Partagez | 
 

 [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Dim 24 Juil - 13:26

Après avoir longé les frontières d’Arancioni, notre archère de glace se dirigeait maintenant vers Rosso. De ce qu’elle avait pu entendre de ce royaume, ils étaient confrères dans la dureté de l’environnement et contraire pour cette même raison. Si Bianchi était froid, Rosso était chaud. Elle devait avouer ne pas s’attendre à un tel changement de température en aussi « peu » de temps et dans une distance assez courte. De plus, elle n’avait pas vraiment prévu les vêtements pour ce genre d’expédition, prenant quelque chose de chaud et de protecteur contre le froid. Un haussement d’épaule, et elle se dit qu’elle verrait bien quand il ferait réellement chaud. Pour le moment, elle gérait assez bien, portant ce qu’elle avait de plus léger sur elle. Non, ce qui l’inquiétait le plus, c’était son arc de glace. Elle ne doutait pas de la magie de la Reine, mais elle venait quand même de passer d’un extrême à un autre, tiendra-t-il le coup ? Elle le prit en main pour l’observer. Tout semblait en ordre pour le moment, rien ne semblait fondre d’un côté ou d’un autre. Elle le rangea, réajusta son carquois aussi et se remit en route vers les terres de Rosso.
La chaleur montait alors qu’elle avançait plus profondément en ces terres brûlées. Le danger y semblait plus présent qu’à Bianchi. Elle avait déjà remarqué quelques bestioles peu amicales rôder pas loin jusqu’à ce qu’elle arrive près de ce qui semblait un village. Elle resta à distance un moment pour observer les lieux. Fronçant légèrement les sourcils, elle regarda le haut qu’elle portait. C’était le plus léger qu’elle avait, pourtant elle suait énormément. Elle décida d’en arracher les manches et de ranger ces morceaux de tissus dans son sac. Dans ce mouvement, elle se souvint d’une chose : Sa nourriture. Si jusque là, ça avait tenu, elle ne savait pas si ça continuerait longtemps. Pour ce qui était de la viande, eh bien, ça deviendra de la viande séché, ça tenait mieux. Mais pour le pain ? Ca risquait d’être un autre pair de manches. Elle secoua la tête en refermant son sac et en se redressant pour se diriger vers le village et prendre un peu des nouvelles environnantes. Elle était curieuse des habitudes des habitants de ce royaume, et elle ne serait sûrement pas déçu. Elle approchait de l’entrée, toujours avec la sensation d’être épiée par des créatures derrière elle. Des prédateurs, toujours à l’affût d’une proie facile.
Vaessios ne passa pas inaperçu, ce serait mentir que de dire le contraire. Faisant comme si de rien n’était, gardant un visage impassible et légèrement méfiant, elle avait traversé le village. C’était étrange, pourquoi avait-elle l’intuition qu’on pouvait lui sauter dessus d’un instant à un autre ? Elle tentait d’ignorer ceci, avançant toujours. Ils ne se gênaient pas pour l’observer comme une bête de foire. Qui était donc cette femme avec son arc étrangement bleuté ? Dans quel genre de matériau avait-il été construit ? Elle semblait… faible. Oui, voila, c’était le mot, elle semblait faible dans cet endroit où tout n’était que force brute. Si elle devait faire ses preuves, ce serait en montrant plus sa puissance que sa ruse. Il ne serait pas étonnant de remarquer le manque d’archer dans ce royaume. Peut-être se trompait-elle. Après tout, ce n’était pas son pays, elle ne le connaissait pas encore. Malgré sa « faiblesse » évidente, elle n’en montrait aucun signe, ne baissant pas sa garde, les sens à l’affût.  Il y avait du monde, beaucoup de monde autour d’elle. Son angoisse commençait à monter au fond de sa gorge, accélérant son cœur inutilement. Finalement, un forgeron plus curieux que les autres l’interpella à grands cris. Elle s’était arrêté quelques millisecondes avant de le rejoindre par pur politesse. Elle n’avait qu’une seule envie, c’était de retourner dans la nature, loin de cette foule. L’homme était grand, fort, des écailles lui parcourant le corps, montrant son hybridité certaine et reptilienne. D’un mouvement du menton, il montra l’arc de la frêle femme.

-Il est bien étrange votre arc, en quoi est-il fait ?

-En glace, annonça-t-elle en le prenant en main et en le lui montrant, amusée par la surprise évidente de l’interlocuteur.

-Vous vous fichez de moi, ce n’est tout simplement pas possible, il devrait fondre ici ! Voir même avant ! Il tendit la main  pour le prendre, et force fut de constater à la froideur du toucher que c’était bel et bien de la glace. Il la fixa pour essayer de comprendre.

Après avoir reprit son arc, la femme noire annonça qu’il avait été enchanté pour résister à toutes les températures, et ce, par sa Reine elle-même. Elle ajouta ainsi venir du royaume de glace qui n’était pas si loin à vol d’oiseau. Elle eut très légèrement l’impression que la tension ambiante baissa légèrement. Elle était bien une personne qui savait survivre et certains curieux qui avait écouté la conversation devaient avouer qu’elle était forte d’une certaine façon, surtout pour venir ici, aussi peu armée. Elle continua de discuter quelques minutes avec le forgeron, parlant de Bianchi, et ce dernier faisant parfois des parallèles avec Rosso. Comme attendu de l’archère, ces deux royaumes avaient des similarités dans leurs différences. Toutefois, même si la discussion allait bon train, elle s’excusa pour partir le plus vite possible loin du village. Au moins avait-elle apprit des choses sur ce royaume et ne regrettait qu’à moitié de s’être arrêté ici. Mais sa phobie de la foule n’aidant pas, elle ne s’était pas sentie bien et s’était retenue de courir pour sortir. Personne ne lui avait souhaité bonne chance, sûrement curieux de voir comment elle allait se débrouiller dans ce royaume de feu. Elle ne leur en voulait pas de vouloir la tester, c’était dans leurs mœurs après tout. Quoiqu’à Bianchi, il y aurait eut beaucoup plus de chances pour eux d’être aidé. Cela faisait une grosse différence qui ne la gêna pas plus que cela finalement. Au moins personne ne s’était proposé pour l’accompagner dans son aventure dans les profondeurs volcaniques du pays. On l’avait toutefois dirigé vers un endroit qui serait plus simple pour commencer : la Carrière Volcanique. Là commencerait son aventure à Rosso. Peut-être se finirait-il aussi là-bas, qui sait ?

_________________
The Archer's Theme Song

Rourou!


Dernière édition par Vaessios Galown le Dim 31 Juil - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Lun 25 Juil - 16:14

Pour sûr, on pouvait dire que Vaessios était dépaysée. Jamais elle n’avait vu autant de lave en aussi peu de temps. Voir de toute sa vie, en vérité. Et cela la fascinait de se balader aussi proche de ces rivières de laves, la chaleur ayant augmenté violemment. Tant qu’elle était encore aux frontières, ça allait. Mais désormais, tout bouillait autour d’elle. Que préférer, la glace ou la lave ? En soit, elle n’arrivait pas trop à se décider, tout en étant sûre d’une chose : Elle s’était habituée à la froideur de son pays et elle mettrait du temps à s’habituer à la chaleur de celui-ci. Même le sol semblait fondre à certain endroits, empêchant toutes herbes de pousser. Elle s’arrêta à une centaine de mètre d’une rivière de lave. De quoi ce pays vivait-il, déjà ? Ah oui, du minage et de la forgerie ! Elle devait avouer qu’il avait du courage pour vivre ainsi. Finalement, non, Rosso n’était décidemment pas « son » royaume, elle ne se sentait pas d’y habiter. Elle souffla. Dommage qu’elle n’ait pas prit d’eau ensorcelé, elle en aurait bien eut besoin ici. Tant que c’était dans sa gourde, ça ne s’évaporait pas, mais elle pouvait sentir la chaleur augmenter là-dedans. Elle regarda autour d’elle et hésita. Elle ne savait plus si elle voulait vraiment continuer ou non. Un orage sec semblait se profiler au loin, et les éclairs et tonnerre étaient de plus en plus bruyant, sourd. Elle secoua la tête. Elle pouvait encore avancer, elle devra juste être plus prudente encore, que se soit à cause du temps ou des animaux.

En soit, elle n’en avait pas vraiment croisé, elle en avait juste remarqué et vu de loin, ce qui lui avait permis de les éviter le plus possible. Elle se savait toutefois toujours en danger, et des bestioles qui savaient se camoufler ou qu’elle n’aurait pas vu/entendu, il y en avait. Enormément. Par pur prudence, elle sortit son arc et une flèche, sans le bander totalement. Il tenait bien, très bien même, c’était rassurant. Mieux qu’un compagnon de route, l’arc de glace ensorcelé. Jamais il ne fondra, jamais il ne se brisera, et tant que vous ne le jeter pas, il sera toujours à vos côtés ! Plus fidèle qu’un chien, plus solide qu’un éléphant (mais qu’est-ce qu’elle raconte), vous pourrez toujours compter sur lui ! Elle eut un petit rire pour elle-même. La chaleur la faisait divaguer, elle devait se concentrer. Au moins passer une nuit ou deux ici, ce serait bien avant de partir et aller voir un autre royaume. Elle leva la tête. Saura-t-elle vraiment quand la nuit tombera ? Avec ces nuages, on ne le savait pas trop, tout semblait déjà sombre autour. Au moins, même dans la neige, on pouvait faire la différence ! Ah, elle devait arrêter d’exagérer les « atouts » de son royaume, cela ne lui sied point.
Elle grimpa un rocher pour respirer et regarder autour d’elle pour trouver un rocher sous lequel s’abriter… et sans lave. Elle finit par en remarquer un, à plus d’une centaine de mètre d’elle. Elle souffla se remit en route, ne lâchant pas du tout son arc, une sensation de glace lui parcourant doucement les mains. Un nouveau sourire. En fait, si quelqu’un de Bianchi arrivait à venir ici avec une armure complète de glace et ensorcelé, s’en sortirait-il ? Ce serait drôle ! Toujours dans sa divagation et sa route vers le rocher pour se cacher, elle ne remarqua pas les formes félines se glisser loin derrière elle.

Arrivée à sa destination, elle se posa en soufflant, posant une veste entre elle et le sol. Elle essayait vainement de se détendre, mais la sensation d’être épiée avait soudainement augmenté. Elle prit un morceau de viande coupé et croqua dedans pour se nourrir rapidement. Elle ne voulait pas se laisser mourir de faim, bien que celle-ci lui manquait. Qui aurait faim ici, avec cette chaleur ? C’était réellement perturbant. Elle se recroquevilla sur elle-même en observant les environs. Ca faisait un moment qu’elle n’avait pas croisé quoi que ce soit, et cela ne la rassurait guère. Si, soudainement, les animaux s’étaient tu et ne se montraient plus… c’était pour une bonne raison. Elle sentait qu’elle n’allait pas rester longtemps par ici, mais maintenant, elle avait vraiment besoin de se reposer. Mâchouillant son morceau de viande, elle restait à l’affût de tout ce qui l’entourait. Allait-elle vraiment se reposer ainsi ? Peut-être aurait-elle dû rester au village au moins une nuit… Mais c’était trop tard maintenant, elle était à une journée de marche maintenant. La lumière ambiante commençait doucement à baisser, rendant la lave plus flamboyante encore et assombrissant le ciel orageux. Que de joie par ici, dîtes donc. Elle avala ce qu’elle avait en bouche et en reprit un petit morceau pour se détendre, son fidèle ami toujours à ses côtés. A peine stressée, elle recompta les flèches qu’elle avait dans son carquois. Un peu plus d’une vingtaine, toutes serrées les une à côtés des autres. Est-ce que cela suffirait pour survivre ? Elle pria pour qu’il en soit ainsi.

La lumière cessa de baisser, restant stable désormais, augmentant encore plus le contraste de lumière et de couleurs. Le calme était loin d’être présent, le doux gloussement de la lave entre les pierres, les éclairs qui tombaient les uns après les autres, suivi de leur tonnerre, illuminant les nuages qui roulaient lourdement dans le ciel, prometteur d’un mauvais temps sec. Les chasseurs pouvaient sortir, certains n’hésitant pas à violemment clamer leur présence, d’autres beaucoup plus discrets, arrivant à marcher à pas de loup sur cette terre brûlée. Entre deux coups assourdissants pouvait-on entendre des échos de combats, de duel. La violence semblait avoir augmentée d’un cran. De longues ombres se firent voir entre les rochers, suivit d’un doux et ironique son de plume et d’un sourd grognement, qui se faisait beaucoup plus proche encore, mais ne cachant pas encore la colère du ciel. Des pattes griffues s’accrochèrent aux cailloux. Plusieurs pairs de pattes, plusieurs ailes, ils étaient tout un groupe, et ils ne semblaient pas heureux de la présence de l’humaine sur leur territoire.

_________________
The Archer's Theme Song

Rourou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Mer 27 Juil - 17:39

Des cailloux roulèrent. Quelqu’un, ou quelque chose, approchait. Lentement, Vaessios se redressa, prenant en main son arc et son carquois, remettant ce dernier dans son dos. Elle entendait désormais les grognements des créatures. Elle tendit la main vers sa besace, les sens à l’affût. Prenant la lanière entre ses doigts, elle entendit des griffes contre le rocher derrière elle. Ca le grimpait. Elle cessa tout mouvement, retenant légèrement son souffle pour écouter. Ne rien voir la dérangeait grandement. Elle sortit la flèche qu’elle avait rangée, banda légèrement son arc et prit une grande inspiration. Tant pis, elle laisserait son sac de nourriture ici, son eau étant accrochée ailleurs. Elle contracta ses muscles et se tint prête. Ok… trois, deux, un…

Elle se releva et se mit à courir dans le même mouvement. Heureusement pour elle, elle avait de grandes jambes et au bout d’une dizaine d’enjambées, elle avait parcouru quelques mètres. Elle se retourna pour regarder ce qui allait l’attaquer. L’animal était magnifique, il fallait l’avouer. Mais voyant que l’intruse s’était arrêtée, voir les menaçaient avec deux autres derrière lui, il grogna, hurla. Si elle avait couru sans s’arrêter, peut-être aurait-il accepté de la laisser en vie. « Malheureusement », ce ne fut point le cas. Elle recula quand même de quelques pas en voyant la majestueuse Veuve Cendrée, mais elle ne fuyait pas encore, l’arc toujours dirigé vers lui. Il sauta du rocher sur lequel il se tenait en hurlant. Ces animaux ne semblaient être totalement idiots, les deux autres n’intervenant pas encore, mais restant proche en grognant. Elles voulaient voir si la petite humaine était vraiment dangereuse ou juste inconsciente. Peut-être un peu des deux.

Il y eut un moment de flottement où les deux chasseurs se regardaient, se jaugeaient, se jugeaient. Puis ce fut finalement la créature féline qui « attaqua » d’abord, énervée du comportement de Vaessios. Ne prenant pas encore la peine de s’envoler, elle fit juste un bon en avant. L’archère se retourna à nouveau et courut encore, toujours en bandant son arc. Elle le gardait pour se donner un air de force, mais elle se doutait, voir même savait, que cela ne suffirait pas contre ces monstres-là. Bien trop gros pour elle, bien trop souple, bien trop rapide aussi. Elle arrivera peut-être à les faire ralentir si elle réussissait à les toucher aux pattes ou aux ailes, mais pas à les descendre. Elle n’avait pas encore le niveau ni les armes pour cela. Elle commençait plus sérieusement à penser à se mettre à la magie, ou à la lier avec ses armes de prédilections. Elle verrait bien lorsqu’elle rentrerait chez elle, et en un seul morceau si c’était possible.

Vaessios avait réellement enragé la bête, commençant même à douter sur le fait qu’elle s’arrêterait à la frontière de son territoire. Elle devait essayer de les semer. Alors, au lieu de se diriger bêtement vers les routes qu’elle avait empruntées jusque là, elle tourna brusquement vers la droite, la Veuve sur les talons. Cette dernière dû faire un dérapage serrée pour reprendre la poursuite, ne s’attendant pas à un tel virage de sa cible. Et en plus, elle n’arrivait pas à courir droit ! Qu’est-ce qu’elle était emmer- embêtante, cette humaine !

La proie du jour ne regardait pas tellement où elle allait, il fallait l’avouer. Elle évitait tout juste les cailloux et rochers qui auraient pu la faire trébucher, se retrouva plus d’une fois à tomber de quelques mètres parce qu’elle n’avait pas vu la monté, ou l’inverse. Il faut dire que d’avoir un prédateur qui vous court après, ça aide à la concentration. A un moment où elle faisait attention, elle eut une idée. Elle se doutait bien que la Veuve s’arrêterait de courir et se mettrait à voler, son corps étant plus fait pour ce dernier mouvement que pour le premier. Cette fois, elle choisit son chemin, sauta d’un rocher, et se recula contre ce dernier, attendant de voir la Veuve face à elle pour faire demi-tour. Elle ne savait pas combien de kilomètre elle avait parcouru, avait-elle seulement atteint le kilomètre durant sa course ? Avec la peur et l’adrénaline, on ne sait plus trop combien de temps passe. Un hurlement la coupa dans ses pensées alors que la sale bestiole se remettait à la courser… par la voie des airs. Ca y est, ça commençait à devenir compliqué. En plus, il fallait qu’elle commence à s’épuiser. Ca n’allait pas du tout le faire. Elle continua à courir un moment avant de s’arrêter et de se retourner. La Veuve ne volait pas tout le temps, elle s’aidait aussi du sol et des rochers pour la rattraper. Vaessios la visa de son arc et tira. Elle ne prit pas le temps de vérifier si elle avait touché la créature, elle voulait juste la perturber quelques millisecondes pour reprendre de la distance.

Les deux autres Veuves cendrées avaient observé la course-poursuite de leur compagne, la mettant aux tests de capturer cette chose qui courait et qui semblait savoir attaquer. Elles ne prévoyaient pas d’attaquer tout de suite, voir pas du tout. Il fallait qu’elle se débrouille seule, comme une lionne devrait le faire face à ses sœurs et compagnes. Quand vous étiez le plus faible du groupe, on ne vous laissait pas forcément le choix de vos mouvements et décisions. On vous mettait toujours à l’épreuve, et c’était exactement ce qu’il se passait. Elles regardaient, riaient, grognaient de leur camarade. Elles finirent par se regarder en voyant le dernier stratagème de Vaessios. Eh bien, il semblait qu’elles n’aient plus trop le choix pour défendre leur territoire. Enfin, ce n’était pas réellement le leur, mais si la plus faible voulait vraiment se l’approprier, elle devait s’en montrer digne. Ce qui n’était pas tout à fait le cas à leur où nous en parlons. L’une s’envola pour aller bloquer le passage à l’humaine alors que la troisième se rapprocha d’un bond, ne laissant pas trop le choix à notre proie favorite. Elles se mirent en position de chasse et grognèrent. Malgré l’intelligence évidente de la proie, elle devrait se mettre à courir droit à sa fin, là où elles pourraient l’attraper sans aucuns problèmes.

_________________
The Archer's Theme Song

Rourou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Mer 27 Juil - 18:34

Vaessios vit les ombres d’une des Veuves se projeter sur le sol lorsqu’elle s’envola et grimaça intérieurement. Un coup d’œil vers sa droite confirma ses craintes. Les deux autres s’étaient ajoutées à la course. Ce n’était pas un bon signe du tout pour elle. Le pire était qu’elles savaient où la mener, et elle n’en avait pas le choix. Essayer de se glisser directement entre deux était trop dangereux pour le moment. Elles n’étaient pas encore assez enragées pour se rentrer dedans sans faire exprès. Ce fut donc à contrecœur qu’elle se dirigea vers la gauche, son corps commençant sérieusement à lui faire mal. Elle tenait toujours son arc dans un de ses mains, mais aucunes flèches n’étaient prêtes pour le moment. Tout ce qu’elle faisait, c’était courir le plus rapidement possible en évitant les trous de laves. Il y eut un énorme hurlement derrière elle, juste derrière elle. Puis un claquement. L’une des trois avait essayé d’utiliser ses mâchoires pour l’attraper. Et merde. Et merde et merde et merde.
La capacité qu’a le corps à retrouver un second souffle dans les pires moments était plus que pratique, et lui permit d’accélérer alors que l’une d’entre elle essaya de lui donner un coup de pattes, lui arrachant des morceaux de vêtements, et un peut de peau en même temps. Elles avaient cessés de jouer. Pour de bon. Ou ne faisaient-elles que de commencer ? Ah, essaye d’arrêter de penser pendant quelques secondes et concentre-toi sur ton chemin !

Cette réflexion arriva au moment opportun. Elle s’arrêta brusquement, manquant tout juste de tomber en avant et regarda devant elle. Cette crevasse-là, elle ne l’avait pas vu, et était plus profonde que tout ce qu’elle avait pu croiser. Si on se penchait un peu plus, on pouvait voir de la lave tout au fond. Non, tout ceci ne sentait pas bon. Elle se retourna pour faire face aux prédateurs qui s’approchaient d’elle. Elles avaient prévues cela, n’est-ce pas ? Il était tout à fait impossible que l’instinct seul ait pu les amener à faire ce qu’elles avaient fait. Elles connaissaient beaucoup mieux le terrain qu’elle et savent en profiter. Elles en avaient baissées leurs gardes, tenant l’humaine entre leur pattes. Elle regardait autour d’elle, cherchant pour un moyen de se sauver. Une idée lui vint à l’esprit. Elle sentait la chaleur de la lave remonter dans son dos, lui confirmant l’impasse dans laquelle elle se trouvait. Son seul chemin était bloqué… Ou presque. Elle leva les yeux vers les Veuves, plus particulièrement celle du milieu. Elle en était sûre, c’était celle qui l’avait pourchassé au début. Elle était un peu plus nerveuse que les deux autres, et elle serait la première à bondir. Vaessios prit une grande inspiration.

Elle accéléra brutalement droit vers les prédateurs. Celle du milieu en fut légèrement désarçonnée mais bondit quand même. Toutefois, la surprise avait été légèrement plus forte et elle bondit un peu trop loin. A ce moment-là, il faut s’imaginer une souris, poursuivi par trois chats, qui fait soudainement demi-tour pour foncer vers ses ennemis. Il y a plusieurs choix, soit celui du milieu est le chef et s’y attendait légèrement, du coup, d’un mouvement de pattes il assomme la souris. Soit, comme le cas ici présent, c’était celui qu’on testait, et il ne s’y attendait pas du tout. Restait les deux autres.

Elles réagirent une seconde par instinct et se déplacèrent vers le milieu pour attraper Vaessios. Elles l’avaient juste fait en même temps et se reprirent. Mais le temps qu’elle fasse ça, l’humaine les avaient presque évités, se trouvant entre-deux. Elle accéléra encore… et se prit un coup de queue dans la tronche, la faisant voler sur une bonne centaine de mètre, la blessant encore plus qu’avant. Ses vêtements commençaient légèrement à être en lambeaux, surtout son haut. Elle gémit de douleur alors qu’elle se redressait. Elle était tentée de rester sur place, mais ce serait rater une occasion en or pour fuir. Ce qu’elle ne manqua pas de faire, profitant de la confusion des prédateurs, l’un ayant failli tomber dans la lave. Même si vous buvez la lave, se baigner dedans n’est pas forcément conseillé, surtout quand vous devez renaître de vos cendres. Comment faire si vous n’en avez plus, de cendres ? Vous êtes légèrement dans la merde. Enfin, cela, Vaessios l’ignorait, elle ne connait pas encore assez bien cet animal pour faire de réel conclusion comme celle-là. Elle se contenta juste de courir le plus loin possible et le plus vite possible. Elle devait se cacher et se reposer absolument. Elle sentait que ses muscles ne tiendraient pas longtemps encore et elle n’avait vraiment, mais vraiment pas envie de se retrouver avec un muscle déchiré. A Rosso. Dans un territoire animal. Pourchassée par ce même animal. Non, ça non, on n’en voulait pas.

Les aînées hurlèrent de frustration et de colère. Elles avaient elle aussi été dupées comme des gamines. Or, des gamines, elles n’en étaient plus depuis longtemps. A cause du coup de queue, elles avaient perdue de vue l’humaine pendant quelques secondes, ce qui fut suffisant pour la retrouver loin. Elles s’en prirent à leur cadette pendant quelques instants avant de s’éloigner avec cette dernière. Après tout, elles étaient trois, et la proie seule. Elles connaissaient les cachettes, pas la proie. Elles étaient beaucoup plus forte, la proie plus faible qu’elle. Une proie en fuite, effrayée. Humaine ou pas. Elles claquèrent des mâchoires. Elles reprendraient la chasse plus tard, l’orage était de nouveau présents, les éclairs tombaient trop proche d’elles pour qu’elles se permettent de voler. De plus, elles commençaient à avoir faim. C’était dommage qu’elles ne se nourrissent pas de viandes, cela leur aurait donné beaucoup plus de rage pour attraper l’humaine. Ce n’était pas un problème, elles sauraient la rattraper cette fois. Elles se dirigèrent vers leurs propres endroits pour se reposer et manger, laissant Vaessios se trouver un coin pour se reposer aussi. Un jeu du chat et de la souris vicieux. Cela pourrait sûrement durer des jours et des jours pour laisser la proie s’épuiser, ce que cette dernière ne comptait pas faire. Non, après s’être reposée, direction les frontières ! Elle reviendrait quand elle aura un peu plus le niveau.

_________________
The Archer's Theme Song

Rourou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Sam 30 Juil - 18:44

Qui peut prétendre pouvoir totalement se reposer à Rosso ? Entre l’orage sec et constant, la chaleur suffocante, les gaz toxiques et les prédateurs environnants… Il fallait être légèrement taré pour pouvoir avoir l’idée de s’endormir en pleine nature. Ou désespéré. Ou perdu. C’était un peu un mélange de tout ça, actuellement. Heureusement pour elle, les Veuves avaient jugées trop dangereux de continuer la chasse cette nuit-là, les éclairs étant réellement proche. La lumière de la lave était devenue tout juste suffisante pour chasser, bien que certains monstres la continuent, bien trop affamé pour s’arrêter. Tous ne mangeaient pas de la roche ou de la lave comme petit-déjeuner. Les rugissements continuaient alors à se faire entendre. Ici, c’était manger ou se faire manger. Et Vaessios n’avait pas tellement envie de se faire manger. Elle devait trouver la route vers la frontière le plus tôt possible et s’éloigner aussi vite qu’elle le pouvait.
Après avoir couru comme une dératé pour sauver sa peau, elle avait finalement trouvé une grotte, toute petite grotte, inhabitée. Elle s’y réfugia et la première chose qu’elle fit fût de boire. Elle ne retint pas son grimacement quand elle sentit le liquide chaud entrer dans sa bouche et glisser jusqu’à son estomac. Ce n’était pas désaltérant mais elle savait que ça passerai pour son corps. En tout, elle n’en prit que deux gorgées. Elle recompta le nombre de flèche qu’elle avait avant de s’allonger à moitié et poser sa tête sur son carquois, son arc tout contre elle. Ce serait un miracle si elle réussissait à s’endormir, mais elle tenta tout de même la méditation. Elle ralentit sa respiration, prenant de plus grandes bouffées d’air, s’accommodant du mieux qu’elle pouvait de la chaleur. Son cœur calmé, elle se concentra sur ce qui l’entourait. Le son de la lave et les échos des combats. L’odeur qui planait dans l’air, impossible à identifier. Le toucher de la roche contre son corps. Elle finit par fermer les yeux. Il fallait maintenant s concentrer sur ses membres. Prendre conscience de son corps et relâcher petit à petit les muscles tout en gardant une respiration longue et profonde. Et tenter de s’imaginer ailleurs.
Elle inspira grandement en sortant petit à petit des nuages qui brouillaient sa tête. Elle ouvrit les yeux et se redressa le plus rapidement possible pour s’étirer. Elle réveilla lentement tous ses muscles douloureux et très légèrement courbaturés. L’archère ignorait si elle s’était endormie ou si elle était tombé dans une méditation tellement profonde qu’elle en serait partit de son corps, mais elle se sentit quand même revigorée. Pas forcément prête à se battre contre des sales bestioles toutefois. Elle pourrait très certainement leur tenir tête un peu plus longtemps pour fuir. D’ailleurs, elle devrait arrêter de s’attarder. Prenant arc et carquois, elle sortit rapidement de son abri et s’éloigna après avoir repris une gorgée d’eau. Toujours aussi chaude à ce propos. Elle secoua la tête et se dit qu’elle pourrait en boire de la fraiche quand elle le voudrait une fois à Bianchi. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres à cette pensée légèrement ironique avant de continuer sa route rapidement. Elle aurait dû prendre des repères à l’allé. Elle savait qu’elle reconnaitrait les lieux qu’elle avait parcouru une fois de retour, mais c’était plus rassurant de savoir qu’elle en avait prit que d’y aller à la sauvageonne.
Elle avait gardé son arc dans son dos, ça la gênerait moins dans ses mouvements lorsqu’elle devrait fuir. Elle devrait peut-être d’ailleurs y songer rapidement. Elle avait remarqué des ombres se déplacer près d’elle. Les Veuves avaient rapidement retrouvé sa trace, mine de rien. Elle prit le temps de regarder autour d’elle d’abord. Grossière erreur. Un énorme coup de patte l’envoya voler sur quelques mètres, encore, et déchirant un peu plus ses vêtements. Décidemment ! Elle était abonnée à ça ou quoi ? Ah, et ne parlons pas des écorchures qui venaient tout juste de s’ajouter à sa panoplie bien remplie. Elle n’attendit pas longtemps pour se relever et se remettre à courir, un nouveau rugissement se faisant entendre juste derrière elle. Elle vérifia vite fait leur nombre. Toujours trois. Bon, au moins n’avaient-elles pas eut l’idée de ramener des amis pour la chasse. Pas le temps de niaiser comme dirait certains. Une nouvelle course-poursuite commença, quoiqu’un peu plus pimentée avec la participation des ainées. Cette fois, évitons les crevasses et autres cul-de-sac. A toi d’utiliser le terrain à ta manière. N’oublie pas de faire quelques virages serrés pour les perturber pendant une demi-seconde. Et surtout, surtout : Evite de bêtement te blesser la cheville. Ca serait sûrement la pire chose qui pourrait t’arriver. N’utilise pas tes flèches inutilement, tu les perdrais pour rien. Elles te seront plus utiles en chasse. Assez incroyablement, ces pensées qu’elle venait de se raconter, Vaessios les avait entendus avec la voix de sa mère adoptive.

Ce n’était plus le temps de rigoler. Les prédatrices se mirent en place derrière la proie qui aurait dû être assommée par le coup qu’elle venait de se prendre. Comment osait-elle encore courir ainsi, comme si de rien n’était. Désormais, tout les coups étaient permis et rien ne te protégerais de ces chasseuses colériques. On pouvait les voir bondir à droite à gauche, comme une chorégraphie de plume et de fourrure. L’élégance de ces Veuves dans leur chasse était indéniable, jouant encore avec leur proie. Etaient-elles en train de répéter l’erreur de la chasse précédente ? Pas tout à fait, elles savaient l’humaine résistante. Il fallait l’empêcher de sortir de leur territoire, sinon elles n’auraient pas tous les droits sur les lieux. Malheureusement, malgré leur dance, elle arrivait à se diriger vers l’endroit qu’elle cherchait à atteindre. La plus jeune voulait réellement se venger de l’humiliation dont elle avait l’impression d’avoir été la victime, voulant à tout prix avoir son territoire à elle toute seule, sans ses ainées. Ces dernières voulaient surtout s’amuser d’une certaine façon, tout en gardant le territoire. Une sorte de mini-guerre s’était installée dans ce territoire animalier, sans que personne ne puisse y faire quoique se soit.

_________________
The Archer's Theme Song

Rourou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Aucun

MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Dim 31 Juil - 13:35

Lorsqu’on voulait éviter le combat, on courait. Lorsqu’on voulait éviter la fuite, on combattait. Lorsqu’on voulait éviter les deux, on restait tranquillement chez soit à lire des livres et à boire du thé ! Alors qu’on ne vienne pas dire à Vaessios qu’elle ne faisait rien. Elle ne se décrirait pas comme étant une aventurière, bien sûr. Plus une exploratrice, en fait, mais les deux termes sont très très proches l’un de l’autre et certain ont tendances à les confondre. Enfin, pour le moment, elle n’essayait pas de se prétendre l’un ou l’autre, elle essayait juste de survivre à une attaque de monstres volants à poils et plumes. Oui, elles étaient élégantes, mais elle voulait la bouffer ! Ou jouer avec elle, les deux sont tout à fait possible. La cruauté naturelle des animaux est parfois impressionnante. Et du moment qu’il était question de contrôle de territoire, c’est la folie, c’est la colère, c’est la rage, c’est la guerre. Personne ne l’avait prévenu qu’elle risquait de croiser ce genre de bestiole. On lui avait juste dit que c’était très dangereux. Ah ça, pour être dangereux, l’endroit l’était grandement. Quel était le niveau de chance pour que notre archère tombe immédiatement sur le territoire des Veuves Cendrées, hein ? Ah, cruauté créatrice, que ferions-nous sans toi.

Cessons-là les tergiversions et re-concentrons-nous sur la course-poursuite enflammé. Oui, je dis bien enflammé, car il se trouve que pendant notre divergence mentale, l’une des Veuves a malencontreusement mit la patte dans de la lave. Eh oui, on a beau en boire, ça brûle quand même les poils lorsqu’on trempe dedans ! Du haut de notre point de vue, c’est réellement comique ! Car, sachez que ce n’est point la jeune qui s’est brûlée, non non, c’est l’une des ainées qui a été victime de cette maladresse.Ca arrive même aux meilleures, ce genre d’accident. Les hurlements qu’on entendait n’étaient plus ceux de rage mais de douleurs. Oh ne vous inquiétez pas pour elle, elle s’en remettra, comme toujours. A la façon du Phoenix immortel, elle renaîtra de ses cendres, même minimes. C’est là toute la puissance d’une créature mythique ! Il peut très bien y avoir que quelques grammes de cendres pour le faire renaître totalement. La Veuve décida de se retirer de la course à contrecœur si elle ne voulait pas finir totalement brûlée. On a beau avoir l’habitude de la mort, on n’y est pas forcément tenté d’y retourner tout de suite.

La roue est en train de tourner apparemment. Alors que notre frêle humaine tournait à un énorme rocher, la voila qui tombe sur un de ces Minotosaurus Rex qui se baladait tranquillement, ou presque. Malheur pour lui, il était aussi entré dans le territoire des créatures félines. Il y eut une seconde de flottement, où tout le monde essayait de comprendre ce qu’il se passait et ce qu’ils allaient faire. Il y avait désormais deux intrus sur le territoire. C’était une très mauvaise nouvelle, et enragea la plus jeune qui arrêta de chasser l’archère glaciaire pour foncer sur le reptilien. Comment se passa la suite du combat ? Je l’ignore, je n’y étais pas, préférant me concentrer sur la fuite de Vaessios qui en avait grandement profité pour prendre quelques mètres d’avance. Il restait maintenant la plus vieille des trois Veuves qui la poursuivait toujours, heureuse de ne plus avoir ses maladroites sœurs dans les pattes. Elles ne servaient à rien ! Tout était toujours mieux quand on le faisait soi-même, évidemment. Mais elle devait avouer que deux unités en moins la désavantageait aussi. Elle ne pourrait plus totalement diriger l’humaine là où elle le voulait.


Vaessios contourna un rocher et continua sa course, commençant à s’essouffler. Ses muscles lui faisaient à nouveau mal, contractés par la peur et le forçage qu’elle faisait. Heureusement pour elle, plus qu’une seule Veuve la suivait désormais, et elle avait une plus grande chance de s’en sortir. Maintenant lui fallait-il la semer… ou trouver la fin du territoire. Elle ignorait totalement si la bête allait la lâcher après être sortie de son terrain. Elle l’espérait grandement. En attendant, elle continuait de courir, ses affaires sur le dos qui lui tapaient contre ses blessures doucement sanglantes. Il y aurait beaucoup à désinfecter et à soigner… Soudainement, elle entendit un hurlement. Non pas un hurlement du type animal, non. C’était beaucoup plus humain, et il y avait des mots. Elle regarda là d’où venait l’appel et vit un homme avec un chariot remplit derrière lui… De l’autre côté d’une crevasse. Il lui faisait de grands signes. Est-ce qu’il voulait qu’elle saute pour aller le rejoindre ?! Est-ce que ça arrêterait seulement la Veuve ? Avait-elle le choix, aussi ? Elle avait vraiment besoin d’aide et l’homme sortait une corde de son chariot de minerai. Elle pourrait aussi s’accrocher au rebord caillouteux si jamais… Ca allait faire très très mal. Alors, brusquement, elle se détourna de son chemin initial et fit un énorme sprint vers la crevasse. Son cœur se mit à battre dix fois plus vite qu’il ne le faisait déjà. Le trou s’approchait de plus en plus vite. Elle ne devait pas du tout rater son saut maintenant. La Veuve cria en essayant de la rattraper quand elle bondit. Au même moment, le mineur lança la corde vers elle pour qu’elle l’attrape… Tandis que derrière elle, le sol s’écroulait brusquement, faisant tomber la prédatrice qui ne s’y attendait pas le moins du monde.

Vaessios attrapa la corde en plein vol, paniqué, et s’écrasa à moitié contre la paroi en face d’elle. Sonnée, elle glissa de quelques mètres vers le bas avant de s’accrocher du mieux qu’elle pouvait à la corde pendant que l’homme la tirait pour ne pas la perdre. Il attendit un peu que tout ça se stabilise, choqué par l’éboulement si brusque des pierres. Le sol était pourtant assez solide à cet endroit-là. Il finit par aider l’archère à remonter, un peu difficilement. Ce n’était pas son truc, l’escalade. Elle s’écroula par terre quand elle fut enfin sur le plat et tenta de reprendre sa respiration, les poumons en feu, presque littéralement. Elle vit le mineur ranger sa corde avant de lui tendre la main. Il avait un air un peu patibulaire, mais il l’avait quand même aidé et n’allait pas la laisser seule, surtout pas dans cet état.

-Eh beh mad’moiselle, z’avez eu d’la chance qu’je passe par ici ! C’te bestiole est loin d’êt’ commode.

Elle se redressa et le remercia quand elle eut reprit sa respiration et légèrement calmé son cœur. Elle accepta encore une fois l’aide de l’homme qui se dirigeait vers un des villages de miniers et forgerons. Son chariot, d’ailleurs, était rempli de cailloux et autres minerais important que Vaessios ne saurait reconnaître. Elle n’osa pas jeter un coup d’œil à la crevasse, pressée de partir de cet endroit un peu trop dangereux pour elle. Elle marcha aux côtés du mineur et discuta avec lui. Au bout de quelques mètres, il s’arrêta en grognant et se retourna… pour trouver un autre voyageur sur son chariot ! L’archère fixa le nouvel individu et se figea en le reconnaissant. Il avait un grand sourire doux, sa peau aussi foncé que la sienne, les cheveux violets rasé sur les côtés, de grandes oreilles d’elfe, des runes sur le côté droit de sa face… et les pupilles dilatés. Elle ne pipa mots pendant que le mineur engueulait l’elfe drogué qui se mit à rire et descendit pour se présenter. Dol’Selene.

-Mais vous êtes censé être mort !

C’était tout ce que l’archère glaciaire avait trouvé à dire. On se disputa encore, on s’expliqua et on repartit vers le village minier. Ca non, Vaessios ne s’attendait pas à voir l’écrivain explorateur qui avait fait le tour de son monde et l’avait cartographié au complet. Maintenant, allez savoir qui des deux n’allait pas lâcher l’autre, car Dol avait bel et bien l’intention d’accompagner l’héritière Galown dans ses aventures !

_________________
The Archer's Theme Song

Rourou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   Mer 3 Aoû - 17:51

Bravo Vaessios, on peut dire que ces veuves cendrées vont se souvenir de ce petit voyage dans leur propre territoire ! Pour te récompenser, voila tes 70 golds, ainsi que le marteau du forgeron homme lézard, signe de respect envers toi mais aussi un trophée personnel, garde le sur toi et tu pourras toujours te souvenir que tu as survécu à Rosso.

Quelques minutes après que Vaessios soit partit du village Rossois, l'homme lézard regarda un aventurier mage et lui lança : Hey le mage, j'ai perdu mon marteau en plein milieu du camp troll, juste à coté du volcan, tu veux pas aller le chercher ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête Validé] Comme si la lave ne suffisait pas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation d'un sorcier pas comme les autres [validée]
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Se pou nou lave men nou souvan pou evite tout kalite maladi.
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Le monde des rêvesTitre :: RossoTitre :: Carrière volcanique-
Sauter vers: