Partagez | 
 

 Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Mer 28 Juin - 23:34

L'Invocateur : Terminé, plus jamais de guerres, c'est finit ces conneries ! Maintenant, on ne se mêle plus des affaires de Yume ! Ça tu vois c'est le pire des contrats en fait, non seulement t'es pas payé, mais en plus ça te fout dans un sale état physique et mental ! T'as les côtes défoncées, et j'ai envie de faire EXPLOSER tout ce que je vois ! Génial ! Tout bonnement génial ! Je viens de marcher dans une flaque d'eau aussi profonde que le trou de balle du bonde ! Parfait ! Aller c'est quoi ensuite ? Un météore va m'atterrir sur le coin de la gueule ? C'est ça ? HEIN ?

J'étais en train de marcher sur un chemin de Verde accompagné de deux de mes camarades, Aran, mon invocation Irik, et Akia, portée justement par Aran car ses côtes étaient cassées, impossible de marcher pour elle sans risquer de se remettre à suffoquer, elle m'a fait le coup tout à l'heure, et je vous avoue que ça ma mit les nerfs encore plus à vif. Je gueule. Depuis tout à l'heure je fais que ça, j'aimerais m'arrêter pour de bon, limite m'arracher la langue pour me taire, mais je pouvais pas, je continuais de rouspéter après tout ce que je pouvais, la guerre, notre état physique, notre état mental, tout.

A l'instant, je viens de marcher dans un trou remplie de boue sans faire attention, mais vous savez quoi ? J'ai gueulé pour ça, alors que je m'en moque. Là, actuellement, je m'en moque de tout ce qu'il peut arriver, les morts pourraient revenir, osef, j'en ai ma claque. Je m'étais arrêté après m'être enfoncé dans la boue pour m'essuyer le pantalon et pour en retirer un peu de l'intérieur de ma chaussure, après avoir remit cette dernière, je me retournais vers Aran et Akia et... Bon sang, elles tiraient la tête. Bordel l'Invoc'... Gueuler ça sert à rien ! Fermes la ou remonte le moral de tes troupes ! Akia avait du mal à respirer à cause de ses blessures, hurler ne l'aidera jamais, et Aran... Elle est juste fragile mentalement, déjà qu'elle a vu tout ce que j'ai vu, elle ne doit pas aller bien de base, mais maintenant que je crie, j'ai l'impression que je vais lui faire peur et qu'elle va se mettre à pleurer !

Je m'essuyais le reste de la boue que j'avais sur les mains en les frottants sur mon pantalons, puis après m'être gratté l'oreille droite, je m'adressais à mes amis, elles sont un peu tout ce qu'il me reste après tout avec Sylvia, oh et d'ailleurs, si vous vous demandez où est-ce qu'elle est passée, elle est juste partie se reposer dans la dimension de poche, c'est pour ça qu'Aran est là et qu'elle tient Akia à la place de notre grande Sylvore.

L'Invocateur : C'est bon, j'ai poussé ma gueulante, je suis un peu calmé. Je jure que je ne hausserais plus le ton jusqu'à la fin du voyage.


Bon sang, je ne suis pas habitué à entendre sa voix, elle est toute mignonne et elle bégaie tout le temps, elle est peut-être lente à la détente, mais elle est gentille comme tout ! Je devrais vraiment l'invoquer plus souvent, pendant les moments calmes par exemple, elle a du s'ennuyer comme pas possible dans la dimension de poche. Mais normalement, dans les prochains jours à venir, nous ne devrions plus avoir de problèmes, on va juste récupérer quelques amis, on fait sauter Nadiria, et on va se reconstruire, vous vous souvenez ? Quand je suis arrivé sur Yume no Sekai, j'ai été recruté par une organisation de chasseurs de primes, nous allons rebâtir cette organisation.

Je vais par contre devoir vous avouer que l'organisation ne sera pas aussi légale qu'avant. Certes, on va continuer de chasser les primes, donc les criminels, mais nous aurons aussi toute sortes de contrats pour des trucs pas très légaux. Faire les choses bien, ok, mais quand ça sert à "faire le bien", pas ok. Nous ferons comme bon nous semblera, car personne n'aura d'ordres à nous donner, sauf nous même. N'allez pas croire que ce sera une organisation où tout le monde sera libre de faire quoi que ce soit, nan, tout une communauté libre, c'est l'anarchie, ce qu'il nous faudra, c'est une communauté qui suit une même liberté, c'est... Assez compliqué à expliquer, et vu que c'est pour dans un petit moment, alors j'expliquerais à ce petit moment là. En attendant, marchons.


Aran : L-l-l-l-l'Invocateur ? O-o-o-o-où est-ce qu'on va au juste ? T-t-t-tout à l'heure tu allais nous le dire m-m-m-m-mais tu as commencé a...

Je commençais à me sentir un peu mieux, plaisanter un peu comme ça ça fait remonter le moral, pas beaucoup, mais assez pour retrouver le sourire quelques temps ! Mais je suis quand même super inquiet pour Akia, est-ce qu'elle va réussir à tenir jusqu'à Giallo ? Il va falloir traverser le désert... Si seulement j'avais encore mon gilet à capuche, je lui aurais passé pour la cacher de la chaleur ne serait-ce qu'un peu. Au moins avec Aran elle est à l'aise, elle fait un superbe oreiller ! Je pouvais enfin commencer à voir à travers les arbres de Verde la frontière, et le sable plus loin encore, ça fait combien de temps qu'on marche ? Quelques heures je dirais. Merde... J'arrête pas de me dire qu'Akia ne tiendra jamais le coup, j'avais envie qu'on presse le pas, mais je ne voulais brusquer personne, merde ce stress !

Je continuais de marcher, les mains dans les poches, et... Je n'entendais plus personne marcher derrière moi. Quoi ? Pourquoi Aran s'arrête là ? Elle a vu un fantôme ?

L'Invocateur : Aran ? Ça va pas ?


Aran venait se rapprocher de moi avec Akia, puis... Grand nuage de fumée blanche, éclairs dorés, bam, en deux temps trois mouvement, nous étions sur Sylvia sous sa forme de Sylvore... Attendez... DEUX MONSTRES EN MÊME TEMPS ?! C'est donc pour ça que j'ai l'impression qu'on me pompe mon énergie...! Merde, va falloir faire vite alors car je vais pas pouvoir tenir une éternité comme ça, grâce à ça on va pouvoir aller plus vite sans blesser Akia ! Bien joué les filles !


Sylvia : C'était pour ça que je me reposais.

L'Invocateur : Vous êtes des génies, les meilleures qui soient !


La chaleur ne faisait pas vraiment du bien à Sylvia, heureusement, le temps est pourrit aujourd'hui, et il fait moins chaud dans le désert que nous allons atteindre dans quelques instant. Sylvia fonçait aussi vite qu'elle le pouvait pour rejoindre la ville de Giallo, grâce à sa laine, Aran protégeait Akia des grosses secousses, moi, je n'avais qu'à me montrer endurant, et en moins de deux nous seront arrivés ! Je m'accrochais bien à l'écorce de Sylvia, putain, heureusement que j'ai une équipe de génies, qu'est-ce que je ferais sans elles ? Enfin non, qu'est-ce qu'elles feraient sans moi ! ... Nan, franchement, qu'est-ce que je ferais sans elles...

Voilà maintenant un moment que Sylvia fonçait, depuis des dizaines de minutes, voir des heures, je n'en savais franchement rien, j'avais perdu la notion du temps, et mon téléphone n'avait plus de batteries pour que je puisse regarder l'heure, bah, ce n'était pas grave, la ville était en vue ! J'étais crevé, j'en pouvais plus, j'ai l'impression que c'était moi qui venait de courir un marathon...! Mais Sylvia commençait à ralentir un peu, surprise par ce qu'elle était en train de voir, le théâtre des arts... En ruines...! Meeeeerde, c'était là où vivait la reine Aéris et Ahriana ? Elles ne vont pas être très contentes quand elles vont arriver, si elles ne sont pas déjà là.

Sylvia se remettait à foncer, et ce jusqu'à atteindre la ville, là, j'en pouvais vraiment plus.

L'Invocateur : *tente de respirer* Sylvia...! Terminus tout le monhhh *reprend son souffle* tout le monde descend, j'en peux plus...!


Sylvia disparaissait dans un grand nuage de fumée blanche, Aran tomba au sol en douceur grâce à sa laine, elle n'a pas blessé Akia, elle aussi protégée par la laine, ou par la poitrine de l'Irik, bah, l'un ou l'autre, ça amortit la chute tout pareil. Je me relevais très difficilement, je me suis fracassé le crâne contre le sol, c'est vraiment classe de pouvoir faire deux invocations en même temps, mais bordel, c'est si épuisant...! J'ai cru que mon cœur allait lâcher ! Attendez, c'est quoi que je vois là sur les murailles ? Du... Caramel ? Il y en avait aussi plein dans des tranchées qui ont été creusée... Et ben, les Giallois sont créatifs, plus que je ne le pensais !

Des habitants curieux du royaumes des arts s'étaient approché du nuage de fumée blanche qui nous cachait encore mon groupe et moi, jusqu'à ce qu'il disparaissent, certains avaient vu une grande Sylvore leur foncer dessus, ils devaient avoir eu peur, mort de rire ! Mais pas trop mort de rire, plus mort d'épuisement là... Mediiiiiiiiiiik ! Je tombais finalement à terre, pas moyen de rester debout plus longtemps...

Les habitant remarquant que nous étions blessés, enfin, surtout Akia, vinrent nous voir. Ils demandaient si on allait bien, ils ne recevaient pas de réponses, on était tous bien trop crevés, sauf Aran qui ne savait tout simplement pas répondre, elle n'était pas habituée à voir tant de monde autour d'elle, elle était aussi timide que ça ? J'aurais du le deviner tiens.


* : Nous allons nous occuper de vous, ça va aller !

Aran : J-j-j-je... Je m-m-m'occupe de la p-p-porter...

Nickel, les Giallois se chargeaient d'accompagner Aran vers là où Akia pouvait être soignée, c'est vraiment super d'être pris en charge par des gens bie-... Attendez... Mais il n'y a plus personne ? Wait, ils ont juste prit Akia et Aran et ils m'ont laissé crever là ?! SÉRIEUSEMENT ?! REVENEEEEEEZ !!!

--------------------------------------------------------------------
L'Invocateur fut tout de même prit en charge, heureusement que quelqu'un passait par là, un retardataire sans doutes.
--------------------------------------------------------------------

Nous étions allongés dans une chambre dans une maison au fond d'Elucia, pas loin de la citadelle, Akia était tombée dans les vapes, Aran était retournée avec Sylvia dans la dimension de poche, et moi j'étais là, allongé, avec des bandages un peu partout sur le corps, en train de regarder la mer par la fenêtre. Il y avait d'autres gens dans cette salle, des Giallois qui ont combattu contre les morts. Ils discutaient entre eux à voix basse pour éviter de réveiller les blessés qui dormaient, mais, je les entendais assez bien.


* : Tout à l'heure, quand on est passé à la cantine, t'as vu ce qui était sur la plage pas loin des ports...?

Un masa-quoi ? Je me redressais un peu et je regardais par la fenêtre en me décalant un maximum... Masasaure... Oh, ah ! Oui ! La belle bête ! Pas étonnant que les navires ne rentrent pas, ce truc va les démolir ! ... Ca me fait penser à ma rencontre avec Sylvia, quand elle essayait de me bouffer...

...

...

Merde, je peux pas me retenir, il faut que j'aille voir ce monstre.

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Ven 30 Juin - 1:37

Je me levais de mon lit, assez difficilement au début à cause de la fatigue, mais je finissais par y arriver. J'allais mieux depuis tout à l'heure, on m'a guérit mes quelques blessures, j'ai pu me reposer donc j'ai juste l'impression d'avoir fait une nuit blanche et pas une centaine, et puis moralement j'allais mieux aussi, laisser la guerre loin derrière moi était une belle technique, avec une petite pincée de rigolade sur la route et une pincée de dangers dans quelques instants. En vrai, ce que je trouve génial dans le moment présent, c'est que je fais ce que j'ai envie de faire, plus de devoirs à la con, et j'ai tout les droits ! Je peux devenir le prochain grand méchant de Yume no Sekai tout comme je peux en devenir le héro j'ai l'impression ! Mais je vais me limiter à être moi, et à faire juste ce que j'ai envie de faire, et rien de plus. Ça, c'est une belle vie.

Je marchais sans faire de bruits à travers la pièce, m'arrêtant quelques instants devant le lit d'Akia. Mh... Elle sera réveillée dans combien de temps ? Et pour combattre ? Et pour tout le reste ? Car c'est pas que j'ai besoin d'elle, mais j'ai MASSE besoin d'elle, déjà que c'est ma meilleure alliée depuis que je suis sur Yume, mais en plus, c'est elle qui en sait un max sur l'organisation de chasseurs de primes Arancioniens, donc j'ai besoin d'elle aussi pour refonder ça version plus... Neroise, ou Neroi ? Nerossoi ? Bah, on verra bien ! je sortais de la chambre en ouvrant silencieusement la porte en bois, puis en la refermant tout aussi doucement derrière moi. Une infirmière vint alors me voir, remarquant que je sortais.


* : Oh, vous avez besoin de quelque chose monsieur ?

C'était une femme dans la vingtaine qui mesurait dans les alentours de 1m70, blonde, assez fine et plate, mais avec un visage très sympathique. Elle n'allait pas me poser problème sur le fait que je sortais alors que je n'étais pas en bon état, j'allais simplement lui expliquer mes intentions et elle n'allait rien redire dessus. C'est drôle de voir qu'on peut prédire ce qu'il peut arriver rien qu'en regardant l'apparence de certaines personnes, si c'était quelqu'un d'autre de moins gentil ou de plus sévère, à mon avis, j'aurais été menotté au lit. Bah, j'aurais trouvé un moyen de me tirer de toutes façons, je suis pas un génie après tout ? Nan c'est vrai, j'ai juste de bonnes invocations qui savent faire le taff, et ça, ça n'a pas de prix. Enfin... C'en aura bientôt un, si vous voyez ce que je veux dire !

L'Invocateur : Non, pas vraiment, juste que vous vous occupiez correctement de mon amie jusqu'à mon retour, je vais dehors sur la plage, rendre visite au Masasaure, et faire ma bonne action de la journée.


Je mettais un point final à cette courte discussion, puis je commençais à avancer à travers le long couloir. C'était assez joli cet endroit, les murs étaient jaunes et le sol était fait de pierres blanches, et on avait directement vue sur la mer, et le fameux Masasaure. Dans mon ancien monde, j'ai un ami dont le nom était Sadler qui était marin, un bon gars qui acceptait de m'amener où je voulais sur son petit navire, il m'avait raconté un jour qu'un homme pas loin de la mer tombe moins malade qu'un homme plus loin sur la terre. Comme quoi, cet endroit est très bien placé, j'avoue que le fait que la plage soit juste à côté est très agréable, l'air est doux et humide, il fait chaud depuis peu, les nuages sont partis, et le soleil brille de toute sa beauté. J'adore Giallo ! Et l'effet que ça me fait quand il s'y passe quelque chose et que je peux y jeter mon grain de sel... J'adore tout autant !

Je sortais du couloir, pour finir sur une grande terrasse en extérieur. J'étais protégé du soleil grâce au toit qui recouvrait tout l'endroit, il y avait de multiples tables et chaises disposées ici et là, ainsi que quelques bancs, et pas mal de personnes en train de discuter soit de tout et de rien, soit du Masasaure. Tout droit se trouvaient des barrières de taille moyenne pour que l'on puisse s'y accouder tout en profitant de la vue. A droite et à gauche se trouvaient des escaliers donnant accès à un chemin faisant tout le long extérieur de la plage, et juste devant ce chemin horizontal, le sable. L'infirmière de tout à l'heure arrivait avec ma commande alors que j'avais progressé jusqu'aux barrières en bois pour observer le Masasaure.


* : Monsieur ! J'ai ce que vous m'aviez demandé, un gilet à capuche plus long que les autres, ressemblant un peu à une sorte de cape avec les détails que vous m'aviez décris, je l'ai trouvé en magasin pas loin d'ici... Je n'en avais jamais vu avant, c'est assez original...! Vous n'allez pas avoir chaud là dessous ?

Ah-ah ! Génial ! Un nouveau gilet à capuche ! Et celui-ci était plus classe encore, il descendais en cape, j'adorais~! Car souvenez-vous, mon gilet à capuche précédent est décédé comme de nombreux autres avant lui durant la guerre, j'ai été lacéré par pas mal de lames. Quel bonheur de retrouver une capuche sur ma tête ! Je me sens si... Invocateur maintenant ! Ouais, c'est une vraie bonne journée qui s'annonce ! Enfin... Si le Masasaure ne me mange pas ! Mais je ne pense pas qu'il me mangera, j'ai une idée, je sais comment je vais m'y prendre avec lui, normalement, je devrais pouvoir le calmer, car d'ici je le vois, il m'a l'air bien agité !

L'Invocateur : Si, je vais avoir chaud, mais je vais enfin me sentir moi même ! Merci de me l'avoir apporté, j'vous revaudrais ça au possible, à plus !

Tout content de ma nouvelle tenue, je la mettais immédiatement, et...


(Le même vêtement mais en rouge.)


STAND PROUD:
 

Je suis parfait comme ça, je ne cherche pas à cacher mes oreilles ou ma queue de loup, mais ce style... HM~! Aller, je pourrais m'admirer plus tard, j'avais du boulot à faire ! Alors, sans plus attendre, je sautais par dessus la barrière en bois, j'atterrissais sur le chemin avant la plage en faisant une roulade au sol, puis une fois sur mes deux jambes, j'avançais, sûr de moi, en direction de là où le Masasaure s'était échoué, le tout en jonglant avec une pièce de deux euros avec ma main droite, tandis que la gauche était dans ma poche. Je pouvais voir qu'il y avait une foule rassemblée sur un certain périmètre autour de la position du Masasaure, je l'entendais respirer d'ici tiens, comme quoi, c'était une bête énorme. Il y avait malgré tout un léger brouhaha, personne ne criait de peur, mais tout le monde discutait un peu de tout et de rien, de ce qu'il se passe actuellement et ect... A croire... Qu'il n'y avait jamais eu de guerre ici, la paix n'avait jamais été bouleversée ? Si, forcément... Mais leur joie de vivre n'a même pas une seule égratignure !

Après avoir atteint cette foule, je décidais de la traverser en écartant doucement les gens pour progresser peu à peu à chaque secondes qui passait. Je me retrouvais malheureusement vite coincé, devant moi se trouvait une barrière, premièrement de fer, mais deuxièmement de gardes. Ouais, donc, ça, ça va poser problème. Pas la peine d'essayer de passer discrètement, j'y arriverais jamais sans me faire voir, il fallait que je tente quelque chose... Et j'avais pas envie de me casser la tête !

L'Invocateur : Bonjour, je viens m'occuper du Masasaure, je peux passer ?


Ouais mais nan, je vais pas circuler et faire partie de la foule, je suis là pour passer et pour m'occuper de la bête, et c'est ce que je vais faire. Alors, enjambant la barrière, je posais ma main sur la tête du garde avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, et en lui faisant un petit croche pattes, je le balançais dans le sable.

L'Invocateur : Nnnnnnnope, je passe ! Disais-je avec un grand sourire aux lèvres.

Le garde se redressait légèrement, le temps de comprendre ce qu'il venait de se passer, puis, il saisissait un gros sifflet qu'il avait en collier autour de son coup, puis après avoir inspiré aussi vite que possible, il souffla de toute ses forces dedans pour alerter tout les autres... Lol ! Le silence commençait à se faire dans la foule tandis que je pouvais observer tout les garde se retourner vers moi et à commencer à s'approcher avec de quoi m'immobiliser... Lol ! Bon, je vais essayer de calmer le jeu à ma manière, et par cela, je veux dire que je vais expliquer ce que je vais faire après avoir couché tout le monde, car là, ils ne se rendent pas compte de quoi je suis capable malgré mon coup de fatigue !

Un premier garde venait m'attraper sur le côté, il avait essayé de me plaquer dans le sable, mais... Comment dire que je sais me tenir sur du sable ? Il avait réussit à me déplacer, mais pas à me faire bouger, et alors que les autres gardes s'approchaient pour tous me mettre à terre... Sylvia était prête à imposer sa présence ! Un grand nuage blanc explosait avec des éclairs dorés, la voilà qui se formait, grandissait, la grande Sylvore nous faisait part de sa présence pour me proposer de faire un petit speech ! Je me trouvais tout au sommet de sa tête avec le garde à côté de moi qui, ne sachant pas ce qu'il se passait, cherchait à trouver l'équilibre en s'accrochant à moi, je lui adressais un petit sourire, lui faisant "Bye-bye" avec ma main, puis je le poussais. Il tomba de quelques mètres et s'écrasa dans le sable, sans subir trop de dégâts, puisque c'est du sable. Les gens commençaient à paniquer, certains hurlaient de peur, d'autre tentaient de partir, Sylvia ? Tu peux faire le silence ?


Sylvia : SILEEEEEEEEEEEENCE !!!

Elle poussait un grand et monstrueux hurlement, créant ainsi une grande bulle de silence à tout ceux qui l'ont entendu, je tendais l'oreille sous ma capuche, je m'assurais de ne plus entendre une seule voix, juste les bruits du Masasaure et des vagues frappant le sable de la plage... Bien, on dirait que je vais pouvoir parler.

L'Invocateur : Merci de faire le silence pendant que je parle ! Alors, on va commencer par le début : Pas de panique, tout est sous contrôle ! Je vais essayer de faire bref histoire de pas trop perdre mon temps, car je vous avoue que je suis assez fatigué et que j'ai déjà hâte de retourner au lit ! J'viens juste m'occuper du Masasaure, rien de plus, merci de votre compréhension, gardez le silence, j'aimerais pouvoir m'entretenir avec notre ami géant en paix. En gros ça veut dire partez ou taisez-vous.

Je sautais du haut de Sylvia, atterrissant sur le sable à côté de quelques gardes à terre qui pensaient avoir vu leur vie défiler, hey, je suis pas un méchant moi, juste un mec qui fait ce qu'il veut ! Et là, ce que je veux, c'est simplement m'occuper du Masasaure. Faire en sorte qu'il n'empêche plus les navires de rentrer au port. Et éventuellement... Le ramener dans mon équipe. Vous croyiez que quoi, sérieusement ? Que je n'étais là que pour pousser le Masasaure dans l'eau ? Naaaan, j'ai entendu dire qu'il était au bout de sa vie dans la chambre tout à l'heure, vous croyiez que je n'allais pas en profiter tout en étant un bon gars ? Je vais parler au Masasaure, le calmer, discuter avec lui, et je lui ferais la proposition. Si il accepte sa mort, alors il vivra dans mon équipe aussi libre que Sylvia bien plus longtemps qu'il ne vivra aujourd'hui, si il refuse... Alors il risquera de m'engueuler une fois dans mon équipe, car dans tout les cas, je repars avec !

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Dim 2 Juil - 0:42

Sylvia : *L'Invoc'...*

L'Invocateur : *C'est mon nom ?*

Sylvia : *Tu compte sérieusement dire "Masasaure" jusqu'au bout...?*

L'Invocateur : *Ben... Ouais, pourquoi ?*

Sylvia : *Parce qu'on dit pas "Masasaure", mais "Mosasaure".*


Ah!
L'Invocateur : Mo... Mososor ? Mososare ? Nan, désolé, je connais que "Masasaure" moi.

J'avançais tranquillement dans le sable de la même manière que tout à l'heure quand j'approchais de la foule, une main dans la poche tandis que je jonglais avec une pièce de deux euros dans l'autre. Le Masasaure se trouvait à une centaine de mètres de toute la foule, un peu en désordre après mon passage. Je sais pas pourquoi mais... Je la sentais bien pour moi, mais mal pour les autres. Sylvia était retournée dans la dimension de poche donc je ne parle pas pour elle, mais toujours pour la foule, je sens qu'ils vont quand même devoir partir, non pas que le Masasaure va les attaquer à une telle distance, mais... Je sais pas, c'est juste un léger pressentiment.

J'arrivais maintenant enfin devant le Masasaure, pouah...! L'odeur de poisson...! C'est pas que j'aime pas ça, mais faut s'y habituer quoi, un peu comme quand on rentre dans la chambre d'un autre, il faut s'habituer à l'odeur pour ne plus la sentir et avoir envie de vomir à chaque inspirations. J'étais à une dizaine de mètres, pure question de sécurité, et je sentais le souffle du Masasaure d'ici, et il était... Puissant ! Là c'était la bourrasque marine ! Mais si ça me souffle à la gueule... C'est que ça peut respirer sur terre ? Ou alors c'est autre chose dans sa gueule qui cause tout ce vent... Bah, je m'y connais pas en animaux marins et j'ai pas suivi les cours d'SVT au lycée donc osef, tant que je peux communiquer avec, ça devrait passer.

Par contre, avant de commencer à discuter, il va falloir commencer à calmer la bête. Là, elle est sur le ventre, immobile, mais j'ai l'impression d'être lourdement observé par un crocodile qui a muté et grandit jusqu'à la vingtaine de mètres de longueur et... Environs cinq de haut je dirais, et que dès que je vais l'ouvrir je vais me prendre un hurlement digne de ce nom ! Wouah... Bonjour la pression ! Par où j'allais commencer moi ? Dire bonjour ? Expliquer que j'étais juste venu prendre une tasse de thé ? Ou que j'étais là pour bronzer ? Nan, j'en sais rien, et je pense pas que je vais avoir le temps de commencer. Je commencer à voir le monstre montrer ses crocs, commencer à grogner de plus en plus fort jusqu'à ce que ça devienne un bas grondement, et... Je pense que je vais me boucher les oreilles ! Il ouvre grand la gueule, et hurle aussi fort que moi quand je quittais Verde !

Le sable volait en arrière, droit dans la face du publique tiens, je crois que c'était en partie pour ça qu'ils auraient du partir en fait. Même si je me bouchais les oreilles j'avais l'impression que mes tympans étaient en train d'exploser, mais, je ne laissais aucun signe de douleur sur mon visage juste un sourire et un air amusé. Vas y, gueule, hurle, crie, fait ce que tu veux, je vais réussir à te calmer, ça prendra soit des jours, soit un instant, tout dépendra de ta bonne volonté ! Mais je le sens bien, depuis que j'ai l'idée d'aller parler au Masasaure je le sens bien, ça va aller, il n'y a aucune raisons que je vienne échouer, je ne peux que réussir, pour la simple et bonne raison que je suis plus tranquille que jamais, c'est comme si j'avais tout entre mes mains et que je pouvais faire ce que je voulais de n'importe qui, je me sens capable, c'est tout ! Dès que le Masasaure finissait d'hurler, Sylvia vint me communiquer mentalement.


Sylvia : *Le Mosasaure nous dit de partir, à toi, et à tout les autres plus loin.*

Oh ? Donc il criait pour nous parler ? Ok, mais si il crie à chaque fois qu'il va prononcer un mot alors ça va pas le faire du tout, c'est limite pire que de marcher sur le mur du son. Je ne l'ai jamais fais, et je ne veux pas essayer, je tiens à mon ouïe. Bon, il voulait que je me tire avec le publique ? D'accord d'accord, le publique va partir, mais moi je vais devoir rester. Je me retournais vers tout les Giallois plus loin, et en faisant signe de partir, je le leur criais.

L'Invocateur : Le Masasaure vient de vous crier de partir ! Faites ce qu'il ou elle dit, ne rendez pas la tâche difficile s'il-vous-plaît ! Puis après avoir finit, je m'adressais mentalement à ma Sylvore. Donc tu déconnais pas, tu peux vraiment communiquer avec les autres monstres marins...! Je pensais que tu ne pouvais parler qu'avec certains monstres moi !

Sylvia ne me répondit mentalement que d'un léger "Hm !" de satisfaction, olala je l'avais sous estimé ça lui a fait plaisir ! J'imagine qu'elle se jetais des fleures toute seule dans la dimension de poche maintenant, tiens ! Je me retournais maintenant vers le Masasaure après avoir observé les Giallois partir, ils s'étaient tous regardé un instant, se demandant comment j'avais fait pour comprendre le monstre, mais ils avaient finit par obéir, génial ! Au moins, ça m'aidera à m'en sortir avec notre futur ami. Ce dernier d'ailleurs avait cessé de montrer ses crocs et de faire un son annonçant le fait que si je ne me tirais pas tout de suite il allait me défoncer, il avait un peu baissé sa tête, puis l'avait relevé comme si il tentait de me regarder de haut, et d'après le son que j'entendais, il avait l'air d'avoir comprit ce que j'avais dit, et il était en train de me répondre. Bon, je l'ai un tout petit peu calmé, assez pour pouvoir parler avec lui, enfin, j'espère. J'attendais jusqu'à la fin de son espèce de son de poisson, et j'écoutais la traduction de Sylvia.


Sylvia : *Il te dis "Tu comprends ce que je dis, humain ?"*

L'Invocateur : Je pourrais me vanter et te répondre que oui, je te comprends comme si j'en avais réellement la capacité, mais je vais être un peu plus franc que ça avec toi parce qu'il n'y a pas de raisons : Non, moi je ne fais qu'écouter la traduction qu'une amie me fait de ce que tu dis !


Je finissais de parler et m'accroupissant dans le sable et en jouant un petit peu avec tout en regardant le Masasaure, il remontrait un petit peu ses crocs, mais pas de colère je pense, il faisait plus... Une grimace, oui, il devait se questionner sur le fait que je sois pas capable de le comprendre et que Sylvia me fasse une traduction immédiate de ce qu'il disait. Il recommençait à faire un son, assez long pour en dire court comme à l'instant, puis Sylvia traduisait une nouvelle fois ses paroles.


Sylvia : *Il dit "Quelqu'un te fait une traduction ? Il n'y a personne ici sur cette plage maintenant, sauf toi, et moi... Comment peux-tu recevoir une traduction de ce que je dis si il n'y a personne pour t'en faire ?". Il dit ça sur un ton donnant l'impression que tu te moque de lui.*

Que je me moque de lui ? Ah, non, loin de moi cette idée. Bon, pour lui expliquer, je ne vois pas meilleur moyen de lui faire découvrir Sylvia, il ne semble pas l'avoir remarqué sur la plage tout à l'heure à cause de sa colère.

Sylvia : *Attends, m'invoquer ? Ne fais pas ça, j'ai l'impression que c'est une mauvaise idée, tu ferais mieux de simplement lui expliquer tes pouvoirs. Ceux qui doivent se trouver sur cette plage c'est toi et ce Mosasaure, moi, je ne fais que la traduction et ma présence matérielle est moins que nécessaire.*

L'Invocateur : *Hein ? Mais pourquoi ?*

Sylvia : *Simple pressentiment de monstre.*


Ouais, bon, je vais l'écouter et éviter de l'invoquer maintenant si elle pense que c'est une mauvaise idée... J'aimerais me contenter de lui expliquer mon pouvoir, mais ça aussi c'est pas une superbe idée, si je lui dis que tuer un monstre peut obliger ce dernier à rejoindre l'équipe, ouais, nan, il ne va pas se laisser faire comme ça. Je lui dirais à la toute fin. En attendant, je vais juste parler comme je le sens, et on verra si ça passe ou nom. Comme je l'ai dis tout à l'heure, j'ai l'impression de pouvoir faire ce que je veux, il ne me suffisait que de jongler avec de jolis mots !

L'Invocateur : Si si, il y a quelqu'un qui me fait la traduction, et si tu ne la vois pas c'est normal, c'est parce que nous sommes tout le deux bel et bien seuls sur cette plage. Celle qui me fait la traduction se trouve dans... Une sorte de dimension parallèle. Je communique mentalement avec elle, et elle me dit tout ce que tu dis, mais traduit.

Le Masasaure semblait ne pas trop réagir à ma réponse, genre, il l'a eu, et c'était tout. Il ne répondait même pas et laissait s'installer un petit moment de silence, je restais là, debout, à le regarder à attendre, lui restait dans sa position et... Semblait attendre ? Nan, il devait faire autre chose, m'observer sans doutes, je ne sais pas, je n'ai pas la capacité de le deviner. Finalement, je commençais à entendre un nouveau son, le créature parlait, et une nouvelle fois, j'attendais la traduction de Sylvia.


Sylvia : *"Que viens-tu faire ici, humain ?"*

L'Invocateur : Pourquoi je suis ici ? Et bien... Tout d'abord pour te retourner la question, qu'est-ce que tu fous sur une plage ? Les tiens sont pas sensés être sous l'eau et pas sur le sable ? Je veux dire, t'as forcément une raison d'être là, autrement tu serais... Ailleurs.


Le Masasaure ne perdit pas de temps pour répondre, et vu le son... J'avais même l'impression qu'il rigolait de ma question, quoi ? J'avais l'air d'un comique c'est ça ? Nan, à mon avis c'était juste ma question qui semblait juste obvious pour lui.


Sylvia : *Il dit en rigolant "C'est bien vrai, qu'est-ce qu'un être marin ferait ici sur une plage ? Il ne se serait pas échoué et serait incapable de se remettre à l'eau ? Non, bien sûr que non, je peux retourner à l'eau sans difficulté. Si je suis ici, humain, c'est pour attendre que mon heure vienne, et ce en faisant en sorte que tout le monde le remarque. Regarde ces pêcheurs qui n'attendent que de rentrer à bon port, ils n'osent pas approcher, de peur que je retourne à l'eau et que je les coule tous. Ce que je tenterais de faire, bien entendu, et ce jusqu'à que la vie s'échappe de ma personne."*

Donc, ce Masasaure va pas tarder à mourir, et il veut mourir en... Etant remarqué ? C'est... C'est... C'est tout ? Enfin, moi personnellement, je vois plus ça comme "mourir en faisant chier le monde", c'est bien, mais il y a mieux. Couler tout ces pêcheurs, si il veut, c'est pas mon problème après tout, mais... Comment dire... J'ai de bien meilleurs desseins pour lui ? Mais bon, continuons la discussion.

L'Invocateur : D'accord. Nan vraiment, je vois, et je comprends. T'as envie qu'on se souvienne de toi après ta mort, et que celle-ci se fasse différemment de toute les autres morts possibles pour un Masasaure. C'est vrai qu'on se souviendrait de toi si tu allais tous les couler, et puis rien ne t'en empêche après tout, c'est ta vie, fait comme bon te semble. Mais... Dans quelques semaines après la mort de ces gars là bas sur leur bateaux, non seulement on t'aura oublié, mais en plus les Giallois seront plus prudents vis à vis des poiscailles dans ton genre et tenteront de trouver des solutions pour éloigner les tiens du mur du son, et de virer vos œufs. *Merci pour l'info Sylvia, comment tu savais tout ça sur la Masasaures ?*


Sylvia : *J'ai juste écouté quelques gens parler dans la foule tout à l'heure.*


Le monstre, un instant après mes paroles, poussa un énorme hurlement, ah ? Je venais de l'énerver ? Ça tombe bien, c'était le but ! Je vais vous expliquer pourquoi.

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Dim 2 Juil - 2:16

En gros, ce que je viens de faire en l'énervant, ce n'est pas de renforcer sa garde mentale, mais justement, de la fragiliser. C'est comme insulter un homme, il finira forcément par perdre ses moyens et vous obtiendrez au final ce que vous voulez de lui en jonglant avec vos mots. Bon, après, il faut que cette personne soit doué de raison, car autrement il tentera de vous en coller une, mais même à ce stade là vous pouvez encore jouer et gagner. Oui, voilà, c'est ça en fait, un jeu, un jeu ou les plus manipulateurs sont toujours gagnants. Je ne dis pas que je suis un manipulateur non, mais je fais un tout petit peu de ça pour au final convaincre la bête de me rejoindre, vous verrez, vous comprendrez, on comprend toujours mieux avec un exemple. Le monstre finissait d'hurler et je ne m'étais même pas bouché les oreilles, pas besoin pour ce coup-ci, ce cri est plus agréable quand il est en fait un bon signe pour moi.

Sylvia : *Il dit "Pour qui nous prends-tu, asticot ?! Des humains ? Réussir à déloger nos œufs ? C'est de la folie, ils n'oseraient pas approcher notre berceau et même si ils essayaient, ils finiraient en morceaux de viande !"*

L'Invocateur : C'est vrai "qu"Ils" n'y arriveraient pas. Mais bon, j'ai un peu de temps libre du coup je vais déjà commencer à m'en occuper. Je reviens dans quelques heures bouges pas de là.


Puis je faisais mine de partir en direction du mur du son, c'était totalement du bluff, le Masasaure savait tout comme moi que je n'étais pas capable de virer leur oeufs de là, mais... Faire mine d'essayer va le faire lourdement douter. La preuve est là. Le monstre fit un mouvement et se déplaça en remuant sur le côté, comme si il essayait de me bloquer le chemin. Ah ? Il a peur que si il ne bouge pas je réussisse ? Voilà, j'ai fragilisé sa barrière mentale, je l'ai fait douter, maintenant, il faut que je continue comme ça. Je finirais par faire une excellente percée et à la fin, ce Masasaure sera dans mon équipe.

Sylvia : *"Comment oses-tu me tourner le dos ainsi, pauvre fou ?! Tu crois sérieusement que je vais te laisser essayer d'approcher notre berceau ?!"*

L'Invocateur : Mais qu'est-ce que t'en a à branler de ton berceau ? J'parie que t'as aucun œuf à toi là bas, alors à quoi bon le défendre ! Quoi ? T'as peur que je réussisse ? C'est ça ? Tu peux toujours essayer de crever en le défendant, mais là tu peux être sûr à 200% que personne ne se souviendra de toi car tu seras un Masasaure comme un autre !


Aucun son sauf celui de la mer. Le Masasaure ne répondait pas, je venais de toucher des points très sensibles. Mais je marquais des points, si ce Masasaure tenait tant à passer l'arme à gauche tout en faisant partit de la mémoire de plus d'un, alors il n'irait pas défendre son berceau dans un tel moment, à moins d'abandonner son principe pour un autre qui n'est pas le sien. Un son déjà plus doux se faisait entendre, Sylvia continuait de traduire.


Sylvia : *Il... Enfin, Elle pour le coup, dit "Ce n'est pas parce que je n'ai pas d’œuf là bas que je ne vais pas essayer de défendre cet endroit si sacré pour nous. Si je ne peux pas faire en sorte que l'on se souvienne de moi, alors je ferais en sorte de lâcher mon dernier souffle honorablement pour ceux de mon espèce."*

L'Invocateur : Mph, tu vois, justement, dernièrement avec quelques événements pas trop marrant qui se sont déroulés sur la terre ferme, je me suis posé une question : "A quoi bon sauver le monde, si personne ne s'est une seule seconde rendu compte qu'il était en danger ?" Ce serait bien, la vie continuerait et tout le tralala, mais à quoi bon t'en occuper si c'est pour que personne ne s'en rende compte ? Pourquoi ne pas laisser quelqu'un d'autre s'en occuper ? C'est à cause d'un certain sens du devoir ? Nan, franchement, je sais pas, j'arrive pas à trouver de réponse à ça.


Tss, foutue guerre... "Wouah, trop bien ! Le monde a été sauvé ! Wukuri a démonté l'Empereur, aidé de sa femme, le Phoenix de Ross, ainsi que la reine de Giallo et de sa femme !" ... Ouais, mais personne n'aura retenu mon nom, ni celui de Skeletony, ni celui des deux autres qui étaient avec nous, ni celui de tout ceux qui auront combattu et qui seront morts, à quoi bon avoir brandit nos lames ? A croire que le Play Of The Game avait été attribué dès le début aux plus grands et aux plus forts et que tout les autres à côté du podium ne sont là que pour le décors ! Bon... Je m'égare. Le... Enfin, la Masasaure répondit cette fois-ci directement avec un son similaire au précédent mais un peu plus fort déjà.


Sylvia : *Elle te demande "Que veux-tu réellement, humain ? Détruire notre berceau ne t'apporterait rien, et puis même, tu sais toi même que tu en es incapable, je le sens, alors qu'est-ce que tu souhaite réellement ?"*

L'Invocateur : Alors, pour commencer, je te dis pas ça méchamment et sous forme de menace hein, mais saches juste que rien est impossible, si tu vois où je veux en venir, surtout dans ce monde. Mais pour en revenir à la vraie question, je veux simplement t'aider. Au début j'en savais vraiment rien, j'étais juste là en train de me dire "Tiens je vais faire ma bonne action de la journée, je vais aller voir une Masasaure échouée sur une plage et je vais voir ce que je peux faire histoire que les pêcheurs coincés puissent rentrer chez eux", mais maintenant que j'en sais plus sur ta situation, je veux juste t'aider.

Sylvia : *"Mais pourquoi un simple humain voudrait m'aider ? Et comment pourrais-tu m'aider ?"*


Bonne question, pourquoi un simple humain voudrait aider une Masasaure ? Et comment ? Ça j'en sais rien. Mais ce que je sais, c'est que moi qui ne suis pas un simple humain mais un mec posé qui fait ce que bon lui semble, je peux lui répondre.

L'Invocateur : Et pourquoi une Masasaure chercherait à ce qu'on se souvienne d'elle ? J'ai juste vu que je pouvais t'aider, alors pourquoi pas essayer d'essayer ? Mais comment ? La plupart des humains tenteraient si ils te comprenaient de faire en sorte qu'on se souvienne simplement de toi après ta mort en... Je sais pas... Écrivant un livre sur toi, ou quelque chose du genre. On est à Giallo ici, les Giallois sont assez doués dans le domaine de l'art donc bon. Mais moi, je peux faire mieux pour qu'on se souvienne de toi, voire beaucoup mieux en fait. Mais, car il y a toujours un mais, cela va demander quelques sacrifices, bien que je pense que ces derniers ne risquent pas de te déranger, du coup, il va falloir que je sache si tu es réellement prête à entendre ce que je vais te proposer, si tu l'acceptes.

Aucune réponse directe, la Masasaure semblait réfléchir, je devais avoir piqué sa curiosité je pense. Je ne lui ai pas mentit, je vais l'aider, rejoindre la dimension de poche va l'aider, déjà à vivre jusqu'à ma mort si elle le souhaite, presque tout aussi libre que maintenant, elle pourrait faire en sorte à ce qu'on se souvienne d'elle et bien comme il faut, et elle pourrait découvrir ce qui se trouve sur terre, car la mer c'est bien beau mais c'est bien vide, si on oublie Blu. Bref, me rejoindre ne peut-être que bon pour elle, si tant est qu'elle accepte de suivre un humain, mais vu qu'elle accepte déjà de me parler alors elle ne devrait pas y voir trop de mal, surtout quand je lui aurais présenté Sylvia et Aran.

Le but c'est pas de la récupérer pour l'avoir en tant que simple pokémon esclave et tout le tralala, nan, ce serait déjà une amie de plus, ça c'est toujours génial, mais aussi une puissante alliée, ça aussi c'est toujours géniale, ce que je vais lui offrir c'est carrément une seconde vie, qui pourrait refuser ça ? Enfin, le son se faisait entendre, et Sylvia commençait la traduction.


Sylvia : Elle te répond "J'avoue que tu viens de piquer ma curiosité, humain. Si tu penses que tu peux réellement me venir en aide, si tu peux vraiment m'aider, alors soit, parle, je t'écoute attentivement."*

J'avais maintenant plus qu'un simple sourire aux lèvres, j'étais carrément content, je savais que j'allais réussir à arriver là où je voulais en venir, et puis son attitude aussi me donne ce grand sentiment de bonheur, une fois dans le groupe, je pense qu'elle devrait très bien s'entendre avec tout le monde ! Et Akia va faire une de ces têtes quand elle va apprendre que j'ai ramené une très bonne amie avec nous ! Mais... Faut pas que j'oublie Yuuziath aussi, faudrait qu'on la ramène avec nous pour aller à Nadiria, elle, et deux autres amis. Normalement cette mage de feu devrait se trouver quelque part dans Elucia, c'est là qu'on l'avait laissé avec Akia avant d'aller faire je ne sais plus quoi je ne sais plus où.

Blague:
 

L'Invocateur : Très bien, super, merci ! Pour essayer de t'expliquer clairement la chose, je ne suis pas un humain "ordinaire", non, je suis même différent ! "Ouah, merci, on ne savait pas, on avait pas remarqué !" Je possède la capacité de "l'Invocation" ! "Mais dis-nous, c'est quoi l'Invocation ?" C'est simple, très très simple même, et à première vue ça à l'air d'être un pouvoir horrible, mais entre de bonnes mains, il peut être le plus beau des pouvoirs ! Je suis capable de m'approprier l'âme d'un monstre lors de la mort de ce dernier, de la ranger dans une dimension de poche, et de l'invoquer, là, maintenant, tout de suite ! Sylvia ! Aran ! Prenez la pose !



Et dans un grand nuage de fumée, apparaissaient mes deux alliées et amies sous leur formes humaines, Sylvia, la Grande Sylvore, et Aran, une Irik au début des plus ordinaires, mais maintenant des plus EXTRAordinaires !

L'Invocateur : Lorsqu'un monstre me rejoint, alors il gagne non seulement une apparence humaine, mais en plus ils gagnent le droit de découvrir tout ce que les humains peuvent faire, que ce soit une chose ridicule ou inutile, ou encore génialissime et très pratique ! Storytime ! A l'époque encore, je n'avais aucune connaissance de ce pouvoir, je l'avais, mais je l'ignorais. Un jour alors que je me baladais à Verde dans un de ses temples, je suis tombé sur Sylvia, une des plus grandes Sylvores, littéralement. Manger un humain était dans sa nature, tout comme manger de la chaire d'une proie animale l'est dans celle de l'homme, alors elle m'a pourchassé, et moi je me suis battu pour vivre. Par chance, j'ai su me servir de mon environnement, et j'ai su vaincre cette Sylvore qui voulait ma mort. Sans m'en rendre compte, j'ai récupéré son âme, et elle a rejoint la dimension de poche. Plus tard alors que je chassais mon repas, j'ai tué une Irik, et je l'ai dévoré après l'avoir bien cuite histoire d'éviter de littéralement mourir de faim, je venais tout juste d'arriver sur Yume no Sekai après tout, sans m'en rendre compte une nouvelle fois, j'ai volé l'âme d'une nouvelle créature, et cette dernière à rejoint la dimension de poche. Quelques jours après, après avoir trouvé le moyen d'apparaître, l'Irik et la Sylvore que j'avais tué étaient toutes deux apparues en face de moi, l'une réclamait ma mort, l'autre ne savait pas trop. Mais, nous avons réussit à parler, et nous nous sommes arrangés pour vivre ensemble, je les laissais faire ce qu'elles voulaient, et c'était tout, je n'avais pas à leur voler leur liberté, j'en ai volé une partie sans faire exprès, et quelque part je m'en excuse, mais il nous suffit de regarder où on en est aujourd'hui pour qu'on se dise "heureusement que c'est arrivé en fait". Sans Sylvia et Aran, je serais mort il y a quelques jours, et bien avant ceux là.

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Mer 5 Juil - 9:58

Alors que j'allais continuer de parler, Sylvia cessa de faire la pose pour m'attraper, et me faucher, puis m'écraser dans le sable... Pourquoi ? J'ai rien fait de mal ni dit quoi que ce soit de dérangeant, alors pourquoi ?! Elle prit la parole à ma place, le temps de m'étouffer dans le sable.

Sylvia : Ouais, il nous a buté, il a faillit le regretter quand même ! Quand nous sommes apparues devant lui avec Aran, j'ai essayé de le faire fondre avec de l'acide que je suis capable de produire naturellement, mais il avait réussit à me convaincre de ne pas le faire : Il m'avait dit ne pas savoir si sa mort nous libérerait, ou si cela nous ferait disparaître. A ce jour, nous n'en savons toujours rien, et nous n'avons pas envie de savoir ! Ce que nous savons c'est juste que nous avons gagné une apparence adéquat à notre âme, qu'on va vivre le temps que notre cher invocateur vive, voire plus, et que moi je lui en veux toujours pour m'avoir coincé avec lui ! Qui veut vivre avec un tel incapable ? Personne ! Alors c'est pour ça que je lui mène la vie dure, et que je le réveille avec de grands coups de pieds dans la face par exemple ! Mais bon, c'est plus un jeu qu'autre chose en fait, parce qu'en réalité ce type, c'est un gars bien plus capable qu'il en a l'air, néfaste, certes, mais sympathique.

C'était marrant, la scène actuelle était assez comique, j'appréciais, enfin... La Masasaure va crever dans pas longtemps du coup non pas trop mais... Bref, vous voyez où je veux en venir, pas vrai ? Je me relevais, un peu essoufflé à cause du fait que deux monstres soient actuellement dehors, enfin non, pas deux monstres, une jolie Irik et un putain de démon Sylvoresque ! Et une fois relevé, je surmontais la fatigue pour garder Sylvia et Aran dans ce monde, car pour la beauté du tableau et pour le bonus d'éloquence à plusieurs, je suis prêt à tenir un peu plus longtemps comme ça ! Le Masasaure reproduisait un nouveau son afin de nous communiquer ses paroles, Sylvia encore une fois faisait la traduction.

Sylvia : Elle dit en rigolant un peu "Drôle d'histoire, humain, à croire que ta vie se joue sur un certain hasard. Y a-t-il une suite à celle-ci ou n'est-elle encore que trop récente par rapport au moment présent ? Car tu me laisses entendre que tu as vécu certaines choses ses derniers temps."

Aran et Sylvia disparaissaient de la plage, le moment était mieux choisit déjà pour cela et je n'aurais pas à me fatiguer plus que je ne le suis déjà, j'ai réussi à ne pas les faire passer pour de simples décorations, super ! Mais aller jusqu'à me balancer dans le sable s'il vous plait... C'est un vêtement tout neuf ! Il faut y faire attention ! Alors je commençais à retirer tout le sable sur mes vêtements, je ne veux pas qu'un seul grain salisse ma tenue une seconde de plus, et une fois tout propre, je m'adressais au Masasaure et je lui répondais en commençant à lui faire une sorte de résumé de la "suite".

L'Invocateur : Hem... Ouais, mais à partir de là la vie en rose prend quelques jours de congés pour laisser place à des événements vraiment pas drôle, du coup avertissement pour les jeunes et les âmes sensibles : Les paroles suivantes contiennent des mots choquants et de violentes insultes, et je précise que cet avertissement n'est pas là pour rien. Je prenais une grande inspiration, puis j'expirais doucement afin de commencer. Je ne souriais plus trop, toujours un peu, mais plus trop. En gros il y a quelques temps sur terre, une guerre a démarré, pourquoi ? Ça j'en sais rien et je m'en branle. Tout ce que je peux te dire c'est que le royaume d'où je viens, Arancioni, a été réduit en cendre, ainsi que Malva, et Verde et Giallo n'ont été qu'attaqué, ils ont survécu au massacre. Moi et mes amis nous sommes retrouvés au milieu de tout ce joli bordel à péter des culs pour éviter de se faire péter le notre, tout ça au final pour tomber sur le chef de l'armée ennemie qui utilisait une vieille relique de merde pour ramener les morts à la vie et en faire ses esclaves et en fait ce connard n'était autre qu'un putain de gosse à la con possédé du coup c'était même pas un vrai méchant et après qu'il ai détruit l'arbre monde on l'a vaincu par je sais quel putain de miracle et on l'a laissé vivre car il était plus possédé ! Finissais-je en joignant mes deux mains de sorte à ce que ça fasse "clap". J'ai passé de belles journées de merdes dernièrement, et maintenant que c'est finit je suis venu à Giallo pour faire soigner mes amis et ma propre personne, puis, me voilà devant toi !

Moi ? Je me suis emporté ? Non, absolument pas ! Comment voulez vous que je ne m'emporte pas en parlant de moments aussi rageants ? Tout ce que j'ai envie de faire c'est de trouver le moyen d'invoquer un Kotei ou un sosie de lui pour le défoncer chaque matin avant le petit dej ! J'ai l'impression qu'on s'est foutu de ma gueule avec cette guerre de merde ! Nan, c'est même carrément le cas ! Mais à partir de maintenant bonne chance pour vous foutre de moi avec des trucs de ce genre, car maintenant je m'en tape complètement copain, je fais ce que je veux ! Vos affaires ne sont plus les miennes, je vais tout mettre à mon profit et au profit de mes potos, tout le reste du monde passe encore moins qu'en dernier, je vais l’abîmer votre petit monde, tout comme je vais lui rendre service, tant que je me verrais gagnant dans le contrat ! Bah, après vous me direz, Yume n'a pas besoin de moi de toutes façons, si vous voulez des héros, allez vous en chercher, mais comptez pas sur moi la prochaine fois qu'une couille arrive, je pourrais très bien être dans n'importe quel camp.


Sylvia : *Elle dit "Je vois, ça n'a pas été facile pour toi et tes amis on dirait. Mais ce qui compte, c'est qu'aujourd'hui, vous vous teniez tous encore debout, et que votre cœur continue de battre avec autant de vigueur qu'auparavant. Moi et les miens l'avons sentit depuis l'océan, le cœur de ces Giallois qui ont battu aussi fort qu'ils le pouvaient pour faire résonner le son de la vie, nous pouvions deviner qu'ils combattaient, mais nous ne savions qui ou quoi, mais il s'avérerait donc que c'était une guerre..."*

L'Invocateur : Et ouais. Mais osef maintenant, c'est déjà loin tout ça, à croire qu'il ne s'est rien passé chez les Giallois, ils ont encore tous le sourire aux lèvres ! Enfin, suffisait de voir tout ces gens de tout à l'heure, réunis au loin entrain d'observer une belle bête, c'est pas tout les jours qu'on voit un Masasaure sur une plage !

La Masasaure produisit un son sonnant comme une sorte de rire court, puis elle continua de parler tandis que Sylvia continuait avec ses traductions. Heureusement qu'on allait pas toujours avoir à traduire ce qu'elle disait si elle rejoignait l'équipe, sinon la galère, et en plus Sylvia pourrait me dire n'importe quoi et les discutions partiraient en nawak. M'enfin, tant qu'elle accepte de nous rejoindre tout va bien. Enfin elle l'a pas encore dit, mais elle va le dire, une fois que je lui aurais fait plus clairement la proposition, car pour le coup je lui ai juste expliqué mon pouvoir et mon histoire.


Sylvia : *"Pour en revenir à ce que tu disais il y a quelques instants jeune humain, tu as parlé de l'arbre-monde... Tu parlais bien de l'Yggdrasil de Verde ?"*

L'Invocateur : Ouais ?

Sylvia : *"Il aurait été détruit ?"*

L'Invocateur : Ouais mais t'inquiète pas pour ça, je suis sûr que les gars de Verde ont un plan pour ça, autrement ils n'auraient jamais permit au chef des ennemis de le détruire. Toute la garde disponible aurait été rassemblée à cet endroit et bam bam adios petiot.

Sylvia : *"Je vois... J'espère que c'est le cas... Car autrement tout l’environnement de Yume no Sekai dépérira dans les quelques, jours, ou semaines, ou encore mois à venir."*

L'Invocateur : Oui, c'est ce qu'on m'avait expliqué. Mais vraiment, je pense qu'il ne faut pas s'en faire, j'ai un peu la rage envers plusieurs gens depuis la fin de la gue-guerre, mais cette rage est toujours trop mineure par rapport à ma confiance en quelques ces personnes. J'me dis qu'on fait tous des choix dans la vie, c'est comme ça, c'est pas parce que certains ont laissé vivre ce qui est a mes yeux le pire ennemi du monde que je vais passer ma vie à détester ces gens, surtout quand on peut compter sur eux, j'espère !


La Masasaure laissait maintenant partir un long bruit que Sylvia me décrivait "de satisfaction", je crois qu'on devait avoir la même façon de pensée, ou du moins une manière assez similaire. Ca ne me plait pas toujours que les gens pensent comme moi, imaginez, un monde remplit d'Invocateur, déjà de base on se serait tous cassés la bouche, et ensuite on aurait fait brûlé le monde. Non, non, je n'ai pas envie de vraiment faire brûler le monde ! ... Mais d'en faire exploser une partie. Je vous l'ai expliqué ça ? Je ne sais plus, je ne pense pas, il me semble que j'avais trop la tête à gueulé à Verde et que du coup ça m'est complètement passé par la tête. Je vais vous expliquer très exactement mon plan.

Tout d'abord, nous venons ici, à Giallo, pour normalement deux choses, maintenant trois vu que je suis en face de cette Masasaure. Tout d'abord, faire soigner Akia et moi même même si mes blessures sont assez mineures grâce à la magie de la reine de Giallo. Ensuite, nous devons récupérer Yuuziath, notre amie la mage de feu. Et enfin, étape entre soigner Akia et récupérer Yuuziath, faire en sorte de ramener cette Masasaure avec nous. Après cela, nous voyagerons vers Bianchi pour retrouver deux amis avec qui je me suis battu dans une taverne, événement assez drôle d'ailleurs, leur noms sont Volt et Dice. Après cela, nous irons à Rosa à la recherche de Nera, notre boss à Akia et moi qui a disparu depuis le tout début de la guerre. Et enfin, direction Arancioni...

Pour exploser et raser Nadiria, et voir si on a du boulot similaire pour Utopia.

Je veux que mon ancien royaume puisse se reconstruire, et pas sur de foutues ruines, non, on reprend tout à zéro, Arancioni comme à la création du monde, je suis certain que les Arancioniens arriverons à rattraper leur retard technologique et ect avec l'aide d'un peu tout le monde. Et peut-être avec un peu de mon aide aussi si je suis payé pour. Bref, après avoir fait exploser ce qu'on doit faire exploser, nous partirons à un endroit tranquille, peu importe où ni dans quel royaume, tant qu'on y est bien, puis nous y construirons une sorte de chez-nous, puis, si ça peut marcher, nous nous séparerons toute la semaine dans chacun des royaumes pour rendre des services, presque n'importe lesquels, ça peut aller de tabasser je sais pas qui ou quoi à ramasser les mauvaises herbes, et bien sûr à chaque bon services rendus, une petite récompense en échange.

Ces services... On sait pas encore à qui on va les rendre. J'ai pas envie de servir une sorte de noble esclavagiste et éventuellement pédophile, vous voyez là où je veux en venir ? Personne ne veut servir ce genre de personne d'autres manières que de leur offrir une mort lente et douloureuse, c'est à peine à croire que leur existence même polluait l'air.

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Mer 5 Juil - 16:38

La Masasaure après avoir laisser un certain moment de silence passer, commençait à produire un son afin de continuer la discussion. Sylvia, comme depuis le début, traduisait ce son.

Sylvia : *Elle dit "Pour en revenir à ton pouvoir, humain, tu avais dis que ce dernier était de pouvoir récupérer l'âme des monstres que tu venais à vaincre..."*

L'Invocateur : Oui, mais pas obligatoirement "vaincre" en fait. Je crois, pure supposition parce que je sens que c'est possible, que je peux aussi récupérer celle de monstres avec lesquels j'ai une sorte de relation, amicale ou pas. Tant qu'ils viennent à mourir assez proche de moi, je crois être capable de récupérer l'âme pour la "sauver" et la placer dans la dimension de poche.

Sylvia : *"Et une fois dans cette dimension de poche, l'apparence physique de la créature en question vient à disparaître, laissant apparaître comme l'a dit ton amie tout à l'heure une apparence plus adéquat à celle de ton âme ? Ton une forme plus ou moins humanoïde ?

L'Invocateur : En gros ouais c'est ça, mais pas que, je pense pas que tu l'as vu tout à l'heure vu que t'étais en rogne, mais t'as vu sur qui je suis arrivé tout à l'heure ?

Sylvia : *"A vrai dire, non, je ne me suis mise qu'à me remettre à réfléchir correctement que lorsque j'ai compris que tu pouvais communiquer avec moi, sinon je te garantis que dans ma crise de nerfs je n'aurais pas été gentille !" finit-elle en rigolant.*

Tss, je vois. C'est vrai que si je n'avais pas su communiquer avec cette Masasaure, elle m'aurait bouffé tout cru. Mais après vous me direz, qu'est-ce que je serais allé foutre devant une Masasaure si je ne savais pas lui parler ? C'aurait été débile ! Mais pour en revenir au sujet de la discussion, je vais montrer un exemple à notre nouvelle amie en lui montrant ce que Sylvia peut faire. Pour cela, j'invoquais cette dernière qui apparaissait sous sa forme humaine, et cette fois-ci... Pas la tête dans le sable...!

Après son apparition, je lui demandais de passer sous sa forme de Sylvore, alors un grand nuage blanc apparut, et après le passage de quelques éclairs dorés dedans, le nuage disparaissait, laissant apparaître l'apparence originelle de la grande Sylvore.

L'Invocateur : Une fois dans ma dimension de poche, tu gagnes effectivement une apparence plus ou moins humanoïde, ce que tu voyais précédemment était l'apparence humanoïde de Sylvia, la Sylvore que j'avais combattu. Là, c'est sa forme originelle, les Sylvores sont de grands êtres de bois capable de créer des espèces de sucs super acides, tout ce qui finit dans sa gueule alors qu'elle est remplie d'acides passe un très très mauvais moment. Etant un être de bois, elle est très sensible au feu, quelque soit sa forme, les sensibilités ne changent jamais. Mais sa capacité de créer des acides reste tout le temps, quand elle est en mode Sylvore, elle est capable de tirer des crachats d'acides, quand elle est sous sa forme humanoïde, elle peut créer de l'acide avec son corps et attaquer avec. Aran, ma seconde alliée, est elle aussi capable d'alterner entre sa forme originelle et sa forme humanoïde, mais... Etant une Irik à la base, elle n'a aucune capacité offensives ni défensives, seul sa forme humanoïde possède une capacité défensive assez pratique contre les chutes, le pouvoir de créer de la laine, ce qu'elle ne peut faire du coup sous sa forme d'Irik.

Après avoir remercié Sylvia de sa petite démonstration, je lui demandais de retourner dans la dimension de poche le temps que je termine la discussion, rien que l'invoquer sous sa forme de Sylvore réussissait à m'épuiser, alors que d'habitude ça allait... Je me demande ce que ce sera quand je pourrais invoquer cette Masasaure, je vais crever de fatigue c'est sûr ! Pire, quand je l'invoquerais en même temps que Sylvia... Nan, là ce serait me mettre au bord de la mort, trop risqué. Maintenant que j'y pense, c'est un grand point faible : Mon endurance. Je devrais faire de l'exercice plus souvent pour devenir plus endurant et tenir plus longtemps pour invoquer mes alliés, peut-être qu'un jour je pourrais en invoquer trois en même temps ? ... Non, je ne pense pas, mais je suis persuadé qu'il me reste encore des capacités en lien avec mon pouvoir à découvrir, ce n'est que le début de l'aventure après tout.

L'Invocateur : Histoire de te faire voir encore un peu mieux la chose avec un exemple, imaginons, toi, sous ta forme actuelle originelle, tu peux... Hem... Pardon, je ne sais pas ce que font les Masasaures...

La Masasaure lâcha un son comme tout à l'heure, elle rigolait. Ouais bon c'est juste la première fois que je vois un Masasaure, tout à l'heure c'était grâce à Sylvia que j'avais pu parler sur eux mais moi je sais que dalle !


Sylvia : *"Et bien, nous savons vivre sous l'eau, ça ne devrait pas t'étonner, mais en plus nous avons une mâchoire aux dents acérées pour attaquer de plus grande proie mais aussi une mâchoire plus petite au fond de notre gorge servant à découper poissons et animaux plus petit pour qu’aucun moyen de survie n’existe entre nos crocs. Nous pouvons aussi entendre le battement de votre cœur à une grande distance."*

L'Invocateur : Han mais c'est craqué ! Bref, sous ta forme originelle tu peux faire ça, et sous ton éventuelle forme humanoïde à mon avis tu pourrais faire pareil, avec l'avantage de la taille je pense, être géante, c'est bien pour être imposante, mais avoir ma taille c'est parfois mieux selon la situation. Par exemple sur terre tu ne vas pas venir sous cette forme dans une maison au risque de la faire exploser ! Et par contre j'ai un certain doute entre tes deux éventuelles formes, c'est la capacité à nager, car pour Sylvia et Aran, il ne leur a pas fallu beaucoup de temps pour s'habituer à leur nouvelle apparence, mais toi qui a toujours vécu en mer, est-ce que tu t'en sortira avec des bras et des jambes ? Ou est-ce que tu auras un petit plus pour ça ? Là, pff, je sais pas. Par contre chose maintenue, tout comme Sylvia n'aime pas le feu, toi tu n'aimeras sans doutes pas la foudre, peu importe ta forme, un choc électrique te fera mal... Normalement.

La Masasaure semblait sourire, au vu de la forme de sa grande bouche, et elle fermait les yeux aussi, de plus en plus satisfaite hein ? Si j'en crois la forme de ses paupières en parenthèses ouvertes horizontales, je crois que ça voulais dire oui et qu'elle allait dire un truc sympathique vu le son plus aiguë qu'elle venait de produire.


Sylvia : *Elle dit "Tant que j'ai du temps devant moi pour m'y habituer ! Et puis si cette apparence sera à l'image de mon âme... Alors je me demande si ça va me donner un coup de jeune !"*

L'Invocateur : Je pense que oui, quoi que tu me sembles assez sage, et je connais pas beaucoup de monde qui est sage jeune, sauf quelques exceptions !

Sylvia : *"Oh, c'est l'âge qui me fais ça, dans le temps, dans mon ancien monde, j'étais une véritable furie ! Si je le voulais, je serais allée à l'autre bout de Yume no Sekai en passant par la terre ! ... Bon, il est vrai que je ne pense pas que j'aurais réussi, mais à l'époque je me serais dit que c'était possible, et j'aurais même tenté ma chance ! Aaaah... Comme quoi ça fait changer la façon de penser cinq grands siècles d’existence...!"*

L'Invocateur : C-cinq siècle...? Ah ouais quand même, t'as beaucoup vécu déjà !

Sylvia : *"Et oui, même si j'aurais préféré passer ces cinq siècles à faire autre chose de ma vie... Faire quelque chose de ma vie... Ou de ce qu'il en reste. C'est pour ça que je tiens à te demander de me rendre un grand service, et j'imagine que tu sais déjà lequel, vu comment s'est déroulé notre discussion."*

Ah..? Ah ? AH ? Ça y était ? Le grand moment était venu ? Alors je faisais mine de tendre l'oreille en le démontrant bien en faisant le geste avec la main gauche sous la capuche, appuyant sur une de mes oreilles alors que la Masasaure commençait à produire un son.

L'Invocateur :


Sylvia : *"Comment quelques années supplémentaires peuvent avoir de la valeur pour un être qui a vécu cinq siècles ? Mais qu'est-ce que cinq siècles pour un être qui n'a jamais pu faire quoi que ce soit d'intéressant de toute son existence ? Humain, acceptes-tu de me laisser rejoindre ta dimension de poche, afin de me permettre de vivre de grandes aventures à tes côtés ?

Alors... Je ne vous dis pas que je vais dire non hein... Mais la tentation est vraiment super forte, j'ai envie de dire rien que pour la blague "Non" d'une manière bien salée, ça caserait un moment de silence super gênant...! Mais je ne vais pas le faire, non, je suis un salopard mais là je fais une pause dans ce job de quelques secondes pour répondre un peu plus sérieusement quand même.

L'Invocateur : 200% oui ! ...


Sylvia : *...*

Aran : *...*

... Et maintenant ? Enfin... On attend quoi ? Genre... L'heure tourne quoi, ça vient ? Enfin non faut pas dire ça vient, on parle quand même de la mort de quelqu'un de bien, donc on demande pas "ça vient" ! ... Mais on attend tous que ça quoi...! La Masasaure produisait un son.

Sylvia : *Elle dit "Je pensais pas dire ça en parlant de ma mort mais... Je m'impatiente."

L'Invocateur : On est quatre alors.

Bon, ben, en attendant... Château de sable. Oui, sérieusement, je vais me faire un château de sable en attendant. J'en ai jamais fait un seul de toute ma vie en plus alors j'ai le droit. Quoique... Nan en fait, j'ai pas envie de me salir dans cette tenue et je n'ai pas encore envie de la retirer, même si je meurs de chaud actuellement. Hem... Qu'est-ce que je vais faire alors ? Là on a plus grand chose à dire quoi... Oh si je sais, c'est peut-être le moment pour lui demander son nom ?

L'Invocateur : Heeeeeem, sinon, t'as un nom ?


Sylvia : *Elle dit que tu peux l'appeler "Zinnia", et elle te demande ton nom en retour.*

Zinnia ? Putain ! Encore un nom qui finit en "ia" ! Akia, Sylvia, Zinnia, raaaah ! ... Heureusement qu'Aran ne s'appelle pas Aria... Je ne le supporterais pas...!

L'Invocateur : Mon pouvoir le donne tout seul : L'Invocateur, enchanté !


Sylvia : *"L'Invocateur ? Drôle de nom, je pensais que les humains avaient un nom et un prénom...!"*

L'Invocateur : Ouais, mais mon vrai nom je ne le donne que quand je suis en rogne, et quand je suis sûr à 100% que la personne à qui je donne ce nom va mourir dans les quelques secondes à venir.

Sylvia : *"Ça marchera si je te jette du sable dessus ? Puisque je vais mourir dans les quelques secondes à venir, et ça, c'est sûr à 100%."*

Je commençais à me frotter le menton, merde, je venais de me faire avoir ? Nan, même si elle me lance du sable et que ça salit ma tenue ça ne me foutra pas en grosse rogne... Nan, elle aura mon nom au moment où la situation que j'ai donné arrivera. Sylvia, Aran, et Akia connaissent mon nom et elles ne le répéterons à personne au risque de s'en prendre une grande dans la gueule, hey, je ne plaisante pas avec ça, vraiment ! Mais on dirait que Zinnia ne disait pas ça que pour la blague, ça
y était, son sablier était maintenant presque vide, encore deux ou trois grains et ça y est, son temps sera écoulé. Mais permettez moi de retourner ce sablier.

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Invocateur
Nero - Rang 2
Nero - Rang 2
avatar

Messages : 110
Date d'inscription : 21/06/2016
Localisation : Tss, loin de ta connerie !

Inventaire
Objet: Guitare électrique à vibration, 1 Potion de vie.

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Mer 5 Juil - 18:54

Sylvia : *Elle dit "C'est assez étrange... En fait, c'est comme si tout s'éclairait alors que je commençais à m'endormir, et que j'allais dormir pendant très longtemps dans la lumière, mais... En même temps j'ai l'impression que dès le moment où je serais endormie, la lumière s'éteindra et... Plus rien..."*

A l'entendre, j'avais l'impression qu'un enfant me racontait que ses parents venaient éteindre la lumière de sa chambre une fois endormi car il n'arrivait pas à dormir sans, il avait peur de l'obscurité, du noir, des ténèbres. Vous savez, moi avec tout ce qu'il s'est passé sur Yume, je pense qu'il y a un quelque chose après la mort, pas un paradis, ni un enfer, non, rien de ce genre, mais plutôt... Le monde lui même. Je pense qu'après la mort vient toujours un moment où l'on vient à se réveiller, c'est pour ça que je préfère être enterré que réduit en cendres, c'est au cas où, on ne sait jamais. Mais pour le cas de Zinnia, c'est exactement ça, elle va s'endormir pour se réveiller l'instant d'après.

L'Invocateur : Du coup je vais te dire qu'on se revoit dans un instant, bonne nuit en attendant.


Sylvia : *Elle te dit "Merci."*

Zinnia fermait les yeux et... Et... Fin de la partie. On attend un peu... Et la voilà ! Regardez, son corps brille d'une lumière bleue, et voilà qui sort en haut une espèce de boule de lumière de la même couleur, ça, c'est Zinnia, pour le moment bien sûr, je ne vais pas la laisser se disperser dans les airs ! Je n'ai jamais vraiment comprit comment ça fonctionnait vu que quand j'ai tué la Sylvore et l'Irik je ne l'avais même pas remarqué, j'avais juste eu un pressentiment avec elles.

Alors je tendais simplement la main vers la boule bleue et... Elle se rapprochait de moi. Rien que brandir une main ça fonctionne ? Cool, ça m'évitera de devoir grimper un cadavre ! Enfin... Nan, faut pas dire ça tout joyeusement...! Mais quand même, vous me comprenez ! Qui veut escalader un cadavre ? L'âme se rapprochait doucement de ma main, et... Bam, je l'absorbais comme si je me prenais un coup dans le torse. Bien, maintenant, il n'y avait plus qu'à attendre qu'elle arrive.
...
...
...


Sylvia : *L'Invoc' ? Zinnia n'est pas encore là. Enfin... Elle est apparue mais à peine on l'a vu qu'elle avait déjà disparu.*

L'Invocateur : Je sais, je viens de faire mon jet de perception mais... Je comprends pas... Pourquoi a-t-elle voulu apparaître directement là bas ?

Elle était bien là, dehors, invoquée... Mais... Pourquoi elle avait décidé d'arriver de là ? Hola... Elle arrivait comme une fusée dans notre direction...! Elle vient tout droit de la mer derrière son cadavre géant, je reculais au cas où, et... Elle surgissait dans les airs derrière elle même (bizarre mais logique), elle était en plein saut, elle passait par dessus son cadavre, puis... Elle se crashait dans le sable créant un nuage de sable brouillant ma vue. Je décidais alors de m'approcher de Zinnia en marchant, j'étais sûr que c'était elle, je ressentais le lien magique qui nous unissait, tout comme les liens qui m'unissaient à Sylvia et et à Aran. Le nuage de poussière se dissipait secondes après secondes et... La voilà au sol, qui se tenait sur ses deux mains pour rester redressée.



Sa peau était aussi blanche que la neige et ses écailles étaient d'un noir corbeau, ses cheveux réunissaient ces deux couleurs, ses yeux étaient sombres et leur pupilles d'un jaune clair, ses oreilles ressemblaient à deux écailles ressortant des deux côtés de sa tête et elle avait un sourire carnassier, montrant au passage à quel point ses dents étaient pointues. Elle avait aussi juste au dessus de sa poitrine et attachés à deux de ses mèches des espèces de crocs, semblants faire référence aux plus grandes mâchoires des Masasaures. Elle avait aussi à partir de ses hanches une longue et large queue de Masasaure je suppose, avec plusieurs paires de nageoires, trois pour être précis, une en bas de la queue, l'autre au niveau des hanches, et la dernière paire aux bras. Elle avait aux poignets des sortes de bracelets de crocs un peu similaires à ce qu'elle avait au dessus de la poitrine, et entre ses doigts se trouvaient une sorte de fine couche de peau. Et enfin, elle avait au niveau des poumons des bronchites pour lui permettre de respirer sous l'eau.

L'Invocateur : Sympa l'entrée !


Zinnia : Merci ! Par contre petit problème, je sens que j'ai des jambes à l'intérieur, c'est assez bizarre pour nager puisque je dois les faire bouger pour pouvoir faire bouger ma queue, mais je sais pas, c'est normal ?

L'Invocateur : Ouaiiiiis ? Je sais pas trop, perso je pense que ça veut dire que tu vas pouvoir marcher mais... Tu finiras bien par découvrir ça par toi même j'imagine. Mais bon ! Qu'est-ce que ça fait d'avoir des bras et tout le tralala ?

Zinnia : C'est super bizarre, mais j'aime bien ! Mais ça fait bizarre de te regarder d'en bas ! Par contre va falloir que je trouve vite le moyen de marcher, j'ai pas envie de passer le restant de mes jours à avancer sur terre comme un Alexeï ! Dit-elle en posant ses coudes dans le sable.

L'Invocateur : C'est bien vrai, non seulement c'est pas pratique, mais en plus c'est pas super sérieux...! *se retient de rire*


Zinnia : Moui, mais ça c'est pas si grave, j'ai l'impression d'avoir rajeuni de je sais pas combien de siècle ! Yahaaa !!

Elle commençait à se rouler dans le sable de bonheur... Putain... Akia va gagner son pari de "harem de monstres"... Tout les monstres que je vais récupérer seront de jolies femelles... Fuck. Bon, mission accomplie ! Maintenant faut dire aux gens de déplacer ce qu'il reste de ce cadavre de Masasaure. Remarquant que je regardais dans cette direction, Zinnia se redressait en se remettant sur ses mains, puis se retournait vers elle même.

Zinnia : Et ben... J'ai l'air sacrément tranquille.

L'Invocateur : Je confirme. Mais je vais maintenant pouvoir aller dire aux pêcheurs que tout va bien maintenant et que les navires vont pouvoir rentrer. Ils vont devoir te bouger de là tu sais ?

Zinnia : Bof, ça c'est pas grave, faites en un bon steak si vous voulez, ce n'est plus que mon cadavre, une trace d'un passé chiant ! Juste le temps de faire un doigt à ce vestige d'un temps bien plus que passé...!

Je la voyais qui levait sa main gauche et qui essayait de bouger ses doigts... Et qui au final n'arrivait pas à faire ce qu'elle voulait avec.

L'Invocateur : Ça viendra, t'inquiète ! ... Comment tu connais l'existence des doigts d'honneur ?


Zinnia : J'ai vu des humains faire. Tu sais quand on a rien à foutre de sa vie, on peut pas faire autre chose qu'observer ce qu'il se passe sur la rive !


Et ça se voyait qu'elle avait prit un certain coup de jeune... Vulgarité bonjour ! Elle rivalise limite avec moi ! Mais j'imagine qu'elle a gardé une certaine sagesse et qu'elle sera moins apte que moi à se jeter dans le vide sans parachute, on est tous vraiment stupide dans le monde, mais certains restent toujours plus sages.

L'Invocateur : Bon, je vais aller dire aux autres que tout est ok. Si t'as la flemme d'avancer comme ça, tu peux retourner dans la dimension de poche.


... Ok ! Du coup... Je marchais en direction du port, pas trop vite histoire que Zinnia puisse me suivre, déjà qu'elle galérait avec ses bras.  Au bout d'un certain temps, on finissait enfin par arriver au port, problème, fallait grimper les escaliers, et avec ma fatigue, j'allais pas pouvoir porter Zinnia.... Oh wait, juste à côté se trouvait un passage pour fauteuils roulants, c'est vrai qu'on est à Giallo ici et qu'on a ce genre de trucs. Du coup je passais par là avec Zinnia, puis je partais à la recherche d'un pêcheur qui pourrait dire à tout le monde que c'était bon pour le Masasaure. Ce type a une allure de pêcheur, alors je devrais m'adresser à lui.

L'Invocateur : Bonjour, vous travaillez ici ?


Après avoir clos la très courte discussion, je repartais avec Zinnia à l'hôpital. Nous redescendions du port sur la plage et nous passions par là pour retourner aux escaliers menant à l'hôpital, encore une fois, nous passions par le passage pour fauteuils roulants. Nous nous retrouvions alors sur la terrasse, nous passions entre les tables et les chaises pour avancer jusqu'à la porte du couloir où se trouvait ma chambre.

Nous avancions dans le couloir, je pouvais entendre mes lents bruits de pas, et... Les bruits de mains à Zinnia qui galérait vraiment. J'avais tourné mon regard vers elle avec un grand sourire, me retenant de rire, puis elle m'en jeta un en retour disant bien "Ne te fous pas de moi j'en peux plus". Il va falloir qu'elle trouve le moyen de retourner dans la dimension de poche, mais ça, comme pour ses jambes, ça viendra dans peu de temps je pense. Nous arrivions devant la porte de ma chambre que j'ouvrais sans frapper histoire de ne pas réveiller tout ceux qui dormaient à l'intérieur, puisqu'on était quand même huit dedans.

Nous entrions, et nous allions jusqu'à mon lit, je me posais dessus et Zinnia s'y agrippait en reprenant son souffle, puis elle chuchota pour me parler.


Zinnia : Hâte d'avoir mes jambes...!

Je lui souriais pour compatir, puis je tournais mon regard vers Akia qui venait tout juste d'ouvrir les yeux, elle venait de se réveiller. Elle bailla puis tenta de s'étirer après s'être assise dans son lit, mais arrêta rapidement à cause de sa douleur dans les côtes. C'est pas une sieste qui va la soigner. Je lui faisais salut de la main, puis elle me répondit de la même manière... Puis elle tourna son regard vers Zinnia.

Akia : ... Elle a changé Sylvia...

L'Invocateur : Tss, nope, elle c'est pas Sylvia. Je te présente Zinnia, une Masasaure que j'ai rencontré sur la plage derrière.

Akia : ... Vous vous êtes battus ?

Zinnia : Non, on a parlé.


Sylvia se frottait les yeux et regardait encore Zinnia en essayant de comprendre, puis finalement, elle abandonna.

Akia : Je vais... Pas chercher à comprendre...! ... Mais en tout cas bonjour pour commencer, je m'appelle Akia.

Zinnia : Ravie de te rencontrer j'imagine.

Akia : De même.

Zinnia : Bon, du coup on fait quoi maintenant l'Invocateur ?

L'Invocateur : Maintenant, on se repose. Akia a les côtes cassées, du coup on va devoir rester à Giallo quelques moments le temps qu'elle guérisse, en attendant on fera autre chose. Mais pour le moment, on dort.

Zinnia : Bon bah... Bonne sieste. Moi qui espérait faire ma première sieste sous cette forme sur un matelas bien douillet...


Gaaaah... Il faut qu'elle puisse retourner dans la dimension de poche, car je vais pas supporter le sol très longtemps. Je roulais sur le côté tel un flemmard jusqu'à tombé du lit. Je me retrouvais par terre et je faisais signe à Zinnia de grimper.

Zinnia : Merci~!

Bon, tout est bien qui finit bien pour cette journée, nous voilà maintenant dans un hôpital avec une alliée en plus. Maintenant, nous allons devoir trouver Yuuziath, attendre qu'Akia guérisse, puis nous quitterons Giallo. Mais en attendant tout ça, il va falloir qu'on trouve des choses à faire. Je pense qu'on va commencer par faire quelques cours à Zinnia, puis nous trouverons bien quelque chose d'intéressant à faire.

_________________
"J'avance sur un chemin dont les portes sont toutes déjà ouvertes, enfoncées, ou complètement détruites. Toutes, sauf les dernières ! Car tout ceux qui ont avancé sur ce chemin avant moi ne sont jamais allé jusqu'au bout ! J'ai pas de bombes pour faire sauter ces dernières portes, et simplement appuyer sur la poignée ne suffira pas, mais j'ai mon pied, et il sera plus que suffisant pour démonter ces portes ! Ces portes, et touts les crevards qui se foutrons devant !"

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 755
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    Mer 30 Aoû - 11:12

Deux grandes gueules
Une quête Ultime pour les plus grands aventuriers.
      Jugement
Bonjour à toi jeune aventurier, je viens pour annoncer mon jugement. Que dire, plusieurs détails, par-ci et par-là qui auraient pu être améliorer ou chercher plus en profondeur. Néanmoins, je vois aussi beaucoup de points positifs, comme par exemple, ce calme que tu fais pars face à la bête. Toi qui à l'habitude est bien plus sur les nerfs, bien plus vif, tu as sût t'adapter à la situation tout en gardant en tête ton personnage : Manque de respect flagrant, je-m’en-foutisme absolue, etc. Je trouve que c'était vraiment bien réussit sans être de l'excès et pour cela, je te mets un très bon point.

J'ai bien apprécié aussi les raisons pour laquelle la Mosasaure se bat encore, malgré qu'elle n'est plus que quelques jours à vivres, cela donne tout un côté fantaisie en restant pragmatique. Elle veut avoir une belle fin, vue de tous, mais elle sacrifiait son bonheur pour sauver la jeunesse, très belle pensée. Que dire de plus ? Non, je crois que j'ai fais le tour. A présent, l'heure du verdict. Es-tu parvenu à atteindre mes attentes ?

Oui, c'est valide, les points négatifs sont rattrapés par une grande recherche émotionnelle, j'ai faillis versé ma petite larme, et même si le type de Quête est "Combat", il s'agit plus ici de la "Faune et Flore". Après, ce n'est pas toi qui avait décidé de la quête, je te l'avais proposé avant même que tu ne postes ta demande, donc ceci est pardonnable. Pour la récompense, j'imagine que je n'ai pas besoin de la cité ? Si ? Très bien ! Dans ce cas, l'Invocateur, tu possèdes à présent dans ton équipe de Pokemon, Zinnia, une Mosasaure terriblement puissante et dangereuse ! Bonne chance pour la suite de tes aventures, et j'espère ne pas te revoir en morceau entre les dents de ta nouvelle compagne.

   Fiche (c) Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une gueule aussi grande que la mienne. [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aussi gros qu'un éléphant et aussi jaune qu'une girafe!
» On a toujours besoin de sa maman... surtout quand elle est aussi cool que la mienne !
» T'es mal placé dans la chaine alimentaire pour faire ta grande gueule, pigé ? [ Avec tout l'amour d'Heather, Joaquim ]
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Le monde des rêvesTitre :: GialloTitre :: Elucia-
Sauter vers: