Partagez | 
 

 Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Mer 17 Aoû - 19:20

La chimie

Bonjour à vous tous jeunes aventuriers, vous me connaissez surement à présent, et ce, depuis très longtemps. Je suis le plus grand aventurier de tout Yume no Sekai, Dead, le second Ultime au côté de la grande Créatrice. De manière générale, je ne me vante pas de ce genre de titre, mais aujourd’hui, je pense en avoir très largement le droit. Après tout, et ceci en brisant le quatrième mur, une quête dont la difficulté est dîtes impossible m’a été confier, alors je vais me faire une joie de prouver que ce titre n’est pas qu’une décoration. Pour vous faire un rapide descriptif du problème dans lequel je suis tombé, il ne me suffit que de quelques mots. Je suis dans la plus grande des merdes. Je crois que cela va faire bien longtemps que je n’ai pas été dans une épreuve d’une telle dangerosité. Mais cessons de parler voulez-vous, tout ceci n’est que pour gagner du temps vous me diriez ? Surement, mais il faut bien une petite explication de la situation avant de partir à l’aventure n’est-ce pas ? Alors laissez-moi vous raconter ce que j’étais sensé faire ce jour là.

Plus tôt dans la journée, je venais d’assommer un pauvre géologue pour pouvoir prendre sa place lors de la grande expédition, qui servirait à récolter des données de toutes les mers du monde des rêves. Tout se passait bien n’est-ce pas ? Rien ne pouvait arriver. Je me mettais bien le doigt dans l’œil jusqu’au coude lorsque je me suis dis cela à ce moment. Préparant mon costume afin de passer inaperçus, il me manquait quelques ajustement à faire, j’ai du coup préparé une concoction chimique. Un simple flacon, du chlore pour la partie rocheuse et du méthane pour la partie gaz. Un peu de chaleur et voilà le résultat. Voici comment l’on produit du trichlorométhane les enfants, dans le langage courant, on appel cela du chloroforme et vous devez surement mieux savoir que moi ce à quoi cela sert. Plaçant le pauvre géologue, qui me sert littéralement de sujet de test depuis tout à l’heure, dans un placard confiné, j’y ajoutai le flacon de chloroforme dont les molécules très volatiles, vont s’évaporer pour former un somnifère qui maintiendra ce bon gros bonhomme endormit jusqu’à ce que le flacon soit vidé entièrement. Cela prendra un peu plus de vingt-cinq heures selon mes calculs et mon tableau d’avancement sur les moles.

Voilà, tout est parfait. Il ne me reste plus qu’à rentrer chez moi afin d’ajuster les derniers détails de ma tenue, n’est-ce pas ? Si seulement. C’est alors que comme le plus grand des hasards, je ne pouvais plus me servir du couloir de cristal. Quelle diablerie m’arrive-t-il ? Je ne vais tout de même pas marcher jusqu’à la tour de cristal ? Il y a bien plus qu’une journée entière de marche et je n’ai pas de déguisement pour éviter d’attirer les regards. Double problème, je ne peux pas non plus redevenir squelettique, comme si cela ne suffisait pas, le troisième livre que je portais sur moi ne me sert d’aucune utilité ici, et il ne fonctionne plus non plus dans tous les cas. Les trois à la fois ? Impossible ! Donc j’ai rapidement compris que j’étais déjà prise dans les fils de la toile d’araignée. Ma chère Créatrice, qu’est ce que tu vas m’obliger de faire aujourd’hui ? J’espère que cela ne sera pas trop long, j’ai du travail à faire moi de mon côté.

Donc, me voilà, moi, le grand Dead, entrain de marcher dans la rue comme un simple être humanoïde que je suis. Désolé de vous décevoir mais je ne suis pas humain, mon corps possède moins d’os que ceux que l’on nomme terrien. Seulement notre organisme est différent, après notre apparence ne change pas véritablement. Un peu comme les seigneurs du temps, si vous voyez ce que je veux dire. Encore de la parlotte et toujours de la parlotte, oui je sais, je parle beaucoup pour ne rien dire, vous devriez le savoir maintenant. Mais ne vous en faîtes pas, lors de cette aventure, je n’aurais pas le temps de me soucier de cela et je risque surtout d’être concentré sur ce qu’il va m’arriver. Continuons donc la narration. Tranquillement dans les rues de la ville de Waterfall, je marchais, me laissant guider par les fils de marionnettes qui m’accrochaient les jambes.  Je ne suis pas bête non plus, je vois très bien où elle veut en venir.

« Tient ? Un entrepôt ? Pourquoi me faire venir ici ? »

C’était ce que j’exclamais tout haut alors qu’une explosion retentit. Cette explosion venait clairement de l’entrepôt, je n’ai pas réellement compris pourquoi, mais aucune flamme, simplement un souffle puissant qui vint soulever ma chevelure et m’étonner. Qu’est-ce que l’on peut trafiquer dans un entrepôt servant de réserve ? Je devrais aller jeter un œil, mais je n’ai pas le droit d’intervenir, du coup je vais faire demi-tour. Ce que je fis, mais mon demi-tour me remit en face de l’entrepôt. Je retentai une nouvelle fois, rien à y faire, je me retrouvais toujours face à l’entrepôt. Au bout de quelques secondes de jeux ainsi, je m’arrête et me dirige vers l’entrepôt les mains dans les poches en m’exclamant haut et fort.

« D’accord, d’accord, je vais voir pour ton plaisir. Si tu veux mon amour mais j’espère que ça en vaut la peine…  Okay. »

Comment vous décrire l’intérieur simplement ? Oh, je sais, c’était en miette et le mur opposé à mon entré était réduit à l’état de cendre avec des flammes qui brûlaient encore dessus ! Vous m’avez bien compris, des flammes qui brûlent du béton. Enfin, vous devriez surement savoir de quoi il s’agit n’est-ce pas ? Non ? J’expliquerais cela plus tard, tout d’abord, hâtons nous vers ce pauvre homme qui se trouve au sol. Un physique quelque peu caricatural, des cheveux dressés sur sa tête comme s’il avait prit un éclair sur la tête. Cheveux noirs avec une mèche blanche, une peau rouge, pâle, il ne dort pas souvent. Des lunettes sur le nez, une blouse noir, d’accord je vois le genre. Il s’agit d’un scientifique Gorkoh, une origine plutôt intéressante et intelligente si vous voulez mon avis. Sa blouse noire indique clairement qu’il s’agit d’un scientifique du mal, ou pour les anglophone Mad Scientist. Il doit donc surement travailler pour un mauvais gars. Réfléchissons trois secondes, Blu ? Mauvais ? Oh, je vois pour qui il travaille, un certain grand démon qui a déjà fait des ravages. Qu’est-ce que celui-ci vient faire ici, et surtout quels genres d’expériences ? Je tapotais sur ses joues pour tenter de le réveiller, sans succès une première fois, mais après un second essaie, il se réveilla tout affolé.

« Qu’est-il arrivait aux molécules ? »
« Oh, du calme l’ami, vous savez que vous venez de survivre à un truc qui a l’air tout a fait dangereux ? »
« Oui ! Je le sais bien ! J’en suis le créateur ! »
« Mais de quoi parlez vous voyons ? Calmez-vous et expliquez-moi. »
« Les molécules ont mutés ensembles de façon étrange et elles sont devenues des monstres difformes et destructifs. »
« Je vois. Quelles genres de molécules avaient vous utiliser pour vos expériences ? »


Il commença alors à me faire une liste. Au début, la première molécule ne m’étonna guère. Après tout, il s’agit d’un scientifique du mal, pourquoi jouerait-il avec des molécules toute mignonnes ? Bien sûr, il faut qu’il utilise des molécules dangereuses comme le trifluorure de chlore. Bon, cette molécule est dangereuse, mais très utilisé pour l’astronomie en général. Vous savez, le feu qui brûle tout, genre, les flammes que vous retrouvez sur le mur explosé, et bien c’est l’œuvre de cette molécule. Mais lorsque la liste continua, je n’en croyais pas mes oreilles. Vous êtes sérieusement entrain de me dire, que cette abrutie à mélanger sept des molécules les plus dangereuses que l’on puisse trouver ? Vous vous foutez de ma gueule ? Et t’as mélangé ça à quoi mon poteau ? A une poudre magique qu’un soldat robot t’a ramenée de Verde. Et bien, t’as fais fort sur ce coup là tu sais, si je n’étais pas l’Ultime de ce monde je t’aurais déjà collé un coup de poing tellement fort qu’il aurait réveillé tes ancêtres. Bon, à présent je crois comprendre. Soit la Créatrice à produit cet événement pour me faire regretter le fait que je me sois amuser à me vanter de mes capacités, soit elle m’a fait venir ici car il y avait un problème de taille colossale, et que personne n’aurait pu régler à part moi.

« Je vais m’occuper de les arrêter. Vous, vous allez informer les autorités de Blu de faire évacuer au plus vite les zones où les molécules vont. Vous devez surement avoir des caméras pour les suivre à l’œil non ? »
« Mais, les autorités vont venir m’arrêter. »
« C’est pas mon problème, vous préférez que ces trucs reviennent vous tuer une fois qu’elles ont dévorés toute la ville de Waterfall ? Alors, il ne fallait pas faire le malin et mélanger la magie avec la science quand on n’en a pas les connaissances. »


Sans plus tarder, je m’élançais à travers le trou enflammé pour trouver les molécules mutés à la magie afin de les arrêter. Techniquement, si elles ont gardés leur propriété de molécule, cela ne devrait pas être difficile de les affronter. Après tout, je m’y connais plutôt bien en chimie et je connais les faiblesses de ces molécules et comment les contenir. Par contre, si elles ont prit en plus de leur propriété chimique, les propriétés magique de la poudre, alors je suis dans de beaux draps, car le scientifique ne sait pas lui-même ce qu’est cette poudre. Nous sommes plutôt éloigné de la ville, et si le scientifique écoute ce que je lui ai dis, je devrais être rapidement aidé de la milice. Ainsi, la plupart des victimes potentielles seront évacués. Un petit coup de fil via l’oreillette que je lui ai récupéré pour que l’on reste en contact lors de l’opération.

« Je me dirige bien vers la molécule muté de Trifluorure de chlore n’est-ce pas ? »
« En effet, comment savez-vous cela ? »
« Peut être à cause des traînées de flammes que laisse les flammes de la molécules abrutie ! »
« Euh, oui c’est vrai excusez-moi. Que puis-je faire pour vous dans ce cas ? »
« Me dire simplement la distance entre la molécule et la ville et ensuite me guider vers la plus proche de ma position. »
« Hum… Le trifluorure de chlore est à deux kilomètres de la ville, les molécules se déplacent à des différentes vitesses. »
« Cela doit surement dépendre de leur propriété chimique, les plus volatiles doivent se déplacer plus lentement du fait du manque de vent à Waterfall. »
« Oui, surement. La plus proche sera ensuite la molécule muté du super acide Fluordantimonique »
« Okay, bien reçus. Pour la suite des opérations, on appellera les molécules par un nom raccourcis pour éviter de perdre trop de temps d’accord ? »
« Bien reçus. Vous approchez de Trifluorure, vous devriez l’apercevoir non ? »
« Oui en effet et putain de merde c’était quoi cette poudre magique ?!? »


Mon étonnement n’était pas exagéré, la poudre magique qu’avait utilisée le Gorkoh devait être sacrément puissante et/ou chargée en énergie. Je me demandais même si ce n’était pas une personne telle que Nilhus qui lui aurait vendu cette poudre magique. La molécule avait prit des proportions énormes. Si par exagération et par simplification, je vous dis que l’atome d’hydrogène est la mesure universelle, selon vous, combien de fois suis-je plus grand que cette atome ? Je suis un virgule soixante-seize fois dix puissance dix plus grand que celui-ci. Pour ce qui n’y connaissent rien en science, enlevez la virgule et rajoutez huit zéros derrière ce nombre, voilà à peu près combien de fois plus grand cela fait. Et bien cette chose, est a quatre fois dix puissance dix plus grand que l’atome d’hydrogène. Soit en quelque sorte, environ quatre fois plus grandes que moi ! Rajoutez à cela le fait que mon amour m’a privé de mes livres, que ma capacité lié à ma hyper empathie ne me sert à rien face à des êtres qui ne sont pas doués de véritable intelligence, ainsi que ces choses possèdent encore leur propriété chimique et physique en plus de leur taille. Vous l’avez deviné, je suis dans la pire galère possible.

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Ven 19 Aoû - 1:52

Trifluorure, l'arthropode enflammé

Trifluorure de chlore muté, ou le petit surnom que nous lui avons donné, Trifluorure. Un monstre colossale d’environ quatre mètres de haut tout en combustion. La bête ressemblait à une longue chenille de plusieurs mètres de longueurs, dont l’extrémité du corps était relevée sur quatre mètres. Un arthropode d’une taille colossale me diriez-vous, mais ce n’était pas ce qui était le plus impressionnant. Non, le plus impressionnant dans tout cela était les flammes d’une blancheur impressionnante qui composait son corps. Les flammes du Trifluorure sont dangereuses, elles possèdent un pouvoir comburant impressionnant. Impressionnant à quel point ? Dîtes-vous que cette molécule est capable de brûler même ce qui ne peut l’être à l’état naturel. Des matériaux comme le béton, le gravier, le verre et même ce qui a déjà été brûlé. Une combustion absolue et une puissance incroyable. La chaleur n’est pas si désagréable à une dizaine de mètre de la créature, mais le moindre faux pas, me brûlerait vif.

Les couleurs de la bête en son intérieur étaient du jaune et du vert. Seulement, la blancheur des flammes troublaient ces couleurs, donnant une vision épileptique de la chose. La combustion impressionnante brûler même le sol de pierre de Waterfall. Je devais rapidement trouver une solution, mais tout d’abord, attirons le regard de la bête. Mon but et de l’éloigner le plus possible des quartiers habités, du moins, jusqu’à ce que la milice est fait son travail. Une pierre ramassée par là suffira. Une course effrénée depuis plusieurs minutes déjà, j’étais à sa portée, environ cinq mètres derrière lui. Un morceau de roche jeté en sa direction l’heurta et il s’arrêta dans sa course, se tournant vers l’aventurier qui reprenait son souffle. Des mouvements saccader me permis d’avoir toute son attention, il se dirigea alors vers la première chose que ses flammes avaient à grignoter, soit moi.

Comment cela se fait que la pierre a réussit à le frapper alors que la molécule est sensé brûlé même le béton ? C’est très simple, si je vous jette quelque chose dessus très rapidement, vous n’aurez jamais le temps de l’attraper avant qu’elle ne vous toucher. Ici c’est à peu près la même chose, je lance un objet à une certaines vitesses, et cet objet en question vient frapper les molécules avant que les flammes ne le saisissent totalement pour finir de le dévorer. Je vais d’ailleurs user du même procédé pour vaincre cette molécule. Chemin inverse, nous sommes à présent poursuivit par la bête et je n’ai que quelques chois devant moi.

Premier choix, usé de l’eau pour éteindre les flammes. Hypothèse, les flammes vont s’éteindre suite à la quantité de liquide ignifugé s’effondrant sur le monstre. Réflexion, le feu du Trifluorure brûle même ce qui ne peut être brûlé, est-ce que cela comprend aussi l’eau dans ces conditions ? Seconde réflexion, les flammes s’éteindront, mais les molécules de trifluorure de chlore sont instables à l’air libre et entre très facilement en combustion. Conclusion, l’eau n’éteindra que brièvement les flammes qui reprendront ensuite leur départ enflammées.

Second choix, faire effondrer de la matière sur la molécule. Hypothèse, les flammes étouffaient par les pierres et le sable qui tombe sur le monstre ne pourra le protéger des chutes de pierres. Réflexion, de même que l’explication précédente, le feu n’aura pas le temps de brûler les roches et les éteindra. De plus, les gravas restant frapperont de plein fouet la bête qui sera sans défense. Echec possible, la taille du monstre et sa résistance encore inconnue empêche de prédire si l’expérience sera un franc succès. Entrepôt en vue, probabilité de présence à l’intérieur, moins de cinquante pourcent, c’est trop pour tenter l’impossible, mais je dois le faire. Expérience lancé dans trois, deux, un, go. Probabilité d’échec inférieur à vingt pourcent.

Sans plus tarder, revenons à nos moutons. Après plusieurs centaines de mètres courut au plus vite, j’arrivais à rejoindre un entrepôt différent de celui où se trouvait notre ami le scientifique. Mon plan était simple, faire effondrer le bâtiment sur la bête qui m’a poursuivit. Mais comment faire s’effondrer tout un bâtiment ? Simple, avec des flammes dont le pouvoir comburant est supérieur à ma tour. Vous avez compris la blague ? Hum, hum, passons sur cela, vous n’avez rien vu, rien entendu. Une fois à l’intérieur, j’observais rapidement tout autour, une réserve de nourriture, mince, ce n’est pas une très bonne chose que de gaspiller la nourriture. Mais je pense qu’ils pourront me pardonner d’avoir détruit cet entrepôt pour sauver leur ville. Trifluorure explosa la porte en mille morceaux d’une explosion enflammée. Je me retrouvais au centre du hangar métallique face au colosse de feu devant moi. Pendant que le monstre semblait jaugeais la situation, j’en profitais pour contacter de l’aide.

« Hey, tu peux rapidement me dire s’il y a des gens dans le hangar ou aux alentours ? »
« Je vous dis cela tout de suite. »
« Fait vite s’il te plait, je ne pourrais pas le retenir longtemps de tout détruire. »


J’avais parfaitement raison, le démon souffla une explosion de flammes en ma direction. Par pure reflex de survie, je me suis jeté sur le côté, évitant ainsi de me faire transformer en cendre. Ma tenue commence à prendre feu, mince. Sans attendre plus longtemps, je retire mon blouson pour le frapper contre le sol à plusieurs reprises et éteindre le feu. J’ai le temps, mon bond in extremis m’avait permis de sortir de son champ de vision et de me retrouver derrière une pile de nourriture. Mais ce temps était particulièrement court, juste assez pour terminer d’éteindre les flammes. La bête me retrouve et s’en suit une course poursuite à travers palettes et pilier de métal. Divers objet brûlèrent sur notre passage, je ne pouvais rien y faire, mon plan était de le faire sombrer ici, je n’ai pas vraiment le choix. La plupart des piliers fondamentales sont brisés, plus qu’un seul, mais je vais devoir la jouer fine sur ce coup-ci.

« Allo, vous m’écoutez ? »
« Raconte ! Vite, j’ai pas beaucoup de temps avant qu’il ne soit trop tard. »
« Il y a des enfants qui sont venus jouer prêt de l’entrepôt, ils sont juste à l’extérieur. »
« Et merde ! »


Des enfants, c’était bien la dernière chose que je voulais savoir proche de cet enfer. Vite Dead, trouve une solution, tu dois en trouver une très rapidement. La narration et le récit se mélange, le quatrième mur se brise, je cherche une solution jeunes aventuriers. Comment pourrais-je m’en sortir ici tout en obligeant la bête de détruire le bâtiment et de courir assez vite pour sauver les enfants ? Réfléchit vite abruti de squelette. Je sais ! Retour à la narration. Le conteur est de retour pour vous expliquer le procédé ingénieux du maître de la fourberie. Le squelette n’avait que très peu de choix a vrai dire, un pilier à détruire, aucun autre moyen que d’obliger le monstre à le brûler lui-même. Les enfants sont contre la porte extérieure, celle opposé à la porte d’entrée des deux adversaires. Le chimiste s’était alors souvenu de quelque chose plus tôt. Les propriétés physiques et chimiques sont respectés, mais aussi certaines magiques que la poudre a appliqué. La boulle de feu. Je priais pour que cela fonctionne à ce moment précis. Usant de tout l’espoir possible pour m’en sortir vivant, mais aussi pour sauver les enfants de la menace. L’Ultime entama son plan, slalomant entre les plaquettes de nourritures et les derniers piliers, il accéléra alors une dernière fois pour le semer sur la vitesse. C’est alors que tout se produisit comme prévu.

La bête se voyant dépasser physiquement, usa de la magie. Une explosion de flammes traversa le hangar sur plusieurs mètres en avant. Sans plus attendre, je courus vers la sortie où les enfants devaient se trouver. Défonçant la vitre à coup de pied sauté pour ne pas perdre de temps, je tombais nez-à-nez avec trois enfants venues ici pour rester à l’écart et faire je ne sais quoi avec leur substance illicite. Je choppe ceux qui semblaient les deux plus faibles sous le bras et hurle au troisième de me suivre en courant le plus vite possible. Sur plusieurs secondes, un sprint endiablé se fit entre moi portant les deux enfants, et le troisième qui ne comprenait pas ce qu’il se passait. Puis vint l’effondrement du bâtiment sur lui-même. La poussière s’envolant loin devant nous.

« A couvert ! »

Hurlais-je alors sur l’enfant tout en me jetant au sol et les couvrant de mon corps. Les débris vinrent frapper à plusieurs reprises sur mon dos, mais rien de bien graves, au grand maximum, j’irais mieux après avoir souffler quelques instants.

« C’était quoi ça ? »
« Tu ne veux pas le savoir petit, sincèrement. »
« Vous nous avez sauvé en faîtes ? »
« On peut dire cela, mais excusez-moi, je n’ai pas encore finit de sauver tout le monde, j’ai encore beaucoup de travail. »


Ce n’était pas si bien dire après tout. Il y avait encore six molécules à trouver et éliminer du jeu. Pour le moment, les dégâts que j’ai subis été minime. Mais je n’espérais pas m’en sortir avec autant de chance pour les prochaines mutations. C’est alors que les enfants à qui je venais de sauver la vie ressentir une peur effroyable. Mince, c’est trop tard ! Juste derrière moi se trouvait une nouvelle molécule, et une véritablement dangereuse. Azidoazide Azide, la molécule la plus instable existante. Avant même que les enfants n’aient pu hurler de peur, les quelques mots de ma bouche les devancèrent.

« Fuyez tout de suite ! »

Une explosion se produit alors, légère, mais assez puissante face à un simple corps. Ne vous inquiétez pas, aucun enfant n’a été blessé. Encore une fois, je plongeai tel un héro pour sauver la vie de ces pauvres enfants. Le poing colossale de la molécule muté vint frapper mon corps et explosé avec violence. Une explosion fulgurante. Mon blouson, déchiré par l’impacte. Mon haut, entièrement volatilisé. Ma peau, ouverte à de nombreux endroits par les fissures des atomes produisent lors de l’explosion. Le regard porter sur la molécule me permit rapidement de comprendre quel type de magie les animer. De la même façon que les golems naissent et vivent, les molécules ont subies une transformation magique pour devenir des prototypes de golems. C’est une très belle invention que tu nous as pondues là mon ami, mais pas avec des molécules aussi dangereuses que celle-ci.

« Je vous ai dis de fuir d’ici au plus vite, bande de petit con. »

Les enfants ne m’avaient pas encore écouté, trop apeuré par ce qu’il venait de se passer. Mais après une nouvelle phrase hurlée, ils m’écoutèrent enfin pour fuir au loin et me laisser face à Azidoazide. Celle-ci va tellement me donner du fil à retordre que je vais devoir réfléchir à comment la stabiliser. Stabiliser l’instabilité, tu parles d’une aventure. Je vais mourir avant d’avoir réussit. Son poing colossal voulut une nouvelle fois venir s’écraser contre moi. Je plonge en arrière pour éviter le poing, mais l’explosion me propulsa loin, très loin en arrière. J’atterris proche des débris de l’hangar, proche de la mort surtout. Le colosse Azidoazide n’était pas mon seul problème. Oui, en retombant proche des débris, je venais de remarquer que l’arthropode enflammé, Trifluorure, était encore debout. Ses flammes se rallumèrent sous les décombrent et consumèrent béton et métaux pour le faire sortir de sous les débris. J’avais déjà du mal contre un, mais à présent je vais devoir en gérer deux en même temps. Le pire, c’est que ce n’est pas finit, cinq autres attendent patiemment que je vienne les massacrer.

« Hey, le Gorkoh. »
« Oui, qui a-t-il ? »
« Si je meurs, tu pourras dire à ma femme que je l’aime ? »
« Je veux bien, mais comment s’appel votre fedmme et où puis-je la trouver ? »
« Tu la connais forcément, elle habite la plus haute salle de la plus haute tour. »
« Une minute, vous êtes… »
« Oui, je suis la Mort et je viens chercher les âmes des damnés. »

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Sam 20 Aoû - 14:28

Combat contre un véritable héro



Perdu, appuie sur start pour recommencer. C’est exactement ce que j’aurais voulue faire à ce moment, pouvoir revenir en arrière et changer de première cible, mais cela n’est pas possible à l’heure actuelle. Non, je ne possède pas la détermination, mais je suis déterminé à vaincre pour protéger ceux que j’aime. Même si le monde tombe autour de moi, même si mon corps sera mit en pièce par ce combat, je me relèverais encore, encore et encore, encore et toujours. Même après que mon corps et mon esprit soient devenus poussière, je serais encore debout à protéger les aventuriers. En réalité, je parle, je divague, je continue d’exprimer mon ressentie, mais je n’ai pas le droit d’agir contre d’autres aventuriers. Si jamais une véritable guerre éclate, je ne pourrais rien y faire. Mais aujourd’hui c’est tout autre, aujourd’hui je me retrouve face à quelque chose qui est dénué de sens, dénué de vie, un simple objet destructeur. Une existence qui est en plus éphémère et qui n’a de solution que de détruire ce qui l’entoure. Je ne laisserais jamais cela arrivé, jamais Waterfall, ni le royaume de Blu ne sombrera par mon incompétence.

« Vous allez devoir essayer un peu plus fort. »



La suite était magistrale, un combat d’anthologie entre l’homme et la chimie. Un combat pour le moins étrange qui résume en ce que la vie dans l’univers a put dévoiler. Un combat entre la création et le créateur. Un affrontement sur des lois perceptibles par tous, un duel pour maîtriser la puissance de nos créations. Littéralement, un affrontement face à notre propre imagination. Les flammes de l’arthropode se soulevèrent, s’améliorèrent de chaleur, une boule de feu suivit cette action. Les flammes passèrent si près de mon corps que la chaleur ressentis par celle-ci réussirent à me blesser à elle seul. Par pure reflex, je m’étais décalé du souffle des flammes pour éviter de subir toute étincelle trop hardie. On ne joue pas avec le feu, on le maîtrise. Le colosse se trouvait juste derrière moi, il allait frapper à nouveau de son poing impressionnant. Le sol allait voler en éclat si je le laissais faire et fera bien plus de dégât que si je prenais le coup de face. Réaction purement logique d’un tacticien et de quelqu’un qui connait son anatomie et celle de la zone où se déroule l’affrontement. Le poing vint donc s’écraser contre mes bras, placé en crois pour protéger ma tête. L’explosion retenti, et me repoussa moi et la molécule mutée. Le souffle de l’explosion n’est donc pas produit par les molécules, mais par les frappes qui produisent une réaction avec ce qu’elle touche. Très bien, la taille des atomes et des molécules agrandit ainsi que leur densité diminuée augmente la stabilité de l’Azidoazide, cela permet qu’il n’explose pas au moindre mouvement dans l’air. La magie a finalement servie à quelque chose d’utile. Cette molécule qui ne pouvait servir à absolument rien peut importe ce que vous en faisiez, vient de dévoiler elle-même, le secret de sa maîtrise.

Dans ce cas, cela signifie que si je frappe mon adversaire avant qu’il ne m’atteigne, le souffle de l’explosion ne me fera que de léger dégât. Parfait, mais encore trop peu de détail pour avouer que l’expérience est terminée. Surtout que réaliser deux expériences en même temps est demande une dextérité impressionnante. Le vent n’est pas ici pour m’aider, les vagues sont trop loin, je suis donc véritablement seul dans cette bataille. Mes jambes se raidissent suite aux blessures, les flammes s’alimentent à nouveau avec l’oxygène qui nous entoure, j’entends la fréquence de leur crépitement qui s’accélère. Les flammes vont être jetées à nouveau, mais mes jambes refusent de bouger. Si je subis cette attaque c’est terminé pour moi, je vais devoir dire adieu à ce vieux blouson. Je l’adorais pourtant, sincèrement, cela fait des centaines d’années que je l’ai, je n’ai jamais voulut m’en débarrasser malgré les nombreux trous à l’intérieur.

« Adieu mon vieil ami et merci pour tout. »

Déchire le blouson le plus rapidement possible, il ne faut pas qu’il se soit sacrifié pour rien. Les tirs se produisent cinq secondes après le chargement, cela signifie qu’il ne me reste plus qu’une seconde. C’est tout juste le temps qu’il me fallut pour me laisser tomber à genou au sol et être entièrement protéger des flammes par ce blouson qui était un véritable ami dans les moments de solitude. Bien sûr, j’avais totalement ignoré que devant moi, le géant s’était remit de la précédente explosion. Il allait lui aussi retenter de me frapper de son poing massique. Malheureusement pour lui, il lui aurait fallut un léger instant supplémentaire pour m’atteindre. Les flammes du Flurorure sont projetées de sa gueule pour brûler tout ce qui se trouve sur leur passage. La molécule mutée d’Azidoazide Azide subit lui aussi l’attaque. Mais sans défense, celle-ci sera bien plus destructrice que sur mon corps. La chaleur me brûla sévèrement, elle m’obligea à serrer les dents pour résister à la douleur produite. Une fois le souffle de flamme passée, je jeté mon blouson qui était entrain de se consumer. Voudriez-vous une explication ? Ou avez-vous déjà compris ce qu’il venait de se passer ? Un indice, il s’agit de la même réflexion que pour la pierre. Si vous ne voyez toujours pas, je vais vous expliquer. Les flammes ici sont projetées avec une très grande vitesse pour brûler principalement avec la chaleur mais aussi pour créer d’autres flammes qui viendront s’alimenter sur les objets touchés par celle-ci tant qu’il y a du comburant. Problème, c’est qu’entre les flammes et moi, il y avait mon blouson, j’ai donc subit la forte chaleur des flammes, mais elles n’ont pas put s’accrocher à moi pour brûler car la vitesse était trop grande pour entièrement consumée mon blouson qui me servit de protection et ainsi me brûlé. Peut importe la puissance du feu, si sa vitesse est trop grande, il n’aura jamais le temps de consumé entièrement un objet derrière lequel vous vous cachez.

A présent les deux expériences tests produisent les résultats, on va donc passer à la mise en préparation de la véritable expérience. Les deux premiers choix n’étaient pas les bons, l’eau et les pierres ne peuvent fonctionner. Faisons donc la conclusion de la seconde expérience. La roche a éteint les flammes comme espérés, mais elle n’a pas anéantit la bête qui était bien trop colossale pour se faire écraser comme un vulgaire insecte. Je dois donc partir sur le troisième et dernier choix, lui priver de son comburant. Un comburant est un carburant mais pour les flammes, ici il s’agit de l’oxygène. Hypothèse, privé de son oxygène, les flammes vont s’éteindre rendant le Trifulorure sans aucune défense. Conclusion, il ne résistera donc jamais à une explosion de l’Azidoazide.

Le combat recommence, c’est à moi d’attaquer, à présent je sais comment faire. L’Azidoazide est entrain de se remettre de ses derniers dégâts, son pouvoir de régénération est impressionnant, mais il ne résistera pas aux flammes du Trifluorure. Je fonce, mes jambes se sont remit de leur paralysie momentanée. Le Trifulorure me poursuit, il va tenter de me brûler au contact puisque ses boules de feux ne semblent pas fonctionner. De mieux en mieux, vient là mon gros. Il se dirige tout droit vers le colosse et très rapidement. Alors que celui-ci est entièrement relevé, je vois un trou de souris dans lequel me faufilé. Entre ses jambes, je plonge en tacle glissé pour me retrouver derrière lui, bien sûr, cette chose sans cervelle frappa le sol et produisit une explosion qui bloqua dans son élan l’arthropode. A présent, tous les éléments sont en place, il ne me reste plus qu’à faire une chose et une seule, frapper.

Je lance mon poing contre le présumé dos du colosse. L’explosion se produit mais le souffle se trouve dans le sens opposé à mon poing, je n’ai subis qu’un très léger choc. On va donc continuer de frapper, encore et encore, toujours plus ! Des coups de plus en plus violent et rapide vinrent frapper le dos du colosse, dont les explosions enflammées étaient entrain de privé d’oxygène les flammes de trifluorure de chlore. Les flammes brûlaient par contre peu à peu l’Azidoazide et il devenait le comburant de celle-ci, tombant sur l’arthropode et produisant une nouvelle explosion. Quand à moi, je continuais de frapper, encore et encore, les explosions répétées venaient de déchirer le haut de mes vêtements, dévoilant mes muscles aux flammes qui venaient frappé elle aussi contre mon corps.

« ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ORA ! »

Dans une dernière explosion, je fus éjecté au loin, tombant sur le dos au sol, de nombreuses cicatrices ayant immédiatement cautérisé à cause de la chaleur des flammes du Trifluorure. Mais il ne faut pas se reposer sur ses lauriers, le combat est très loin d’être finit, il y en a encore cinq comme cela. Je dois me dépêcher de les trouver pour les vaincre, mais là, pour le moment, pour ses quelques secondes au sol, je me reposais, juste ce qu’il faut pour que je reprenne mon souffle, une minute pas plus.

« Gorkoh, dis moi qu’ils sont bien mort ces deux là s’il te plait, je n’aurais pas la force de répéter une nouvelle fois la même chose pour les éliminer. »
« Vous… Vous les avez complètement détruite, il ne reste plus rien, les atomes se sont déchirés et ont éclatés à cause de la magie plutôt que d’être désintégré comme il se devait de l’être. »
« Ah, merci de m’annoncer une bonne nouvelle. Si tu pouvais m’en donner une seconde, comme par exemple que la milice à commencer à évacuer les zones d’attaques possibles. »
« C’est exacte, j’ai contacté les autorités de faire évacuer les zones avec le plus de risques statistiquement. Mais ils ont aussi insisté pour vous venir en aide. »
« Inutile, complètement inutile, ils ne trouveront jamais le chemin jusqu’ici. Dit leur clairement de ne pas s’occuper des molécules et de protéger les habitants, je m’occupe de tes créations. »
« Je vais les recontacter tout de suite. »
« Merci. »


Pas de repos pour un héro, sauf que je n’en suis habituellement pas un, je suis un aventurier avant tout bien que j’ai de très nombreuses connaissances en chimie. Je me relevais au même moment qu’une gigantesque explosion se fit ressentir. Le sol en tremblait et l’air fut violement repoussé. Qu’est-ce que c’était ? Quelle diablerie peut produire un son si puissant et un souffle aussi impressionnant. Puis je vis la vibration que cette explosion avait produite contre le bouclier de la ville. Mince, mince, mince, je n’ai vraiment pas le temps. Cette explosion se situe vers le bouclier, mais la position des autres molécules est de l’autre côté, vers la ville. Mais si le bouclier venait à se briser, se serait la fin de Waterfall, la pression fera le reste du travail et la ville finira sous les eaux. Je dois donc d’abord m’occuper de cette molécule muté et j’enchainerais ensuite sur les autres. Je n’ai vraiment pas de chance. En étant logique, il n’y avait que très peu de molécule pouvant produire des explosions dans les sept qui aient mutées. On peut donc très facilement deviner celle qui venait de créer un tel vacarme.

Octanitrocubane, la molécule au potentiel explosif la plus puissante. Je ne sais pas comment la magie l’a fait évolué, mais sincèrement, je n’ai pas envie de savoir ce qu’elle peut faire. Déjà que l’Azidoazide était un véritable danger sur patte alors que sa puissance explosive est très minime, mais incontrôlable, celle-ci est si puissante qu’elle me tuerait sur le coup si jamais je faisais le moindre faux pas. Prions pour que la poudre magique soit changée ses propriétés de même manière qu’avant. Sinon, c’est terminé, je ne pourrais pas gagner contre cela. Mais c’est trop loin, dans mon état, cela ne sert à rien que je m’y rende, le temps que j’arrive, le bouclier aura surement déjà explosé. Mais j’ai trouvé le meilleur moyen possible pour m’y rendre. Un petit véhicule anti-gravité placé ici, il doit surement servir pour déplacer les palettes de ressources d’un point A à un point B. Un petit peu de bricolage, le fil rouge sur le bouton rouge et le fil vert sur le bouton vert. Merde, les boutons sont blancs et bleu. Bon ben, on va essayer cela comme ça. Le fil rouge, sur le bouton blanc, le fil vert sur le bouton bleu. Cela ne marche pas, donc c’est l’inverse. Le fil rouge, sur le bouton bleu et le fil vert sur le bouton blanc. Et voilà, je suis un génie, le moteur à démarrer et je peux m’y rendre beaucoup plus rapidement.

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Mar 23 Aoû - 12:56

L'Octanitrocubane, un œuf avec des émotions

Deux kilomètres, c’est la distance à laquelle je me trouvais du bouclier, là où l’explosion s’est faîtes. Il y a de l’eau qui nous sépare, le combat se déroulera surement sous l’eau, au niveau des sas d’entrés. Mais pour le moment, je dois me concentrer sur la conduite de cet engin. Il va plutôt vite pour un véhicule de travail, surement à cause de sa faculté anti-gravité. Slalom entre cargo et plaquette de livraison empilé, accélération sur une ligne droite entre deux énormes conteneurs, dérapage pour éviter de sombrer sous l’eau avec le véhicule. On évite la jeune demoiselle et les petits enfants, dommage, en temps normal j’aurais roulé dessus, cela m’aurait valut mille points. Non, je rigole ne vous en faîtes pas, concentrons nous à nouveau sur la conduite.

Le bouclier n’était plus qu’à quelques mètres devant moi, mais le lieu de l’explosion se trouvait sous l’eau. La zone était éloignée du port naval, impossible de s’en rapprocher avec le véhicule que je possède actuellement. Impossible ? Vous me croyez vraiment demeuré en réalité ? L’eau est un liquide, moins dense qu’un solide, mais cela suffira à amortir pendant plusieurs secondes le véhicule afin que je me rapproche du bouclier. Il faut que je parvienne à produire un saut de cinquante mètres avec le véhicule, selon de brèves estimations, je pourrais rester au dessus de l’eau pendant seulement dix mètres, et ainsi pouvoir me rapprocher des cent mètres totaux à parcourir. Mais comment parvenir à un saut pareil ? Votre ami le narrateur va vous l’expliquer jeunes aventuriers. Dans un élan de courage, ou plutôt d’insouciance, je faisais demi-tour avec véhicule pour tourner autour du conteneur le plus proche. Parfait. Je récupère des planchettes de livraisons pour les placer de façon à créer un tremplin. Quelques minutes me suffirent, je perds énormément de temps, mais si je fais ces cents mètres à la nage, je ne pourrais pas plonger jusqu’au fond du bassin pour aller voir ce qu’il s’y passe.

Tout était prêt, un tremplin, une base et un véhicule. Plus que le saut. Oui, un saut. Accélération au maximum, le véhicule atteint les quatre-vingt-dix kilomètres par heure en quelques secondes. Il atteint les cent kilomètres par heure au moment du saut. Le vol fut impressionnant, je tenais en équilibre comme je le pouvais mais malheureusement, je ne suis pas un bon cascadeur. Au final, ce qu’il semblait être une merveilleuse idée se retrouva être une piètre représentation. Le poids du véhicule était bien trop élevé comparais au mien, sans les connaissances et le savoir faire, je n’arrivais pas à redresser la voiture dans les airs. Je me retrouve donc tête à l’envers entrain de filer à toute vitesse et ne rien pouvoir contrôler. Une dernière solution, abandonner le navire. Je dégrafe ma ceinture en laissant tourner l’objet devenue incontrôlable par ma faute et je plongeais. Pas de chance aujourd’hui, on va dire qu’au moins j’ai trouvé quel livre récupérer pour ma lecture du soir.

Sous l’eau, ma première réaction fut de remonter à la surface pour respirer. Mon véhicule avait fait un piqué dans l’eau et avait traversé sa première couche comme un missile. Avec la vitesse, si j’étais resté à l’intérieur du véhicule, j’aurais prit un coup si puissant qu’il m’aurait assommé. En vérité, je n’ai que très peu de choix devant moi, si je finis endormit, se sera la pire des catastrophes, car cela signifie que j’aurais échoué, j’espère alors que quelqu’un viendra me remplacer mais j’en doute. Une heure entière c’est écoulé depuis le début de mes actions, une heure, cela signifie que même si elles ne sont pas rapides, elles ont entièrement eut le temps d’arriver en ville et de commencer à faire des ravages. Je ne suis pas supersonique après tout, ma vitesse moyenne est supérieur à celle de personnes lambda, mais très légèrement, mon atout réside dans l’endurance que je me suis forgé avec le temps. Assez bavardé, j’ai pris une bouchée d’air frais et je replonge à la recherche de la bête.

Sincèrement, je suis autant content qu’apeuré. J’ai trouvé la bête en quelques secondes seulement, ce qui est une très bonne chose, malheureusement, je ne m’attendais pas du tout à cela. Pour vous décrire l’Octanitrocubane, je vais vous dire simplement que sa taille fait celle d’un putain de bâtiment ! Sincèrement, la bestiole que j’ai en face de moi n’a rien à voir avec les deux autres que j’ai affronté plus tôt. Celle-ci est bien plus grande, mais en réalité, il y a un petit détail qui m’a échappé à ce moment. Mais je vous en parlerais plus tard, j’avais tout d’abord une réponse à formuler à mon ami Gorkoh qui tenter de me contacter sous l’eau. Une nouvelle bouchée d’air frais pour pouvoir parler avec lui et on y est.

« Qui a-t-il ? »
« J’ai finis de contacter les gardes et réussit à les convaincre, certaines molécules sont arrivés en ville et commence à faire des ravages. Ils nous ont remerciés d’avoir alerté pour l’attaque des molécules mutées. »
« Ah, parfait, malheureusement je vais encore avoir besoin de ton aide. »
« Qui a-t-il ? »
« Est-ce que la taille des molécules mutés à évolué au cours du moment où elles se sont libérés et enfuit de ton laboratoire, et le moment présent ? »
« Non, absolument pas, aucune n’a évolué en taille depuis ce moment, je peux encore vérifier si vous le désirez ? »
« Non ne t’en fais pas, c’est suffisant. Je risque de te recontacter dès que j’ai trouvé un moyen de récupérer l’Octanitrocubane mutée. »
« D’accord, faîtes attention, je ne l’ai pas sur mes caméras celle-ci. »
« Oh ne t’en fais pas je sais très bien pourquoi. »


A présent je comprends, l’explosion était puissante tout à l’heure, mais aucune flamme, aucune combustion. Ce que je vois sous l’eau n’est donc qu’une protection, son explosion se concentre en un point pour frapper le bouclier de Waterfall, elle fait ainsi bien plus de dégât contre celui-ci sans pour autant se blesser. Mais donc cela signifie qu’une explosion va bientôt refaire surface, je dois vite réfléchir à comment m’en débarrasser. Un nouveau plongeon vers le fond me permit d’observer la structure, la chose semble assez souple, voir môle, des battements la font vibrer de toute part, comme s’ils s’agissaient d’un cœur qui bât. Cette chose est donc véritablement entrain de préparer quelque chose, elle doit avoir un cœur qui déclenche l’explosion, et ce cœur, c’est de la molécule mutée. On remonte à la surface. Plusieurs entrées, aucun moyen de déterminer s’il y a de l’oxygène et un air respirable à l’intérieur malgré que j’aie plusieurs hypothèses qui peuvent s’avérer juste. Pour une explosion, comme décrit plus tôt, il faut un comburant qui est souvent l’oxygène. Hors, première hypothèse, la chose conserve une grande quantité d’oxygène et d’air à l’intérieur de sa carcasse, telle une bulle avec le procédé de la cloche. Seconde hypothèse, elle filtre l’eau pour en retirer tout le potentiel en oxygène. Le second cas serait un problème, car cela signifierait que l’eau environnant cette chose est basique. Une base est l’inverse d’un acide, mais c’est tout aussi mauvais d’y plonger votre main dedans. Penser à la soude où à d’autres compositions utiliser pour les liquides vaisselles, etc.

En bref, je vais devoir plonger et chercher à entrer à l’intérieur. S’il s’agit de l’effet cloche, je suis sauvé, sinon, je ne vois absolument pas comment je pourrais entrer à l’intérieur. Je plonge donc à nouveau et me dirige vers l’entrée la plus proche. Plus je me rapprocher, et plus j’entendais ses battements qui devenaient horrible à entendre. Un stress complet, je joue avec une explosion proche des plus puissantes explosions jamais existante au niveau moléculaire. Quitte ou double, je sens ma respiration qui se fait trop peu, je vais devoir bientôt remonter et très rapidement. J’arrivais au niveau de la première entrée, une membrane légère bloqué l’eau et ce qu’il pourrait y entrer. Chanceux, j’ai réussis à avoir le premier choix. Je frappais à l’intérieur de la membrane pour y entrer et la traversait littéralement.

« Ah, sauvé ! »

Pas si bien dire, j’étais à l’intérieur avec de l’air respirable. Avant d’observer où je me trouvais, j’observais en plus détaillé la membrane devant moi. Les murs et la membrane sont différents, la membrane semble avoir été tissé par quelque chose, elle n’est pas placé ici par hasard. Quand aux murs, et bien, finalement les deux hypothèses étaient juste. Les murs n’étaient rien d’autres qu’une réaction chimique entre l’eau et la molécule mutée récupérant l’oxygène. J’ai devant moi, une solution basique qui s’est solidifié pour protéger une bombe vivante. Cette architecture relève d’un véritable génie, cette molécule semble intelligente comparais à ces deux congénères que j’ai affronté plus tôt. Je me demande tout de même une chose, est-ce que c’est choses sont devenus vivantes grâce à la magie ? Ou n’est-ce tout simplement qu’une sorte d’instinct fonctionnant sur eux. Plus tôt, j’ai observé que ces choses savaient réfléchir, j’ai observé qu’elles avaient un certain instinct, mais ont-elles des émotions et une vie ? Ou n’est-ce qu’un amas d’atome comme je l’ai suggéré au début ? Dans tous les cas, je ne peux malheureusement plus reculer. Il faut que j’aille dénicher l’œuf de son nid douillé.

Je marche donc tranquillement à travers les divers chemins qui s’ouvrent à moi, les battements sont réguliers et ne semblent pas encore prêt à alerter d’une explosion imminente. Après tout, pour préparé une explosion en toute sécurité, il faut un maximum de temps. Après plusieurs minutes d’avancées dans les couloirs basiques, j’arrivais enfin à la pièce centrale. Sphérique est calme, rien ne donnait l’impression que cette chose allait exploser à tout moment. Au centre de la pièce, une sorte d’œuf relié par divers câbles de la même composition que les murs. En m’approchant, je pus observer qu’à l’intérieur de l’œuf, il s’agissait de la molécule mutée. Elle semble endormit et ne comprends pas ce qu’il se passe autour d’elle, elle ne me voit pas et ne m’entends pas. L’Octanitrocubane méditait en attendant que l’explosion soit fin prête. Cela signifie que je peux la récupérer en toute sécurité, mais si c’est bien cela qui produit l’explosion, il me faut un plan pour m’en débarrasser. Le cœur faisait la taille d’un œuf d’autruche ou si vous préférez d’un ballon de rugby. Je peux donc facilement le récupérer, mais toujours la même question. Comment m’en débarrasser ?

L’idée est toute trouvé, mais aucun contact avec l’extérieur. Les ondes de mon oreillette ne semblent pas traverser le solide basique, je vais devoir sortir l’œuf avant de déclarer mon plan à… Je ne connais toujours pas son nom, je lui demanderais ensuite, mais tout d’abord une minute de silence s’il vous plait. Lorsque ma main se plaça sur l’œuf est retira les câblages, mon corps eut un frémissement. Mon système nerveux ressentie instantanément ce qu’il s’agissait. Des émotions, oui, il s’agit bien des sentiments qui viennent de ressurgir de cette chose. L’Azidoazide et le Trifluorure n’était pas pareil, je ne ressentais aucune émotion venant d’eux deux. Non, c’est autre chose, les molécules évolues petit à petit. Elles évoluent à une vitesse folle et elles sont donc en vie. Je ne pouvais simplement pas ressentir leur vie disparaître car je suis privé de mes pouvoirs d’Ultime, je n’ai plus que moi, ce que je suis réellement, le pauvre oiseau entourait des émotions de ceux qui l’entourent. Cela fait du bien, mais je n’ai malheureusement pas le choix. Cela me fait énormément de mal de faire ce que je vais faire, mais je vais devoir me débarrasser de l’Octanitrocubane.

Je commence alors à courir vers la sortie, je fonce plus vite qu’un guépard, il faut que je me dirige au plus vite vers une base militaire. Les battements n’ont pas encore accéléré, si je comprends bien, il lui faut environ une heure pour se préparer à exploser. Cela doit surement être dû à sa stabilité et sa structure parfaite. De plus, l’énergie demandée pour faire exploser cette molécule est déjà gigantesque, alors si celle-ci fait la taille d’un œuf, elle doit être colossale. La structure est entrain de s’effondrer sur elle-même, je n’ai plus beaucoup de temps avant de finir écraser .Le sol devient plus mou qu’il ne l’était auparavant, après tout, le cœur de la bête n’est plus présente, la structure s’effondre sur elle-même sans l’énergie qui la maintenait en vie. Juste à temps, je m’éjectais hors de la membrane juste avant que cela ne soit finit pour moi. Après plusieurs secondes de nage, je sortais la tête de l’eau. Ma première action fut :

« Gorkoh ! Tout de suite, contacte la milice et la base militaire la plus proche, demande leur de préparer un canon pour éjecter quelque chose en dehors de Waterfall ! Le plus vite sera le mieux ! »

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Mar 23 Aoû - 16:22

Défaite ?

Dans l’épisode précédent, Dead est remonté à la surface accompagné de l’œuf de la molécule mutée d’Octanitrobutane, cet œuf risque d’exploser dans l’heure qui suit selon les estimations de Dead. Notre aventurier a aussi découvert que les molécules évolues bien plus vite qu’il n’aurait pu l’imaginer, elles sont vivantes et possèdent à présent des émotions. Le temps est compté pour Waterfall, Dead perturbé par sa découverte va-t-il pouvoir être tout aussi compétent qu’il ne l’était jusqu’à maintenant ? Les prochaines minutes seront cruciales pour le dénouement de cette histoire.

« Nous n’avons plus énormément de temps, dépêches-toi de les contacter, je fonce vers la ville pour les retrouver. »
« Très bien, je le fais tout de suite. »


Gros problème en perspective, nous avons environ une heure pour nous débarrasser de l’œuf, sinon celui-ci explosera et fera des milliers et des milliers de victimes. Seulement, contrairement à précédemment où le cœur a survécu à sa propre explosion, ici, il n’a plus aucune protection, lors de son explosion, il implosera lui aussi et disparaîtra dans la poussière. Cent mètres à faire à la nage pour plusieurs kilomètres à pied jusqu’à la base la plus proche. Je n’y arriverais jamais à temps, il faut que je trouve un moyen de locomotion des plus rapides possibles, sinon, nous sommes tous perdus. Tenant fermement la molécule mutée sous le bras, je nageais avec l’aide de mes jambes et de mon seul bras libre de temps en temps. Oui, je ne peux pas me permettre de lâcher le cœur et qu’il sombre sous l’eau. Premièrement, cela me ferait perdre énormément de temps mais en plus le choc risque de faire des dégâts et de réveiller la molécule qui explosera immédiatement après. Je nageais donc en faisant plusieurs remonté à l’air libre et battant des pieds sous l’eau pour avancer.

J’atteins le rebord à presque six minutes depuis que j’ai appelé le scientifique. Je suis complètement épuisé. La course puis la nage m’ont littéralement vidé de mes dernières forces, il faut que je trouve un nouveau véhicule au plus vite. Mais tout d’abord, restons par terre, respirons doucement, reposons nous de tous ces problèmes. Exténué mais aussi blessé, mes forces se sont vidées bien plus vite que je n’aurais pu l’imaginer. Les battements de l’œuf sont réguliers, c’est agréable, si ce n’était pas une bombe d’une puissance phénoménal, je l’aurais bien gardé contre moi pour pouvoir dormir paisiblement. La Créatrice, mon amour, que fais-tu là ? Tu devrais être en ce moment à la tour de cristal, entrain de veiller sur moi et sur les enfants depuis ton balcon. Tu es venue m’aider ? Merci pour le baiser, tu n’avais guère besoin de t’en donner la peine. Je t’aime mon amour.

« Monsieur Dead ! Réveillez-vous vite ! »
« Hein ? Qu’est-ce qu’il se passe ? »
« Vous vous êtes endormit devant le port prêt de la molécule elle aussi endormit. Je vous ai vu sur les caméras et je suis venue vous récupérer. »
« Oh, merci et parfait. Grâce à toi on va pouvoir s’en sortir plus facilement que je ne l’aurais cru. »
« Pas vraiment non, vous avez dormit dix minutes entières. »
« Quoi ? Merde, ça veut dire que… »


Ma tête se tourna immédiatement vers le cœur qui se trouvait à l’arrière de la jeep dans laquelle le Gorkoh était venue me chercher. Mes doutes se révélaient vrais, les battements avaient accélérer, je ne sais pas si mon estimation va être tout a fait juste, si l’explosion se déclenchera avant, ou après dans le meilleur des cas, mais tout ce que je sais, c’est que l’on doit se dépêcher. Le compte à rebours et lancer, nous n’avons plus le droit à l’erreur. On est proche de la ville, on se dirige tout droit vers la base militaire, on pourra ainsi projeter le cœur loin des zones habitables. J’espère qu’aucun poisson ne sera dans la zone d’explosion où je ne paie pas cher de sa survie.

Encore et toujours des problèmes, je ressentais de l’affolement et aussi un grand stress.  Le stress venait de l’homme à mes côtés, le Gorkoh qui se nomme Flint Estach, j’ai pu le lui demander sur le chemin vers les zones habitables. Flint, comme dis précédemment, est un des quelques adorateurs de Noisemaster, grand démon de Blu mais aussi un être que je trouve personnellement très intéressant et charismatique. Il a permit de grands changements dans le monde de Yume no Sekai et est l’un des premiers à avoir tenté d’étudier les minéraux de ce monde, j’en suis très fier et j’espère qu’il continuera dans cette voie. Nombreux sont ceux qui le méprisent, le détestent et le trouvent horriblement affreux, malheureusement, chacun son avis et je ne peux rien y faire. Il est un aventurier qui a du courage et s’est mesuré à nombres d’autres au début de ses actes, affrontant à lui seul, un autre grand démon, Grimmjow Jaggerjack, aujourd’hui décédé suite à la mégalomanie du roi d’Arancioni. Parlons en d’ailleurs, Monokuma, roi d’Arancioni, a affronté Noisemaster lui aussi en même temps que le grand démon. Mais ces deux guerriers étaient aussi accompagné de Miyuko, ex-reine de Malva, elle aussi décédé à l’heure actuelle où je vous en parle. En bref, il a affronté de solides adversaires sans avoir fuit, tout le mérite lui revient je trouve.

Pour revenir à nos affaires, le voyages jusqu’à la base militaire fut perturbé. En effet, nous croisons le chemin de la milice qui affrontait deux molécules mutées à la fois. Elles commencent à posséder une grande intelligence, de plus en plus développé d’ailleurs. Leur logique est impressionnante et ils usent aussi bien de leur propriété chimique que celle donné par la magie. Ces ceux-là sont complètement différentes de celle que j’ai rencontré jusqu’à maintenant. Le Super Acide Fluordantimonique, que l’on surnommera Fluordantimonique à présent, et le Dimethylcadmium que l’on nommera par son nom simplifié, Organocadmien. Ces deux molécules ont mutés de façon à être moins impressionnante sur le plan physique, mais très certainement plus puissante que leur congénère. Concentrée, elles prennent moins de place que les autres mais sont bien plus ergonomique est qualitative. Leur stabilité est d’ailleurs renforcée par ce procédé, ce qui les empêche d’exploser à l’heure actuelle des choses.

Fluordantimonique, un super acide dont le potentiel hydrogène dépasse tout ce que vous pouvez imaginer. Cet acide fait fondre les métaux en réagissant avec eux de façon extrêmement vorace. Pour expliquer au moins scientifique d’entre vous, elle dévore tout, rongeant extrêmement rapidement tout ce qui la touche. De plus, contrairement aux autres acides qui ne peuvent réagir avec le verre, celle-ci en est aisément capable, impossible de la contenir comme d’ordinaire. Seul moyen de la vaincre est le téflon, mais je ne vais pas vous gâcher la surprise de comment je vais m’en débarrasser. Pour la petite description de la chose, le Fluordantimonique mesure environ trois mètres de haut, ils possèdent six bras tous dégoulinant de son propre liquide. Ce même liquide réagit légèrement avec la pierre et laisse ainsi des marques de son passage sur le sol. Assez fin, il ressemble à un être humanoïde sous une forme liquide dégoulinant sur le sol, un peu comme de la lave en fusion, un liquide gluant et dangereux.

Organocadmien, l’une des molécules les plus toxiques qui existent. Impossible de l’approcher en respirant celle-ci, les vapeurs toxiques qui s’en émanent nous feraient tellement de mal que nous en mourrions très rapidement. Le pire, c’est que même y survivre, cette molécule possède un second effet qui risque de te mettre six pieds sous terre. Oui, elle donne le cancer. Les miliciens se faisaient terrasser par les deux molécules qui avançaient tout simplement sous ces formes humanoïdes d’une taille relativement plus grande que celle qu’on a l’habitude de voir. Force, résistance, capacités, ces choses sont juste démoniaques et les miliciens qui ne comprennent pas leur capacité ne peuvent rien y faire. L’Organocadmien possède un corps plus anorexique que celui de son frangin. Une seule paire de bras pour un corps plutôt frêle mais rapide. Je descendais du véhicule en demandant à Flint de ne pas rester dans la zone et m’approcher des miliciens.

« Arrêtez le massacre, vos fusils, énergétiques ou non ne servent à rien contre eux ! »

Bien sûr, l’accueil ne fut pas aussi chaleureux que tout le monde l’espérait. Non ? Il n’y a que moi qui espérais un accueil plus chaleureux ? Très bien. Mon empathie me permit de différencier ceux qui tenteraient de m’atteindre, de me frapper ou encore ceux qui ne feraient rien. Une fois tous les zigotos évité, je récupérais ce que j’avais gardé depuis le début à ma ceinture. Petit détail que je ne vous avez pas expliquer auparavant. J’avais prévu ce qu’il me fallait pour affronter les molécules mutées, j’ai commencé par réfléchir aux potentiels points faibles de celle-ci et comment les vaincre. Seul moyen de vaincre l’acide Fluordantimonique est une poêle à frire. Je ne rigole pas, c’est la pure vérité. Les poêles à frire sont faîtes en téflon, un des très rares matériaux qui ne subies pas les problèmes venant de l’acide avec le verre, le téflon encore moins que celui-ci d’ailleurs. Je pris une grande respiration alors que j’avançais seul face aux deux monstres. Mon temps d’apnée est d’environ deux minutes, juste ce qu’il me faut pour massacrer ces deux gars.

L’acide fut le premier à agir, il tenta de m’asperger de son liquide. Manque de chance pour lui, je déviais le tir avec la poêle, le laissant dériver tel un faisceau face à un miroir. Je ne peux pas me permettre d’esquiver une attaque pareil, le jet aurait éclaboussé, me touchant donc très certainement avec. Un regard me permit rapidement de comprendre, ils sont eux aussi dotés d’intelligence et d’émotions. De base, ils se sont regroupés pour pouvoir attaquer, se sont des chasseurs et je ne suis donc rien qu’une proie. Troubler, voilà l’émotion qui les qualifierais à ce moment, étonné voilà ensuite ce qu’ils vont devenir lorsque je les toucherais avec la poêle. Je cours, et frappe dans tous les jets d’acide qui m’attaquent. Je saute par-dessus la flaque d’acide. Je recule, la toxine a tenté de me frapper directement d’un coup de "genoux". Poêle derrière moi, environ au niveau de mes omoplates, l’acide perturbé devient très facile à lire. La toxine saute pour tenter de m’atteindre directement, je me déplace sur le côté, la colère monte en lui alors qu’il ratte de plus en plus, c’est parfait. Ils viennent de se heurter, mais aucune réaction entre les deux, la magie doit les empêcher de se déformer entre eux, deuxième plan mit en avant, s’en débarrasser selon leur faiblesse.

Bien énervé et malmené, un peu moins d’une minute se sont écoulés, je vais tenter de m’éloigner pour être sûr de pouvoir récupérer de l’oxygène. L’acide et la toxine font équipes, je les vois s’observer, l’un l’autre, que manigance-t-il ? Ils discutent entre eux de façon étrange, je ne comprends même pas leur façon de faire. La toxine fonce, mais pas sur moi, elle échappe de mon regard, elle se cache derrière la fontaine. L’acide lui s’approche en tirant ses jets à plusieurs reprises, tous déviés par la poêle à frire, meilleur arme au monde. Je vais donc commencer à l’attaquer. J’approche de l’acide en frappant dans tous les coups qu’ils puissent me donner. Mon empathie me permet de comprendre les émotions, mais ce n’est pas de la peur que je ressente, presque, de la moquerie ? Je plonge sur le côté au même moment que la toxine surgit d’une bouche d’égout juste en dessous de moi. Quelle bande de petits malins ces deux là. Les deux minutes commencent à passer, je n’arrive plus à me retenir, il faut que je prenne de l’air. Je suis éloigné, mais pas assez, il faut que je coure me mettre à l’abri.

Je fonce alors, en dehors d’un assez grand périmètre, plusieurs mètres ne suffiront pas, je veux être sûr de ne rien subir, vingt mètres sera parfait. Vitesse maximal, on abuse des dernières réserves d’oxygènes pour partir. Quand d’un seul coup je me fis stopper. La rapidité de la toxine était telle que je ne pus rien faire. Il m’avait déjà rattrapé et se trouver devant moi, le visage juste en face du mien. Un coup de genoux me fit tomber au sol. Non, pas si près du but tout de même. Au sol, il se plaça sur mon dos pour m’empêcher de bouger. Je les entendais rire sous leur masque invisible. J’entendais aussi les applaudissements précédents de la milice qui se transformait en une immense peur, un suspens indéniable. Je vais très certainement mourir. Je ne dois pas respirer, si je le fais, le choc dans mon corps sera tant important que s’en sera finit. L’acide s’approche très dangereusement, s’amusant presque de la situation. Il aurait pu tout simplement faire un nouveau jet, mais ils semblent douer d’amusement à la torture, comme des êtres devenus intelligent, ils s’amusent de la souffrance des autres. Je commence à voir rouge, je vais finir inconscient si je ne respire pas dans les secondes qui suivent. Que vais-je bien pouvoir faire, ce combat est terminé si je ne peux pas me libérer, je finirais noyer sous une marre d’acide corrosif.

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Mer 24 Aoû - 14:53

La noirceur d'une aura

Incapable de respirer, incapable de bouger, blessé, que faire dans cette situation à part attendre la mort ? Pour le coup, je ne savais quoi faire, mon corps entier ne pouvait se permettre de bouger, le moindre mouvement consommerait mes dernières réserves d’oxygènes et mes poumons demanderont à nouveau de l’air frais. Si je respire, je meurs, si j’attends, je meurs, si je bouge, je meurs, autant dire que tout est terminé. L’acide approché, dans quelques centièmes de secondes je vais mourir. Et pourtant, cela n’arriva pas. Une pierre vint heurter en pleine tête mon agresseur, la toxine, ou Organocadmien. Le choc le décala de mon dos, ces quelques mouvements de sa part mon sauvé la vie. Je me relevais, frapper de la casserole en téflon l’acide pour le faire reculer et donner juste après un bon coup de pied dans le ventre de la toxine. La toxine poussée, elle tomba dans l’eau et je fuis vers l’air libre pour respirer.

Celui qui avait jeté la pierre n’était autre que Flint, le scientifique qui est la cause de toute cette pagaille, comme quoi, il a beau être "mauvais" et fanatique d’un "méchant", il est le seul à avoir su réagir pour me venir en aide. Je respirais brutalement, reprenant mes esprits et l’entièreté de mes capacités pendant qu’une explosion se créa. L’explosion fit soulever dans les airs plusieurs morceaux de roche, la fontaine dans laquelle était tombé la molécule modifiée de Diméthylcadmium. Réaction chimique tout à fait normal, le Diméthylcadmium possède des caractéristiques intéressantes en tant qu’explosif. Comme le sodium, il explose en contact de l’eau, les molécules se dispersant et n’ayant plus aucune propriété toxique. La molécule doit être en ce moment éradiquée de la surface de ce monde à l’heure actuelle. Par contre, il reste encore un problème, l’acide. Effrayé tout d’abord par la mort de son camarade, le voilà à présent en colère, se révélant sous son véritable visage, devenant une véritable bête sur six pattes. Une sorte de gros chien dont la tête ressemble plus à celle d’un requin bulldog. Une queue de scorpion  en guise de bonus, apparemment, la colère leur fait perdre tout leur moyen, ils deviennent donc ce qu’ils étaient à l’origine, des molécules mutées par la magie sans aucune stabilité. Celle-ci va donc bientôt disparaître même si nous ne faisons rien, mais on ne peut pas la laisser tout détruire sur son passage. Je me retourne alors vers tous les gardes de la milice afin de leur ordonner.

« Soldat, cela peut paraître ridicule, mais le seul moyen d’endommager cette créature est ceci. Oui, une poêle à frire, à présent, je vais vous demander d’entrer à l’intérieur des maisons et autres bâtiments pour en récupérer et venir affronter avec moi ce monstre jusqu’à ce qu’il ne puisse plus être d’aucun danger. Foncer en chercher ! »

Un cri de guerre qui réveilla les soldats courant pour aller chercher leurs armes. Armes spéciales certes, mais nous n’avons pas d’autres choix. Quand à moi, je fonce, j’attaque à différents moments et endroits la molécule pour la perturber, frappant à des fractions de secondes régulières, puis interférant moi-même en ne frappant parfois pas ou en décalage. Mon but est de perturber la molécule, la rendre encore moins stable pour qu’elle se détruise elle-même. Mais le monstre ne se laisser pas faire, il éjecter de son dard divers jets d’acides d’une dangerosité extrême, il faut faire très attention. L’armure d’un des chevaliers de la poêle à frire fut toucher par cette acide, il fut retirer immédiatement du combat par des médecins pour le prendre en charge. D’autres subir le même sort, l’un d’eux fut d’ailleurs entièrement recouvert de l’acide du monstre, disparaissant aussi vite que neige au soleil.

La bataille continua pendant plusieurs minutes jusqu’à ce que la stabilité du monstre d’acide n’atteigne zéro pourcent. Le monstre se dissolvait seul, dans sa propre rage, il disparaissait sans comprendre le sens de tout ceci. Malgré que ces choses n’atteignent des records dans mon estime en tant que création scientifique, leur propriété chimique son incompatible avec les propriétés magiques qu’elles ont obtenues, elles se détruisent d’elle-même lorsque les émotions prennent le dessus sur elles. Malheureusement, pas de temps à perdre, direction la base militaire au plus vite pour se débarrasser du cœur de l’Octanitrocubane. Son battement ses intensifiés et devient bien plus rapide. Nous n’avons plus beaucoup de temps, l’explosion risque d’être imminente d’ici un moment où un autre.

Après plusieurs minutes, nous atteignons enfin la base militaire tant désiré, les militaires nous laissèrent entrer après l’explication de la situation et nos identités. Nous avions déjà prévu de venir et avons avertie, cela nous a permit de gagner un sacré temps sur les explications. Directement dirigés vers la salle prévu à l’effet, colonel et commandant attendez ici afin de nous aider dans la tâche avec des artilleries lourdes accompagnés de leurs artilleurs et de quelques mécaniciens robotiques. Des drones, sont aussi présent, des caméras de sécurité et tout un tas d’appareil de précision pour savoir où viser avec le cœur. Le battement devient bien plus fort, je le ressens, l’explosion va se faire dans les prochaines minutes.

« Je suis désolé de vous affoler, mais nous devons nous dépêcher ! L’explosion va se faire dans la minute ! »

Je passai donc le relais aux artilleurs et mécaniciens, ils connaissent leur travail mieux que moi, ils devront pouvoir tirer l’œuf bien loin d’ici. Mais ce n’était pas comme si tout allait être aussi facile n’est-ce pas ? Nous y voilà, la dernière molécule mutée encore existante dans cette ville. Le Polonium 210, le poison radioactif le plus surprenant qui existe. Un simple atome qui possède des caractéristiques tellement impressionnante que la mort est certaine avec son ingération. Ce pauvre artilleur à dû se faire attaquer par le monstre plus tôt dans la journée et nous n’avons rien remarqué. L’atome  l’intérieur fit dépérir le corps à une vitesse impressionnante, le réduisant à l’état de déchet radioactif dans les secondes qui suivirent. Cela nous permit d’observer son véritable corps, portant avec lui le cœur de l’Octanitrocubane.

Au tout début, je ne me doutais guère de l’existence d’une moindre intelligence à l’intérieur de ces créatures, ne les croyant que pour de simple objet chimique, la composition de tout être vivant ou non au final. Puis j’ai pensé à un instinct de survie, une peur face à leur stabilité hasardeuse, ils ont alors attaqué tout ce qui bouger autour d’eux, encore pire, ils attaquaient tout ce qui était composé d’atomes qui était pour eux à la base, frère comme ennemi en fonction des réactions chimiques que l’on peut trouver. Puis j’ai ressenties les émotions de l’œuf dans le corps de protection de l’Octanitrocubane, j’ai compris une évolution rapide de leur part, ils allaient donc devenir bientôt des êtres doués d’intelligence. Le combat précédent, me rappela simplement les racailles dans les rues qui veulent montrer leur supériorité en frappant des personnes supposés plus faible qu’eux. Les différentes évolutions de leur sentiment au cours du combat m’ont complètement fait penser à cela. Mais ils n’étaient pas véritablement intelligents. Ce que je vois en face de moi est un fourbe, un puissant ennemi doublé d’une personne sans scrupule.

Le Polonium, un être de forme entièrement humanoïde, d’une couleur verte fluorescente, telle la radioactivité qui inonde son corps. En son centre, une sorte de cœur, différents du reste de son corps, il semblerait que se soit le noyau de l’atome, son point faible. Mais l’atteindre avec la démonstration qu’il vient de nous faire ? Je pense que cela soit impossible de tenter le diable au corps à corps. Sa taille avoisine les quatre mètres, il est impressionnant en plus du fait qu’il lévite à un mètre du sol, le rendant encore plus grand qu’à la normal. Il nous regarde de haut, nous juge et sourit. Sa stabilité est impressionnante, aucun mouvement ne comparait aux autres molécules rencontrées jusqu’à présent. Pourtant, j’observe des mouvements, des vagues, qu’est-ce ? Différentes vibrations à des moments réguliers. Oh non, c’est du morse, il nous parle en ce moment même.

« Fuyez tous ! »

Explication simple et rapide. Le Polonium voulait tuer toutes les personnes autour de moi qu’il jugeait comme mes frères à cause des ressemblances que nous possédons. N’oubliez pas, que même si nous n’avons aucune ressemblance physique, toutes les personnes dans cette salle sont constitués de nombreux atomes, celui-ci et ses frères sont constitués d’une ou de quelques molécules seulement. Il veut tuer mes "frères" car j’ai tué les siens, c’est compréhensible, malheureusement ce n’était pas le moment de venir me faire chier. J’ai courus toute la journée après des molécules monstrueuses et magiques, je suis fatigué, affamé et assoiffé, j’ai envie de rentrer chez moi et de me reposer contre mon amour et ne plus rien faire d’autre. Alors là tu vas juste me faire chier encore plus alors que tu ne sers à rien à part être un poison extrêmement puissant et destructeur. Alors tu vas me faire le plaisir de dégager d’ici tout de suite !

Peut être que vous considérerez cela comme un pouvoir, comme une capacité surnaturelle, comme quelque chose que personne ne peut utiliser et pourtant il ne s’agit rien de tout cela. Vous savez parfaitement que je suis atteint d’empathie, d’hyper empathie exactement. Cela signifie que je ressens les émotions des personnes autour de moi sans forcément les connaître, les voir ou même les entendre. Cette hyper empathie est ce que j’appel le pouvoir de lire dans les pensées, car je peux prédire les actions des autres en fonction de leur sentiment actuel, mais ce n’est pas une capacité de voir le futur ou encore de lire dans le cerveau des gens pour savoir à quoi ils pensent. Cette hyper empathie possède une autre capacité intéressante, mes émotions comme mes sensations peuvent être transmises plus facilement aux autres, comme une certaine aura que toutes personnes possèdent, la mienne est plus développer.

Cette même aura envahit alors petit à petit la pièce ou nous nous trouvons, alors que tous mes alliés fuyaient devant l’atome de Polonium 210 mutant. Pourtant, un homme restait en face de la monstruosité, libérant une sorte de noirceur de son regard et ses sensations. Cette noirceur imprégnait l’atome en face de lui, l’atome reculait malgré qu’il soit bien plus colossal que l’homme en question. On pouvait lire la peur sur le visage du monstre, ses traits devenaient de plus en plus grossier, il perdait en stabilité, l’atome allait subir le même sort que ces frères. Disparaître par sa simple cause de ses émotions. L’homme approcha alors, un pas, puis un second, son regard toujours river vers le monstre sans rien dire, ne voulant qu’une chose, que tout cela se termine ici et maintenant.

Le Polonium, désemparé face à cet évènement, ne pouvait faire que reculer. Ce n’était pas une peur ordinaire, il n’était pas terroriser par ce que cette ridicule personne pourrait lui faire, il était simplement impressionné d’effroi par l’aura négative qui tourner autour de lui. Ressentir les émotions des gens, une sensation de malaise si intense que votre estomac se tord de lui-même. Cette sensation de mal être, c’est exactement ce que ressentais le monstre en face de l’Ultime dont la limite avait été dépassée depuis bien longtemps. Son calme c’était brisé et il ne s’agissait plus de la même personne, comme une certaine évolution lui aussi, blessé ou non, son regard percé celui de l’atome qui relâcha son emprise sur l’œuf qui tomba au sol, accélérant de nouveau ses battements.

Cette sensation continua alors jusqu’à ce que l’atome même se mit à avoir sa structure disparaître peu à peu, fondre comme s’il n’existait plus rien, une désintégration dû à l’instabilité des produits radioactifs. Son corps perdait des neutrons pour compenser ce manque et se stabiliser à nouveau. Plus grand-chose à faire alors, pour notre homme, pour Dead. Il récupéra un quelconque objet qui traînait par là et le jeta au niveau du noyau de l’atome afin de mettre le coup de grâce sur le combat qu’ils avaient démarré, ce combat que personne d’autre que les deux adversaires. Un combat dans le regard et la sensation, celui qui semblait le plus imposant, à l’intérieur, l’extérieur ne suffit pas parfois pour gagner un combat.

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 766
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Loin de ce monde.

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Mer 24 Aoû - 17:15

La fin d'une aventure et le début d'une nouvelle

C’était la fin de tout cela, la fin de ce cauchemar pour certain, mais aussi la fin de cette aventure. Une merveilleuse aventure qui se termine ici, sur ces dernières actions. Le canon fut charger et prêt à tirer. Dans les secondes qui suivirent, un tir, puis une gigantesque explosion retentit à travers toutes les mers de Yume no Sekai, le son se déplaçant beaucoup plus vite dans l’eau. Dans un dernier sentiment de ressentie, une larme coula de mes joues, dans l’instabilité de la molécule, je compris ce qu’il s’était passé. Mes pouvoirs n’étaient toujours pas revenus, mais j’entendais parfaitement. Je tournais les talons, laissant derrière moi, soldats et miliciens qui n’eûmes pas l’émotion que je ressentais en ce moment. J’étais le seul à avoir reçut  ce message, ce pardon et ce merci. L’Octanitrocubane me demandait pardon pour tous les troubles qu’elle avait causé, le stress et la peur qu’elle avait instauré dans l’esprit des gens lorsqu’elle n’avait pas encore d’intelligence.

Le merci, vint du fait que j’ai mis un terme à son instabilité, sauvant par ailleurs la ville à moi seul. Une récompense que j’acceptai parfaitement. La protection ne servait pas à se protéger elle, mais protéger les gens et habitants de Waterfall, elle n’avait pas compris que le bouclier était important pour eux, elle s’était simplement réfugier le plus loin possible des habitations. Je suis alors venue la déloger de sa demeure, elle retenue alors le plus longtemps qu’elle put, l’explosion de ses atomes. A quel point je m’étais trompé, à quel point je m’en veux, vous ne pouvez pas savoir.

« C’est moi qui te demande pardon. J’aurais dû comprendre ce que tu voulais faire. »

Séchant mes larmes, je fus rejoins par Flint, m’accompagnant et me réconfortant dans cette lourde épreuve. Je me suis battue avec honneur et jusqu’à mon maximum, au-delà de mes limites, jusque là où mon dernier souffle pouvait me porter. Je n’avais pas le choix de faire ce que je faisais, elles étaient beaucoup trop dangereuses, pour les autres et pour elles mêmes, détruisant tout ce qui pouvaient réagir avec elle, domptant les lois de la physique et de la chimie grâce à une pincée de magie. Au final, qui était le véritable monstre ? La Mort encore une fois, celle qui vient terminer l’histoire d’une vie ou de plusieurs d’entre elle. Les gens vont acclamés le héro inconnu à présent, ne sachant pas qui il est, de simples surnoms vont remplacés le manque. Je les imagine déjà, le héro à la poêle à frire, le héro chimiste, et d’autres encore. Pourtant, je n’ai rien d’un héro. Non, c’est la vérité, je n’en suis pas un, je suis simplement, un aventurier.

« Monsieur Dead, nous en avons pas encore terminé, il reste une molécule en liberté. »
« Ah, oui, la molécule de Thyoacétone. Celle-ci n’est pas dangereuse, je pense qu’elle était en plus la victime des trois autres que nous avons affrontés à la fin. Regarde par là. »
« Hum ? »


En effet, devant nous se trouver une petite créature toute mignonne qui tremblait sur ses petites jambes. Elle avait peur, je ressentais un petit être terrorisé devant moi. La Thyoacétone nous fit alors une petite démonstration de ses capacités. Tel un putois ou encore une mouffette, elle éjecta un gaz très odorant. L’odeur était horrible, une infection, on aurait presque envie de vomir en ce moment même. Flint et moi voulions rire de cet évènement, mais nous étions trop occupé à tenter de se boucher le nez et la bouche pour éviter de respirer l’odeur. Nous récupérions donc la petite molécule après l’avoir calmer pour retourner au laboratoire du fanatique de Noisemaster. Qu’allions nous en faire ? C’est assez simple, cette molécule n’est en aucun cas un danger pour les êtres vivants, elle n’a aucune capacité toxique, maladive ou encore destructrice. Son seul problème et qu’elle sent très mauvais. Une fois à l’entrepôt, nous nous sommes alors lancer sur une petite et dernière expérience entre Flint et moi-même. Nous avons travaillé sur une petite combinaison pour que la molécule puisse se déplacer, vivre sa vie et être libre sans jamais déranger les passants à plus d’un kilomètre à la ronde.

Nous réfléchissons aux matériaux le plus hermétique possible, et avions fait des tests sur une molécule de thyoacétone lambda pour connaître ses réactions avec les différents matériaux, mais aussi savoir si un besoin d’oxygène est demandé. Au final, après plusieurs heures de travaux, après avoir travaillé sous des masques à gaz pour éviter de respirer l’horrible odeur de la molécule mutée de Thyoacétone, nous avons pu mettre au point cette petite combinaison d’astronaute pour la molécule. Entièrement hermétique, nul besoin d’oxygène, un filtre doublé d’un ventilateur pour refroidir l’intérieur et créer un conditionnement de l’air pour que Thyo, le petit surnom que nous avons trouvé pour la molécule, puisse vivre bien paisiblement sa vie. Pour la suite, j’ai décidé de rentrer chez moi à la tour de cristal. Bien sûr, avant de faire quoi que se soit, je prendrais un bain bien long et me laverais le corps une bonne douzaine de fois pour retirer l’odeur de la Thyoacétone.

« Voilà comment se termine mon aventure mes enfants. Mais papa, tu n’as pas tout dit, que sont devenus Flint et Thyo après ton départ. Et bien mes enfants, je vais vous le dire, mais laissez moi boire un petit coup avant. »

Cette histoire n’est donc pas totalement terminée. Thyo, la petite molécule resta au côté de Flint pour l’aider dans ses travaux et lui tenir compagnie. La petite molécule apprit à utiliser notre langue afin de communiquer avec d’autres personnes que votre bon vieux père, il devint très heureux et sa vie changea du tout au tout. Au début un simple monstre doubler d’instinct, créer lors d’un accident, il devint aujourd’hui une petite mascotte pour la ville de Waterfall. Sa combinaison protégeant les autres de son horrible odeur, de plus son petit côté tout mignon le rendait très apprécié de la gente féminine et des enfants. Il s’amuse parfois à déambulé dans les rues pour aider les villageois du mieux qu’il peut, il fut même reconnue pour ses actes et est à présent, membre à part entière du royaume de Blu. C’est amusant n’est-ce pas ? Il fut accepter comme tel et continue encore d’aider la ville de Waterfall du mieux qu’il le peut.

Flint Estach, le scientifique Gorkoh, est resté dans l’ombre pendant plusieurs jours avant de se libérer de ce fanatisme qu’il avait. Il continua de travailler dans la science bien sûr, mais il s’écarta du chemin qu’a choisit Noisemaster pour devenir un scientifique bon aux intentions louables. Cette expérience a littéralement changé sa vie et il travail désormais en tant que l’un des meilleurs chimistes de Blu. C’est aussi cette même personne, qui a raté son expérience et ainsi mit Waterfall dans tous ses états, qui veut désormais trouver un moyen de rendre les anciennes molécules mutantes, inoffensives. Il est encore très loin d’avoir le moindre résultat, mais il étudie doucement la magie de Verde pour faire recréer cette poudre qu’il a usé autrefois. Peut être qu’un jour nous pourrons le voir réaliser son nouveau rêve ?

Aujourd’hui, j’ai aussi compris autre chose. Les règles sont faîtes pour être transcender, ne pas s’arrêter à ce que l’on se demande de faire. J’ai donc décidé de changer de point de vue, je ne ferais toujours pas de bêtise quand à mon rôle d’Ultime et n’irait pas détruire quoi que se soit. Mais, les aventuriers d’hier sont bien trop dans une optique de bien et de mal. Je veux les faire changer, même si pour cela je dois me mettre dans le camp des méchants. Les ennemis d’hier sont les amis de demain. Voilà la phrase que j’ai retenue au cours de toute ma vie, je vais donc changer les gens de point de vue et me battrait pour cela. Je sais très bien que se sera difficile, que de nombreuses personnages importants s’opposeront à moi, mais même seul, je n’hésiterais pas à les affronter tous s’il le faut. Les affronter jusqu’à ce qu’il comprenne ce que je veux leur dire. Les mondes précédents m’ont toujours renfermé sur moi-même, ils m’ont couvert un ciel bleu de nuage gris. J’ai même décidé d’arrêter les aventures à cause de cela. Mais à présent, Yume no Sekai m’a ouvert les yeux, pourquoi rester cacher quand on peut se montrer aux autres et s’amuser ? Je ne me cacherais plus derrière le masque squelettique que tous connaissent. Je resterais le grand Dead que tout le monde connait, mais je deviendrais plus amicale et plus ouvert avec les gens, je serais moi.

« Je pense que j’en ai trop dis, allez, bonne nuit les enfants, faîtes de beaux rêves. Papa, papa, tu as oublié le bisou. Oh, que suis-je bête. »

J’embrassais Cynthia et Grim alors qu’il dormait déjà. L’histoire était longue et ce ne sont que des enfants, ils doivent être fatigué. J’espère en tout cas qu’ils deviendront de grands aventuriers dans le futur, tout comme leur grand frère. Il dort lui aussi là d’ailleurs, j’espère que mon histoire leur a plus. Je pris Without dans mes bras pour l’emmener dans son lit et le laisser dormir paisiblement. A nouveau, un simple bonne nuit, fait de beaux rêves je t’aime suivit d’un baiser sur le front pour qu’il dorme bien lui aussi. Je dois surement paraître débile n’est-ce pas ? Vous devez vous dire, Dead ? Lui ? Le grand Dead peut être un véritable père parfois ? Il peut être vraiment drôle aussi ? Et bien oui, je m’amuser aussi de temps en temps, et j’essayais de m’imaginer ce que pouvez dire mes enfants face à l’histoire que je leur contais.

Et c’est là que vous vous demandez, est-ce que tout ceci c’est vraiment passer ? Est-ce que quelque part au beau milieu de l’espace et du temps, est-ce que le monde de Yume no Sekai existe ? Est-ce que ce squelette qui n’a pas toute sa tête existe lui aussi. Est-ce que cette aventure mêlant une science merveilleuse et une magie des plus extraordinaires est possible ? Est-ce que Thyo et Flint vont bien ? Toutes ses questions qui volent autour de nous en ce moment, dans notre esprit. Je ne répondrais à aucune d’entres elles, mais je ne vous laisserais pas sans un indice. Cette aventure, même si elle paraît invraisemblable peut avoir existée. Elle existe même en ce moment alors que vous lisez ses lignes, cette aventure existe au plus profond de vos rêves, dans votre cœur, là où vous pouvez croire en tout, là où tout peut exister. Un espoir persiste, peut être qu’un jour vous pourrez observer les héros de cette histoire, partir à l’aventure pour les accompagner. Et c’est là que je vous accueillerais à bras ouverts. Toi aussi, derrière ton écran, imagine ce monde, imagine cette histoire, imagine ces personnages, imagine ton aventure. Le maître mot de la création et de l’existence de ces choses que l’on pourrait dire impossible, elles sont possibles si vous êtes assez fort pour l’imaginer. Je vais vous laisser sur ses belles paroles et retourner voir la Créatrice, j’ai bien besoin de repos, mais avant tout, je veux que vous écoutiez ce que j’ai à dire, des derniers mots, pour clôture en beauté cette histoire.

« Alors jeunes aventuriers, vous ne voulez pas, vous non plus, vivre une merveilleuse aventure comme celle-ci ? C’est très simple pourtant, il vous suffit de fermer les yeux, d’imaginer notre monde et c’est alors qu’une porte apparaîtra. Devant cette porte, un squelette, souriant, rieur et pourtant effrayant, vous accueillera. Sa voix s’élèvera en même temps que cette porte s’ouvre derrière lui et il dira : Bienvenue à Yume no Sekai jeune aventurier. Suit moi et vient vivre la plus grandes des aventures de ta vie. Vient dans ce monde rêvez et partager tes histoires avec nous. Car c’est ici, que tous les rêves se réalisent. »

_________________

-You think, you have power over me ?-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
La Créatrice
Rang
Rang
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 12/02/2016
Age : 19
Localisation : Dans la Tour

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   Mer 24 Aoû - 17:29

Quête terminée dans les temps : Tu peux donc demander ce que tu veux dans la limite du possible.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chimiste, mais avant tout aventurier [Quête]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? // Philippe de Lorraine
» "Les études avant tout!"
» Retour pour le meilleur mais avant tout pour le pire è_é
» (m) Patricien ₪ frère, cousin, neveu, mais avant tout un Claudii
» La musique est un art, mais avant tout une manière de s'exprimer. [ Salomé & Emily]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Le monde des rêvesTitre :: BluTitre :: Waterfall-
Sauter vers: