Partagez | 
 

 Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akiji Kitsune
Verde - Rang 1
Verde - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 20

Inventaire
Objet: Permis de Création de Personnage

MessageSujet: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mar 10 Jan - 23:23

Nom, Prénom: Kitsune Akiji
Âge: 200 ans (et ouais pas tout jeune =-=)
Genre: Masculin
Origine, Race ou Espèce: Un Kitsune, un esprit renard (c'est juste le titre du sujet '^' )
Royaume: Verde
Pouvoirs, capacités et armes:
-Pouvoir :
Accélère la croissance des plantes
-Capacités :
~Peu passer d'une forme animal à celle d'un humain.
~Comprend et parle avec les animaux.
~Force supérieur à un humain de base mais sans plus.
-Armes : Un katana, présent que sous sa forme humaine.

Mental:
Akiji est assez curieux de nature, il cherche toujours à comprendre. Il est serviable lorsque une personne à besoin d'aide surtout lorsque la rencontre à lieu dans la forêt.
Il a un côté protecteur puisque qu'il déteste les injustices mais il essayera plutôt de dialogué malgré un petit détail "physique" qui fait que certaines personnes le dévisage , enfin pas toutes. C'est pour l'une de ces raisons qu'il préfère se tenir éloigner de l'agitation des civilisations présent dans ce monde. Bien évidement cela ne l'empêche pas de passer par des villages ou campements. Mais dés qu'il arrive dans une zone habité, il devient méfiant et n'hésiteras pas à fuir en prenant sa forme animal.
Lorsque Akiji se retrouve en forêt, il est détendus et rentre en communion avec la nature environnante. Il est très respectueux d'anciennes traditions et va dans certains lieux sacrés pour y déposer des offrandes et de l'encens.
Malheureusement, une certaine partie en lui est anarchique et vie pour le chaos. Cette "personnalité" ne se montre que la nuit et si elle croise le chemin de quelqu'un, elle engagera le combat que se soit sous une forme animale ou humaine. Sa partie sombre a un égoïsme sur développé et la férocité d'un animal sauvage.
En combat, sauf lorsque son côté sombre le possède, il est dans un certain respect des règles, donneras son nom avant l'affrontement et ne cherchera qu'à blesser son adversaire ou bien ces adversaires. Un combat entre épéiste ou maître en lame doit se faire sans magie, mais si l'adversaire ne respect pas les règles alors il ne privera pas de lui faire comprendre en relâchant l'aura noir en lui.
Physique:
Sous sa forme animale Akiji est un renard roux aux yeux vert, qui fait environ 60 cm de haut et 1m50 de long. Il est assez fins et musclé, ce qui lui procure une bonne agilité et vitesse. Ses dents et griffes sont suffisamment tranchantes pour lacérer. Mais se renard ne diffèrent pas que de part sa taille assez inhabituel mais également parce qu'il possède deux queues. En renard :

Sous sa forme humaine, Akiji garde les yeux verts et ses cheveux sont orange avec certaines pointes de mèches noires ou blanches. Ces cheveux sont assez long et formes deux oreilles au niveau du sommet du crane vers les oreilles humaines. C'est deux oreilles sont en arrière pour qu'elles se confondent avec les cheveux. Personne ne connait son visage car il porte un masque traditionnel japonais de kitsune, qu'il n'enlève jamais et il vaut mieux éviter d'essayer de lui enlever.
Akiji mesure 1m75 et il est assez musclé pour son gabarit mais sa force est plus importante que l'on ne croit. Il porte un kimono assez simple ainsi que des gants et des bandages qui vont des poignets jusqu'aux milieux des avants bras. Sur le haut de son bras droit, lorsqu'il le découvre pour combattre, apparaît un tatouage étrange , un héritage familial comme il aime dire. Il porte à sa ceinture son katana, dont il connait bien la maîtrise pour manipuler cette lame avec précision. En humain : (voir avatar)

Histoire:

Prologue :

Dans un ancien temple, entouré de statut de renard relié par des shimenawa (corde sacré japonaise), vivait une vielle famille de Yokai, les Kitsunes. Ces esprits étaient respectés et même vénérés, car ils pouvaient apporter la protection. Mais cette famille avait ces secrets, notamment un qui était considéré comme une honte par certains membres. Ce secret est qu’un kitsune, suivant sa personnalité, ces rencontres et son expérience de vie après un certain nombre d’année, peu soit devenir un Myobu soit un Nogitsune. Les Myobus sont les renards blancs justement symbole de protection, en manipulant l’élément céleste, tandis que les Nogitsunes arborent un pelage noir et une maitrise de l’élément vide, une énergie noire. Ceci prônent le chaos. En générale, les descendant qui devenaient des Nogitsune étaient enchaîné ou tué mais certains s’échappaient. Mais revenons à mon histoire.

Chapitre I : 100 ans dans un temple

Je suis Akiji Kitsune descendant des Kitsunes. Lorsque je vivais encore dans le temple, j’étais entouré de ma mère et de mon père ainsi que de mon frère ainé et ma petite sœur. Durant certaines fêtes, des gens venaient nous apporter des offrandes, c’était un peu embêtant car on ne pouvait plus jouer sinon on aller les gêner et avoir des ennuis avec maman et papa. Alors je passer mon temps à observer les humains qui venaient et je notais ce que je ne connaissais pas encore. J’aimais m’amuser avec ma petite sœur, on courait dans le temple et dans la forêt environnante sans sortir de la zone décrit par les shimenawa. Notre grand frère, lui, avait l’âge pour pouvoir sortir hors du périmètre sacré. Il possédait déjà cinq queues, on était un peu jaloux car on en avait qu’une seule. Mais notre grand frère avait trois queues d’âges, ce qui lui faisait un âge de 300 ans et c’est deux autres queues étaient apparus après avoir vaincus des esprits malveillants dont un Nogitsune.
Lorsque j’approchas de ma première centaine d’année, mon père commença à m’enseigner l’art du katana tandis que ma mère me faisait passer des tests de magie pour voir mes affinités avec les treize éléments qu’un Kitsune pouvait connaitre et maîtriser. Ma mère maitrisait six de ces éléments mais avait deux affinités qui était les rivières et l’océan, alors que mon père n’avait qu’une affinité avec le tonnerre. Durant le test de la forêt, je n’avais fait pousser pas une graine… Mais toutes les graines et même un cerisier fleurit. Ma petite sœur qui m’observait depuis le dessous du cerisier, car elle restait toute seule sinon, courus vers moi et me sauta dessus en me disant :
« Bien joué onii-san ! »
Je me relevai doucement en m’asseyant en tailleur et elle se mit en face de moi. Je lui mis ma main droite sur sa tête et lui fit un patpat en souriant. Je finis par lui dire :
« Merci, Fuki ! »
Elle se releva et courra derrière moi, puis je senti une main se poser sur ma tête et une voix familière :
« Alors comme ça, on a une affinité avec la forêt, mmh…. Tu seras un bon gardien, Akiji ! »
Lorsque je me retournai, il y avait Hiroharu, notre grand frère. Je le regardai et me leva pour le serrer dans mes bras car cela faisait un moment qu’il n’était plus revenu au temple. Il nous raconta ses aventures, ses combats et diverses rencontres. Fuki et moi le regardions avec des étoiles dans les yeux en imaginant le monde à l’extérieur du temple.
Les années passèrent et la veille de mes 100 ans arriva. Je dus passer la dernière épreuve et cette fois-ci tout le monde allez y assister. Cette épreuve consistait à voir si j’avais l’affinité avec l’élément du vide. La cérémonie se passa bien, sans encombre, il ne c’était rien passé et cela rassura tout le monde. Demain je fêterais mes 100 ans, j’étais très heureux et j’alla me coucher l’esprit tranquille. Mais lorsque, je me réveillai, une drôle d’impression d’envahit mais sans faire vraiment attention peut-être parce que je venais d’avoir 100 ans. Sauf que quelque chose n’allait pas, le temple était entouré d’un silence de mort, alors que normalement à cette heure-ci Fuki devrait être en train de courir de partout, même si elle avait commencé les enseignements.
Lorsque j’arrivas dans la grande salle, je restai statique et fixais les corps de ma famille couvert de sang et imprégné d’une aura noire. J’entendis le souffle de quelqu’un, je me précipitai vers eux. C’était Fuki, elle respirait encore, lorsque je m’approchai d’elle, elle me dit :
« Grand frère Akiji, pourquoi ?... *respire par saccade* pourquoi toi… le vide… Tu es différent de mon onii-san… *crache du sang* Souviens toi du cerisier *souffle* »
La douleur s’abattis sur moi, j’étais désorienté. Pourquoi ? Que c’était-il passé ? Furent les premières interrogations. Je recherchai des réponses mais avant cela j’enterras ma famille sous le cerisier. Lorsque la cérémonie fut terminée, je repensai aux paroles de ma petite sœur. Elle parlait du vide, de moi et du cerisier mais pour qu’elles raisons, il n’y avait pourtant aucun lien à part… Un éclair me parcourra le corps, mais mon père était mort alors d’où cela pouvait venir. Je me mis à fouiller tout le temple pour savoir d’où cela venait. Je finis par m’arrêter devant une porte scellée par les armoiries de la famille. Je pris mon katana et trancha le sceau, la porte s’ouvrit en déplaçant énormément de poussière. La pièce était sombre puis une lumière apparut au centre, c’était un parchemin rempli d’énergie du tonnerre comme mon père. J’ouvris le parchemin et commença à le lire.
Je finis de le lire vers le soir alors que le soleil passé derrière la mer, je me dirigeai vers le cerisier. Sur le chemin, je passai devant le bureau de ma mère, il y avait un vieux masque de kitsune traditionnel avec un mot : « Pour toi mon fils, pour que tu puisses te rappeler de nous lorsque tu seras devenu le gardien d’une forêt ». Les larmes coulèrent sans discontinus, tout en prenant le masque et en me dirigeant vers leur tombe. Je me posai contre le cerisier avec le masque en main. Le dernier rayon de soleil disparut et comme à leur habitude les diverses torches s’illuminèrent. Je regardais mes mains, qui se couvraient d’une aura noire puis je mis le masque et ma dernière pensé, avant cette nuit, fut pour ma petite sœur. Le lendemain, je me réveillai contre le cerisier avec le masque sur le visage et me tourna vers le temple couvert de griffure et de coup de katana. A mes pieds, le parchemin en miette. Je pris des affaires, de la nourriture ainsi que des offrandes. Je pris des encens que je mis sur les tombes et prononça : « Adieu ! »
Je partais donc en voyage pour trouver un endroit où je ne ferais de mal à personne et où je pourrais garder une forêt sans gardien. J’explora donc le pays, je découvris des paysages grandioses et tranquilles mais déjà pourvus de gardien. Je finis mon périple près d’un village dans une forêt où se trouvait d’anciennes pierres gravées avec une petite maison à esprit en son centre. Cet endroit me donna un frisson de tranquillité et je mis installas.

Chapitre II : 100 ans à protéger à une forêt

Durant les vingt premières années, je suis resté seul à m’occuper de la forêt et du sanctuaire. Je nettoyais les pierres, mettais de l’encens ainsi que certaines offrandes que j’avais pris au temple. Une grande partie du temps, je prenais ma forme humaine mais toujours en portant mon masque. Lorsqu’un bruit inhabituel se faisait entendre, je devenais un renard et j’allais voir. La faune de la forêt venait me rendre visite le jour et la nuit plus aucun animal ne venait car tous savaient le danger que cela représentait. Sauf une fois où un matin je me retrouvai allongé sur le corps d’un ours, d’après les blessures de l’ours et l’absence de blessures sur moi, j’en déduis que les coups furent donnés à sens uniques et sans que l’ours n’eût le temps de répliquer. Je décidai donc de le dépecer, je fis sécher sa viande et gardas sa peau ainsi que son crâne et ses griffes. La peau allait me servir pour un lit, son crâne juste comme trophée et ses griffes furent pour la maison des esprits au milieu du sanctuaire. Bien évidemment, je fis une prière pour l’esprit de l’ours.
Puis trois semaines après ceci, l’atmosphère de la forêt changea, une odeur de sang la parcourait. Je me mis sur mes gardes car je savais que ce changement ne venait pas de moi. Et tout à coup des hurlements de loups et le cri d’une humaine retentirent. Je pris ma forme de renard, pour me déplacer plus rapidement, lorsque j’atterris dans un ruisseau, assez large, des traces de sang apparurent. Je repris ma forme humaine et suivis les traces. J’arrivai donc dans une petite clairière. Une gamine était contre un arbre, sans fuite possible, avec quatre loups en train de l’encercler, de plus elle était blessée. Au moment où j’arrivai, les loups sentirent mon odeur et se retournèrent pour m’attaquer car je venais de devenir un obstacle. Je vis dans leurs yeux que le dialogue était une mauvaise solution, je sortis donc mon katana et les frappa avec le plat de la lame. Les quatre s’effondrèrent avec un couinement sourd. La petite n’avait pas bougé, immobilisé par la peur et par ses blessures.  
Je la pris donc sur mon dos et alla au sanctuaire, où pendant les trois jours qui suivirent je la soignai. Chaque soir, je prenais la précaution de m’attacher pour éviter que le moi de la nuit ne puisse la tuer. La première fois que je le fis, elle fut interloquée mais elle comprit rapidement pourquoi. Lors du quatrième jour, je pris la peine de lui parler car nous n’avons échangé aucun mot durant ces trois jours.
« Akiji – Bonjour, petite. C’est peut-être un peu tard pour un premier bonjour, non ?
Gamine – hein… heu.... Oui *surprise*
Akiji – Désoler, ne pas avoir parler mais j’ai pas l’habitude. J’espère que je ne t’ai pas fait trop peur.
Gamine – heu… *tapote ses index l’un contre l’autre* bah… au début si à cause de votre masque. *rougie*
Akiji – Alors excuse-moi *se penche*. Et es ce que tu voudrais bien voir moi visage pour te rassurer ? *souffle car ça le dérange*
Gamine – Je veux bien monsieur au masque de renard. *souris*
Akiji – Bon et ben le voilà. *Enlève son masque*
Gamine – hihi.
Akiji – Pourquoi tu ris petite ? *le remet par habitude*
Gamine – Vous êtes plutôt mignon en fait. * grand sourire* Vous pouvez l’enlever, je vous préfère sans. Sinon moi c’est Anko et vous ?
Akiji – Bon d’accord. Je me prénomme Akiji.
Anko – C’est sympa. Heu dites-vous comptais me ramener chez moi ?
Akiji – Hein ? Heu... oui c’était même le but de cette discussion. Tu habites où Anko ?
Anko – J’habite au village qui en bordure de la forêt, si on suit le ruisseau on y arrivera.
Akiji – Bon je vais te ramener chez toi. Bon par contre, je remets mon masque. *met Anko sur son dos*
Anko – D’accord. Dis-tu as quel âge Akiji ?
Akiji – Hein… heu…. Je dois aller sur mon 28ème automne. Et toi ?
Anko – J’ai eu 8 huit ans.
Akiji – D’accord aller, on se dépêche sinon on va arriver durant la nuit. Ah et oublis ce que tu as pu voir durant les nuits où tu as été au sanctuaire. *tourne la tête vers son dos*
Anko – C’est promis. *souri* »
Le chemin jusqu’au ruisseau dura un quart d’heure et en suivant le ruisseau on déboucha sur une plaine avec des rizières et un petit village. Je la déposai pour qu’elle puisse rejoindre son village et sa famille. Lorsque je fis demi-tour pour rentrer au sanctuaire, elle me prit par la main et m’emmena au village. A l’entrée du village, elle vus sa mère et courus dans sa direction, sa mère la prit dans les bras et pleura. Puis Anko se tourna vers moi et pointa, les gens du village étaient un peu méfiant mais lorsque la mère d’Anko se dirigea vers moi et me remercia, l’atmosphère se détendu. Je restai donc un peu dans le village pour le visiter. Vers le milieu de l’après-midi, les hommes qui étaient aux champs rentrèrent. Le père d’Anko qui avait le visage abattu en raison de sa disparition s’effondra en la voyant. Même si personne ne le voyait, je souriais et j’étais heureux d’avoir rendus service. Son père vint également me remercia et d’un coup j’entendus une voix dans mon dos.
« Vieillard – Je vous remercie de vous être occupé de ma petite fille et de nous l’avoir ramené.
Akiji – Non, ce n’est rien.
Vieillard – Anko m’a raconté et j’aimerais vous parler en privé. Suivais moi jeune homme. Tatsuo va chercher L’ancienne. Ne vous inquiétez pas.
Akiji – Bon d’accord. »
Même si je faisais ça à contre cœur, je ne voulais pas offenser les anciens du village qui était mon plus proche voisin. Je le suivis jusque dans une maison assez simple qui ressemblait à un temple. Il s’asseyait et me fit un signe pour me dire de m’asseoir. Plus tard, une dame assez âgée entra et pris place également. Le vieillard fumé sa pipe tranquillement, la dame ouvrit une bourse et vida le contenu tandis que j’observai sans vraiment trop savoir quoi faire. Elle jeta les os qui se trouvait dans la bourse et dit :
« Ancienne – Je vois, très bien. D’après ce que disent les esprits, tu es un Kitsune et tu vas vers ton 128ème automne.
Akiji - *recule de surprise* Ohohoh…. Heu.
Vieillard – Tu es surpris, n’est-ce pas ? Bah je m’en doutais un peu, un étranger qui sauve ma petite-fille des loups, qui vit dans un sanctuaire et qui porte un masque de renard. Vois-tu tout ceci me paraissait étrange. »
Je fus à la fois rassuré, car Anko n’avait pas raconté le changement qu’il se produisait la nuit, et effrayé par les deux anciens en face de moi. Après ceci, je décidai de leur expliquer la raison de ma présence. Avant que je ne reparte puisque la nuit faisait son apparition, ils me promettaient de pas révéler mon identité aux villages sauf Anko qui le savait déjà. Cela les rassura de savoir que leur forêt pouvait compter sur un gardien qui faisait attention l’harmonie entre ceux habitants la forêt et ceux de l’extérieur pour éviter tout conflit.  
Après cette rencontre, une fois par semaines, le vieillard venait avec Anko me rendre visite et ils apportaient des offrandes. Je fus un peu gêné je finis par y être habitué et je leur demandai de la ramené de la paille de riz pour que je puisse confectionner des shimenawas qui serviront à la protection du sanctuaire. Les années passèrent et Anko grandissait, son grand-père n’avait plus la capacité de venir mais Anko me donnait de ces nouvelles.
Puis je n’eux plus de visite durant deux semaines, cela était étrange alors je pris le chemin pour aller au village. Mais en chemin, je croisai Anko en pleure. Elle se jeta dans mes bras, toujours en train de pleurer et me demanda de venir au village. Durant le chemin, elle resta muette. Une fois au village, je vis la peine de tout le monde rassemblé devant le temple. Je courus vers eux, ils me laissèrent passé. La mère d’Anko mettait un drap blanc sur le corps sans vie du vieillard. Je me mis à genoux devant lui, pris un encens et l’alluma pour lui rendre un dernier hommage, je lâchai un dernier mot :
« Adieu, mon ami. Puisses-tu te plaire au royaume des esprits qui t’accueille en ce moment. »
Je sortis, triste, du temple. Le village allait en deuil pendant un moment mais moi aussi, alors je retournai au sanctuaire. Après ce deuil, Anko venait plus souvent me voir. Ma présence et le sanctuaire la calmé, son aura n’était plus agitée. Un jour, elle me révéla que son grand-père lui avait parlé de ma vraie identité, mais cela ne l’avait pas blessé de savoir que je lui avais mentis car c’était pour la protéger. Les années continuèrent doucement de défiler, même si une sécheresse toucha la forêt cela ne changea rien puisqu’en tant que gardien j’utilisa mon pouvoir de croissance sur la forêt. Et Anko me demanda de faire pareil pour les rizières de son village, alors vus que c’est elle qui m’avait la demande je sortis du sanctuaire et je décidai de montrer aux villageois que je n’étais pas seulement le gardien de cette forêt mais aussi celui de leur village. Aucun d’eux ne furent vraiment étonné et je ne sais pas pourquoi mais ceci me rendit heureux. Les villageois commencèrent même à me rendre visite au sanctuaire et me proposèrent même de venir habiter au village, tout en sachant ce que j’étais. Mais je refusai car je devais les préserver de ma seconde nature que seule Anko connaissait.
Lors de l’année de mon 140ème automne, Anko eut l’âge de se trouver un mari. Et bien évidement tout le village savait d’Anko avait des sentiments pour moi et je le savais aussi. Mais, le jour de ces vingt ans, un jeune homme passa dans le coin et fut attiré par la fête qui se déroulait au village. Bien sûr j’étais présent au village mais dès que je vis l’aura que dégageait le jeune homme, je pris ma forme animale. Et je couru dans sa direction et m’interposa en grognant. En voyant mon action, certains hommes du village se levèrent pour aller voir cette personne. Lorsqu’il quitta le village, il me jeta un regard noir comme si j’étais devenus un obstacle. La fête repris avec les chants autour du feu et le festin dû soir arriva. Anko fut surprise de me voir encore présent alors que la nuit était avancée. Je lui montrai alors que je portais une ceinture et des bracelets fait en shimenawa, pour éviter tout problème et contenir cette chose en moi. Cette nouvelle la rendue très heureuse, on passa donc toute la nuit ensemble. En plein milieu du festin, un homme se leva pour porter un toast à Anko et à son attitude il était ivre. Puis il rajouta :
« Alors Anko à quand le mariage avec Akiji ! »
On se regarda dans les yeux et tout le village éclata de rire car Anko rougie et que de mon côté mes oreilles de renard se dressèrent de surprise. Ça faisait du bien de ne pas être obligé de me cacher et que ma présence était aussi bien appréciée. Et pour la première fois, je ressentis vraiment les sentiments d’Anko et elle senti que j’avais les même à son égard.
L’année suivante, on finit par se marier. Tout le village fut de nouveau en fête et durant la cérémonie, j’enlevas mon masque. Pour la première fois, je montrais mon visage a d’autres personnes qu’Anko. Elle pleura de joie et je partageais cette joie. Après la cérémonie, on se rendit sur la tombe du vieillard pour y verser du saké. Je pris également la décision de laisser mon masque sur sa tombe en lui demandant de me le gardait. Je pense qu’il devait être fière de sa petite-fille. Vers la fin de cette même journée, le jeune homme de l’année dernière passa, il était accompagné de deux hommes armés. Il se présenta comme le fils du seigneur du coin et demanda le droit se faire la marier. Les hommes du village s’y opposèrent mais furent écarté par les deux hommes armés. Le fils du seigneur s’approcha d’Anko et tenta de posa sa main sur elle, mais s’arrêta lorsqu’il sentit la lame de mon katana sur mon coup. Il recula et dit :
« - Je m’appelle Daiki, fils du seigneur de cette vallée. J’exige que l’affront qu’il est en train de se produire à l’aide de ce katana, soit rembourser par le fait que cette jeune femme vient avec moi.
Akiji/Anko – Jamais !
Daiki – Quoi ? Mais pour qui vous vous prenez, sale paysan.
Akiji – Sale Paysan ? Retire ce que tu viens de dire immédiatement.
Daiki – Qui es-tu pour t’interposer ?
Akiji – Je suis l’époux et le gardien de ce village.
Daiki – Le gardien comment ça ? *éclate de rire*
Akiji – Tu as bien compris, alors dégage. »
Il s’arrêta soudainement de rire et pris le katana à sa ceinture. Il avait bien et bel l’intention de me blessé voir tuer pour ensuite emmener Anko. Mais malheureusement pour lui, ce fut un duel à sens unique et il repartit sans un mot mais toujours avec ce regard de haine. On entendit plus parler de lui.
Anko et moi finirent par avoir un enfant, une fille que l’on appela Fuki. C’était devenus ma fierté, elle possédait des oreilles et une queue de renard mais elle ne pouvait pas se transformer comme moi, mais ce n’était pas grave. Tout le village était heureux de cette nouvelle et les autres enfants la considéré comme leur petite sœur. Sa différence la rendait très mignonne et apprécié autant des garçons que des filles. Les soirs, je lui parlais de ma famille et de son histoire. Anko écoutait aussi les récits. J’emmenais Fuki aux sanctuaires, elle me posa des questions sur la raison qui m’avait poussé à venir dans la région, je dus donc lui expliquer les événements du temple. Elle versa une larme et me toucha le torse en me disant :
« Fuki - Tu sais papa, ce n’est pas grave car ce qui est en toi et ce dont tu as peur et également heureux.
Akiji – Comment tu le sais ?
Fuki – C’est maman qui m’a dit que ta forme nocturne ne se présentais plus, depuis que vous vous êtes mariés. Et puis je le vois aussi à ton aura, papa.
Akiji – Ma petite fille. *souris* »
Cette discussion me rassura. On rentra tranquillement, elle alla retrouver Anko. Bien évidement tout le monde savait que ma vie durerait plus longtemps qu’Anko et que tout le village, mais cette pensée ne préoccupait personne.
Un jour, alors que j’étais partis en forêt pour m’occuper d’un animal malade ainsi que pour récupérer des herbes de médecines, un homme du village venus me chercher pour que je rentre au village, rapidement. Je pris donc ma forme de renard, lorsque j’arriva au village je n’eux pas le temps de reprendre ma forme humaine que j’entendis un « sale bête » et qu’une flèche me transperça.
Lorsque je repris conscience, je n’avais plus la flèche et j’avais pris ma forme humaine naturellement. Mais quelque chose n’allait pas, tout le village était rassemblé avec le visage sombre et Anko en pleure. Comme lors de la mort de son grand-père. Mais je ne voyais pas Fuki, alors je demandai où elle était et l’un des hommes du village apporta son corps. Son corps était couvert de coupure et de bleu. L’homme m’expliqua que ce fameux Daiki était devenus le seigneur de la vallée et que pour se venger avait torturer publiquement Fuki. Les hommes avaient voulu s’interposer mais la garde rapprochée les avait dispersés.
Ce jour-là je dus enterrer l’une des personnes les plus précieuses au monde pour moi. Je sentis que mon affinité au vide, qui avait finis par ne plus se montrer, remontas à la surface. Je plantai une graine de cerisier qui était l’arbre préféré de ma fille et de ma petite-sœur avant. J’utilisa également mon pouvoir pour le faire pousser et fleurir. Je me dirigeai vers la tombe du vieux : « Désolé mon ami mais je viens récupérer mon masque ». J’attendis le soir et lorsque le soleil disparut, l’atmosphère de la nuit devient étrange, l’odeur de la mort était présente.
Mes cheveux devinrent noirs, mes yeux verts prirent une couleur rouge et mes ongles se transformèrent en griffes. Anko me serra dans ses bras et je lui promis de revenir sains et sauf. Cette fois-ci ma haine était dirigé vers une seule personne, alors mon côté nocturne n’allait rien faire au village et aux habitants. Je pris la route du château, lorsque j’arriva, Daiki se vantait d’avoir tué une gamine avec des oreilles de renard. Mais il n’avait pas pu l’emmené car sa « trainé » de mère s’était interposé. Il se venta même d’être tellement fort que le gardien de ce village ne c’était pas montré car en plus il était le mari de la femme et donc le père de cet enfant.
Je rentrai dans la salle du banquet en ballassent un garde sur la porte. Des cris s’élevèrent ainsi qu’une voix :
« Daiki – Qui es-tu pour déranger ce banquet ?
Akiji – Le gardien et présentement je suis ta faucheuse. »
Un fois ma phrase terminée, je dégainai mon katana. Ma haine fut tel que je massacrai toute les hommes du château. Ce massacre pris fit au lever du soleil, sur le chemin du retour, ma forme nocturne et d’haine me quitta. Une fois rentré dans le village, un homme alla prévenir les autres. J’étais couverts de sang à genoux, les oreilles de renards en arrières et le masque par terre. Anko arriva et je tombai de sanglots, tellement la douleur était présente.
Je crois que je passai une année dans un profond désespoir à repousser les soldats venus pour avoir la tête du monstre, que j’étais à leur yeux. Les villageois étaient massacrés sans raisons et certains s’étaient résolus à quitter le village. Je restai seule avec Anko, qui deux ans après tomba malade et mourus. Même dans la mort, elle garda son sourire. Ce jour-là, une troupe arriva et brula le village sans même venir me combattre. Par la rage, j’utilisa mon pouvoir de croissance et transforma le village en une partis de la forêt.
Je retournai au sanctuaire et m’adossa contre l’autel, mon masque sur le visage et mon katana en main. La nuit tomba et le lendemain lorsque j’ouvris les yeux, j’étais dans un autre endroit. En face de moi une grande ombre noire. Mes yeux ne reflétaient plus rien, ils étaient vides, je pris les devants et dit :
« Akiji – Alors la mort est enfin venue me chercher…
L’ombre – Tu te trouves à Yume no sekai.
Akiji – Hein ? … pff ça doit être une seconde chance. Allez ciao »
A la fin de ma phrase, je m’étais levé et je partis donc en voyage dans ce monde. En prenant ma forme de renard, j’avais remarqué que je venais tout juste d’avoir deux cents ans, en raison de la présence d’une deuxième queue.
Alors vers quel chemin va se trouver mon avenir. Serais-je un Myobu, un Nogitsune ou bien une sorte de fusion de ces deux chemins qui s’ouvrent devant moi ? En tout cas voici le début de mon histoire sur Yume no Sekai.


D'autres personnages ? Non c'est mon premier 'w'


Comment as tu connus le forum ? Une simple personne du forum, je crois que son pseudo c'est La créatrice owo


Un dernier mot : fatigué =w=


Dernière édition par Akiji Kitsune le Dim 15 Jan - 3:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aéris Maven
Giallo - Rang 3
Giallo - Rang 3
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 19/02/2016
Localisation : Très probablement entrain de composer une nouvelle mélodie~

Inventaire
Objet: Casque à Vision Infrarouge, Permis de Création de Personnage.

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 2:45

Bienvenue à toi, vieux renard, ho~? Celui-ci serait non roublard~? Ton personnage est assez intéressant, j'ai hâte de voir ce qu'il a bien pu vivre durant ses 200 ans, bonne chance pour l'écriture de ton histoire et à l'occasion de te revoir~!

_________________


~Yes, I will see you through the smoke and flames~
~And I 'll be there to support you~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiji Kitsune
Verde - Rang 1
Verde - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 20

Inventaire
Objet: Permis de Création de Personnage

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 12:03

Merci Aéris ^w^. Et oui ce vieux renard n'est pas roublard. Au plaisir de cette petite rencontre de bienvenue. *Retourne écrire c'est 200 dernières années de sa vie*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solaiman Organa
Blu (Exploration) - Rang 4
Blu (Exploration) - Rang 4
avatar

Messages : 119
Date d'inscription : 17/02/2016
Localisation : Dans le Royaume de Blu

Inventaire
Objet: Livre des Ressources, Livre des artefacts, Eclat de pierre bleu, Amélioration Rang 2.

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 15:55

Bienvenue sur le Forum OwO !

_________________

Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mark
Rosso - Rang 2
Rosso - Rang 2
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 14/08/2016

Inventaire
Objet: Un Ticket pour le One Man Show de Dead, Perruque de San Goku.

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 15:58

Bienvenue à twa o/

_________________
Mark's theme
Mark's voice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wukuri Supirittsu
Verde (Harmonie) - Rang Final
Verde (Harmonie) - Rang Final
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 19/02/2016
Age : 19
Localisation : Dans un temple en train de travailler mes jojo-poses!

Inventaire
Objet: Attrape-Rêves / Ticket pour le One Man Show de Dead

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 16:03

Un Verde Very Happy !

En tant que roi de Verde je te souhaite la bienvenue parmi nous! J'ai hâte de lire la suite de ta fiche ^^!

Au plaisir de t'accueillir dans nos belles forêts Very Happy !


_________________

IT'S A GIRL!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiji Kitsune
Verde - Rang 1
Verde - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 20

Inventaire
Objet: Permis de Création de Personnage

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 16:08

Merci à tous 'w'. Et au futur plaisir de vous rencontrer, roi de Verde '^'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Créatrice
Rang
Rang
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 12/02/2016
Age : 19
Localisation : Dans la Tour

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Mer 11 Jan - 22:59

Bienvenue et bonne chance pour ton histoire! ^w^ Pour le moment tout est clean !!! <3

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 738
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Dans ton c... Dans ma tour bien sûr

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Jeu 12 Jan - 13:50

Bienvenue à toi jeune aventurier ! J'ai hâte que tu termines ton histoire pour te voir évoluer dans notre monde, le monde des rêves où plein d'aventures t'attendent !

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Akiji Kitsune
Verde - Rang 1
Verde - Rang 1
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 10/01/2017
Age : 20

Inventaire
Objet: Permis de Création de Personnage

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Dim 15 Jan - 3:44

Finis 'w' enfin finis =w=. Bon je vais dormir maintenant =w=.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Créatrice
Rang
Rang
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 12/02/2016
Age : 19
Localisation : Dans la Tour

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   Dim 15 Jan - 13:21

Donc tu es VALIDAY !!! ~ Bienvenue cher ami, dans le monde de Yume No Sekai ~ Il y a d'ailleurs un RP qui vient d'ouvrir si le coeur te dit de le rejoindre pour tes débuts, tu n'es pas obligé, ce n'est qu'une proposition Ow<

http://yumenosekai.forumactif.org/t466-c-est-pas-conseille-d-hiberner-comme-ca-libre-environnement

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Akiji Kitsune, un esprit renard [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Techniques de Chinami, petite kitsune~ [en cours...]
» [Cours pratique] La maîtrise de l'esprit
» Petite nouvelle du Renard
» cours de latin
» Cours informatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Créer votre aventureTitre :: Les personnagesTitre :: Fiche ValidéeTitre :: Verde-
Sauter vers: