le centre, les protecteurs n'étant pas au front se protégeaient simplement des flèches avec leur bouclier, protégeant en passage les soigneurs. Les Tracteurs restant eux se chargeaient de faire tenir les Protecteurs au front, ils n'allaient pas laisser l'adversaire avancer, ils devaient tenir bon ! Angèle avait rejoint le front, et frappait avec sa lance sous les boucliers avec l'avantage de la portée, en plantant ainsi plusieurs. Mour, elle avait reculé vers le centre, et commençait à tirer des boules de feu avec autant de précision que possible pour abattre les archers. Le convoi aurait du prévoir des arcs et des flèches.

Des hommes tombaient dans le camp allié comme dans le camp ennemi, mais l'ordre de l'hélice prenait facilement l'avantage, l'escouade était encerclée après tout, et attaquée par des archers que Mour peinait à abattre. Le moral n'était pas au plus haut, loin de là, l'escouade combattait tout de même des hommes avec qui ils s'étaient liés d'amitié pendant ce voyage, ils combattent ce qu'ils pensaient être des alliés, des hommes bons, des personne ayant le sens de la justice ! Mais il n'en était en fait rien du tout. Avec un moral aussi bas, allaient-ils s'en sortir ? Est-ce que tout était terminé d'avance ? Non, bien sûr que non, l'ordre de l'hélice ne sait juste pas à quelle escouade elle venait se frotter. Ce Tracteur va donner un exemple bien concret de ce qui arrive aux traîtres.



Musique:
 

Il quitta tout d'abord son poste, cessant d'aider les protecteurs à tenir la position, et même encore, il écarta ceux qui étaient devant lui en courant, armé d'une longue et large épée qu'il avait récupéré dans les chars, et avec pour seule protection ses gros vêtements, puis il chargea comme une bête féroce dans un premier adversaire, l'envoyant avec puissance au sol, puis dans sa rage berserk il continua d'avancer en lui enfonçant littéralement le pied dans le crâne, traversant ce dernier, puis il donna un grand coup d'épée latéral dans tout ce qui se trouvait devant lui dans un rugissement intimidant, criant aux guerriers ennemis que leur dernière heure était venue, et que leur traîtrise allait leur coûter leur vies.

Ce Tracteur là n'était pas le seul monstre de l'escouade, non, ils en avaient 5 autres des comme ça. Les autres Tracteurs, les traîtres, jamais ils n'allaient pouvoir atteint un tel stade de rage, ils n'avaient jamais vécu en tant que Bianchi, ils ne pouvaient pas savoir à quel point ces hommes étaient de véritables bêtes féroces, les Tracteurs traîtres ne le sont que pour leur carrure ! Leur mental ne vaut rien ! Et c'est d'ailleurs ce qu'avait hurlé un second allié de ce groupe là à son adversaire qu'il venait de massacrer d'un grand coup de hache à travers le crâne. Une telle puissance fournie par autant de rage... La traîtrise était vraiment une chose horrible pour ces guerriers, et ils allaient le faire savoir ! Ce combat n'est plus un combat d'attaque et de défense, mais d'attaque uniquement ! Tout les protecteurs se laissèrent eux aussi emporter par la rage du combat, et ce grâce à l'explosion mentale du premier Tracteur, ils commençaient à avancer avec de grands coups de bouclier et d'épée, ils se répartissaient sur tout le champ de bataille, ils ne s'arrêtaient plus, l'ordre de l'hélice avait fait face à la mauvaise armée !

Même Angèle se laissait emportée par l'élan de rage, convertissant toute son agilité en force, sans même devenir plus lente, elle se servait de tout ce qu'elle avait pour frapper, massacrant ainsi ses ennemis plus rapidement et avec plus de violence. Mour elle même cédait un peu à cette explosion d'énergie, gardant tout de même les idées plus claires que la plupart des guerriers présents, elle créait des boules de feu plus rapidement, le contact avec celles-ci créait des explosions plus violentes, les archés sur les toits furent plus rapidement brûlés vifs et projetés plus loin derrière les maisons. Elle avait une envie folle d'aller au corps à corps et de frapper avec son bâton enflammé, mais elle ne devait pas trop céder à la rage non plus, elle n'était pas aussi résistante que tout ces chevaliers après tout, c'était une mage. Mais, ce n'était pas pour autant qu'elle allait se retenir. Elle allait se chercher une cible tout en gardant son rôle de mage.

L'escouade infligeait plus de dégâts et faisait un véritable massacre, mais, ils subissaient aussi plus de dégâts, ils prenaient plus de risques, mais... Heureusement que les soigneurs étaient là et qu'ils avaient décidé de ne pas économiser leur magie, les sorts de soins fusaient à travers les hommes pour les soigner et leur donner plus de temps avant la mort, plus de temps pour faire payer aux hommes de l'ordre de s'être infiltrer à Bianchi, de s'être fait passer pour de preux chevaliers, ils vont leur faire payer leur traîtrise en leur prenant leur vies, à tous et à toutes, si tant est que ceux là refusent la défaite. Si un adversaire venait à se rendre, alors il pourrait peut-être avoir la chance de recevoir de la pitié et il pourrait peut-être avoir la chance d'être épargné. Peut-être.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Mar 15 Aoû - 18:54

Musique:
 

Presque tout les Protecteurs s'étaient dispersés sur le champ de bataille, tout était un peu mélangé un peu comme pendant les grandes guerres, certains d'entre eux sont restés pour protéger les Soigneurs, Soigneurs qui envoyaient autant de sorts de soin que possible sur tout les blessés alliés qu'ils voyaient, ceux qui les protégeaient en priorité, les Tracteur ensuite car ils étaient des machines à tuer, et les autres Protecteurs, les quelques soigneurs qui étaient malgré leur protection blessés ne prenaient même pas le temps de se soigner eux, ils faisaient passer leur alliés et amis avant eux. Avec autant de dispersion, Mour n'avait plus le choix que de se battre au corps à corps là où se trouvaient le plus d'alliés pour éviter de prendre trop de risques, elle lançait des boules de feu afin de sauver la vie de ceux qui allaient de faire attaquer par derrière alors qu'ils étaient occuper à combattre quelqu'un d'autre, ou alors, elle frappait avec son bâton enflammé afin d'infliger des dégâts physiques et magique.

Malgré la puissance fournie par l'énergie de la colère, l'escouade et l'ordre étaient à égalité, personne n'arrivait à vraiment prendre l'avantage, les deux camps avaient des soigneurs, et l'ordre était plus nombreux que l'escouade. Si ils avaient eut le même nombre d'hommes, alors, le groupe allié aurait facilement surpassé les malviens. Voilà qu'arrivaient de nouvelles troupes ennemies ! Ils s'étaient préparés en dehors du village, attendant que le combat débute, ils étaient armés de lances et de boucliers, ainsi que d'armures plus lourdes. La seule possédant une lance ici était Angèle, allait-elle pouvoir les affronter en prenant moins de risques que les autres Protecteurs ? Et voilà que les sorciers ennemis, bien qu'ils étaient là depuis le début, se mettent eux aussi à attaquer, et ce depuis l'intérieur des maisons ! Remarquant ceci, Mour eut un petit pincement au cœur, il y avait des familles dans ces maisons ! Elle décida alors de foncer dans l'une d'elle avec l'intention de protéger les civils, elle ne voulait pas voir de parents pleurer la mort de leurs enfants, ou de nouveaux orphelins !

Elle ne prit pas le temps d'ouvrir la porte, elle était déjà ouverte, elle entra alors avec précipitation mais en faisant tout de même le moins de bruit possible, elle voulait tuer le sorcier de cette maison avec discrétion, elle ne voulait faire courir aucuns risques aux familles. Elle vérifia alors chaque pièces rapidement sans se faire voir, le salon, la cuisine, la salle de bain la chambre des enfants, les toilettes, rien, pas encore de civils en vue. Mour décida alors de grimper au dernier étage, dans le grenier, c'était là qu'était normalement le sorcier d'après ce qu'elle avait vu à l'extérieur. Elle y trouva, malheureusement, un cadavre, celui d'un homme dans la trentaine, un père de famille qui a tenté de protégé ses enfants cachés derrière un meuble, paralysés par la peur. Mour sortit alors sa dague, le sorcier ne l'avait pas vu, il n'allait pas la voir venir. Elle s'approcha assez rapidement, couverte par les bruits de la bataille dehors, il était en train de préparer un sort, un stalactite de glace. La magicienne alors lui bondit dessus avant qu'il ne lance son sort et lui planta sa dague entre les côtes, puis dans la nuque.

Elle n'avait pas de temps à perdre, elle devait faire toute les autres maisons où se trouvaient des sorciers et des familles ! Elle sauta alors par la fenêtre, elle glissa sur le toit grâce à la neige, et atterrit au sol sans dégâts. Elle retrouva devant elle un groupe de Protecteurs affrontant un groupe de traîtres, ils étaient en difficulté et blessés, elle décida alors de rapidement les aider avec un premier sort de soin qu'elle su lancer sans patienter, un soin moins efficace, mais toujours assez puissant pour redonner aux guerrier l'énergie nécessaire pour combattre. Suite à ce sort, elle attaqua un guerrier avec son bâton sans attendre par le côté, donnant ainsi l'occasion au groupe de Protecteurs de charger et d'achever le groupe adverse. Les soigneurs ennemis n'allaient jamais pouvoir les soigner, les têtes ne repousseront pas ! Ayant la seconde maison dans son champ de vision sur sa droite, avec une vue très dégagée sur le sorcier à la fenêtre de l'étage, la demoiselle des flammes attendit qu'il montre sa tête et lui lança un boule de feu simple afin de l'enflammer et de le vaincre ainsi. Le sort atteint sa cible facilement, les habitants de cette maison étaient maintenant hors de dangers.

Il y avait encore tant de sorciers, que ce soit sur les maisons ou sur le champ de bataille, Mour allait avoir bien du mal à s'en débarrasser, c'était une question de temps. Les cristaux... Ils pouvaient créer une barrière magique ! Les Soigneurs alliés pourraient s'en servir pour protéger toute l'escouade si elle venait à se regrouper, si tout le monde restait dans cette bulle, alors ils pourraient continuer de soigner ! Il fallait juste la faire assez grande pour que seul les Protecteurs et les Tracteurs restant soient dedans, et pas les ennemis. Mour couru alors en contournant le champ de bataille pour rejoindre les Soigneurs et leur proposer son idée.


Mour : Pensez-vous pouvoir vous servir de la magie des cristaux pour créer une barrière magique pour nous protéger des sorciers ? Hurla-t-elle pour se faire entendre.

Soigneur : Je peux faire ça avec de l'aide, mais les cristaux sont encore dans les chars, il faudrait les faire sortir, ou bien les renverser !

Mour regarda alors aux alentours afin de trouver quelqu'un qui pourrait l'aider, les Tracteurs sont trop occupés avec les guerriers de l'ordre, mais peut-être que l'un d'entre eux pourrait suffire ? Son regard se posa finalement sur Angèle qui avait entendu toute la courte discussion de Mour, elle s'arma de son épée, et décida de partir avec de la protection détruire les roues d'un char, cela le fera tout d'abord tanguer, puis par la suite, il devrait être plus facile de le renverser, ou de pousser le cristal de l'intérieur jusqu'à dehors. Comprenant ces actions, Mour décida de partir trouver un Tracteur, le plus proche était le premier, celui qui avait commencé à charger avec rage, il était couvert de sang, mais ce n'était pas le sien. Mour réussit à attirer son attention en criant, en l'appelant par le nom de son groupe.

Mour : Tracteur !! Vous devez venir nous aider à sortir le cristal du char, nous allons créer une barrière magique !

Le Tracteur entendit et comprit les paroles de Mour, et décida d'arracher la tête à un adversaire avant de venir la rejoindre en courant et en essayant de se protéger d'éventuels coups. Angèle avait finit de démonter les roues du char, des Soigneurs s'étaient réuni pour créer la barrière, maintenant, le Tracteur devait réussir à faire sortir le cristal. Il décida de se servir des cordes du char pour faire sortir le cristal magique. Il les récupéra, et grimpa à l'intérieur du char rapidement. Il y attacha ensuite le cristal comme il le pu, puis gardant les cordes attachées à lui aussi, il sortit du char en sautant, il atterrit dans la neige, et commencer à tirer sur les cordes avec le plus de force possible. Il avait attaché un maximum de cordes afin d'éviter d'en casser trop vite. Le cristal commençait à venir, lentement mais sûrement, il mettait vraiment tout ce qu'il avait pour tirer. Grâce au poids du cristal, le char commença à tanguer un peu plus alors qu'il arrivait seulement au milieu de la paroi, et le char se renversa finalement. Le cristal étant maintenant à portée, les soigneurs allèrent préparer la barrière, tandis que le Tracteur prenait quelques secondes pour reprendre son souffle, puis il retourna au combat, conseillant tout les alliés qu'il croisait de se rassembler vers les chars.

Tout le monde se réunissait un peu pour pouvoir profiter de la future barrière, Mour aidait les soigneurs à la créer, Angèle continuait de se battre avec énergie, bien qu'elle soit assez essoufflée, ils allaient s'en sortir, ils allaient vaincre, ils allaient repousser l'ordre et plus tard après cette bataille, si ils en reçoivent l'ordre, ils détruiront l'ordre de l'hélice ! Jamais ils ne les laisseront s'emparer des cristaux, plus jamais ils ne se feront avoir d'une telle manière ! Avec leur énergies magiques réunies, la magicienne et les Soigneurs furent finalement capable de créer une barrière magique ! Les sorciers ne seront plus un gros danger pour la défense, mais il fallait tout de même se débarrasser d'eux pour l'attaque. La bataille faisait rage, les défenseurs Protecteurs se battaient depuis l'intérieur de la bulle en position défensive tandis que les attaquants Protecteurs combattaient avec les Tracteurs afin de faire un maximum de dégâts, avec eux se trouvaient des duos de Soigneurs pour tenir plus longtemps en combat, et ces groupes là s'en sortaient très bien. Enfin, l'escouade commençait à prendre l'avantage malgré les pertes.

La demoiselle des flammes commençait alors à réfléchir à une suite de plan, quand son regard se tourna vers un certain coin du champ de bataille. Elle y vit Angèle et très peu de Protecteurs à ses côtés, il n'y avait pas beaucoup d'ennemis non plus, mais trop pour un si petit groupe, les Protecteurs ne pouvaient pas faire face aux lanciers, avec une telle portée ils se faisaient tuer avant de pouvoir porter un coup, Mour devait aller les aider. Alors qu'elle s'approchait assez rapidement de l'extérieur de la bulle, elle commença aussi à remarquer qu'armé d'une lance se trouvait le second du capitaine. Il était très grand et assez massif, on aurait pu le comparer à un Tracteur, sa carrure donnait beaucoup de difficulté à Angèle et aux Protecteurs, surtout que sa lance était plus longue. Bien que fatiguée, Mour lança tout de même un nouveau sort de soin sur Angèle, puis elle enchaîna avec une boule de feu droit dans le casque d'un lancier, un de moins.

Angèle cria malgré tout à Mour de l'aider à s'occuper des autres lanciers d'abord, le second devait être combattu une fois tout ses hommes vaincus. Il était si fort que ça ? Mour comprenait qu'il fallait alors être à plusieurs pour le vaincre et décida de combattre les lanciers, mais le combat devenait très difficile, elle allait manquer de magie, encore quelques boules de feu ou un sort de soin et elle ne pourrait plus lancer de sort, sous peine de perdre de l'énergie vitale. Heureusement, son bâton était assez long et elle était assez agile, si elle réussissait à esquiver un coup de lance par dessous ou sur le côté, alors elle pourrait tenter de frapper et d'enflammer le lancier qui aura tenté de l'attaquer, le temps qu'il fasse revenir sa lance à lui.

La magicienne commença alors à affronter un premier lancier qui l'avait remarqué, elle allait essayer cette technique là. Elle attendit le premier coup, ne se laissant pas avoir par d'éventuelles feintes, puis quand il arriva, elle réussit à l'esquiver par la gauche, elle commença alors à rapidement se rapprocher du lancier, mais ce dernier commença à pivoter avec sa lance pour frapper Mour sur le côté, heureusement, la demoiselle eut le réflexe de se baisser avant de lui foncer dessus avec son bâton pour lui mettre le feu tout en le frappant. Le coup atteint sa cible sous ses protections, il prenait feu, il brûlait, il mourrait. Angèle continuait d'attirer l'attention du second pendant que les autres Protecteurs tenaient bon face aux lanciers, Mour allait pouvoir les aider. Elle ramassa alors la lance de son précédent adversaire, puis elle utilisa son bâton pour y mettre le feu au bout, et enfin elle chargea droit sur un lancier par derrière, le perçant en dessous de sa lourde armure, et le brûlant à sa nouvelle plaie, le Protecteur qui se trouvait en face en profita pour l'achever d'un coup d'épée.

Un nouveau cadavre tomba au sol, et le Protecteur s'arma lui aussi de la lance de son adversaire, il allait utiliser la même technique que la magicienne pour affronter les lanciers, avec une lance, cela devrait être beaucoup plus facile ! Le second devrait pouvoir être vaincu dans peu de temps, l'aventurière fatiguée devait tenir bon encore quelques minutes !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Sam 19 Aoû - 6:11

Un à un, les lanciers ennemis tombaient, tout d'abord de manière presque furtive par Mour, puis de plus en plus violente au fur et à mesure que les Protecteurs restant ramassaient les armes de leur adversaires, qui pour le coup, étaient plus pratiques. La magicienne n'eut même plus besoin d'aller attaquer pendant quelques instants, elle ne pouvait que regarder les Protecteurs Lanciers achever les adversaires restant de ce côté du champ de bataille, en attendant de pouvoir rejoindre Angèle qui faisait toujours face au Second. L'aventurière était fatiguée, elle n'avait eu aucun répits, son souffle était bien trop court, son armure était marquée de traces faites par des coups de divers types de lames, ainsi que sa peau qui saignait presque de partout, et ce surtout aux attaques à la lance du Second. Elle n'avait aucune véritable blessure apparentes, mais l'on pouvait tout de même remarquer à travers le sang qui coulait sur son visage divers endroits ouverts à cause de coups de gantelets que le Second avait du lui porter lorsqu'elle se rapprochait trop de lui. Continuer le combat dans son état devrait normalement être impossible, mais c'était une aventurière, Angèle était endurante, elle n'allait pas poser genou à terre tout de suite.


La demoiselle des flammes avait prit le temps de rapidement regarder l'autre côté du champ de bataille, là où toute l'action se déroulait au niveau de la bataille. Les Protecteurs, Soigneurs, et Tracteurs restants s'étaient tous réfugiés sous la barrière magique, les sorciers de l'ordre, bien que nombre d'entre eux furent tués entre temps par de brillants lancés d'épée ou de haches, représentaient toujours une menace certaine pour les chevaliers de Bianchi, mais au vu du comportement des troupes ennemies, et au vu de leur nombre bien réduit, ils ne devraient pas tarder à faire marcher arrière. Au début de la bataille, ils étaient bien plus nombreux que l'escorte, du moins, ce qu'il en restait, mais grâce à l'adrénaline fournie par la colère, plus d'actualité malheureusement, les deux camps sont à nombres égaux, à force égale, les plus endurants vaincrons. Mour revint au combat, les Protecteurs Lanciers avaient commencé à encercler le Second, la magicienne alla se placer aux côtés de l'aventurière afin de la soutenir, celle-ci lui répondit d'un levé de pouce qu'elle allait bien, et par aller bien, elle voulait dire qu'elle respirait toujours, ou presque.




Capitaine : Repliez-vous ! C'est un ordre !

Enfin, les guerriers de l'ordre de l'hélice se retiraient, ils avaient finalement constaté que continuer cette bataille dans de telles conditions ne serait que trop coûteuse pour eux. Le Capitaine avait beau n'avoir aucune tâche de sang sur son armure, aucune égratignure, mais il avait combattu comme... Un grand vétéran. A vrai dire, à lui seul il aurait pu accomplir de grandes choses face à une troupe de chevaliers. Après tout, il avait réussi à se faire passer pour un Capitaine de Bianchi, il n'était pas n'importe qui. Lui et ses hommes battaient en retraite, sous les cris des chevaliers de Bianchi, mais... Il ne fallait pas les laisser partir comme ça, c'est encore trop dangereux. Mour cria à un groupe de protecteurs de les suivre, et non pas de poursuivre les guerriers de l'ordre, et ce au moins jusqu'à qu'ils quittent Bianchi, tout en faisant attention aux éventuelles embuscades. Elle voyait bien que tout le monde était fatigué, et que tout le monde voulait se reposer, c'est ce pourquoi elle avait prit les moins fatigués et les moins blessés. Elle enverra des renforts après que les Soigneurs se soient occupés de tout les blessés sur place. Un groupe de Protecteur quitta donc le village, suivant l'ordre, tandis que la barrière magique disparaissait, et que tout le monde se réunissait autour du traître.




Le Second était toujours en posture de combat, avec un visage inexpressif sous son casque, il tourna sur lui même pendant quelques secondes afin d'observer tout le monde qui l'entourait. Que voyait-il exactement ? Voyait-il encore une chance de s'en sortir vivant maintenant qu'il était prit au piège ? Voyait-il une dernière chance de victoire ? Ou alors, voyait-il la défaite venir ? Allait-il la regarder droit dans les yeux ? Allait-il faire preuve de courage, et jeter sa lance au sol ? Ou alors allait-il continuer le combat pour un honneur sans valeurs ? Avait-il... Des principes ? Était-ce seulement un homme ? Pouvait-il se tenir droit, immobile, et fier, et ce tout en tendant ses poignets que l'on lui ligoterait ? Plus aucun bruit n'était fait, à part ceux des quelques légers mouvements des Protecteurs, créant des sons métalliques court et à peine audibles. Mour le pointa de son bâton toujours enflammé après avoir prit le temps de reprendre son souffle, et s'adressa à lui.


Mour : C'est votre dernière chance de jeter vos armes à terre. Nous vous ramèneront à Bianchi, et votre sort y sera décidé. Vous devinez facilement que vos chances de mourir sont relativement élevées, mais si la mort est véritablement au bout du chemin, ayez au moins le courage d'y faire face avec honneur, et responsabilité !

Le Second ne répondit pas pendant quelques instants, à vrai dire, il restait totalement immobile, comme si la vie avait déjà quitté son corps, mais, il releva finalement la tête, regardant les cieux ténébreux. Si le ciel était encore noir, c'était car le lanceur de cette illusion était toujours dans le coin, le lanceur n'était nul autre que le Second lui même. Il n'était alors pas un simple lancier, mais aussi un sorcier, la magicienne devait rester sur ses gardes, il devait peut-être avoir plus d'un tour dans son sac. Continuant de fixer le ciel, il répondit à Mour, et ce, sans laisser le moindre signe d'hésitation ou de peur dans sa voix.

Second : Le moment est donc venu. Le moment, non pas de mon exécution, mais de ma mort. Moi, Vexios, ai prêté serment devant l'Empereur, j'accomplirais ses desseins sans faillir, je rependrais mort et désolation sur ce monde... Il prit sa lance dans ses deux mains, et se mit à la faire tournoyer au dessus de sa tête.Être un humain signifie avoir des limites, et aussi longtemps que je serais humain, jamais je ne pourrais correctement exhausser le souhait de l'Empereur ! Je répendrais la mort et la désolation sur ce monde... Et ce peut importe le prix à payer ! Je rejette mon humanité !



Tandis que sa lance tournoyait dans les airs au dessus de sa tête, la neige autour de lui commençait à légèrement se soulever du sol, et les ténèbres recouvrant le ciel commençaient à descendent vers le traître en divers sombres flux. Le vent recommençait à souffler, le temps semblait reprendre son cours, la luminosité ambiante redevenait celle de la nuit et de son ciel couvert de nuages et de sa neige tombante, et toute cette mauvaise énergie qui s'était divisée en divers flux, et qui était descendue vers Vexios, l'enveloppa, créant autour de lui une sorte de cocon de brume noire, pivotant sur elle même. Le vent soufflait de plus en plus fort, la pression devenait de plus en plus intense, prit de peur, certains chevaliers reculèrent, personne ne savait plus à quoi s'attendre, personne ne pouvait plus voir le Second, ni ce qui était advenu de lui. La magicienne, l'aventurière, et n'importe qui d'autre présent autour de la tornade noire fut contraint de se couvrir le visage du puissant vent, semblant encore plus froid qu'habituellement. Alors qu'elle se cachait le visage, Mour entendu un bruit... Qui ne sonna pas bien à ses oreilles. Un bruit venant de sa droite. C'étaient même plusieurs bruits, qui furent produits dans un laps de temps si court que l'on en aurait dit un seul.

Le vent continua de souffler fort, mais la magicienne trouva rapidement la force se soulever sa tête et de baisser ses bras pour regarder ce qu'il se passait, elle ne voulait pas être prise par surprise par le traître. Mais il était déjà trop tard. Elle remarquait assez rapidement qu'une longue barre métallique sortait de la brume ténébreuse tournoyant toujours autour de Vexios, elle suivit alors du regard le long de la barre en métal, et son regard finissait par se poser sur l'aventurière à sa droite, son regard à elle, et le regard de tout ceux qui pouvaient voir. Elle remarqua également que la longue barre en métal allait un peu plus loin derrière Angèle, et finissait de manière pointue, c'était... La lance du Second ? Tout s'éclaircissait de plus en plus rapidement dans l'esprit de la magicienne, l'armure de l'aventurière était maintenant complètement brisée, elle avait lâché ses armes, une gerbe de sang fut crachée, tâchant la neige dans laquelle étaient tombés ses armements, et plus de sang encore vint la tâcher l'instant suivant, mais cette fois-ci, coulant abondamment du ventre d'Angèle. Cette si jeune aventurière venait d'être transpercée par la lance de Vexios le traître, lance qui semblait avoir doublé de longueur.

La jeune blonde elle même n'avait pas remarqué ce qu'il lui était arrivé directement, tout d'abord elle avait juste senti un choc, puis, après avoir remarqué l'énorme lance à travers son corps, elle lâcha ses armes, son sang, et son regard commençait immédiatement à perdre de sa lueur vitale. C'est avec effroi que la magicienne de feu pu observer que la lance commença à se soulever dans les airs, et ce avec Angèle au bout, qui essayait de forcer pour s'y accrocher en faisant de douloureux gémissements pour ne pas plus s'empaler dessus. Elle fut soulevée à plusieurs mètres au dessus du sol, tout le monde avait pu voir se spectacle horrifique, tout le monde, comme si le monde s'était arrêté juste pour que l'on regarde... Ça. La lance commença alors à redescendre vers le sol en diagonale, mais ne frappa même pas la neige, elle s'arrêta juste au dessus, tandis que le corps de l'aventurière fut éjecté de la lance sur quelques mètres plus loin, elle avait violemment frappé le sol de tout son corps, et elle y restait inerte. Le mouvement de la lance avait fait se dissiper le brouillard sombre qui pivotait autour de Vexios, et enfin, il apparu en face des chevaliers de Bianchi, chevaliers en qui la peur s'était installé aussi confortablement que possible.



Il n'avait plus rien d'humain, il avait toujours une forme humanoïde, certes, mais son corps était celui d'un corbeau violet. Son visage possédait un long bec pointu, ainsi que deux yeux violets brillants, des plumes noires recouvrant toute sa tête, une magnifique mais sinistre armure violette recouvrait son corps plumé, orné de joyaux de la même couleur brillants comme ses yeux. Ses doigts étaient plus fins, et crochus, comme ses nouvelles jambes qui étaient maintenant des pattes. Avec quel démon avait-il signé pour devenir un monstre pareil...? Quelques secondes passèrent entre le moment où Angèle fut éjectée de la lance, et le moment où le monstre était apparu aux regards effrayés de tous et de toutes, et sans plus attendre... Vexios passa à l'attaque. Il se déplaçait plus rapidement, et ce avec plus de puissance, tout en se servant de la rotation de sa nouvelle lance pour frapper, en quelques instants seulement, il faisait des ravages chez les Protecteurs, les Soigneurs eux mêmes n'avaient plus le temps de soigner qui que ce soit, tout le monde était surmené par une seule et unique personne, non... Par un seul et unique monstre. Presque chacun de ses coups créait une bourrasque de vent, déstabilisant les cibles, ou les éjectant même parfois du sol, et c'était ce qui était arrivé à Mour.

Le traître n'avait même pas cherché à la frapper en particulier, il n'avait fait que traverser les Protecteurs en tournant sur lui même avec sa lance, comme si il balayait tout le monde. Un bourrasque de vent fut créée, projetant la demoiselle encore paralysée par ce qu'elle avait vu dans les airs, puis, elle retomba lourdement sur le sol, la tête la première sur une dalle de pierre non recouverte de neige. Elle ne fut pas assommée sur le coup, mais était complètement étourdie. Ventre contre terre, elle se tenait l'arrière du crâne, sa vision était trouble, et son ouïe brouillée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mour
Bianchi - Rang 1
Bianchi - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 22/10/2016

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Sam 19 Aoû - 8:14

Bien que sa vue était trouble, et son ouïe perturbée, bien qu'elle soit presque complètement dans les vapes Mour devinait parfaitement ce qui était en train de se passer en face d'elle, c'était facile avec tout ces cris de terreur.



La magicienne au sol voyait les silhouettes de ceux qui étaient ses camarades être transpercés de cette maudite lance, elle les voyait se séparer de la partie inférieur de leur corps, elle les voyait éclater en de grandes volées de sang se répartissant dans la neige ici et là, mais il n'y avait pas que du sang, il y avait aussi des membres, des organes internes, des tripes... Mour reprenait peu à peu ses esprits, assez pour se placer ses deux genoux, les mains dans la neige. Elle continua de regarder le massacre, paralysée par quelque chose qu'elle ne pouvait définir, pendant quelques secondes. Après, son regard fut comme automatiquement redirigé vers sa droite, là d'où provenaient des gémissements, des gémissements d'une personne qui agonisait, Angèle qui ne se trouvait qu'à deux mètres de Mour.

Tremblant de tout son corps, la demoiselle rampa alors jusqu'à son amie aventurière alors que le sang coula de l'arrière de son crâne jusque sur le devant de son visage, faisant ainsi tomber de multiples goûtes par terre. Le regard de la pauvre fille au trou béant dans le ventre était presque complètement vide, comme si elle avait perdu la vue, dans sa blessure, Mour pouvait facilement distinguer sa colonne vertébrale rompue, et ses tripes déchirées, elle perdait beaucoup de sang, son souffle était beaucoup trop court, son cœur n'allait plus tenir bien longtemps, le sort de cette pauvre fille, si jeune, était déjà scellé. Angèle l'appela néanmoins plusieurs fois par son prénom, et ce avec une voix tremblante à cause non seulement de la douleur, mais aussi du sang présent dans sa gorge. La magicienne tenta de la rassurer, lui disant qu'elle allait la soigner, que tout allait bien se passer. Aux portes de la mort mais encore assez lucide pour réfléchir, Angèle comprenait bien les intentions de son amie mage, elle voulait être sauvée, mais elle savait très bien au fond d'elle que c'était fini.

Mour plaça ses deux mains sur la blessure d'Angèle, et ce délicatement de peur de lui faire mal là où elle ne sentait déjà plus rien, bien que déjà magiquement épuisé, elle commença à utiliser ses toutes dernières ressources pour se concentrer, et commencer à créer une aura verte sous ses mains pour tenter de reconstruire le ventre de l'aventurière. Celle-ci ne trouva pas la force nécessaire pour soulever son bras, afin de retirer ceux de Mour pour lui dire que cela ne servait à rien, alors, elle lui dit simplement sans se répéter "
Ca ne sert à rien Mour, je n'ai pas mal. Je ne sens plus du tout le bas de mon corps, et une partie du haut... Mes jambes ne bougent plus... Mes bras non plus... Je n'arrive même pas à plier un doigt...! On m'avait répété des centaines de fois que le froid de Bianchi était violent... Mais au point de m'empêcher de plier un doigt...!" rigola-t-elle avant de se remettre à tousser du sang.

Mour ne su que lui répondre, elle allait mourir comme ça ? Maintenant ? C'était horrible, injuste, elle était si jeune et avait vécu si peu d'expériences. La magicienne restait pourtant assez forte, aux bords des larmes, mais elle n'en laissait aucune couler sur son visage. La mage de feu tenta tout de même encore une fois de la rassurer en lui disant que les Soigneurs allaient la sauver, qu'ils se débrouillaient bien mieux qu'elle en matière de soins. Angèle rigola encore une fois, puis elle commença à lentement et silencieusement fondre en larmes en parlant.


Angèle : J'ai pas envie de mourir... Je veux juste... Continuer de voyager, et de découvrir plein de choses... Mais j'ai froid... J'ai peur...! Pourquoi je n'ai jamais de chance, moi ?

Ces paroles achevèrent la mage, obligeant ses premières larmes à couler. Angèle ne voulait pas mourir, elle voulait continuer de vivre comme elle avait toujours vécu, elle voulait continuer de vivre sa grande aventure, et elle n'était pas la seule ici, beaucoup d'hommes et de femmes qui sont morts et mortes ce soir voulaient aussi continuer de vivre leur grande aventure, mais ce droit leur a été prit avec leur vies. Plus jamais Mour ne les verrait, plus jamais elle ne les entendrait, ce soir, ils mourraient, et c'était finit. Mour ferma les yeux, se retenant d'elle aussi fondre en larmes, serrant les dents aussi fort que possible en tenant son amie dans ses bras et en la serrant fort contre elle alors que des bourrasques de vent créés par la lance de Vexios se frottaient à son dos, aussi froids que la mort, alors qu'il ne faisait que continuer de massacrer les autres chevaliers.

Angèle : ... J'adore les magiciens de feu... Ils réchauffent bien... Je n'ai plus froid.

Entendant ceci, Mour rouvrit les yeux, cessa de serrer les dents, et décida de regarder le visage d'Angèle. Son regard était définitivement vide, un sourire s'était dessiné sur ses lèvres, les larmes étaient toujours présentent sur ses joues et allaient bientôt disparaître avec le vent. Mour trembla de plus en plus fort en regardant continuellement le visage de l'aventurière dont le dernier souffle s'était finalement échappé, puis, elle la déposa aussi délicatement que possible dans la neige. Lorsque ses mains rentrèrent en contact avec la neige, alors, la mage commença à se questionner.


"Quelle était cette sensation dans la neige...? Comment est-ce que tout ceci a-t-il bien pu arriver ? Une coquille vide, ce qu'elle avait devant elle n'était maintenant plus qu'une coquille vide. Cette annihilation glaciale... La destruction de la vie...!"


Des souvenirs de son lointain passé lui revenaient, d'heureux souvenirs, de douloureux souvenirs...! Mour regarda ses mains tâchées de sang et ferma ses poing...


Mour : Non... C'est encore moi qui ai survécu...! An... Angèle...!

Son cœur battait si fort, son souffle était si rapide, elle tremblait tant, elle fondait en larmes sans bruits. Elle retourna une nouvelle fois son regard vers le Second, et le vit encore massacrer ses camarades. Son regard devint alors colérique, rouge, littéralement. Elle se leva alors avec précipitation, ramassant rapidement son bâton, une aura rougeâtre se forma ensuite tout autour de son corps alors que son sang bouillonnait, mais que sa peau devenait plus pâle, Vexios... Il allait payer ! Hurlant le nom de son adversaire pour attirer son attention, de multiples boules de feu commençaient à se créer derrière la magicienne, deux, cinq, dix, quinze, vingt, elle ne puisait plus dans sa magie, mais dans celle de son démon encore endormi.

Mour : VEXIOS !!!



Dès lors que le monstre commença à se retourner vers elle, avant même qu'il ne pose son regard sur la magicienne, une boule de feu vint lui exploser en plein dans la tête, le faisant reculer d'un pas. Il poussa un grognement, et se retourna encore une fois brusquement vers la magicienne, et, il remarqua les nombreuses boules de feu qui étaient déjà parties dans sa direction. Il pourrait manier sa lance pour se débarrasser de ces sorts, mais il était déjà trop tard. Il était déjà mort. Il se fit bombarder pendant un longue dizaine de secondes, et ce continuellement, sans arrêts, chaque boules de feu atteignait son corps, le frappait, explosait dessus, le brûlait, l'enflammait, et ce jusqu'à qu'il tombe entièrement en feu en arrière, il se roulait dans la neige en poussant de monstrueux cris, et ce jusqu'à rejoindre ses camarades de l'ordre de l'autre côté. L'aura rouge autour de la magicienne disparu rapidement par la suite, la laissant tomber sur ses genoux, encore plus épuisée que lorsqu'elle se vidait entièrement de sa magie. L'escouade toute entière n'était pas morte, il restait elle, quelques Soigneurs blessés et fatigués, autant que quelques Protecteurs, et deux Tracteurs blessés par de très nombreuses blessures légères.

Mour : Tu avais raison... Être un humain signifie avoir des limites...! Elle recommença alors légèrement à sangloter, la flamme au bout de son bâton diminuait jusqu'à s'éteindre. C'était pour ça... C'était pour ça que moi aussi j'avais rejeté mon humanité. Pour devenir plus forte. Pour pouvoir protéger ceux que j'aimais. Je me l'étais promis... Je l'avais promis...!

Dans les souvenirs qu'elle venait de retrouver, elle avait déjà vécu cette situation. Elle avait déjà perdu des amis auxquels elle tenait, morts sous ses yeux et dans ses bras, elle s'était déjà criée que si elle avait été plus forte, elle aurait su les protéger, mais que si elle restait faible, alors cela ne changerait jamais, que ses amis continueront de mourir sous ses yeux, tout comme aujourd'hui. Elle avait perdu de précieux amis avec qui elle avait partagé de longs moments de sa vie passée, des pertes qui maintenant qu'elle s'en souvenait la hanteront lors de certaines nuits, ces pertes là, plus celles de cette nuit.

C'était ce pourquoi elle s'était abandonnée à ce démon qu'elle avait découvert lorsqu'elle était encore à l'école de magie, elle était en quête de puissance pour le bien de tous, elle voulait pouvoir protéger, mais est-ce que c'est ce qu'elle avait fait avec ce démon éveillé dans son monde et dans son corps ? Elle n'en savait encore rien, ces souvenirs ne lui étaient pas encore revenus. Et encore, c'était à peine si elle comprenait qu'elle avait puisé dans la réserve magique ce démon pour tirer continuellement ses boules de feu sur Vexios, elle était bien consciente de son existence, mais elle n'avait pas encore fait le lien bien qu'au fond d'elle elle s'en doutait, la fatigue l'empêchait juste de réfléchir. Bien qu'avec ce démon elle était devenue momentanément plus forte, aujourd'hui encore, elle avait échoué, elle n'avait pas su protéger ses amis, presque toute l'escouade avait péri, il ne restait plus que quelques Soigneurs, Tracteurs et Protecteurs, déjà tous blessés.

Elle était complètement épuisée, au bord de l'évanouissement, alors que le Second, brûlant, ayant cessé d'hurler de douleur, avec à quelques mètres de lui les survivants du massacre qui observait leur pire cauchemar se consumer dans les flammes de la mage qui finalement, cédant à la fatigue, tomba en avant, inconsciente, ne sentant même plus le froid de la neige lui glacer la peau. Bien qu'elle soit évanouie, dans ses pensées, Mour rêvait, elle rêvait qu'elle avait en face d'elle tout ceux qu'elle n'avait pas pu sauver ce soir là, et les jours passés dans l'autre monde, comme si elle s'adressait véritablement à eux tous, comme si leurs esprits s'étaient rassemblés quelques instants dans sa tête pour qu'elle leur fasse la promesse de devenir plus forte. Bien que ce rêve eut lieu, ça ne l'empêchera pas de cauchemarder d'eux. Leur souvenirs la hanteront, et ce, jusqu'à qu'elle perdre à nouveau la mémoire, jusqu'à qu'elle perde la vie et qu'elle les rejoigne dans l'au delà, ou jusqu'à la fin des temps.




Plus tard, les survivants furent récupérés par les villageois restant, ramenés dans les maisons afin d'être soignés. Les quelques Tracteur restant, avant même d'être remis en état, décidèrent de récupérer l'un des cristaux, et de le placer sur l'autel du village, et ce afin de créer une barrière magique afin d'être sûrs d'être maintenant protégés. Les Soigneurs, après un peu de repos, furent en mesure de soigner les Protecteurs, qui une fois assez requinqués partirent immédiatement chercher de l'aide à la capitale de Bianchi, et ce non pas afin de terminer la mission, mais afin de faire le nettoyage. La mission sera accomplie comme il se doit, les deux dernières sphères restantes ne seront pas simplement placées pour mettre un terme à tout ce qui était arrivé ce soir là, mais des funérailles seront faites en même temps que leur placement, à ces deux cristaux là, et à celui qui a déjà été placé dans le village, une escouade entière s'est sacrifiée pour ces cristaux, après tout, et des civils sont décédés, les mémoires de ces hommes et de ces femmes devaient être honorées, et il fallait au moins que quelque chose de tel soit fait pour les familles et les amis des victimes. Des gardes seront bien entendu placés aux côtés des cristaux, pour éviter que toute dégradation n'y soit faite, ou que des vols ne soient commis, bien que cela serait difficile au vu de leur taille.

Mour, elle, n'ouvrira pas les yeux avant plusieurs jours. Comme lors de son avant-dernier affrontement contre l'hybride-poisson venant d'Arancioni, l'origine de la brume régnant sur les plaines oranges, la magicienne s'est magiquement épuisée, une situation bien dangereuse pour la santé de mages proches de la magie. Comme auparavant, elle sera atteinte d'une grande fièvre, assez violente pour pouvoir éventuellement causer sa mort si elle n'est pas aidée comme par ces deux soeur à Verde. Bien heureusement, son cas sera suivi, et elle sera escortée chez elle dans son sommeil, sommeil pendant lequel elle fera plusieurs cauchemars de l'enfer qu'elle a vécu ce terrible soir. A son réveil, elle se souviendra de cette nuit, de ce qu'il s'y est passé, et elle pleurera pendant de longs moments devant l'équipement, ou ce qu'il en reste, d'Angèle déposé sur la table en bois de sa cuisine, repensant sans arrêt à leur si jeune propriétaire, et à son rêve qu'elle n'aura jamais la chance de réaliser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 765
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   Mer 30 Aoû - 11:27

The Lost Batallion
Une quête Ultime pour les plus grands aventuriers.
      Jugement
Je suis déçus, sincèrement, ce n'est pas une blague pour une fois. La quête est tournée d'une façon des plus classiques, dans le style "Combat" alors qu'il s'agit d'une quête "Aide". Sur les sept réponses demandés,
cinq sont du combat dans la ville. Au début, ce n'est pas de l'aide non plus, il s'agit du calme habituel avant que les éléments perturbateurs ne se déclenchent. Et seul les deux derniers paragraphes sont vraiment de l'aide au villageois. J'ajoute à ce fait que l'attaque arrive un peu vite, ne laissant ainsi pas le temps d'apprécier le voyage où il ne se passe... Rien, pour ainsi dire, tout le moment le plus charmant, où Mour aurait pu en apprendre plus sur les cristaux, observer le paysage, parler avec les autres membres du transport, et bien tout cela est passé quasi en sourdine ou simplement envisagé.

En ajoutant à cela, le fait que le voyage pour jusqu'au premier village est vraiment court, je m'attendais personnellement à plusieurs jours dans le froid, les aventuriers sont obligés de se réfugier dans un fort en ruine à cause du blizzard, perdant ainsi du temps, devenant trop restreint sur leur nourriture, etc. Voir même, qu'ils se trouvent au milieu de nul part, que la tempête arrivent, et qu'ils décident de construire de petits igloos pour s'abriter. En bref, il y avait plein de différents moyens de tourner cela autre que part un combat de huit mille mots que j'en suis réellement déçus.

Je vais tout de même énumérer les plusieurs points que j'ai vraiment apprécié. Tout d'abord, le fait que tu prennes comme ennemi des membres de l'ordre de l'hélice, et donc de Malva (même si au vue de tes premières réflexions dans le RP, la chute est très prévisible), j'ai trouvé cela intéressant et amusant. Mais j'aurais préféré te voir utiliser le dilemme de : Nous venons récupérer les cristaux pour protéger Malva de possibles attaquants. Je pense que cela aurait été bien plus dramatique et original, mais tu as choisis la facilité, soit. Le principal point que j'ai trouvé attendrissant, c'est la répercussion sur Mour de la mort d'Angèle, tout le passage émotionnel, devant le corps de son ami auquel on s'était attaché. Sincèrement, pendant longtemps je pensais que tu allais la conserver en PNJ, et là, tu m'as étonné. J'étais heureux et en même temps troublé, j'en ai versé une larme ! Mais ce moment est malheureusement détruit par un boss éradiqué en moins d'une seconde, par de simple boule de feu, avec comme raison qu'elle a puisé dans l'énergie de son démon.

C'est dommage, sincèrement, il y avait de quoi faire une quête extraordinaire, sortant du lot, mais tout est trop classique et on voit bien que tu as cherché à la facilité. Voilà, sincèrement je suis déçus, c'est la première quête ou mon jugement sera suivit d'un échec, mais malheureusement je ne peux pas faire de cadeau à qui que se soit. De plus, au vu de comment se termine les événements, je n'ai même pas besoin de te dire comment tu as échoué ta quête ? Lors de la bataille, les cristaux ont été malheureusement détruit, un seul est resté sur pieds, celui utiliser pour la barrière du premier village. Mour tu es fatigué, épuisé, et ne pourra reprendre l'aventure qu'après une bonne semaine de repos.

   Fiche (c) Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Lost Batallion [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Lost Batallion [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» III.01 Lost dog is looking for a master [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» LOST LE RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Le monde des rêvesTitre :: BianchiTitre :: Le désert blanc-
Sauter vers: