Partagez | 
 

 L'archère dans la glace [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vaessios Galown

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2016
Age : 19
Localisation : Au bord de la mer

Inventaire
Objet: Permis de créations de PNJ.

MessageSujet: L'archère dans la glace [TERMINEE]   Mer 4 Mai - 0:55

Nom Prénom : Galown Vaessios
Âge : Presque 24 ans
Sexe: Féminin
Race : Humaine pur sang
Royaume : Bianchi

Arme/Pouvoir/Aptitudes :

++Chasse et survie :
Toute sa vie, Vaessios a apprit à survivre avec ce qu’elle avait, et saura très bien se débrouiller avec trois cailloux et deux branches, si vous voyez ce que je veux dire. Seule sa vue est plus élevé que le reste, elle arrivera à voir plus loin que la plupart. Bon, peut-être pas aussi bien qu’un rapace, certes, mais pour une humaine, elle voyait plus loin, plus précisément.

+Archerie :
L’arc est son arme de prédilection. Elle le préfère à l’épée dans les combats, n’appréciant pas plus que cela le corps à corps. Elle restera toujours donc un peu plus en retrait pour pouvoir mieux se battre.

+Parole d’argent :

Elle parle bien, de façon intelligente, le débat ouvert. Si sa vie ne tenait qu’à cela, elle serait depuis longtemps dirigeante d’un pays.

--Corps à corps :
Elle sait se défendre avec un couteau si besoin, rarement avec ses poings et pieds. Un peu maladroit dans ce genre de mouvement, parfois.

-Prudence :

Excepté au milieu d’une foule, elle sera rarement prudente à ce qui l’entoure, se faisant facilement surprendre par des monstres. Elle l’était beaucoup plus quand elle était toute petite.

Physique :


De premier abord, Vaessios est très très grande. Une géante, presque. La plupart d’entre nous devraient lever la tête pour la regarder dans les yeux. Et elle était forte. Non pas dans le sens grasse, évidemment. Non, grasse, elle était loin de l’être ! Son corps, c’était du muscle. Du pur muscle fait à force de chasse et de course. Elle était donc non seulement géante, mais impressionnante aussi. Elle pourrait sûrement vous assommer d’une seule baffe. Mais quand vous voyez ses mains, vous avez une sorte de choc. Elles étaient déformées. Pas horriblement, mais assez pour vous demander comment elle fait pour utiliser son arc et son couteau et créer des statuettes. C’était comme si ses doigts avaient été brisés à sa naissance et mal réparés. Elle a dû trouver des astuces pour vivre, et cela se voyait à son visage. Elle avait le visage pointu, et pourtant carré à la fois. Ses mâchoires serrées renforçaient cette sensation de droiture, carré. Ses lèvres, assez fines, étaient plus claires que sa peau très mât, voir noire, sous un grand nez voyant. Chez certains, ce dernier est discret, mais pas pour elle. Eh, qui a dit que tout le monde devait être séduisant ? Ses yeux, tiens, contrastaient totalement. Ils étaient d’un bleu profond, un bleu turbulent et douloureux. Elle en avait vu des choses, et pas forcément les meilleures. La dernière chose très originale chez elle est ses cheveux. Ils étaient roux brillants, comme les forêts en automne. Elle portait une coupe étrange, un peu barbare. Le plus gros de ses cheveux étaient regroupés en une grande tresse qui retombait lourdement sur sa nuque, quelques centimètres encore de cheveux autour de son visage pour faire quelque mèches et cacher un peu plus ce front un peu trop grand, et le reste, rasé. Voila ce qui est du haut. Une autre chose spéciale aussi se trouve dans son dos. Un peu plus bas, au centre, une « tâche » de naissance. La forme était bien trop précise pour être une simple marque, et confirmait son appartenance à une grande famille. La tâche était plus foncée que sa peau, et rappelait fortement des os. Un genre de crâne d’oiseau, quelques vertèbres, et deux os longs qui semblaient être une partie des ailes. On ignore d’où vient ce symbole, mais une chose est sûre, cela prouvait qu’elle faisait partie de la famille Galown.

Elle ne se complique pas la vie pour ses vêtements. Toujours larges, toujours en cuirs et chauds, qui augmentent l’impression de gigantisme, surtout pour ses jambes. Ses pantalons avaient beau être très larges à s’en demander comment elle les portes, ses jambes restaient très longues et fortes. Ses chaussures, ou bottes, cela dépend, étaient aussi en cuir. Il lui arrive de temps en temps de porter un peu de fourrure, mais ce sera toujours d’animaux qu’elle aura elle-même chassé et tué. On ne sait jamais, on ne peut faire confiance qu’à soi-même parfois. On peut presque se demander comment elle tient debout, comment ça se fait qu’elle soit aussi droite, et non bossue. Le sport, les amis, le sport…

Mental :

Ses yeux sont turbulents et douloureux, pourtant, vous avez quand même une forte impression de vide mental chez elle. Comme si elle essayait de se détacher de toute chose, de toute vie. Un moyen de défenses assez efficaces contre les premiers venus. Franchement, qui s’intéresseraient à une femme dont la voix résonne aussi froidement que de la glace, et vide que l’espace ? Une voix d’ailleurs très grave, malgré le manque de vibration. Revenons à l’espace. Les plus scientifiques d’entre vous diront que l’univers n’est pas aussi vide que cela. Ainsi est Vaessios. Au premier abord, vide, mais tout de même curieuse. Puis on commence à en apprendre un peu plus sur elle. Dans un univers un peu plus moderne, on l’aurait sûrement qualifiée de génie. Elle est curieuse de tout, même si elle a l’impression de tout connaître. Elle voit les choses différemment, tout pour elle semble plus sombre, plus vicieux, plus torturé. On comprend alors un peu mieux pourquoi elle est vide la première fois. Elle porte de moins en moins d’intérêt au monde qui l’entoure, se perdant dans les méandres de son cerveau, sans raisons. Elle tente visiblement de fuir des émotions inutiles, qu’elle trouve extrêmement embêtant pour rester claire et prendre des décisions. Car, émotive, elle l’est. Elle ne le montrera que rarement, mais ses sentiments sont puissants. Elle ne va pas jusqu’à les détester, non, mais, quelque fois, ce serait quand même mieux de ne pas en avoir.

Elle a un goût certain pour la lecture, et passera énormément de temps dans des bibliothèques, heureuse d’être loin des autres. Elle a certaines difficultés sociales et fuira spontanément les foules. On ne sait jamais qui pourrait sortir un couteau dans son dos, on ne sait jamais qui pourrait voler votre bourse, on ne sait jamais qui pourrait empoisonner vos pommes. Paranoïaque ? Non, seulement au milieu de la foule. Elle est prête à rencontrer des gens, mais toujours en petit comité, par contre. Ou dans la forêt, ou dans un château abandonné. Son âme est aventurière, et cherche constamment à trouver des secrets qu’elle seule peut s’imaginer y avoir. Elle ne fuira jamais devant un monstre. Là, elle devient paradoxale. Elle est morte de trouille dans la foule, mais ne ressent strictement rien face à des ennemis, bien qu’ils soient terrifiants physiquement. Tant qu’ils ne se faufilent pas dans les esprits, ils ne la toucheront pas mentalement. Elle est solide sur ce point, et sera toujours là pour vous aider. Sauf si vous la trahissez. Elle n’est pas du genre à pardonner facilement, sans pour autant être particulièrement rancunière. Si un jour vous lui volez une part de gâteau, elle va plutôt en rire. Non, ce sera sur le champ de bataille, si vous vous retournez contre elle, quelques soient vos raisons, ce sera fini.

Passé :


-Qui êtes-vous ?
-Celle qui te trouvera une famille.
-Qui suis-je ?
-Vaessios Galown.

L’enfant regardait la femme qui lui faisait face. Une grande femme, avec de grandes oreilles, des cheveux argentés et des yeux vraiment verts. Ils étaient beau, ses yeux. Ils avaient vu tellement de chose, la fillette de six ans était capable de le dire. En fait, elle en savait trop pour son âge. Elle était consciente de trop de chose pour son âge. Elle était trop intelligente pour une enfant des rues. Et cela s’était remarqué dans la cité médiévale. Certains avaient tenté de l’attirer dans des pièges, mais elle les avait remarqués. Certains avaient tenté de l’éliminer, une plèbe intelligente était une plèbe dangereuse, mais elle les avait esquivés. Seule cette femme qui était venue lui semblait honnête. Elle voyait dans les yeux de cette adulte le même passé. Elle était comme une adulte dans un corps d’enfant.

L’elfe l’avait éduquée, lui avait appris à écrire, lire, parler, chanter, dessiner. Elle lui avait appris à construire des arcs, des statuettes en bois, et de quoi survivre en forêt. L’elfe lui avait aussi appris à se comporter face à des loups, à comprendre leur expressions, leur vie. Elle eut rapidement seize ans, mais personne d’autres avaient voulu d’elle. Personne ne voulait de cette bâtarde. Personne ne voulait de cette enfant, pourtant héritière d’une grande famille. Elle était à l’image de son illustre ancêtre : Eohnya. Ou presque. Elle n’en avait pas le comportement. Elle avait eut l’éducation, l’amour d’une mère, même adoptive, l’amour animal, l’amour de loups.

Dix-huit ans arrivèrent très vite. L’elfe et la bâtarde marchaient en ville, dans le marché. Elles faisaient leurs commissions, tranquillement. Quelqu’un arriva pourtant à leur trouver un défaut, un problème. Ce fut la cohue, il y eut du sang, des blessés, de la violence. Tout passa trop vite pour Vaessios. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, son arc se retrouva bandé face à un jeune homme, à peu près de son âge, ayant à peu près les mêmes traits qu’elle, les mêmes yeux mais…  Ils n’avaient pas la même expression. Le temps se figea un instant autour d’eux, entre eux. Quelque chose n’allait pas. Quelque chose de paradoxal. Un homme. C’était elle, mais en homme. Ce dernier trembla légèrement, et commença à baisser sa lame. Elle tira sa flèche. Entre les yeux de cet homme. Un seul regard avait suffit pour tout comprendre. La foule était toujours aussi folle autour d’eux. Il tomba en avant. Les passants se tabassaient toujours. Elle déchira le haut de l’homme. Une louve argentée apparut au milieu des badauds. Il avait la tâche de naissance. Comme elle. Un éclair argenté lui bondit dessus et la prit sur son dos, s’éloignant de la foule hystérique.

-Quel était son nom ?
-Veossias.
-Ils ont jeté la fille.
-Parce que vous étiez jumeaux.
-Impossible de se partager l’héritage.
-Oui.
-Suis-je mauvaise ?
-Non.
-Est-ce que je mérite de vivre ?
-Ressens-tu de la haine ?
-Non.
-Alors oui.

Elles quittèrent le pays. Traversèrent une mer. Arrivèrent dans un autre pays. Elles se refirent une vie, en semi-ermites. Il était facile de prétendre ne pas aimer la foule quand on en avait peur. L’expression de son jumeau restait imprimée dans son esprit. Elle s’en voulait terriblement. Elle n’avait pas voulu le tuer, c’était ses doigts qui avaient lâché tout seul la corde de l’arc. Deux ans. Durant deux ans, elle était restée coincée dans un cercle vicieux de culpabilité, de honte, de rage, de dépression. Soit elle était pendant des jours et des jours dans la maisonnette, sans vouloir en sortir, soit elle partait des semaines en pleine forêt, se perdant pour essayer de se retrouver. Un jour, tout commença à aller mieux. Sa tutrice supposa que c’était dû à un homme qu’elle avait rencontré, car Vaessios avait un autre parfum sur elle quand elle rentrait de ses balades en forêt. Mais elle n’en était pas sûre. Ce parfum était celui d’un homme, pourtant, quelques fragrances étaient extrêmement féminines. C’était perturbant.

Vingt-et-un ans. Elle annonça à sa mère adoptive qu’elle partait. Elle avait effectivement rencontré quelqu’un qui lui avait redonné envie de vivre, d’apprendre. Elle revoyait certaines choses avec des yeux d’enfants, ceux qu’elle n’avait jamais eut. Elle était prête, elle se sentait prête. Sa mère la laissa faire ses affaires de voyage, ses armes, son couteau, son arc et ses flèches. Jamais elle n’avait présenté son, ou sa, compagne de voyage à sa tutrice. C’était mieux comme ça, qu’elle disait. Comme si elle avait peur d’avouer quelque chose. Elles s’embrassèrent une dernière fois, et elle quitta la maison. L’elfe se surprit à pleurer. Elle s’était attachée à cette petite.

Vingt-trois ans, presque vingt-quatre. Que s’était-il passé. Comme cela s’était-il passé. Comme s’était-elle retrouvée avec une lame à travers le ventre. Qu’on lui explique, elle ne comprenait pas. La mort n’avait jamais été une option, pourtant, à force de se remémorer son passé, tout semblait avoir été écrit pour ce moment. Son sentiment de culpabilité était de nouveau à son paroxysme, alors qu’elle regardait le visage de sa cousine. Maëlissys. Dans cette clairière peu éclairée par la lune, elles s’étaient rencontrées. Vaessios était seule, attendant son compagnon/sa compagne de voyage, quand elle était apparue d’entre les buissons. La bâtarde lui avait d’abord offert l’hospitalité, avec un sourire. Puis leur nom avait été donné. L’expression de l’étrangère était devenue effrayante de haine et de noirceur. La voyageuse avait tout juste eut le temps de se relever, prendre son arc et reculer. Elle n’avait pu qu’esquiver les attaques de sa parente, qui ne demandait que vengeance. « On aurait dû te brûler dès ta naissance ! » criait-elle. « Tu n’aurais jamais dû exister, tu as scindé notre famille en deux, tout comme l’a fait notre ancêtre déchue ! Tu es comme elle ! » C’était des mots très durs, froid, encore plus que la lame qui l’avait finalement transpercée. Elle ne se débattu pas, se laissant lentement tomber au sol. Elle s’évanouit.

Elle rouvrit les yeux. Face contre terre. Terre qui avait une étrange odeur. Un peu ferreux. Du sang. Son sang. Elle essaya de bouger, n’y arriva pas. La nuit était encore là, Maëlissys aussi. Elle s’était évanouie que quelques secondes… ? Elle ne tiendrait pas longtemps avec cette blessure profonde. Trop d’organes vitaux avaient été touchés. Elle ne tiendrait pas le temps que son compagnon/sa compagne de voyage revienne. Elle vit sa parente s’éloigner, petit à petit, avant de disparaître entre les buissons d’où elle venait. Était-elle heureuse ? Avait-elle assouvie sa vengeance ? Ou le vide en elle était-il toujours aussi béant ? Elle n’en savait rien, et n’en saurait rien, alors que son fluide vitale s’échappait de son corps, comme sa conscience et son âme. Elle se sentait dériver, ailleurs… Elle entendit une voix familière. On bougea son corps, mais elle ne semblait déjà plus être là. Tout se figea à nouveau, mais pour de bon cette fois-ci. Tout son être, tout ce qui l’entourait, le temps lui-même avait cessé de respirer. Et elle partit. Suivant une lumière, un parfum, un souvenir ou un chemin.

Se réveillant.

Face contre neige.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'archère dans la glace [TERMINEE]   Mer 4 Mai - 4:11

Revenir en haut Aller en bas
Dead
Rang
Rang
avatar

Messages : 732
Date d'inscription : 11/02/2016
Age : 20
Localisation : Dans ton c... Dans ma tour bien sûr

Inventaire
Objet: 2 Permis de Création de PNJ / 2 Augmentations Rang 2 / Augmentation Rang 3

MessageSujet: Re: L'archère dans la glace [TERMINEE]   Mer 4 Mai - 10:44

Bienvenue jeune aventurière, archère s'en allant pour le royaume de Bianchi. C'est amusant tout de même, ton ancêtre possède un certain nom que je reconnais, nous sommes nous peut être déjà rencontré ? Bien, bien, tout est parfait je n'ai pas grand chose à rajouter à ta fiche. Si ce n'est une chose que j'aimerais demander : "A quoi est-ce que je sers moi ?" Pourquoi est-ce que vous m'oublier alors que je suis tout gentil ? Non, bien sûr je plaisante, alors laisse moi t'ouvrir les portes de Yume no Sekai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yumenosekai.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'archère dans la glace [TERMINEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'archère dans la glace [TERMINEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Nu dans la glace. pv/ Isildëis
» [1745] Une Épée forgée dans la Glace [PV Kappa]
» Et dans la glace le reflet de nos âmes inriguées ft Sunshine
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume no Sekai :: Créer votre aventureTitre :: Les personnagesTitre :: Fiche ValidéeTitre :: Bianchi-
Sauter vers: